Archives par mot-clé : esthétique

142e congrès national du CTHS

Le Comité des Travaux Historiques et Scientifiques se réunit chaque année dans une ville universitaire francophone. Interdisciplinaire, il a pour mission de favoriser les échanges entre la recherche associative, les études doctorales et la recherche universitaire.
Il rassemble plus de 700 participants et entend chaque année plus de 400 communications.

Cette année, le 142e Congrès du CTHS aura lieu à l’université de Pau du 24 au 29 avril sur le thème « Circulations montagnardes, circulations européennes ».

Les montagnes sont des obstacles majeurs, hostiles et austères et pourtant elles ont été habitées, parcourues, représentées et cartographiées en permanence. Elles ont toujours laissé passer les migrants. Pourquoi cette attirance vers l’autre versant, celui qu’on ne voit pas mais qui est imaginé comme un ailleurs plus favorable ?

Par leur hostilité même, les montagnes poussent à  des adaptations communautaires et économiques spécifiques, variées et complémentaires, depuis d’étranges coutumes d’éleveurs, -aux yeux de ceux de la plaine et des touristes du moins-, jusqu’aux industries dynamiques et flexibles de l’agroalimentaire aujourd’hui « naturel » à l’hydraulique et à l’informatique.

Tant qu’ils stimulent les échanges avec les villes des piémonts et résistent aux sirènes de l’émigration, ces milieux génèrent des entités politiques qui peuvent jouer le rôle de gardiens des cols et des frontières, dans des modalités diverses qui les autorisent ou non à la construction d’un Etat et les prédisposent ou non à l’accueil des refuges en tout genre, y compris religieux.

Lieux de franchissement et de passage ; il ne faut pas s’étonner d’observer des vallées, des chemins et des routes structurés par des forteresses, parcourus de douaniers et de contrebandiers…

La montagne reste un objet d’étude et de représentations ; elle véhicule le long de ses routes, hommes, bêtes de somme et marchandises matérielles et immatérielles. Des styles, des modèles artistiques, architecturaux, des livres, des idées religieuses transitent malgré les censures et les dangers. Des littératures chantent le décor, les voyages et le dépassement de soi en cheminant dans ces lieux tour à tour effrayants ou purs. Bien avant de devenir le terrain de jeu de l’Europe avec un tourisme avide de sensations, les montagnes sont répulsives puis héroïques et parfois attractives selon les écritures multiples sur les lieux de ceux qui les arpentent.

Le congrès conjuguera ses analyses érudites et discussions communes en quatre thèmes généraux, multidisciplinaires et aux périodisations larges, deux ateliers et un colloque sur les monastères de montagnes qui correspond plus particulièrement à la mise au net de recherches en cours depuis quelques années.

Retrouvez le programme complet sur : http://cths.fr/

Inscription obligatoire : http://cths.fr/co/details.php?sc=in

Parution d’ouvrage : Viollet-le-Duc

Viollet-le-Duc

Villégiature et architecture domestique

A l’occasion des célébrations du bicentenaire de Viollet-le-Duc dans le cadre des Commémorations nationales de 2014, ce volume rassemble les actes du colloque international organisé par l’EA 3002 ITEM (Université de Pau et des Pays de l’Adour) à Hendaye les 9 et 10 octobre 2014.

actes-vld-couv
Viollet le Duc. Villégiature et architecture domestique. Presses Universitaires du Septentrion, 2016.

L’activité d’architecte-bâtisseur contemporain de Viollet-le-Duc est souvent occultée par son action de restaurateur du patrimoine médiéval. Les chantiers, les projets et les écrits à ce sujet sont pourtant prolifiques, ce qui justifie pleinement une réflexion renouvelée sur ses travaux.

De ses chantiers à ses projets avortés, de ses théories à la transmission de ses enseignements en la matière, cet ouvrage présente l’apport de Viollet-le-Duc à l’architecture domestique, à l’habitation de son temps, par le biais de treize contributions inédites abordant un aspect souvent oublié de son œuvre. Enrichissant la connaissance de l’architecture civile du XIXe siècle, cette réflexion dépasse les problématiques esthétiques pour faire valoir son esprit réformateur et témoigne définitivement, et contrairement à ce que ses restaurations diocésaines laissent présager, de ses préoccupations modernes et de son ancrage dans la société contemporaine.

Viviane Delpech est docteur en histoire de l’art, spécialiste de l’architecture et des arts décoratifs du XIXe siècle. Elle enseigne à l’Université de Pau et s’intéresse entre autres à l’architecture privée, aux villégiatures et à « l’école » viollet-le-ducienne.

Collection Architecture et urbanisme
234 pages – octobre 2016
ISBN-10 2757413902
ISBN-13 978-2-7574-1390-6

Antiquipop, Lyon, mai 2016

Colloque

« Antiquipop : la référence à l’Antiquité dans la culture populaire contemporaine »

Grand amphithéâtre de l’Université Lyon 2

Antiquipop

 

Tiphaine-Annabelle Besnard, doctorante au laboratoire ITEM, présentera le jeudi 26 mai 2016 une communication intitulée:

« l’Empire des citations : vers un art contemporain néo-néo-classique ? »

 

Résumé de son intervention:
« Certes, l’idée du retour à l’Antique, est, en un sens, omniprésente dans l’histoire de l’art occidentale au point qu’elle peut sembler en rythmer les principaux temps forts – pensons aux moments Raphaël, Poussin, David, Ingres, voire le retour à l’ordre des années 1920. Les modalités du retour à l’Antique dans l’histoire de l’art ont donc certes été amplement étudiées, mais ce n’est pas le cas pour la période contemporaine, voire très contemporaine (à partir des années 1980).

