Archives par mot-clé : environnement

Fouilles archéologiques – site de Broue, Charente-Maritime

Le site de Broue (Commune de Saint-Sornin, Charente-Maritime) sera en fouille du 3 au 22 juillet 2017.

Dirigées par E.  Normand (SRA nouvelle Aquitaine) et A. Champagne (UPPA/ITEM), les fouilles du promontoire de Broue s’insèrent dans le PCR intitulé « les marais charentais au Moyen-Age et à l’époque moderne : peuplement, environnement, économie ».

Depuis 2011, il associe des archéologues, historiens, géographes et environnementalistes venant d’horizons institutionnels divers. La pluridisciplinarité est au cœur du projet. Tous partagent en point commun le territoire du marais charentais entre les estuaires de la Seudre et de la Charente.

Les thèmes de recherche se structurent autour de trois axes : « peuplement et territoires », « marais salants et économie d’un territoire » et « modes de vie et sociétés littorales ». Il s’appuie sur un web SIG qui a fait l’objet d’une refonte totale cette année.

L’axe 1 concerne principalement l’exploration archéologique de la presqu’île de Broue, occupée principalement du XIe au XVe siècle. L’exploration est centrée sur une plateforme situé en extrémité de promontoire et au pied du donjon à l’emplacement supposé de la haute ou basse-cour du site castral. Les sondages ont commencé en 2016, sous forme de tranchées.

La fouille s’accompagne, dans le cadre du PCR, d’un volet paléoenvionnemental comprenant la réalisation et l’étude de carottes réalisées dans le marais au pied du site mais aussi des études archéozoologiques qui vise à comprendre l’évolution de ce milieu marécageux.

Les petits vignobles

Les petits vignobles

Stéphane Le Bras (dir.)

Coédition Presses universitaires de Rennes

Avec une préface de Laurent Jalabert

Dans cet ouvrage, les petits vignobles sont appréhendés par des historiens et géographes depuis la période médiévale jusqu’à l’ultra-contemporain. Il s’agit ici de saisir les évolutions, les permanences et les mutations de territoires dont la définition varie sur le temps long. De même, l’approche plurielle permet, par le biais du « petit » de réinterroger et réévaluer le « grand », qu’il s’agisse de la viticulture nationale dans son ensemble ou des grands territoires régionaux (Bourgogne, Bordelais, Languedoc, etc.).

Le petit est à la mode. Renvoyant à des conceptions et à des considérations qui rejoignent les préoccupations contemporaines de souci du bien-être, du respect de l’équilibre environnemental ou de la valorisation des circuits courts, il s’apparente à une recherche de l’authentique et du sain. Pourtant, dans la filière vitivinicole, l’adjectif « petit » a pendant longtemps été associé à une image dépréciée, celle des petits vins, des petits propriétaires, des petits vignobles. Jusqu’à il y a encore peu de temps, immanquablement et invariablement, ils se heurtaient à la renommée des grands territoires viticoles, la puissance des grands propriétaires et surtout la qualité des grands crus. Ainsi, alors qu’actuellement dans le sillage d’une partie des acteurs de la filière tenants du Small is beautiful, le petit se voit réhabilité, cet ouvrage vise à réévaluer, à travers les sciences sociales, la perception, la place et les mutations des petits vignobles.
Première étape dans une réflexion plus globale, il investit et questionne la notion même de « petit » pour proposer d’appréhender le monde vitivinicole par le biais des petits vignobles français. En en montrant les discontinuités conceptuelles et la permanence des singularités de l’époque médiévale à nos jours, il met en lumière les spécificités de territoires qui permettent de mieux cerner l’organisation du marché, les logiques spatiales et la diversité des pratiques viticoles en France. Au total, en décentrant le regard, les petits vignobles assurent une relecture de la viticulture nationale sur le temps long.

Ouvrage rédigé dans le cadre du programme de Recherche de la chaire HCP autour du Programme « Les petits vignobles ».

