Archives par mot-clé : histoire contemporaine

Quelle coupure entre histoire contemporaine et histoire immédiate ?

 

L. Jalabert, professeur d’histoire contemporaine à l’UPPA (ITEM EA3002) participera à l’occasion de l’AG de l’Association des Historiens Contemporanéistes de l’Enseignement supérieur et de la recherche à la Table ronde sur le thème : « Quelle coupure entre histoire contemporaine et histoire immédiate ? »   qui aura lieu vendredi 10 novembre 2017, de 14h à 17h30, à la Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris, salle D040 (rez-de-chaussée à gauche en entrant).

1/ 14h-15h30 – Rencontre de l’AHCESR sur le thème : « Quelle coupure entre histoire contemporaine et histoire immédiate ? »

Avec les interventions de :

Anne Boitel, Aix-Marseille Université, TELEMME, auteure d’une thèse, soutenue en 2016, intitulée « Des camps de réfugiés aux centres de rétention administrative: la Cimade, analyse d’une action dans les lieux d’enfermement et de relégation (de la fin des années 1930 au début du XXIe siècle) ».

Françoise Daucé, EHESS, CERCEC, qui abordera le sujet à partir de ses travaux sur l’histoire immédiate de la Russie post-soviétique.

Armelle Enders, Université Paris 8, IHTP, qui relatera son expérience de rédaction d’une histoire du Brésil « jusqu’à nos jours » au cours d’une crise politique majeure.

Laurent Jalabert, Université de Pau, ITEM, qui évoquera son expérience à la rédaction de Cahier d’histoire immédiate.

La discussion sera animée par Julie d’Andurain et Clément Thibaud, pour le bureau de l’AHCESR.

https://ahcesr.hypotheses.org/777

Georges Despaux à Buchenwald

Georges Despaux à Buchenwald
Des dessins pour l’histoire

Par Laurent Jalabert

Fils de pépiniéristes relativement prospères de Salies-du-Béarn, malheureux dans la gestion de l’entreprise familiale, Georges Despaux vit au Pays basque pendant la Deuxième Guerre mondiale. Arrêté à Bayonne le 1er février 1944, puis déporté comme prisonnier politique à Buchenwald de mai 1944 à avril 1945, il parvient comme d’autres artistes à se procurer le minimum nécessaire pour dessiner quelques scènes de la vie du camp, dans des conditions précaires, sur des feuilles de documents administratifs qu’il récupère et dont certains ont été conservées depuis sa sortie du camp au printemps 1945. Les dessins publiés dans l’ouvrage, pour beaucoup inédits, cédés à sa mort à la famille Vanmolkot qui en a autorisé la reproduction, sont un témoignage de l’horreur concentrationnaire. Accompagnés de textes de présentation brefs, ils sont avant toute chose un témoignage pour une page sombre de l’histoire européenne.

Ouvrage publié sous la direction de Laurent Jalabert, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM, EA3002), avec la participation de Philippe Chareyre, Sabine Forero-Mendoza et Henrik Vanmolkot.

Cet ouvrage a été publié avec le soutien de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, de l’ONAC-VG 64, et du ministère de la Défense (GIP 70ème anniversaire de la Libération).

9782350685557
septembre 2017
128 pages

Cahier d’Histoire Immédiate

Les Cahiers d’Histoire Immédiate est une revue semestrielle consacrée à l’histoire la plus contemporaine.
Après deux ans d’interruption, la publication de la revue reprend
aux éditions Cairn sous la direction scientifique de l’UPPA et du laboratoire ITEM EA 3002.

Le numéro 49 composé d’un dossier thématique intitulé « Lectures de la Révolution cubaine dans l’espace atlantique » et  de varias vient de paraître :

« La fascination pour Cuba est ancienne. Le dossier invite à réfléchir aux lectures, aux résonances et aux réceptions de la Révolution, dans la Caraïbe et, au-delà, dans l’espace atlantique. En d’autres termes, il s’agit de voir de quelle façon la Révolution cubaine, notamment à ses débuts, a engendré, tout un cortège de représentations, romantiques ou pragmatiques, et de montrer que celle-ci s’ est diffusée à la fois comme une source d’inspiration
théorique féconde et un modèle d’action auprès d’une génération de
militants et d’activistes anti-impérialistes. De plus, il s’agit d’examiner comment, par l’intermédiaire d’organismes paragouvernementaux tels que l’Organisation de solidarité des peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine (OSPAAL), plus connue sous le nom de Tricontinentale, le régime révolutionnaire cubain a ouvertement pratiqué une politique anti-impérialiste de soutien à des mouvements révolutionnaires, surtout jusqu’en 1968, date à partir de laquelle il avait tempéré son activisme internationaliste au profit d’un alignement croissant sur la politique prudente pratiquée par l’URSS à destination du tiers-monde. En conséquence, différents types d’impacts de cet activisme cubain au plan géopolitique, notamment sur les relations bilatérales franco-cubaines dans les Caraïbes, au Mexique, en Afrique de l’Ouest, sont ici analysés. »

