Archives par mot-clé : guerre

“Identités et discours : vivre et penser les situations extrêmes »

Les 16, 23 et 30 novembre 2016 dans l’amphithéâtre de la présidence, le laboratoire Les Afriques dans le monde (LAM), le laboratoire Identités, territoires, expressions, mobilités (ITEM) et le master « Histoire, civilisations, patrimoines » (HCP) de l’UFR LLSHS, proposent trois séminaires sur le thème Identités et discours : vivre et penser les situations extrêmes (Afrique centrale, Afrique des Grands lacs et Pays du Maghreb).

L’état de guerre dans les sociétés africaines conduit à penser sous un angle nouveau les situations extrêmes dans lesquelles la fragmentation des territoires et la désaffection du lien social affectent les acteurs politiques et la société civile. Quels sont les discours, les nouveaux dispositifs sociaux qui modèlent les identités multiples d’acteurs ? Il s’agit pour les intervenants, à partir des études de cas et des approches interdisciplinaires de voir, de quelle manière, les sciences sociales et humaines sont-elles aptes à appréhender « les situations extrêmes », cet objet inédit.

Les séminaires :

  • Mercredi 16 novembre 2016, Afrique centrale :
    • Abel Kouvouama, ITEM-EFM/UPPA, Ce que vivre et penser les situations extrêmes veut dire : esquisses d’analyse anthropologique et philosophique,
    • Patrice Yengo, IMAF-EHESS/ RIAM-FMSH (Paris), Anthropologie de la violence politique et guerrière au Congo-Brazzaville.

Programme – séminaire du 16 novembre 2016

  • Mercredi 23 novembre 2016, La région des grands lacs africains Burundi et République démocratique du Congo les kivu :
    • Christian Thibon, LAM, Pesanteurs structurelles, cycliques et nouvelle donne dans la Région des Grands lacs,
    • D. Banshimiyubusa,  LAM, Le Kivu, la crise burundaise et les crispations identitaires dans la crise actuelle 2015-16,
    • Libère TUMBA, LAM, Le Kivu, étude comparée des territoires Uvira Masisi Rushuru,
    • Thibault  Morelle, LAM, Le Kivu une région martyr, un état des conflits,
    • Matthieu Boloquy,  Impunity Watch, Crises, opinions publiques et perceptions des conflits dans la Région des Grands Lacs,
    • G. Gerold et M. Merino , FRS, Les échéances politiques en république démocratique du Congo,
    • Christian Thibon, LAM, Burundi une crise sans sortie ?,
    • Hervé Maupeu LAM, Retour sur déligitimation et radicalisation.

Programme-seminaire-du-23-novembre-2016

  • Mercredi 30 novembre 2016, Pays du Maghreb :
    • Abel Kouvouama ITEM-EFM/UPPA, Politique, religions et violences armées : crise  du lien social ?,
    • Abderhamanne Moussaoui, Université Lyon2, Violence meurtrière dans l’Algérie des années 1990 : enjeux, angoisses et motivations du chercheur.

Programme-seminaire-du-30-novembre-2016

Ce projet rentre dans le cadre de la fédération de recherche Espaces, frontières, métissages (FR 4153) (axe : Espaces et identités), du master « Histoire, civilisations, patrimoines » (séminaire Identités et discours) ; il est soutenu par Les Afriques dans le monde (LAM) et par l’école doctorale Sciences sociales et humanités (ED 481) de l’UPPA.

 


Appel à communication: Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre 1914-1920

Colloque international:  « Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre 1914-1920 »

Université de Pau et des Pays de l’Adour

19-20 novembre 2015

On les aura !
« On les aura ! », carte postale pour le deuxième emprunt de la défense nationale en 1916 (affiche originelle d’Abel Faivre)