ISBN : 978-2-86906-430-0

200 pages

Prix : 20 EUR

Entre utilité(s) et bien commun

 Entre utilité(s) et bien commun: « la nature » à l’épreuve de la société

Terres et territoire du bord de l’Adour

Vendredi 3 Février 2017.Saint Maurice. Salle municipale

L’Université de Pau et des Pays de l’Adour en partenariat avec la Région et la Communauté de Communes du Pays Grenadois organise un séminaire sur le lieu même de nos recherches et ouvert à tous.
C’est à l’heure où s’affirme partout la biodiversité accompagnée de son corollaire, qui est celui de la transition écologique, que le Pays Grenadois se retrouve confronté à de nouvelles règles qui vont peser durablement sur son avenir. Ainsi, les saligues du bord de l’Adour deviennent milieu naturel et l’écologisation de l’agriculture provoque des changements de pratiques et d’usage. Lors de ce séminaire, nous nous poserons un ensemble de questions, notamment celles de la place et de la participation des populations locales dans les prises de décision concernant l’écologie de leur territoire, ainsi que celles de l’identité et du bien commun ou encore du modèle économique dominant et de son émancipation comme autant d’enjeux.
Nous porterons aussi un regard sur les utilités passées des écosystèmes aujourd’hui convoités et sur la possible réactivation de pratiques et usages les concernant. Nous conclurons ce séminaire par une table ronde sur le fait éducatif en écoutant et, nous
l’espérons, en discutant des approches de l’éducation à l’environnement qui est aussi un objet de médiation entre l’homme et la nature.

Contenu et déroulement :

8h45. Accueil par M. Jacques Chopin maire de Saint Maurice. Présentation: MM. Pierre Dufourcq, président de la communauté de commune et Abel Kouvouama, professeur des Université. Anthropologue. Directeur de recherche et de l’UFR Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sports.

9h15-9h45. Mme Maria del Mar González Dueñas. UPPA / UMR-PASSAGES, France et UPV/EHU / Institute HEGOA, Espagne.
Les sociétés et leurs milieux à travers l’aménagement : une approche de la question de « l’Intégration »
« « L’intégration » des populations dans les processus d’aménagement apparaît comme une préoccupation bien présente dans nos sociétés, mais aussi comme un concept plein de potentialités. Elle nous oblige à repenser les liens de cohésion entre territoire-environnement et homme, mais aussi les liens sociaux et les liens entre territoires. Ces derniers nous reconnectent avec d’autres notions telles que : ordre social, coopération, participation, identité, commun, adaptation-renouvellement ».
10h-10h30. Mme Mara Sierra Jimenez. UPPA / PASSAGES UMR 5319 – CNRS.
Communautés d’habitants et gestion environnementale : l’exemple du parc amazonien de Guyane (Fr).
« La gestion territoriale des parcs met souvent en évidence des conflits économiques et d’usage qui découlent de la superposition d’un label international de protection sur des territoires socioculturels endogènes à l’échelle locale. Le territoire communautaire se voit confronté à l’application de normes et de dynamiques exogènes dont les impacts sur les populations permettent de questionner la notion de communauté. Le parc amazonien de la Guyane française, créé en 2007, est un exemple parlant des difficultés de gestion et de gouvernance rencontrées sur ce type de territoires de conservation habités… »
11h-11h30. M. Rémy Berdou. UPPA / ITEM. EA 3002.
Une idée du bien commun : entre conscience et utopie !
« Si certaines ressources peuvent être l’objet de luttes pour être clairement identifiées en tant que Communs, garantissant alors une utilisation durable et équitable, d’autres sont légalement considérées comme communes/collectives par essence. C’est le cas par exemple de la quasi totalité des estives des montagnes béarnaises qui composent un élément primordial de l’élevage valléen. Elles représentent environ 95% de la surface du Haut-Béarn, et assurent l’alimentation du bétail entre 2 et 5 mois par an. Ces communs pastoraux sont gérés par différents organismes communautaires représentant les propriétaires : des communes, des groupes de communes ou d’habitants ».

