Archives par mot-clé : doctorants

Appel à communication : Troisième rencontre des jeunes chercheur.e.s en études africaines, Paris, 14, 15 et 16 janvier 2016

Les 14, 15 et 16 janvier 2016 se tiendra à Paris la troisième rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines (JCEA).

Appel à communication 3ème rencontre des Jeunes Chercheurs en Etudes Africaines 2016

Ces journées visent à stimuler et renforcer les échanges entre jeunes chercheur.e.s (doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s, post-doctorant.e.s), au-delà des écoles et courants intellectuels ou des clivages géographiques et institutionnels. Elles se positionnent également à la charnière de nombreuses disciplines (histoire, géographie, sociologie, économie, démographie, sciences politiques, anthropologie, littérature, sociolinguistique, démographie, musique, histoire des arts, sciences du vivant), afin de susciter des dialogues entre questionnements et pratiques de recherche. Dans la continuité des rencontres précédentes, il s’agira de favoriser le croisement des problématiques abordées par les jeunes chercheur.e.s travaillant sur les Afriques sans exclusive, Caraïbes et Afrique du Nord comprises.

Cet événement scientifique permettra de réfléchir à la place des études académiques sur les mondes africains dans le champ de la recherche, en s’ouvrant à diverses approches et en valorisant leurs apports empiriques et théoriques. Il permettra également d’interroger les conditions de réalisation de la recherche (accès au terrain, place de l’observateur, etc.), ou encore les paradigmes et apports théoriques postcoloniaux dans l’analyse de réalités africaines plurielles. Aussi, parallèlement aux sessions de communications, des tables-rondes privilégiant des réflexions d’ordre méthodologique et épistémologique seront organisées afin d’inviter chercheurs confirmés et jeunes chercheur.e.s à échanger sur leurs pratiques et questionnements scientifiques.

Les réflexions proposées pour cette troisième édition des JCEA permettront d’analyser l’Afrique dans sa pluralité et son hétérogénéité, en tant qu’imaginaire, espace, objet ou concept à géométrie variable, au regard de la diversité des approches linguistiques, géographiques, culturelles, historiques ou disciplinaires dont elle fait l’objet dans la production des savoirs. Cette ligne directrice dessine un vaste panorama et appelle un large état des lieux des travaux de jeunes chercheur.e.s en cours.

Aussi, les propositions de communication (en français ou en anglais) s’inscriront dans l’un des vingt-deux panels proposés. Chaque panel fait l’objet d’une présentation détaillée sur le site des JCEA 2016.

Axe A : Un continent au cœur des mondialisations

Panel 1 : Mobilités et migrations
Panel 2 : Dynamiques circulatoires des arts et des artistes
Panel 3 : Le religieux et ses réseaux
Panel 4: Musique(s) d’Afrique(s) ?
Panel 5 : Les arènes de la santé, du local au transnational
Panel 6 : Géopolitiques globalisées

Axe B : Gouvernance et jeux de pouvoir

Panel 7 : Intervenir en Afrique
Panel 8 : Sociétés et environnement
Panel 9 : Les espaces de citoyenneté critique
Panel 10 : Gestion foncière : modes d’accès et d’appropriation du sol en milieux ruraux et urbains
Panel 11 : Enfermer, contrôler, marginaliser

Axe C : Identités et modes de socialisation

Panel 12 : Corps, genre(s) et sexualité(s)
Panel 13 : Espaces du rire et formes de la dérision politique
Panel 14 : Economie : jeux d’échelles
Panel 15 : Lieux de sociabilité et « jeux de société » dans l’espace urbain
Panel 16 : Identités et constructions diasporiques

Axe D : Entre passés et présents

Panel 17 : États, nations et frontières
Panel 18 : Imaginaires, pratiques et connexions linguistiques
Panel 19 : Fabriques mémorielles
Panel 20 : Diversifier et articuler les sources
Panel 21 : Patrimoine, patrimonialisation, tourisme
Panel 22 : Mutations des discours panafricains

Modalités de soumission

Les postulants sont invités à prendre connaissance des présentations et thématiques des panels, afin de pouvoir soumettre une proposition.