À quelques exceptions près, la question de l’arrière a été relativement peu mobilisée par une historiographie de la Grande Guerre longtemps assez indifférente à cet « autre front » en dépit de quelques études fondatrices. Pour la France où se concentrent la majorité des combats sur le front occidental, l’arrière correspond à la « zone de l’Intérieur » : un espace hors de la « zone des Armées », dans lequel il n’y a pas d’opérations militaires contre l’ennemi mais toutefois pris dans la logique totalisatrice de la guerre. L’arrière est donc un vaste espace relié symboliquement, politiquement, affectivement ou économiquement aux territoires, parfois occupés par l’ennemi, où se déroulent les combats. Lieu de refuge et de réparation, de deuil et de ressourcement, l’arrière participe ainsi pleinement à la guerre mais sous des modalités et des temporalités spécifiques. De fait, si la période du conflit focalise l’essentiel des interrogations selon des évolutions propres aux différents belligérants, celle de l’immédiat après-guerre est elle aussi incluse en ce qu’elle bouleverse à nouveau l’arrière par le retour des combattants, des prisonniers ou encore les nécessaires et multiples formes de reconversion à la paix.
À cet égard, si les mobilisations militaires ont été largement étudiées, les mobilisations propres aux sociétés civiles européennes traversées par la guerre constituent en revanche encore un champ à la fois très vaste et partiellement défriché. Plusieurs questionnements peuvent être envisagés, et d’abord sur la notion même « d’arrière ». Quels sont les points communs en effet entre le « front intérieur » – terme qui aurait en France progressivement remplacé celui d’arrière – le home front britannique, le fronte interno italien, voire le Heimatfront allemand ? Dans le cadre des États-empires coloniaux belligérants, comment s’articulaient l’arrière métropolitain et l’arrière colonial ? Par ailleurs, quels furent, sur ces fronts intérieurs, les formes et les espaces de mobilisations ? Dans quelle mesure le conflit redéfinit-il, par exemple, la dialectique entre identités locales et identités nationales ? Si l’arrière fait corps avec le front et se mobilise pour participer à la guerre (on a pu ainsi parler d’un « investissement martial » des sociétés civiles en guerre), n’est-il pas aussi le refuge des « embusqués » ? N’est-il pour autant touché par des formes de résistance voire d’opposition à cette guerre ? Enfin, les échanges entre avant et arrière participent-ils à la construction de cultures de guerre partagées par le plus grand nombre ?
Au-delà des représentations, il s’agira plus globalement d’analyser les pratiques et les transformations sociales ainsi que la place et le rôle de l’arrière pendant le conflit mais aussi au cours des mois suivants (démobilisations, reconstruction, etc.). Les questionnements suscités pourront dès lors s’articuler autour des trois axes suivants (qui ne sont pas exclusifs les uns des autres ni exhaustifs) :
• Circulations entre le front et l’arrière et à l’intérieur même de l’arrière (innovations, approvisionnement, capitaux, lettres, migrations de travail, place des réfugiés, etc.) ;
• Mobilisations des populations, des esprits, des économies, des territoires lointains ; « non-mobilisation »/résistance/refus de la mobilisation également. Les communications sur l’administration du quotidien de la guerre seront privilégiées : réquisitions, restrictions et pénuries, organisation du ravitaillement, marché noir, rôle des administrations locales (par ex. les maires en France), sociétés philanthropiques, etc. ;
• Transformations des paysages, des sociétés, des relations sociales (entre populations locales et allogènes, entre patrons et ouvriers, entre générations, etc.), des identités (locales, régionales, nationales voire impériales), des pratiques culturelles et religieuses, de l’intime, des relations centres/périphéries, etc. Seront plus particulièrement bienvenues les propositions sur les expériences rurales de la guerre

Modalités de soumission
Ce colloque, qui donnera lieu à une publication, se veut résolument interdisciplinaire, comparatif et ouvert sur l’espace européen. L’appel à communication s’adresse aux chercheurs confirmés comme aux doctorants et les langues de travail seront le français et l’anglais. Les propositions de communication (2500 signes max., accompagnées d’un bref CV incluant une sélection des publications) seront à envoyer jusqu’au 4 mai 2015 à l’adresse suivante : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr
Le Comité scientifique rendra son avis début juillet 2015.

plus d’informations:

http://calenda.org/317920

http://1418.hypotheses.org

Dernière conférence dans le cadre du centenaire de la Grande guerre le 10 décembre 2014

La dernière conférence dans le cadre des manifestations du centenaire de la Grande guerre a eu lieu lieu le mercredi 10 décembre de 16h00 à 18h00, amphithéâtre de la présidence: « Génération Grande Guerre ? Expériences enfantines de la Première Guerre mondiale« , par Manon Pignot, maître de conférence à l’Université de Picardie.

noname
 

Manon Pignot, et al. La Guerre des Crayons: Quand les Petits Parisiens Dessinaient la Grande Guerre. Paris : Editions Parigramme, 2004

Couverture: Manon Pignot, et al. Paris dans la grande Guerre. Paris : Editions Parigramme, 2014,