11h30-12h. M Pr Robert Ziavoula. INALCO et Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques Territoire et territorialité : une question d’identité ?

14h-14h30. M Idrissa Mané. UPPA / ITEM. EA 3002.
Faire de nos campagnes des villes ?
«L’introduction de la modernité, l’infiltration du capitalisme libéral, l’attrait exercé par les villes sur les campagnes et l’encadrement institutionnel qui fait intervenir de multiples acteurs ont transformé aussi bien l’économie, les pratiques, les identités et les représentations dans et sur les campagnes. En partant de rationalités économiques qui apparaissent au travers des données d’enquêtes recueillies en Pays Grenadois, j’envisage d’interroger les représentations et le modèle de développement qui semblent destiner les campagnes à se transformer en villes ou à disparaître. Ce faisant, il me semble important de montrer en quoi il est possible de satisfaire au développement tout en gardant son identité de territoire rural».
14h30-15h. M Dominique Cunchinabe. UPPA / ITEM. EA 3002.
Communautés paysannes et émancipation: co-construire une écologie locale.
«Dans la montagne basque, la plaine béarnaise ou encore le long de l’Adour dans les Landes, des groupes d’interlocution critiquent et finissent parfois par s’opposer ouvertement au projet politique de la biodiversité s’insinuant dans leurs territoires. Comprendre ces groupes, c’est revenir sur la notion de communautés paysannes et rurales qui s’ancrent dans l’histoire et fournissent aujourd’hui des exemples de résilience culturelle. Se posent alors les questions de l’ajustement, de l’entendement et du changement nécessaires pour que les communautés locales et scientifiques ainsi que les collectivités puissent oeuvrer vers une convergence écologique comme étant le fruit de l’émancipation de schémas convenus et structurels qui s’imposent sans suffisamment de concertation sur les territoires ».
15h30-16h30. Table ronde.
GRAINE Aquitaine. Réseau d’Education à l’Environnement- Ecole et Nature.
CPIE Seignanx-Adour. Centre Permanent des Initiatives à l’Environnement.
Association Lagrange. Association locale d’éducation populaire.
CG 40. Conseil Général des Landes. Service Environnement. Gestion des sites naturels.
Apprendre l’écologie – apprendre le territoire.
« Il n’y aura pas de développement durable sans éducation : Ce constat implique une volonté forte des pouvoirs publics pour que toutes les politiques territoriales intègrent l’indispensable volet éducatif, sans lequel toute action serait vaine sur le long terme. En ce sens, la responsabilité citoyenne engage les acteurs de l’EE à aller de l’avant et à entrer en dialogue avec toutes les sphères d’influence de la société et à se positionner encore plus ouvertement sur le plan politique. C’est aussi le couple partenariat/confiance qui est au coeur des processus de changement. A partir de ce postulat, comment s’organiser pour être efficace, comment travailler avec les élus, les collectivités? Comment avancer avec l’autre sans renier ses valeurs et ses principes ? » (reseauecoleetnature.org / 2016).

Selon les principes d’une table ronde chaque partenaire sera amené à présenter sa structure, ses objectifs et les moyens pédagogiques mis en oeuvre pour y parvenir. Cette présentation n’excède pas 10mn puis après le tour de table, le modérateur engage une discussion plutôt centrée sur les thèmes du séminaire.

16h30-17h15. MM Pr. Abel Kouvouama et Pr. Robert Ziavoula.
Conclusion offerte au débat

17h15. Clôture du séminaire et petite collation de départ.