Les propositions de communication (en français ou en anglais) d’un maximum de 500 mots doivent être déposées sur la plateforme suivante :http://jcea2016.sciencesconf.org/
avant le 15 juillet 2015.

L’acceptation sera notifiée le 15 septembre 2015 au plus tard.

Les textes définitifs des communications devront parvenir au comité d’organisation le 15 décembre 2015.

Appel à documentaires

Nous lançons également un appel à documentaires. Les thématiques sont ouvertes, mais sont attendus des documentaires (ou extraits) d’un maximum de 26 mn, permettant d’interroger la pratique scientifique de jeunes chercheurs. La projection sera suivie d’un débat autour des films et de leurs liens avec les travaux d’étude des réalisateurs. Les propositions de films ou d’extraits peuvent être soumises selon le support choisi par les réalisateurs (numérique, CD, etc.) et accompagnées d’une description du projet d’environ 500 mots.

Les propositions de films ou d’extraits peuvent être soumises selon le support choisi par les réalisateurs/trices (numérique, CD, etc.)
accompagnées d’une description du projet d’environ 500 mots envoyée à l’adresse suivante : jcea2016@gmail.com
avant le 15 juillet 2015.

Atelier d’archéologie, Los Bañales, mars 2015

La ville hispano-romaine de Los Bañales (Aragon), site charnière de la vallée de l’Èbre, est actuellement l’objet d’un programme de recherche porté par J. Andreu Pintado (université de Navarre). L’étude de cet important établissement urbain romain offre un excellent potentiel de coopération scientifique et pédagogique transfrontalière entre la Fondation Uncastillo et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, engageant les archéologues de l’équipe d’accueil ITEM EA 3002 et du laboratoire IRAA.

Depuis 2011, les financements obtenus dans le cadre d’un projet de coopération Aquitaine-Aragon ont contribué au recueil d’informations importantes concernant la romanisation des espaces  pré-pyrénéens. Le projet 2013-2015 a pour objectif d’élargir les actions de formation et de recherche à l’Archéologie préventive; l’idée est de favoriser l’émergence d’un réseau transfrontalier ouvert aux entreprises d’archéologie préventive, sur la base de la convention passée avec l’INRAP et des coopérations en cours avec le secteur privé (essentiellement les sociétés HADES, IKER, EVEHA).

Dans ce cadre, plusieurs ateliers franco-espagnols, de niveau master et doctorat, ont eu lieu sur le site archéologique de Los Bañales et dans les locaux de la fondation Uncastillo, dans le village du même nom. Le dernier s’est déroulé du 23 au 28 mars 2015. La semaine a consisté pour les étudiants en conférences, ateliers photographie, céramiques et monnaies, visite guidée du site de Los Bañales, et s’est achevée par une journée d’étude sur la romanisation dans les Pyrénées dans le campus de l’université de Navarre, à Pampelune.

(photographies: Pauline Salanave-Pehe et Mélanie le Couédic)

Télécharger le programme du IVème atelier franco-espagnol d’archéologie

Ma thèse en 180s – Edition 2015

141877_Affiche2

Le concours « Ma thèse en 180 secondes » permet aux doctorants de présenter leur sujet de recherche, en français et en termes simples, à un auditoire profane et diversifié. Chaque étudiant ou étudiante doit faire, en trois minutes, un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur son projet de recherche. Le tout avec l’appui d’une seule diapositive !

Le concours « Ma thèse en 180 secondes » est inspiré du concours « Three minute thesis (3MT®) », conçu à l’Université du Queensland (Australie).

Le concept a été repris en 2012 au Québec par l’ACFAS (association francophone pour le savoir) qui a souhaité étendre le projet à l’ensemble des pays francophones.

Sélection des candidats de l’UPPA pour la finale régionale :

Mercredi 22 avril 2015 à 14h sur la scène de la Maison de l’étudiant à Pau.

