Archives par mot-clé : formation doctorale

Séminaire de formation avancée CPIM

Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb (VIIIe-XVe siècle)

Session 2017 : Le recours aux armes

 

 Coordinateurs :

Daniel BALOUP (Université Toulouse – Jean Jaurès)

Yann DEJUGNAT (Université Bordeaux Montaigne)

Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Présentation

Ce séminaire est organisé par l’université Toulouse – Jean Jaurès, l’université Bordeaux Montaigne, l’université de Pau et des pays de l’Adour, et l’École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid).

Il vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb au Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.

À l’encontre des approches essentialistes et différentialistes, fondées sur le mythe de l’existence de deux blocs homogènes et affrontés, il s’agira de mettre en regard différentes expériences politiques, de part et d’autre de la frontière islamo-chrétienne, afin de susciter des rapprochements, de relever des écarts, voire de révéler des situations d’interaction ou d’interdépendance, en matière de fonctionnement étatique et de culture politique, par-delà les antagonismes religieux. Certes la référence religieuse a valeur fondatrice et imprègne institutions et idéologies de combat (jihad, Reconquista, croisade), mais les acteurs de cette histoire, au travers de leurs pratiques de gouvernement et de leurs imaginaires politiques, mobilisent des répertoires bien plus vastes et plus divers qu’il s’agira d’identifier et de mieux appréhender.

C’est à l’exploration de ces cultures politiques, associant à la fois registres textuels et manifestations matérielles du pouvoir, que sont invités les jeunes chercheurs qui participeront au séminaire.

Comité d’organisation : Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès), Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent Callegarin (Casa de Velázquez), Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des pays de l’Adour), Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne), Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne), Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne), Fabienne Guillén (Université de Pau et des pays de l’Adour), Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des pays de l’Adour).

Renseignements pratiques sur la session 2017

La première session du séminaire se tiendra à Bielle (Pyrénées-Atlantiques), du 2 au 5 octobre 2017. Elle réunira six formateurs, douze doctorants ou jeunes docteurs, et des étudiants de Master issus des universités organisatrices.

Le séminaire est gratuit. Les institutions organisatrices assument les frais d’hébergement des participants, à Bielle. Pour les doctorants et les jeunes docteurs dont la candidature aura été retenue, le voyage jusqu’au point de regroupement de Pau reste à leur charge.

Chaque journée de travail sera partagée entre la présentation de leurs travaux par quatre doctorants ou jeunes docteurs, et les interventions de deux formateurs qui prononceront une conférence et animeront un atelier pratique (sur les sources, la bibliographie, les notions, etc.).

Les langues de travail seront le français, l’espagnol, le portugais et l’anglais.

Dans l’année suivant le séminaire, un ouvrage regroupant les contributions des formateurs, des doctorants et des jeunes docteurs sera publié.

12 places sont disponibles. Les candidats proposeront leur candidature grâce au formulaire électronique en ligne, sur la page Web de la Casa de Velázquez, avant le 7 juillet (minuit, heure de Madrid). Ils seront informés par courrier électronique du résultat de la sélection à partir du 17 juillet 2017.

Projet scientifique 2017 : Le recours aux armes

Formateurs : Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès, coordinateur), Yassir Benhima (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Arsenio Dacosta (Universidad de Salamanca), Sophie Gilotte (UMR 5648 CIHAM, Lyon), Fabienne Guillén (Université de Pau et des pays de l’Adour), Juan José Larrea (Universidad del País Vasco / Euskal Herriko Unibertsitatea).

Cette première édition de l’atelier portera sur la place occupée par le recours aux armes dans les cultures politiques en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle. Le choix du terrain exclut la prise en compte des violences crapuleuses (banditisme, agressions, rixes, etc.), même si la distinction n’est pas toujours facile à établir avec certaines situations qui seront étudiées. Par ailleurs, conformément à l’orientation générale de l’atelier, l’étude des pratiques et de l’imaginaire politiques sera privilégiée sur celle, plus habituelle s’agissant de ces questions, des discours et des représentations.

La réflexion s’articulera autour de trois grands types d’événements :

–         La contestation violente de l’autorité. Il s’agira d’étudier les cas où les détenteurs du pouvoir et leurs représentants sont confrontés à une violence armée dont l’origine se situe au sein même de la société sur laquelle s’exerce leur autorité. Cette définition englobe les émeutes, naturellement, mais elle s’étend aussi à des formes de violence que nos disciplines ont encore un peu de mal à saisir, comme l’attentat ou l’assassinat politique.

–         Les affrontements armés dans le champ politique. Cette deuxième catégorie se distingue de la première en cela que les groupes en conflit (ou ceux qui les dirigent) partagent une position sociale comparable et dominante, et qu’ils participent à ce titre d’une culture guerrière qui, pour les époques qui nous intéressent, caractérise avant tout les oligarchies. On pense naturellement aux luttes de partis et de factions, parfois envisagées dans l’historiographie sous un intitulé qu’il conviendra d’interroger : celui de « guerre civile ».