Contacts :
M Dominique Cunchinabe. Coordination du projet de recherche en Pays- Grenadois.
UPPA/ITEM. EA 3002. Bâtiment Institut Claude Laugénie. Avenue du Doyen Poplawski.
Pau 64 000. dominique.cunchinabe@univ-pau.fr
Tel : 06 88 12 05 19.
Mme Marylis Duluc. Coordinatrice tourisme, Culture et Patrimoine de la Communauté de
Communes du Pays Grenadois.
Grenade sur l’Adour 40 270.
tcp@cc-paysgrenadois.fr
Tel : 05 58 45 45 98.

Parution « Pays pyrénéens et environnement »

Les actes du colloque « Pays pyrénéens et environnement » dont les Carnets avaient relayé l’appel viennent de paraître sous la direction de Pierre Debofle et Jean-Christophe Sanchez. Ils sont édités par la Fédération historique Midi Pyrénées et la société Ramond.

Vous y retrouverez plusieurs articles des membres d’ITEM.

Dans le chapitre occupation de l’espace, deux articles émanant du groupe de recherche POEM:

Benoît Pace et al., Les « campements de piémonts pyrénéens » de la Protohistoire à l’Antiquité: apports de Systèmes d’Informations Géographiques (SIG) et perspectives spatiales, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01438490

Alain Campo et al., L’étude de la fréquentation romaine des grottes: nouvelles perspectives de recherche dans la partie occidentales des Pyrénées.

Histoire et archéologie, forêt et pâturages

Le Couédic et al. , Comparer et modéliser les sites, les territoires et les systèmes pastoraux pyrénéens dans la diachronie: présentation et premiers résultats du projet collaboratif DEPART. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01399071

Découvertes et représentations

Françoise Saliou-Pedegert, « Cauç » et « cauceta » ou la légitimation par nature d’un ordre social.

Viviane Delpech, Viollet-le-duc à la découverte des Pyrénées en 1833. Une science romantique.

Pour plus d’informations :

Fédération historique de Midi-Pyrénées http://archives.haute-garonne.fr/histoire_patrimoine/associations/federation/fhmp_adherent.html#top

Image de couverture: « Bagnères-de-Bigorre et la Vallée de Campan, lithographie de Oliver William, 1ère moitié du XIXe siècle »

Journées Internationales d’Histoire de Flaran 2016

 

38èmes Journées Internationales d’Histoire de Flaran

 

PROGRAMME:

Vendredi 14 Octobre

9h00
Accueil des congressistes à l’abbaye d’Arthous (40300 Hastingues)
9h30
Ouverture du colloque
9h45 – 12h30
Séance de travail
Marc CONESA
Université de Montpellier III
et Nicolas POIRIER
Université Toulouse – Jean Jaurès

Rapport introductif

Déchets domestiques, fumures et agriculture
Richard JONES
University of Exeter (R)
Understanding medieval manure and manuring : approaches and perspectives from England
Claire HANUSSE
Université de Caen (C)
Gérer déchets et rebuts dans un village de la plaine de Caen à la fin du fin Moyen Âge : l’exemple de Courtisigny
Tristan MORICEAU et Line PASTOR
Service Archéologique de l’Agglomération Cap-Calaisis (C)
L’amendement au Moyen Âge à Marck-en-Calaisis
12h30
Déjeuner
13h45
Visite de l’abbaye d’Arthous
14h30 – 18h00
Séance de travail
Thomas LABBÉ et Jean-Pierre GARCIA
Université de Bourgogne (C)
Amendement et renouvellement des sols dans la viticulture bourguignonne du XIVe au XVIe siècle
Gabriel JOVER AVELLÀ
Universitat de Girona (C)

Les pratiques de fertilisation dans les systèmes agraires traditionnels : l’exemple de Mallorque aux XVIIe et XVIIIe siècles