  • Mylène GHISLAIN, doctorante en chimie analytique et environnement,
  • Marlène DEZEST, doctorante sur aspects moléculaires et cellulaires de la biologie,
  • Vanessa ROUAUD, doctorante en physiologie et biologie des organismes, populations, interactions,
  • Dimitri DEL PIANTA, doctorant en chimie,
  • Yann BRUNA, doctorant en sociologie,
  • Gil GALASSO, doctorant en histoire de l’art.

Venez encourager nos candidats et participer au vote du public !

Nous apportons un soutien particulier à Gil Galasso qui représentera le laboratoire ITEM lors de cette manifestation.

son intervention en vidéo: « l’art de la découpe, histoire et enjeu »

 

Ah bé té! les anthro-Pau-logiques. 15-17 avril

15 -17 avril 2015
Regards sur les sociétés actuelles

Rencontres organisées par les doctorants de l’École Doctorale SSH 481 / ITEM
Université de Pau et des Pays de l’Adour

Ces rencontres « anthro-Pau-logiques » sont pensées comme un espace d’échanges et de réflexion sur ces pratiques qui portent une interrogation sur la société actuelle, sans se soustraire à la dynamique de transdisciplinarité : seront ainsi évoqués des thèmes comme le film documentaire, les expressions musicales et dansées ou encore les questions de gouvernance. L’ouverture aux autres disciplines consiste à questionner le regard anthropologique de l’économiste, du sociologue, du géographe, de l’historien, du juriste ou encore du littéraire. Par la rencontre de chercheurs et d’acteurs, nous voulons favoriser un échange scientifique permettant de vivre une expérience inédite – à travers les regards anthropologiques que chacun porte en soi – qui se rencontre dans les pratiques sociales du quotidien.

Télécharger le programme

Les vidéos sur Mediakiosque

affiche

Atelier doctoral ARCHIFAM, 23-27 mars 2015

Programme ARCHIFAM – Atelier doctoral de clôture

(Archives de famille en péninsule Ibérique, fin XIIIe-début XVIIe siècle),

coord. V. Lamazou-Duplan (UPPA/ITEM EA 3002)

Un Atelier doctoral clôturera prochainement le programme ARCHIFAM1  ouvert en 2013. A côté de l’aspect purement scientifique, cette dimension pédagogique, inscrite dans le projet initial du programme, doit être particulièrement soulignée, car elle représente l’une des missions de la Casa de Velázquez. Réservé à quinze doctorants et jeunes chercheurs, sélectionnés après appel à candidatures2, cet Atelier doctoral se tiendra à Madrid du 23 au 27 mars 2015. Alterneront des présentations synthétiques et méthodologiques, des ateliers et travaux de groupes, la visite d’un fonds particulièrement riche et prestigieux.

Voir le programme

DIPTICO ARCHIFAM 3 BD V3-1

  1. le projet sur le site d’ITEM et le projet sur le site de la Casa de Velázquez []
  2. http://item.hypotheses.org/876 []

Séminaire Frontières le 13 mars 2015

Séminaire proposé par les doctorants de l’ED 481 SSH
Crises, sciences et sociétés : un dialogue impossible ? Interroger la frontière entre sciences sociales et sociétés

Vidéos des communications
Résumés des Communications

Vendredi 13 mars 2015 de 9h à 18h
Salle Michel Chadefaud, Institut Claude Laugénie
Coordination :
Thomas Contamine (IRAA)
Rémy Berdou (ITEM)
Benoit Pace (ITEM)
Programme

Appel à communication. Les « anthro-Pau-logiques »

Ah bé té ! Les « anthro-Pau-logiques ». Regards sur les sociétés actuelles

Rencontres du 15 au 17 avril 2015 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour Organisées par des doctorants de l’ED SSH 481, Laboratoire ITEM EA 3002 (Rémi Berdou, Dominique Cunchinabe, Marie-Josée Kandou, Mathilde Lamothe, Idrissa Mané)