–         La guerre. Les guerres que l’on ne peut qualifier de « civiles » parce qu’elles opposent des puissances souveraines entrent aussi dans notre périmètre, mais l’étude restera centrée sur leur dimension politique. En d’autres termes, la guerre sera envisagée comme une composante d’un dispositif complexe de relations « interétatiques » qui inclut aussi les rapports diplomatiques, culturels et économiques. Sans négliger le phénomène en lui-même dans ce qu’il révèle des pratiques de pouvoir, c’est son articulation aux autres éléments mentionnés qui sera prioritairement examinée.

L’objectif de l’atelier sera non seulement d’approfondir ces thèmes et d’aborder des études de cas, mais aussi, sur un plan plus méthodologique, de favoriser les comparaisons et la mise en évidence d’interactions dans une recherche constante de dialogue entre les différentes disciplines qui seront représentées (histoire, études littéraires, archéologie, histoire de l’art).

Partenaires :

Université Bordeaux Montaigne (coord. Yann Dejugnat) : École doctorale Montaigne Humanités (Université Bordeaux Montaigne), LABEX Lascarbx, UMR 5607-AUSONIUS

Université Toulouse-Jean Jaurès (coord. Daniel Baloup) : École doctorale (Université Toulouse-Jean Jaurès), Labex SMS (Structuration des Mondes Sociaux, Toulouse), FRAMESPA (UMR 5136 CNRS, Toulouse)

Université de Pau et Pays de l’Adour (coord. Véronique Lamazou-Duplan) : ITEM (EA 3002, Pau), École doctorale 481 SSH (Université de Pau et Pays de l’Adour), avec le soutien de la Fédération de recherche Espace Frontière Métissage, du laboratoire Langues Littératures Civilisations de l’Arc Atlantique, du Conseil de la Recherche LLSHS.

EHEHI (Casa de Velázquez, Madrid)

 

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 7 juillet 2017.

Pour plus d’informations :

http://ausonius.u-bordeaux3.fr/cpim

Pour candidater :

https://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/formulaires/epoques-ancienne-et-medievale/formulaire-dinscription-les-cultures-politiques-dans-la-peninsule-iberique-et-au-maghreb-viiie-xve-siecle/

Université d’été du RéDoc, 21-25 mars 2016

La sociologie au défi des transformations du lien social : questions de méthode

Appel et dépôt des candidatures : 14 septembre au 2 novembre 2015

Pour s’inscrire

Le RéDoc tiendra du 21 au 25 mars 2016 à Marrakech sa septième séance de formation doctorale internationale, organisée par la Faculté de Gouvernance, des Sciences économiques et Sociales de l’Université Mohamed VI Polytechnique.

Texte d’orientation

La sociologie se définit en tant que science dont l’objet d’étude est les phénomènes sociaux, elle s’intéresse aux comportements des individus en tant que membres d’un corps social (famille, Etat, tribus, …) et tente d’en expliquer les fondements. Cette définition générale ne permet plus de décrire l’activité sociologique dans sa diversité.  La discipline bien installée dans le champ scientifique depuis le 19ème siècle, partage ses questions, ses objets et une partie de ses réponses avec d’autres disciplines : l’anthropologie, l’histoire, l’économie, la psychologie, la science politique… Aujourd’hui, les sociologues se trouvent à interroger leurs méthodes et leurs approches d’investigation compte tenu des transformations du lien social.

Par ailleurs, la sociologie est confrontée aux changements qui concernent les nouvelles formes d’organisations sociales, les nouveaux rapports sociaux, suscités par l’avènement du virtuel et du numérique, et les méthodes de collectes et d’analyse qui en dépendent. Il est par conséquent salutaire dans cette période de mutations rapides et intenses, d’interroger les anciennes méthodes et ces nouveaux objets et de renouveler les modes de questionnement par-delà les partis pris holistes ou individualistes, quantitativistes ou qualitatifs.

La distance qui sépare Durkheim de Thomas et Znaniecki est la même qui nous sépare aujourd’hui des premiers travaux de Bourdieu sur la division du travail en Kabylie. Durkheim insistait notamment sur le fait que les phénomènes d’anomie sont surtout caractéristiques des périodes de développement économique intense, de crise politique ou de crise économique et il pointait les mécanismes générateurs de désorganisation et de démoralisation en période de changement social à partir d’un point de vue normatif. Alors que les travaux de Thomas et Znaniecki introduisent la subjectivité et l’interaction, ils analysent les mécanismes générateurs de l’anomie et les situations créées par ces mutations tant au point de vue de l’individu que de la société. La même observation peut être faite à propos du paradigme de la sociologie de l’action ou du pouvoir quand Bourdieu privilégie la concurrence et le conflit, tandis que d’autres sociologues insistent sur la coproduction, la coalition.