Plus d’informations

Le numéro 50 qui sera publié à l’automne 2017 comportera un Dossier intitulé « Une histoire en chantier: l’histoire de la Vème République » et des varias.

Les chercheurs, notamment de jeunes chercheurs, peuvent soumettre des articles au comité de rédaction.  Ceux-ci sont à expédier pour le prochain numéro (50) qui paraitra à l’automne 2017 avant le 15 août sous un format word (30 000 signes espaces compris) à laurent.jalabert@univ-pau.fr  ou Joëlle Saucès joelle.sauces@univ-pau.fr

Les articles sont soumis et expertisé à un membre du comité de lecture avant d’être discuté en comité de rédaction.

Pour les numéros suivants (51 et 52) qui paraitront fin 2017 et au printemps 2018, les propositions d’articles sont à expédier avant le 15 octobre 2017 ou le 15 janvier 2018.

Les enfants de Madame Massu. D’alger au Béarn

Conférence « Les enfants de Madame Massu. D’alger au Béarn »

Pau – Amphithéâtre de la présidence

 affiche-conf-les-enfants-de-massu-28-nov-2016-pau

 

Le laboratoire de recherche ITEM (Identités, territoires, expressions, mobilités) propose la conférence Les enfants de Madame Massu. D’Alger au Béarn, le lundi 28 novembre 2016, à 17h30, à l’amphithéâtre de la présidence, par Yves DENECHERE, professeur d’histoire contemporaine à l’Université d’Angers, CNRS UMR CERHIO.

L’association Jeunesse a été fondée à Alger en 1957 par Suzanne Massu, épouse du général Massu. Le but était de recueillir des enfants musulmans isolés et de leur apporter une éducation et une formation assurant leur avenir.

Dans le contexte délicat de la fin de la guerre d’Algérie, l’association s’est transplantée en Béarn (Moumour, Montaut, Gelos) où elle a poursuivi son œuvre en s’occupant aussi d’enfants de harkis.

Dans les années 1960 et 1970, les adolescents ont grandi, ont appris des métiers, se sont insérés dans la vie active et ont fondé des familles.

Un certain nombre d’entre eux sont demeurés dans la région où ils entretiennent encore une mémoire des « enfants de Madame Massu » comme ils aiment s’appeler.

La conférence présentera un travail de recherche mené depuis deux ans à partir d’archives inédites et de témoignages.

Outre son insertion dans le programme Des guerres et des enfants, cette initiative débute un programme de travail sur la guerre d’Algérie, élaboré sur la base d’un partenariat développé entre l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (laboratoire ITEM), le service départemental de l’ONAC-VG et les associations volontaires d’anciens combattants, d’enfants de harkis et de mémoire spécifiquement liées à la guerre d’Algérie.

 

Un siècle d’immigration portugaise en France, 1916-2016

COLLOQUE
Centenaire de la première convention franco-portugaise de main-d’oeuvre civile et militaire du 28 octobre 1916

Mairie d’Hendaye, Place de la République

L’année 1916 fut cruciale pour l’histoire des Portugais en France !

C’est au cours de l’année 1916 que deux décisions politiques, dans le cadre de l’alliance militaire entre le Portugal, la France et la Grande-Bretagne, ont marqué un tournant décisif dans l’histoire des Portugais en France :
–  l’envoi des soldats du corps expéditionnaire portugais dans les tranchées du Pas-de-Calais,

–  la signature entre le Portugal et la France, le 28 octobre 1916, d’un accord de main-d’œuvre qui a ouvert les chemins de l’émigration à des milliers de travailleurs portugais en France.

A l’occasion des 100 ans de la signature de la première convention franco-portugaise de travailleurs civils et de travailleurs militaires, un colloque est organisé à Hendaye. Ouvert à tous, il a lieu le 28 octobre 2016 à la Mairie d’Hendaye, de 10h à 19h.

colloqueconventionfrancoportugaise2-1
Colloque Centenaire de la première convention franco-portugaise de main-d’oeuvre civile et militaire du 28 octobre 1916, Hendaye.