Genèse et objectifs du projet

L’idée des « Anthro-Pau-logiques » a été lancée au cours d’une discussion entre doctorants en anthropologie. Elle est sous-tendue par une volonté de donner aux doctorants un espace d’échange sur des concepts, pratiques et expériences anthropologiques sans se soustraire à la dynamique de trans/pluridisciplinarité. L’ouverture aux autres disciplines consisterait par exemple à questionner le regard anthropologique de l’économiste, du sociologue, du géographe, de l’historien, du juriste, du littéraire… Tous ces acteurs interrogent la société à leur manière, avec leurs propres réflexions ou concepts, mais également avec des pratiques anthropologiques variables selon la nature du terrain ou l’échelle de l’objet étudié. Nonobstant les particularités intrinsèques (qu’elles soient de nature disciplinaires, professionnelles, théoriques, etc.) ces pratiques anthropologiques portent toutes une interrogation sur la société et amènent à une réflexion sur le genre humain, appréhendé dans sa diversité culturelle. Ce qui, dans le cas présent, se traduit par trois axes traversant ces réflexions à travers les thèmes du film à caractère anthropologique, des expressions musicales, dansées et chantées ou encore de la gouvernance. La « semaine anthro-Pau-logique » est donc pensée comme un espace de questionnements, d’échange d’expériences, de transmission de savoirs et de pratiques des sciences de l’Homme. Il s’agit d’un questionnement, puisque nous invitons à réinterroger, par l’exemple de terrains précis, la gouvernance au travers de ses acteurs et de types et logiques de pouvoirs. Par la rencontre de chercheurs et d’acteurs, nous voulons favoriser un échange scientifique permettant de vivre une expérience inédite – à travers les regards anthropologiques que chacun porte en soi – qui se rencontre dans les pratiques sociales du quotidien.

Axes de réflexion
Axe 1 : Anthropo-film (mercredi, 15 avril 2015)

Axe 2 : Anthropo’zicales (musique, chant et danse) (Jeudi, 16 avril 2015)

Axe 3: Anthro-politique (Vendredi, 17 avril 2015)

plus de renseignements ici

Ouverture des inscriptions à l’atelier « Archives de famille »

Les inscriptions pour l’Atelier doctoral Archifam qui se tiendra à la Casa de Velázquez du 23 au 26 mars prochain, à destination de Doctorants (médiévistes et modernistes), sont ouvertes.

Coord. : Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des Pays de l’Adour, coordinatrice programme ARCHIFAM) et Maria de Lurdes ROSA (Universidade Nova de Lisboa)

Org. : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Université de Pau et des Pays de l’Adour / EA 3002 (ITEM, UPPA), Universidad Pública de Navarra, Universidad del País Vasco-Euskal Herriko Unibersitatea, Universidade Nova de Lisboa, Universitat de Girona

Coll. : Communauté de travail des Pyrénées, Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques, Fundação Ciência e Tecnologia

Limite des inscriptions : 15 février 2015

Présentation, programme et modalités de candidature sur le site de la Casa de Velázquez


Accéder au formulaire d’inscription

 

 

Boîte à outils du doctorant

Voici le nouveau guide du doctorant à ITEM, élaboré par Mathilde Lamothe, doctorante en ethnologie et Vanessa Rodrigues, doctorante en histoire de l’art et archéologie, à télécharger ici « Ce guide, destiné aux doctorant(e)s de l’équipe de recherche ITEM, nouvellement inscrits ou non, a pour objectif de se familiariser avec l’environnement scientifique et administratif universitaire (écoles doctorales, laboratoires de rattachement, etc.). Il souhaite parallèlement rendre compte du travail quotidien au cours d’un doctorat. Les multiples réflexions, problématiques et anecdotes que nous avons collectées permettront, du moins nous l’espérons, de mieux appréhender ce parcours – parfois semé d’embûches mais ô combien gratifiant –qu’implique l’engagement dans une thèse de doctorat en sciences humaines et sociales. »

 

Connaissances sur l’Afrique antique : le poids des topiques dans la littérature latine

Les topiques sur l’Afrique tirés d’Homère permettent de mettre en  avant des héritages qui peuvent être qualifiés d’« obligés », de « malgré soi ». Leur perduration dans la littérature latine, mais  surtout les tentatives des auteurs postérieurs de les faire  correspondre avec une réalité qui n’est pas ou qui n’est plus,  montrent tout l’intérêt qu’il convient de porter à ces topiques dans  le cadre de la thématique de ce séminaire.