Gestion des déchets agropastoraux, exploitation des incultes et impact environnemental
Patrick FOURNIER
Université de Clermont-Ferrand (R)
Boues, fumiers et déchets dans l’Europe moderne : gestion et impact environnemental
Jérôme ROS, Marie-Pierre RUAS et Charlotte HALLAVANT
MNHN Paris et Université Toulouse – Jean Jaurès (C)
Des déchets agro-pastoraux et domestiques : les dépôts archéobotaniques médiévaux en France méridionale
Sylvain OLIVIER
Université de Nîmes (C)
Un végétal pour fabriquer du fumier. Le buis en France méridionale à l’époque moderne
18h15
Assemblée générale de l’Association des Journées Internationales d’Histoire de Flaran

 

 

Samedi 15 Octobre

9h00 – 12h00
Séance de travail
Juan Antonio QUIROS CASTILLO
Universidad del Pais Vasco (R)
Waste Management in Medieval Rural Sites in Northwestern of Spain
Emmanuelle CHARPENTIER
Université Toulouse – Jean Jaurès (C)
Les amendements marins au XVIIIe siècle, entre innovation agronomique et usage empirique
Idoia GRAU-SOLOGESTOA
University of Sheffield (C)
Understanding animal waste management at medieval rural settlements : the zooarchaeological evidence from northern Spain
Isabelle GUÉGAN
Université de Brest (C)
La lande, un inculte nécessaire en Basse-Bretagne au XVIIIe siècle
12h00
Déjeuner
13h30 – 15h30

Séance de travail

Approches économiques des relations villes-campagnes
Laurent HERMENT
EHESS (R)
Paris, un fournisseur d’engrais au XIXe siècle ? Le point de vue d’un historien ruraliste
Jean-Pierre AGUERRE
Université Lyon 2 (C)
La valorisation des excréments d’une grande ville : Lyon et sa périphérie à la fin du XIXe siècle
Pieter DE GRAEF
Universiteit Antwerpen (C)
La valorisation des déchets urbains et l’amélioration des plans de fertilisation dans l’agriculture flamande du XVIIIe siècle
Conclusion
16h00
Conférence
Stéphane ABADIE
Université Toulouse – Jean Jaurès

L’abbaye d’Arthous et l’ordre de Prémontré dans le sud de la France (XIIe-XVe s.)

Interaction homme-environnement en montagne

Séminaire thématique M1 CAS

Interactions homme-environnement dans l’espace montagnard : entre traces et pratiques

3-4 décembre 2015

UPPA, Institut Claude Laugénie, salle Chadefaud

     Depuis une trentaine d’année, l’étude des pratiques et des traces laissées par l’homme en milieu montagnard est un domaine de recherche particulièrement dynamique, laboratoire privilégié d’une réflexion scientifique ouverte et pluridisciplinaire. Comme un revers à l’image d’Épinal qui associe à la montagne les notions de frontières ou d’espace clôt et intemporel, les recherches dans ce domaine n’ont de cesse d’illustrer la richesse d’une réflexion nourrie de champs disciplinaires différents (archéologie, anthropologie, histoire, sciences de l’environnement, géographie). L’université de Pau s’est inscrite dans ce mouvement dès 1990 avec l’organisation d’un colloque sur la montagne dans l’Antiquité (Fabre, 1992) et continue d’investir ce domaine d’étude par son implication dans des réseaux et programmes de recherche sur l’espace montagnard (projets DEPART, POEM et archéologie en Soule). L’interrogation anthropologie de ces mêmes espaces dans la même décennie s’est en premier lieu orientée sur la maitrise de l’eau en vallée du Saison puis sur l’interaction maison pyrénéenne – construction des paysages. Elle se poursuit aujourd’hui autour du patrimoine culturel immatériel et plus particulièrement sur les usages et savoir-faire inscrits dans les pratiques humaines, culturelles, sociales et professionnelles. Riches de cette tradition et désirant offrir aux étudiants un aperçu d’un domaine de recherche en profond renouvellement, nous organisons une journée d’étude proposée aux étudiants de master 1 -Culture, Arts et Sociétés- autour de l’actualité de la recherche dans le domaine de l’étude des espaces montagnards.