Comment doit-on envisager la survivance de la référence gréco-latine ? S’agit-il de pastiche, de détournement ? In fine, le questionnement sur le lien entre art contemporain et Antiquité mène à la réflexion suivante : peut-on définitivement caractériser l’histoire de l’art occidentale comme un éternel retour à l’Antiquité classique ?

Les approches théoriques de l’art et l’esthétique seront mises à profit afin d’embrasser un sujet qui touche à la fois à l’histoire sociale de l’art, à l’histoire du goût mais aussi à l’histoire de l’histoire de l’art à travers une réflexion sur les modes d’écriture de l’histoire de l’art. Ainsi, nous serons amenés à évoquer une « post-modernité » où la rupture avec l’utilisation de l’antique comme référence vivifiante est certaine. Effectivement, à de rares exceptions près, les artistes ne cherchent pas à imiter les Anciens. Aussi, nous envisagerons deux notions clés que sont la « basse » et la « haute culture » : la première, à l’origine d’une Antiquité transposée et pastichée, la deuxième, à l’origine d’un art antiquisant intellectuel.

Les exemples d’œuvres seront choisis judicieusement, issus de ma base de données. Pour ne citer qu’eux, je pense aux artistes Eleanor Antin, Pierre & Gilles ou bien encore Meekyoung Shin. Ce projet de communication s’inscrit effectivement pleinement dans la thèse de doctorat que je mène depuis octobre 2014 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (L’éternel retour à l’Antique : survivances grecque et romaine dans l’art contemporain à partir des années 1980, sous la direction de Madame Sabine Forero Mendoza, Professeure d’Esthétique et d’Histoire de l’art contemporain). »

Plus de renseignements : http://antiquipop.sciencesconf.org/resource/page/id/5

Journée d’étude « Femmes artistes : les formes de l’engagement »

Dans le cadre de la Fédération Espaces-Frontières-Métissages, les laboratoires de recherche ITEM (EA 3002) et LLC-Arc Atlantique (EA 1925) organisent, en collaboration avec l’École d’Art des Pyrénées Pau-Tarbes, la journée d’étude « Femmes artistes : les formes de l’engagement ».Aline RibierePremière d’un cycle de trois journées, cette manifestation prend place dans le projet « Autonomie/Hétéronomie des créations littéraires et artistiques » de la Fédération EFM. Elle réunira des critiques d’art, des artistes et des enseignants-chercheurs en histoire de l’art, et sera l’occasion d’évaluer les résonances actuelles des réalisations pionnières des années 60 et 70 et, tout à la fois, de s’interroger sur les formes actuelles de l’engagement artistique des femmes.

Les interdits et tabous socio-culturels et artistiques jadis dénoncés sont-ils dépassés ? Alors que la scène artistique prend désormais les dimensions de la planète, au travers de quels choix, plastiques et esthétiques, les artistes femmes élaborent-elles des formes de résistance et confèrent-elles à l’art la fonction critique de « changer le spectateur en acteur conscient de la transformation du monde » (J. Rancière, Malaise dans l’esthétique, 2004, p. 65) ? Le propos voudrait éviter une double réduction interprétative, féministe, d’une part, essentialiste de l’autre.

« Femmes artistes : les formes de l’engagement » : jeudi 4 février 2016, Université de Pau et des Pays de l’Adour, amphithéâtre de la Présidence, de 9 h à 17 h. Entrée libre.

Le programme de la journée d’étude peut être consulté sur le site de la Fédération EFM, ainsi que le détail du projet « Autonomie/Hétéronomie des créations littéraires et artistiques ».

Auteurs : FORERO MENDOZA Sabine – PEYRAGA Pascale
Légende de la photo : Aline Ribière, photographie de Karl Harancot.

Parution de l’ouvrage « Partages d’espaces. Regards croisés sur l’Art et la Géopolitique », PUPPA.

L’ouvrage « Partages d’espaces. Regards croisés sur l’Art et la Géopolitique » sous la direction d’Evelyne Toussaint (Aix Marseille Université) et Michael Parsons (UPPA – Fédération de recherche « Espaces, Frontières, Métissages ») vient de paraître aux Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Partages d’espaces

Faut-il, aujourd’hui, faire encore « l’éloge des frontières » ? La mondialisation actuelle relève-t-elle, comme l’espérait Edward Said, d’un « globalisme salutaire que l’on trouve, par exemple, dans les mouvements pour l’environnement, la coopération scientifique, le souci universel des droits de l’homme, des concepts de pensée globale qui font prévaloir la communauté et le partage sur une domination de race, de sexe et de classe », ou bien est-elle le symptôme d’une idéologie annonciatrice de tous les replis identitaires narcissiques et meurtriers ? Le partage d’espaces physiques et virtuels est-il la voie de l’émancipation ou, au contraire, la marque de l’assujettissement à un « Empire » totalisant, annonciateur d’un illettrisme généralisé cyniquement orchestré par des réseaux de communication inféodés aux cotations boursières ?
Que font les artistes de ces questions portant sur l’actualité de notre monde ? Quelles sont les théorisations élaborées en histoire de l’art, en philosophie, en histoire, en littérature et en esthétique au sujet de ces mutations géopolitiques, de leurs fondements et des productions artistiques qui s’y rapportent ?

http://www.presses-univ-pau.fr/cart/Details/131/4/sciences-humaines/partages-drsquoespaces.html