Un bref rappel des mécanismes de transmission (copie et diffusion) des  textes au cours de l’Antiquité s’impose pour bien saisir la valeur des  textes écrits.
L’étude de la double Éthiopie mentionnée par Homère (Odyssée 1.2.25)  permet de mettre en exergue la réutilisation de ce topique dans  différents genres littéraires. La « littérature non savante » se  contente d’y faire référence, sans l’expliquer : le lecteur ou  l’auditeur sachant pertinemment de quoi il retourne. En revanche, son utilisation dans la « littérature savante » pose plus de problèmes  étant donné que les auteurs de textes ethno-géographiques tentent,  bien souvent, de coller à cette conception préétablie. C’est ainsi que  de la double Éthiopie naissent, entre autres, les Éthiopiens d’Orient  et les Éthiopiens d’Occident, que les auteurs tenteront alors de localiser.
Deux autres tentatives de localisations, à partir des écrits  homériques, sont tout particulièrement intéressantes. Dans le premier  cas — l’épisode du combat des Pygmées contre les grues — la  connaissance des zones migratoires des grues permet, par analogie, de  localiser les Pygmées. Dans le second cas — les banquets des dieux chez les Éthiopiens — les textes d’Homère permettent seulement de  placer les Éthiopiens du côté de l’Océan, dans la partie méridionale  du monde aux confins de la terre féconde et de l’humanité. Ces  indications ne permettent pas un positionnement précis mais intègrent  les peuples dans un découpage global de l’oikoumène où l’exactitude n’est pas nécessaire.

En définitive, la réception des textes d’Homère se fait, à travers ces  exemples, soit par la réutilisation d’images dans le but de plaire au  public, soit par une tentative d’adaptation de l’épopée aux réalités   des auteurs. Dans tous les cas, cet héritage semble être un passage  obligé pour les auteurs. Cette étude doit faire prendre conscience des risques de mauvaises interprétations qui peuvent se faire jour en  approchant ces écrits littéraires de manière isolée. Il convient  toujours de les intégrer au sein de l’ensemble culturel auquel ils  appartiennent.

Séance du 22 mars 2013
Robin Ségalas
Doctorant en histoire ancienne

La malédiction en héritage chez les Baynounk de Casamance (Sénégal)

Un récit à plusieurs versions raconte que Mansabor plus connu sous le nom de Ngana Sira Banna Biaye régnait sur le royaume de Casamance (Kasa), État qu’il aurait lui-même fondé et à partir duquel rayonnait la civilisation baynounk. Un jour, averti par son génie d’une menace imminente, il convoqua le conseil des sages du royaume et lui dit : « J’ai vu arriver par la mer des hommes à la peau rouge. Ces hommes seront plus forts que mes petits fils et quand ils seront là, ils les réduiront en esclaves. Il faudra un sacrifice pour éviter ce malheur ». Quelques temps plus tard, le roi accomplit son désir en brûlant 100 jeunes filles et 100 jeunes garçons initiés dans une chambre en guise d’offrande aux dieux ou aux esprits. Devant ce geste macabre, les Baynounk se révoltèrent, le piégèrent et l’assassinèrent. Toutefois, avant de mourir il dit ceci : « le sacrifice des jeunes que je viens de faire avait pour but de sauvegarder et d’assurer la survie [des] Baynounk. Les Baynounk ne seraient jamais soumis aux étrangers quels qu’ils soient. Mais puisque vous me trahissez, à partir de maintenant, c’est la fin de l’empire baynounk, vous n’aurez plus de roi. Le fils baynounk refusera son identité ethnique. Tous les Baynounk seront dispersés et dépersonnalisés. Plus tard, les hommes rouges seront maîtres de votre territoire. Vous serez traînés en esclavage ». Certaines sources disent que le roi aurait ajouté ceci : « Vous ne pourrez retrouver votre union et votre identité que sept générations plus tard ».