Ce colloque se terminera par la visite de l’exposition « Sala de Espera » à la Médiathèque d’Hendaye.

Organisateur: Réseau Aquitain pour l’Histoire et la Mémoire de l’Immigration (rahmi)

Conférenciers :
Cristina Climaco
Manuel Dias Vaz
Laurent Dornel
Victor Pereira
Yvette dos Santos
Marie-Christine Volovitch-Tavares

Centenaire-Hendaye_Dossier Participants

Mairie d’Hendaye, Place de la République

28 octobre 2016 – 10 à 19 h

Une ville de l’arrière pendant la Grande Guerre : Tarbes

arriere en guerre tarbes copie

Ce colloque est organisé par le laboratoire ITEM (Identités, Territoires , Expressions, Mobilités) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour
Avec la collaboration des structures suivantes :
Archives départementales des Hautes-Pyrénées
Archives du diocèse de Tarbes et Lourdes
Archives municipales de Tarbes
Association Guillaume Mauran
Société Académique des Hautes-Pyrénées
Université du Temps libre de Tarbes et de Bigorre
et avec le concours de l’ONAC-VG 65

Label centenaire

PROGRAMME
8 h 30 Accueil des participants
9 h Ouverture du colloque et introduction

Matinée : Vie quotidienne et efforts de guerre
Monique Certiat, Les mesures d’exception pour faits de guerre dans les délibérations municipales de Tarbes
Thomas Ferrer, Manger pour vivre : l’approvisionnement à Tarbes durant la Première Guerre mondiale
Robert Vié, Tarbes et l’économie de guerre (1917-1918)
Jean Courtadet, La vie tarbaise à travers la presse

Après-midi : De quelques aspects socio-culturels
José Cubero, Les ouvrières de l’Arsenal : dépendantes et autonomes
Pascale Leroy-Castillo, Le Grand Séminaire dans la tourmente
Sylvaine Guinle-Lorinet, La disparition des soldats : souvenir et culte des morts

Le colloque se déroulera à l’amphithéâtre des STAPS-UPPA, dont les bâtiments se trouvent dans la zone de Bastillac, à proximité
du pôle universitaire tarbais et du centre de tri postal.

Le colloque est en accès libre à tout public ; l’amphithéâtre sera ouvert à partir de 8 h 30 et les bâtiments fermeront leurs portes de
12 h 30 à 13 h 45.

 

Comprendre l’univers concentrationnaire de la Seconde Guerre mondiale

« Comprendre l’univers concentrationnaire de la Seconde Guerre mondiale« 

Vendredi 04 mars 2016
Séminaire de recherche Master CAS / ITEM du vendredi 4 mars 2016 (9h30-12h00)
Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie.
Coordination, S. Forero, L. Jalabert
contacts :

mastercas@univ-pau.fr

item@univ-pau.fr

Programme :

9h30 : Ecrire l’histoire des camps au travers des récits / témoignages : dialogue entre Peter Kuon (professeur de philologie à l’Université de Salzbourg) et Catherine Coquio (Professeur de littérature comparée à l’Université de Paris Diderot).

10h30 : Débat

11h00 Pause

11h15 : Image des camps : les dessins de Georges Despaux (Buchenwald 1944-45) : Ph. Chareyre (UPPA), L. Jalabert (UPPA)

11h45 : Débat

12h00 : Fin du séminaire.

Pe61-3H3zAzWL._SX341_BO1,204,203,200_ter Kuon est l’auteur de : L’écriture des revenants. Lecture de témoignages de la déportation politique, Kimé, 2014, 456 p. P. Kuon est professeur invité à l’UPPA (ITEM).

 

 

9782200271749-X_0Catherine Coquio est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’univers concentrationnaire, les génocides et leurs mémoires, son dernier ouvrage, « Le mal de vérité ou l’utopie de la mémoire », A. Colin, 2015

 

La Fabrique de l’histoire, 07.01.2016 avec Victor Pereira

Table ronde sur les enjeux historiques de l’utilisation de la démographie par les dictatures.