Deux parutions de Laurent Dornel

Étrangers dans la Grande Guerre, La Documentation française – Musée de l’Histoire de l’Immigration, 2014.
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/catalogue/9782110098320/index.shtml
Quand la  Etrangers dans la GuerrePremière Guerre mondiale éclate, la France est déjà un pays d’immigration. Les étrangers, dont les situations sont très contrastées, sont immédiatement et durablement affectés. Mais la guerre provoque aussi l’arrivée de centaines de milliers de soldats et de travailleurs, recrutés dans les pays limitrophes ou dans
les colonies pour combler les besoins humains devenus considérables. Cet ouvrage analyse l’histoire peu connue de ces étrangers aux statuts et aux origines très divers, mais aussi leurs relations avec les armées et la société française. L’après-guerre hérite de la mise en place d’une politique racialiste qui se déploie notamment dans le monde du travail.

« Xénophobie et “blanchité” en France dans les années 1880-1910», en intégralité dans la revue en ligne Contretemps : http://www.contretemps.eu/lectures/à-lire-extrait-quelle-couleur-sont-blancs

Café SHS avec Laurent Dornel « La vie quotidienne des travailleurs chinois en France pendant la Grande Guerre »

Flyer café SHS-Laurent DORNEL-2

Le service de coopération universitaire du Consulat général de France à Shanghai organise un café SHS (sciences humaines et sociales) le jeudi 13 novembre 2014 au Café WUJIE à 18h30.

Laurent Dornel, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Pau, interviendra sur le thème suivant : « La vie quotidienne des travailleurs chinois en France pendant la Grande Guerre : quelques aspects ».

Pendant la Première Guerre mondiale, environ 140 000 Chinois partirent travailler en France, au service de la France (40 000) et de l’armée britannique. Cette histoire fut longtemps méconnue en France comme en Chine et on se propose d’en aborder quelques points. Comment ces travailleurs furent-ils accueillis et administrés ? Dans quels secteurs et lieux furent-ils employés ? Quelles furent leurs relations avec les travailleurs français et coloniaux ainsi qu’avec les populations civiles ? Que devinrent-ils à la fin du conflit ?

plus d’informations: http://www.ambafrance-cn.org/Cafe-SHS-avec-Laurent-Dornel-La-vie-quotidienne-des

Centenaire 14-18 : mise en ligne de la conférence de Dominique Dussol « Arts en guerre »

Le 15 octobre dernier, Dominique Dussol, Professeur d’Histoire de l’art contemporain à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, a donné une conférence dans le cadre des manifestations du Centenaire de la Première Guerre Mondiale. Cette conférence intitulée « Arts en Guerre » est à présent mise en ligne et disponible sur Médiakiosque via ce lien.

Logo du centenaire 1914-1918

DDussol

Centenaire 14-18 : mise en ligne de la conférence de Laurent Dornel

Laurent Dornel, Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, a présenté le 07 mai dernier une conférence intitulée « Guerre et migrations » dans le cadre du Centenaire de la Première Guerre Mondiale.

Cette conférence est enfin en ligne sur Campus TV à cette adresse.

A voir et à revoir!

Centenaire 14-18: conférence en direct de Rémy Cazals

logo_campus_TV_350pxretransmet en intégralité et en direct, la conférence de Rémy Cazals (Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université Toulouse le Mirail) intitulée « La guerre décrite par les soldats ». Rendez-vous à 16h sur CampusTV.

La conférence est désormais accessible à cette adresse.

Centenaire 14-18 : Conférence du 09 avril 2014 par Rémy Cazals

La conférence du 9 avril 2014, présentée par Rémy Cazals,

« La Guerre décrite par les soldats »

R

 aura lieu à l’Amphithéâtre de la Présidence de 16h00-18h00 à Université de Pau et des Pays de L’Adour.

Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Toulouse II Le Mirail, Rémy Cazals est un des principaux spécialistes de la Grand guerre.

Centenaire 14-18 : la conférence de M. Gerd Krumeich est en ligne !

Le 12 mars dernier, M. Gerd Krumeich, Professeur émérite de l’Université de Düsseldorf et spécialiste de la Première Guerre Mondiale, est intervenu à l’UPPA dans le cadre du Centenaire 14-18.

La conférence intitulée « L’opinion allemande face à la Grande guerre » est accessible en ligne sur MédiaKiosque à cette adresse.

Krumeich_01