A la lecture de ce texte, on se rend à l’évidence qu’il pose la question de l’héritage. Mais ici l’héritage se trouve être très particulier en ce sens qu’il s’agit d’une malédiction que les Baynounk croient hériter de leurs ancêtres qui auraient commis un acte sacrilège en assassinant leur bienveillant roi. Ainsi, une malédiction, pourtant simple fruit de l’imaginaire, peut être un héritage. On est là en droit de parler d’héritage imposé et/ou subi par opposition à un héritage voulu et/ou accepté. Héritage imposé et/ou subi puisque ce n’est pas en toute fierté que les Baynounk parlent de la malédiction dont ils pensent être les victimes. Ce n’est pas pour autant simple de refuser cet héritage, de s’en soustraire car il est lié à l’identité du groupe. Malgré tout le caractère imposant de cet héritage, les Baynounk cherchent à en sortir par la manipulation du sacré et du texte lui-même.

Quelques questions s’imposent et feront l’objet d’une attention spéciale. Il s’agit de voir :

  • Comment la malédiction, fille de l’imaginaire, devient-elle un héritage ?
  • Pourquoi et par quels mécanismes cet héritage très lourd survit-il à l’usure du temps et à l’érosion de la réinterprétation ?
  • Qu’est-ce que cet héritage entraîne comme conséquences chez les Baynounk ?
  • Comment les Baynounk comptent-ils se soustraire d’un tel héritage ?
  • Que cache et révèle cette supposée malédiction héritée des ancêtres ?

Séance du 22 février 2013

Idrissa Mané

Doctorant en anthropologie

La construction territoriale de l’identité, entre norme et repère. Pour une épistémologie de la ritournelle

L’identité se construit le plus souvent sur un ou plusieurs territoires, dans la dialectique de l’identité et de l’altérité ou de la différence. Cette construction territoriale de l’identité s’accompagne dans la sphère publique, de la quête ou de la détention du pouvoir de transformer et d’adapter l’espace du territoire. La ritournelle, la chanson font partie des outils de cette construction.

La situation du migrant inscrit dans des dynamiques d’échanges et d’enchevêtrements des identités, si nous l’examinons sur le terrain de l’anthropologie, met en relief les différences par lesquelles se distinguent les sociétés et les cultures dans leurs discontinuités observables. Ce point de vue nous ouvre au rapport du local et du global et nous aide à penser l’autre et le même sous leurs aspects les plus divers.

La chanson qui rejoint les identités collectives, n’est pas un produit du passé. Elle procède au contraire d’une fabrication nouvelle, impulsée par la modernité. Elle résulte très concrètement d’une dynamique de groupe continuelle. Cela nous amène par conséquent à distinguer la notion d’individu de celle d’identité. Chaque individu articule deux processus : d’une part, celui d’incorporer le stock de la mémoire sociale, d’autre part, celui d’élaborer un système de fermeture subjective conférant le sens d’une totalité évidente. Le soi se met en scène, en particulier dans le chant, dans une relation d’altérité à l’autre, et l’identité apparaît alors comme une construction sociale et culturelle. C’est le rapport de soi à soi et le rapport entre soi et l’autre, entre l’autonomie et l’hétéronomie qui façonne une texture d’identité à l’individu par rapport à son groupe social ou politique d’appartenance.

Séance du 18 janvier 2013

Michèle Haensel
Doctorante en sciences de l’éducation et anthropologie

Espace et transmission : les accompagnateurs en montagne et l’espace fluvial urbain palois

La thèse que je prépare en doctorat de géographie-aménagement s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche initié en 2011 et porte sur la mise en tourisme d’espaces fluviaux urbains en cours de patrimonialisation dans le Sud-ouest de l’Europe (France / Espagne). Ne pouvant aborder les différents axes qui structurent cette thèse, la communication ne s’intéresse qu’aux thématiques d’ « espace et [de] transmission : [dans] l’espace fluvial urbain palois ».