Invité(s) :
Paul-André Rosental, professeur à Sciences-Po, chercheur associé à l’Institut national d’études démographiques (INED)
Victor Pereira, docteur en histoire à l’Institut d’études politiques de Paris, maître de conférences à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, spécialiste de l’émigration portugaise, espagnole et française et sur l’histoire du XXe siècle portugais
Martine Mespoulet, professeur de sociologie à l’université de Nantes, spécialiste de l’URSS

Journée d’étude « Leçon d’éducation physique, lendits et sport scolaire en images dans les Basses Pyrénées autour des années 1950 »

MERCREDI 20 MAI 2015
ESPE d’Aquitaine site de Pau – Amphithéâtre
14 h – 18 h

A partir de films récemment numérisés, nous vous invitons à retrouver le temps où les écoliers du département troquaient galoches et pèlerines pour shorts et espadrilles afin de comprendre comment l’éducation physique et le sport scolaire ont pu se développer dans le département des Basses-Pyrénées au sortir de la deuxième guerre mondiale.

Cette demi-journée d’étude proposera donc des regards croisés d’historiens autour de plusieurs questions : quels sont les hommes qui ont porté ce projet du développement de l’éducation physique dans le département des Basses-Pyrénées dans les années 1950 ? Sur quelles structures se sont-ils appuyés ? Comment l’héritage de Philippe Tissié, inventeur des lendits, a-t’il joué ? Quelle(s) gymnastique(s) et quelles « techniques du corps » ont été privilégiées ? Comment le sport a-t’il été introduit à l’école ?

A l’initiative de Michel Syndique, passionné d’histoire et d’éducation, les archives de Pierre Barets, professeur d’éducation physique à l’Ecole Normale d’Instituteurs de Lescar, ont été sauvegardées, classées et numérisées. Ce « fonds Barets », dont la partie pédagogique est en cours de versement au centre Félix Pécaut de l’ESPE, est composé d’archives papier, mais aussi de reportages réalisés par René Pérony, cinéaste palois. Celui-ci a filmé des leçons d’éducation physique, des séances de sport organisées par l’USEP les jeudis après-midi et les fameux lendits, grands rassemblements sportifs scolaires qui se déroulaient dans tout le département.

Télécharger le programme de la journée

Appel à communication: Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre 1914-1920

Colloque international:  « Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre 1914-1920 »

Université de Pau et des Pays de l’Adour

19-20 novembre 2015

On les aura !
« On les aura ! », carte postale pour le deuxième emprunt de la défense nationale en 1916 (affiche originelle d’Abel Faivre)

À quelques exceptions près, la question de l’arrière a été relativement peu mobilisée par une historiographie de la Grande Guerre longtemps assez indifférente à cet « autre front » en dépit de quelques études fondatrices. Pour la France où se concentrent la majorité des combats sur le front occidental, l’arrière correspond à la « zone de l’Intérieur » : un espace hors de la « zone des Armées », dans lequel il n’y a pas d’opérations militaires contre l’ennemi mais toutefois pris dans la logique totalisatrice de la guerre. L’arrière est donc un vaste espace relié symboliquement, politiquement, affectivement ou économiquement aux territoires, parfois occupés par l’ennemi, où se déroulent les combats. Lieu de refuge et de réparation, de deuil et de ressourcement, l’arrière participe ainsi pleinement à la guerre mais sous des modalités et des temporalités spécifiques. De fait, si la période du conflit focalise l’essentiel des interrogations selon des évolutions propres aux différents belligérants, celle de l’immédiat après-guerre est elle aussi incluse en ce qu’elle bouleverse à nouveau l’arrière par le retour des combattants, des prisonniers ou encore les nécessaires et multiples formes de reconversion à la paix.
À cet égard, si les mobilisations militaires ont été largement étudiées, les mobilisations propres aux sociétés civiles européennes traversées par la guerre constituent en revanche encore un champ à la fois très vaste et partiellement défriché. Plusieurs questionnements peuvent être envisagés, et d’abord sur la notion même « d’arrière ». Quels sont les points communs en effet entre le « front intérieur » – terme qui aurait en France progressivement remplacé celui d’arrière – le home front britannique, le fronte interno italien, voire le Heimatfront allemand ? Dans le cadre des États-empires coloniaux belligérants, comment s’articulaient l’arrière métropolitain et l’arrière colonial ? Par ailleurs, quels furent, sur ces fronts intérieurs, les formes et les espaces de mobilisations ? Dans quelle mesure le conflit redéfinit-il, par exemple, la dialectique entre identités locales et identités nationales ? Si l’arrière fait corps avec le front et se mobilise pour participer à la guerre (on a pu ainsi parler d’un « investissement martial » des sociétés civiles en guerre), n’est-il pas aussi le refuge des « embusqués » ? N’est-il pour autant touché par des formes de résistance voire d’opposition à cette guerre ? Enfin, les échanges entre avant et arrière participent-ils à la construction de cultures de guerre partagées par le plus grand nombre ?
Au-delà des représentations, il s’agira plus globalement d’analyser les pratiques et les transformations sociales ainsi que la place et le rôle de l’arrière pendant le conflit mais aussi au cours des mois suivants (démobilisations, reconstruction, etc.). Les questionnements suscités pourront dès lors s’articuler autour des trois axes suivants (qui ne sont pas exclusifs les uns des autres ni exhaustifs) :
• Circulations entre le front et l’arrière et à l’intérieur même de l’arrière (innovations, approvisionnement, capitaux, lettres, migrations de travail, place des réfugiés, etc.) ;
• Mobilisations des populations, des esprits, des économies, des territoires lointains ; « non-mobilisation »/résistance/refus de la mobilisation également. Les communications sur l’administration du quotidien de la guerre seront privilégiées : réquisitions, restrictions et pénuries, organisation du ravitaillement, marché noir, rôle des administrations locales (par ex. les maires en France), sociétés philanthropiques, etc. ;
• Transformations des paysages, des sociétés, des relations sociales (entre populations locales et allogènes, entre patrons et ouvriers, entre générations, etc.), des identités (locales, régionales, nationales voire impériales), des pratiques culturelles et religieuses, de l’intime, des relations centres/périphéries, etc. Seront plus particulièrement bienvenues les propositions sur les expériences rurales de la guerre