Programmefeu

9h Patricia Heiniger-Castéret, (MCF en Anthropologie): Halhars – Haros – Brandons et Falles dans les Pyrénées centrales

10h Remy Berdou, (Doctorant Anthropologie de l’Environnement. ITEM / UPPA): Le pastoralisme en vallée d’Ossau: contexte d’une recherche sur la gestion des terres collectives

11h Dominique Cunchinabe, (Doctorant en Anthropologie . ITEM / UPPA): « Ça c’est sali… »

14h Mélanie le Couédic, (Ingénieur de recherche, ITEM/UPPA): Approche statistique et spatiale de l’occupation pastorale en archéologie. Approche comparée sur deux estives

Alain Champagne (MCF archéologie, ITEM, UPPA): Constitution d’une base de données « archives de familles » en montagne

15h David Garcia Casas, (Doctorant invité ITEM, Université Autonome de Barcelone): L’archéologie dans le Parc National d’Aigüestortes (Lérida, Espagne). Une étude du pastoralisme dans la longue durée

16h Thomas Contamine, (Doctorant histoire ancienne. IRAA / UPPA): L’agropastoralisme dans sa relation à l’espace: éléments de réflexion autour des montagnes de Grèce du Nord

Appel à communication « Pays pyrénéens et environnement », Bagnères-de-Bigorre, 12-14 juin 2015

A l’occasion du cent cinquantenaire de la fondation de la Société Ramond, le 62e congrès de la Fédération historique Midi-Pyrénées se tiendra à Bagnères-de-Bigorre du 12 au 14 juin 2015.
Le sujet est Pays pyrénéens et environnement. Le congrès vise à réunir, dans une perspective largement interdisciplinaire, tous les chercheurs sur l’histoire de l’environnement de la chaîne pyrénéenne et son piedmont. Sont particulièrement attendues les contributions qui s’attacheront à l’étude des jeux d’échelles temporels et spatiaux, des interactions homme/nature, longue durée/événement, montagne/piedmont, voire des relations ou comparaisons entre Pyrénées et régions de montagne plus lointaines.

Les thèmes d’études, largement ouverts à tous les chercheurs (naturalistes, géographes, archéologues, historiens, anthropologues, juristes, historiens de l’art, etc.) sont les suivants:
1. Les données naturelles. Géologie et géomorphologie ; climat ; risques naturels (séismes, inondations…) ; évolution des paysages ; biodiversité : faune et flore.
2. L’occupation de l’espace. Peuplement et mouvements de population ; villes et villages ; axes et moyens de communication.
3. L’exploitation des ressources naturelles. Pastoralisme, forêts, mines et carrières, énergie, notamment hydraulique ; tourisme, thermalisme…
4. Les politiques de l’environnement : actions et réactions. Des communautés d’habitants à l’État ou à l’Europe, l’on s’attachera à étudier l’histoire de l’action des pouvoirs en matière d’aménagement et de protection de la nature, et les réactions qui en ont découlé.
5. Découvertes et représentations. Découverte de la montagne et des paysages, représentation de la nature sauvage ou domestiquée dans les lettres, les sciences ou les arts (photographie, peinture, littérature…).
Lien vers la fiche pour proposer une communication à envoyer avant le 25 janvier 2015
Résumé en 15-20 lignes (1500 signes) de la communication : à joindre à cette fiche sous le nom de l’auteur.
Les résumés des communications retenues par le comité scientifique seront édités en un fascicule qui sera distribué aux congressistes au début du congrès. Les communications se feront en français et ne devront pas dépasser 25 minutes. Alternativement on pourra afficher des « posters » dont les présentations orales ne devront pas dépasser 5 minutes.
À l’issue du congrès, un comité de lecture sera mis en place afin de prévoir dans les meilleurs délais la publication de ses actes. Le texte de votre communication devra parvenir à la Fédération, sous forme numérique (pas plus de 30 000 signes + les illustrations), avant le 30 septembre 2015.