Si des débats autour de la stratification, l’intégration et l’anomie ont toujours intéressé les sociologues, il n’en demeure pas moins que les analyses autour du lien social constituent l’épine dorsale de la discipline. Or, cet objet privilégié est, de loin, le plus perturbé par les mutations en cours. La diversification des liens constitutifs des sociabilités qui se trouvent au fondement du « corps social » ne peut plus s’appréhender uniquement à travers des indicateurs morphologiques tels que l’habitat, la famille, etc. Des mutations profondes aussi bien technologiques, médicales que philosophiques ont boulversé les unités primaires telles que la famille, le lignage, la tribu, construites autour de principes biologiques, ethniques voire spatiaux.

Les débats actuels autour de réseaux sociaux et du réseau virtuel laissent entrevoir toute la complexité du problème de la nature du lien, ses manifestations empiriques, sa temporalité et son rapport à l’action, la mobilisation ou la production de l’identité. Ils nous interpellent au fur et à mesure que ces réseaux se développent à une vitesse extraordinaire. Dans quelle mesure ces réseaux créent-ils véritablement du lien social ? Les constats actuels autour de la relation entre les mouvements de revendication et de contestation et le développement des réseaux sociaux posent également la question du passage du « virtuel » au « réel » et de la nature du lien qui en découle.

Ces objets nouveaux -structurés autour de liens éphémères- ne peuvent pas être appréhendés uniquement par une réinvention de la tradition en imaginant le tribalisme là où il ne peut exister, en transférant sans crainte l’anachronisme et en forçant l’analogie entre des formes de ritualisation et de sociabilité actuelle avec celles du passé.

L’enjeu est épistémologique, il concerne les questions possibles à un moment donné de l’histoire mais il est aussi méthodologique dans la mesure où nos boites à outils peuvent s’avérer caduques. Notre installation dans le confort d’une discipline institutionnalisée aux méthodes canonisées nous prive de « l’imagination sociologique » (C.W Mills) et annihile nos capacités d’innovation. On peut multiplier les exemples qui illustrent l’importance des réseaux sociaux pour décrire et expliquer les nouveaux objets sociologiques. Si on prend l’exemple du rapport entre lien virtuel/réel et notre approche de ses formes de sociabilité, on ne peut pas ignorer les enjeux de méthodes que le phénomène pose. Certes, quelques modèles existent et ont été mobilisés bien avant la nouvelle vague des réseaux sociaux et des sources d’information sur internet. Le modèle d’Herbert Simon (1954) a été popularisé sur l’influence de la publication des résultats de sondage sur le vote final mais surtout par Schelling (1972) dans ses différentes simulations de la ségrégation spatiale et ses conséquences inattendues et non voulues ainsi que sur de nombreux comportements collectifs. Ce modèle s’applique aussi bien à la diffusion de l’innovation, des rumeurs, des maladies que des grèves, des émeutes, des migrations, du vote. Ou encore la théorie de l’importance des liens faibles développée par Granovetter (1982), pour qui, paradoxalement. un individu profiterait plus, des liens faibles (réseau secondaire des connaissances) que des liens forts (réseau primaire de la famille et des amis proches), pour la circulation de l’information.

Les nouveaux objets posent un autre problème lié à la nature des ressources documentaires utilisées, dont principalement l’internet mais aussi les nouveaux usages qui affectent d’autres sources d’information classiques telles que les enquêtes d’opinions et les sondages.

Afin de réfléchir à cette vaste question des « changements de paradigme et des objets sociologiques » nous suggérons à titre indicatif, d’aborder ce thème par l’intermédiaire d’axes qui constituent des portes d’entrée vers des thématiques spécifiques :

Quels  nouveaux objets sociologiques ?

  • Les nouveaux liens sociaux ;
  • La socialisation aujourd’hui ;
  • Les réseaux sociaux et processus de réseautage
  • La dynamique de la société virtuelle ;
  • La dynamique de groupes ;
  • Le passage du virtuel au réel et la nature du lien ;
  • Le transnationalisme

Quelles nouvelles méthodes ?

  • La nature des ressources documentaires ;
  • Les sources d’informations ;
  • Les indicateurs du lien social ;
  • L’enquête dans le monde virtuel ou l’ethnographie digitale ;
  • L’enquête sociologique des réseaux ;
  • L’enquête auprès des réseaux transnationaux.

Références
Granovetter, M. (1982) « The Strength of Weak Ties: A Network Theroy Revisited », dans P.V. Marsden et N.Lin (dir.), Social Structure and Network Analysis, London, Sage.
Mills, (2006), L’imagination sociologique, [traduction de Pierre Clinquart], Paris, La Découverte.
Bourdieu, et A. Sayad (1964), Le déracinement, la crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Éditions de Minuit.
Lévi-Strauss, C. (1983), Le regard éloigné, Paris, Plon.
Schelling, T. C. (1971), «Dynamic Models of Segregation», Journal of Mathematical Sociology, 1: 143-186.
Simon, H. (1954) «Bandwagon and Underdog Effects of Election Predictions», Public Opinion Quarterly, 18 (3), p. 245-253

Kouvouama Abel, membre du Laboratoire ITEM, Coordonnateur du CR 37 « Afrique en mutation » de l’AISLF