Modalités de soumission
Ce colloque, qui donnera lieu à une publication, se veut résolument interdisciplinaire, comparatif et ouvert sur l’espace européen. L’appel à communication s’adresse aux chercheurs confirmés comme aux doctorants et les langues de travail seront le français et l’anglais. Les propositions de communication (2500 signes max., accompagnées d’un bref CV incluant une sélection des publications) seront à envoyer jusqu’au 4 mai 2015 à l’adresse suivante : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr
Le Comité scientifique rendra son avis début juillet 2015.

plus d’informations:

http://calenda.org/317920

http://1418.hypotheses.org

Captation video de la journée d’étude sur Le Retour (30 janvier 2015)

Journée d’étude « Le retour »

ESPACES – FRACTURES – TRANSITIONS

Vendredi 30 janvier a eu lieu une Journée d’étude consacrée au thème du retour.  Cette journée, organisée par la Fédération de Recherche Espaces-Frontières-Métissages, prépare un colloque international et pluridisciplinaire, toujours sur le thème du retour, qui se tiendra à Pau les 27, 28 et 29 mai.
Voici les vidéos pour ceux qui n’ont pas pu assister à la journée ou qui souhaiteraient réécouter certaines communications.

Présentation de la journée

Contact : laurent.dornel@univ-pau.fr

Captation vidéo: équipe ARTICE (Patrick Girard et Antoine Poursuibes)

Parution « Migrations et exils entre l’Espagne et la France »

Migrations et exils entre l’Espagne et la France. Regards depuis l’aquitaine et l’Aragon

4ème de couverture:
Cet ouvrage réunit neuf textes de chercheurs français et espagnols qui portent sur les migrations entre la péninsule Ibérique et la France, à l’époque moderne et contemporaine.
Loin de constituer une frontière infranchissable, les Pyrénées ont été continuellement, depuis l’Antiquité, le lieu de passage d’hommes, de marchandises et d’idées. Et les directions de ces passages ont beaucoup varié.
En effet, étudier les migrations depuis l’époque moderne permet d’échapper à une vision convenue et présentiste des migrations entre la péninsule Ibérique et la France. Les hommes ne se sont pas toujours déplacés du sud vers le nord. À l’époque moderne, d’imposantes communautés de Béarnais, et plus largement de Français du Sud-Ouest, s’étaient installés à Saragosse.
À partir de sources riches, et parfois inédites, ces textes retracent donc les mouvements de populations qui ont traversé les frontières, parfois dans des conditions dramatiques (comme lors de la Retirada), parfois pour rechercher ailleurs une vie meilleure.

Este libro reúne nueve trabajos de investigadores franceses y españoles centrados en la migración entre la Península Ibérica y Francia en las edades moderna y contemporánea.
Lejos de constituir una barrera infranqueable, los Pirineos han sido, desde la Antigüedad, un continuo lugar de paso de personas, mercancías e ideas. Su dirección ha variado mucho. De hecho, el estudio de la migración en los tiempos modernos muestra una visión totalmente diferente de la que se
tiene en el presente. Los hombres no siempre se han desplazado de sur a norte. En la edad moderna, miembros de las comunidades del Bearn y, más ampliamente, de la Francia del suroeste, se instalaron en Zaragoza.
A partir de valiosas fuentes, en ocasiones inéditas, estos textos estudian los movimientos de población que cruzaron las fronteras, a veces en condiciones dramáticas (como con motivo de la Retirada) y casi siempre en busca de una vida mejor.

textes coordonnés par Victor Pereira et Roberto Ceamanos Llorens

lien vers la page sur le site de l’éditeur

Parution: Dynamiques caribéennes. Pour une histoire des circulations dans l’espace atlantique (XVIIIe-XIXe siècles)

Sous la direction d’E. Dubesset et J. De Cauna (membre associé ITEM)

Résumé: Les études figurant dans cette publication visent à éclairer certaines des constantes structurant les échanges transatlantiques et à mieux repérer aussi quelques-uns des déterminants majeurs de la complexe synergie interculturelle à l’œuvre pendant la période coloniale au sein de l’espace caribéen.
À travers cet objectif de recherche, les auteurs entendent donc participer au renouvellement des problématiques atlantiques et caribéennes en mettant l’accent sur la notion dynamique de      « circulation ».
La confrontation des situations de la caraïbe hispanophone, anglophone, francophone et, à la marge, néerlandophone, nous a paru tout à fait éclairante et opportune pour saisir ces dynamiques à la fois dans leur globalité et à travers les caractéristiques communes mais aussi les éléments de différences. Grâce à l’approche comparative, la caraïbe a pu être abordée dans son altérité et sa centralité, c’est-à-dire tant dans son rapport avec le Vieux Monde qu’entre ses diverses composantes archipélagiques et continentales.
Lien vers la page sur le site de l’éditeur

10801836_779718175435535_1566788834495068036_n
Couverture, Presses Universitaires de Bordeaux

 

Parution: La mémoire de la Première Guerre mondiale dans les Pyrénées-Atlantiques

Ouvrage publié sous la Direction de Laurent Jalabert (Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Pau et des pays de l’Adour, ITEM), avec la participation de Dominique Dussol (Professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM), Josette Pontet, (Professeur émérite d’histoire à l’Université Bordeaux Montaigne) et Jean-François Vergez (Directeur de l’ONAC-VG 64)

La Première Guerre mondiale est de tous les conflits contemporains, celle qui a laissé le plus de traces dans l’espace public.

Les Pyrénées-Atlantiques, département le plus éloigné des zones du conflit n’échappe pas à la règle. La mémoire de la Grande Guerre y est présente et recouvre bien des représentations qui se retrouvent à l’échelle nationale. Mais elle est aussi marquée par les fortes identités régionales qui s’y affichent, dans ses deux composantes, basques et béarnaises d’abord, mais aussi dans des micros sociétés, parfois très isolées, notamment dans les vallées pyrénéennes, où l’on retrouvera des traces originales du conflit. Des monuments aux morts reproduits en série, aux pierres gravées par les bergers de la vallée d’Ossau, en passant par quelques vitraux, noms de rues, plaques, ou célébrations mémorielles, la réflexion proposée par le collectif d’auteurs oscille entre analyses classiques qui recouperont les méthodologies et interprétations connues d’une mémoire nationale incontestable et spécificités locales, qui témoignent d’une approche plus originale.

Ces particularismes ne sont pas toujours liés aux cultures régionales, ils peuvent être le fait d’engagements individuels, d’élus, d’artistes, de représentants de l’État, ou de simples citoyens ayant cherché à marquer leur espace environnant d’une mémoire spécifique. Cet ouvrage a été publié avec l’aide du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques et de La Mission du Centenaire 14-18.

Paru aux éditions Cairn

COUV ESPACES.indd

Dernière conférence dans le cadre du centenaire de la Grande guerre le 10 décembre 2014

La dernière conférence dans le cadre des manifestations du centenaire de la Grande guerre a eu lieu lieu le mercredi 10 décembre de 16h00 à 18h00, amphithéâtre de la présidence: « Génération Grande Guerre ? Expériences enfantines de la Première Guerre mondiale« , par Manon Pignot, maître de conférence à l’Université de Picardie.

noname
 

Manon Pignot, et al. La Guerre des Crayons: Quand les Petits Parisiens Dessinaient la Grande Guerre. Paris : Editions Parigramme, 2004

Couverture: Manon Pignot, et al. Paris dans la grande Guerre. Paris : Editions Parigramme, 2014,