En multipliant les projets intercommunaux tels que la réalisation d’un Parc Naturel Urbain ou le projet Porte des Gaves (dont la construction du Stade d’eaux vives) la CDAPP recherche la (ré)appropriation des berges du gave par les habitants. Dans le cas de ce processus de patrimonialisation en cours, c’est la collectivité qui prend en charge la valorisation des cours d’eau. En opérant un ensemble de choix pour gérer cet héritage, elle prend également en charge la transmission de cet espace fluvial auprès de ces habitants et/ou pratiquants favorisant ainsi le glissement des regards sur cet objet. D’un espace morcelé, souvent dénigré et considéré comme une ressource économique, les berges du Gave de Pau se transforment progressivement en un espace perçu comme continu, homogène, où la pratique d’activités récréatives se développe.

Séance du 18 janvier 2013

Kildine Leichnig, invitée
Doctorante en géographie – aménagement, Laboratoire SET

Séminaire des doctorants « Héritages » (22 mars 2013)

La prochaine séance du séminaire des doctorants « héritages » aura lieu le vendredi 22 mars de 9h à 12h salle 118 à l’institut Claude  Laugénie à l’université de Pau et des pays de l’Adour (Avenue Poplawski 64000 Pau ).

Programme:

Laure Nonat (doctorante en archéologie): « Âge du Bronze : appropriation et transformation des codes funéraires dans le nord-ouest de la péninsule Ibérique »

Robin Segalas (doctorant en histoire ancienne): « Connaissances sur l’Afrique antique : le poids des topiques dans la littérature latine »

Valérie Steunou (doctorante en histoire de l’art médiéval): « Le phénomène d’héritage comme construction d’une architecture signifiante en Navarre »

Héritages stylistiques de l’art de la péninsule Ibérique au Ier âge du Fer : la bijouterie

La culture matérielle de la péninsule Ibérique offre au début du Ier millénaire avant J.-C. les indices tangibles d’échanges entre les groupes indigènes et les communautés migrantes provenant de Méditerranée orientale, Grecs et Phéniciens. Traditionnellement caractérisée par les phénomènes coloniaux et commerciaux affectant l’Occident méditerranéen, cette période voit parallèlement la stabilisation des grands groupes ethniques hispaniques décrits par les auteurs gréco-romains. Cette communication est consacrée à l’analyse de la bijouterie protohistorique,  document archéologique amenant à s’interroger sur la circulation des biens, des idées, des techniques et des hommes au Ier âge du Fer.

Les travaux menés par B.  Armbruster sur les collections d’orfèvrerie du Musée National d’Archéologie et d’Ethnologie de Lisbonne permettent d’appréhender avec finesse le travail de l’or de l’âge du Bronze à l’âge du Fer en différenciant les traditions métallurgiques indigènes de celles apportées par les migrants. Le bracelet de Cantonha (Guimarães), le torque d’Herdade de  Álamo (Ourique) et les bracelets de Torre Vã (Beja) ont constitué les fils conducteurs de cette présentation. Dépourvus de contexte archéologique fiable, ils ont fait l’objet d’attributions stylistiques très variées. Qualifiés dans l’historiographie d’objets « complexes », « composés », « hybrides » voire « monstrueux », ils rendent compte de recyclages de bijoux et de processus de transmissions, déconstructions, sélections et recompositions des savoir-faire durant la Protohistoire. La fabrication de ces pièces met en jeu des  conventions stylistiques originales où les traditions métallurgiques du Bronze final côtoient les innovations importées de Méditerranée orientale. Il s’agit de montrer de quelle manière la notion d’héritage a pu être convoquée au moment de conférer à ces pièces une « identité » et de faire le point sur les méthodes du raisonnement stylistique.

Vanessa Rodrigues
Doctorante en histoire de l’art et archéologie

Séminaire des doctorants « Héritages », le 7 décembre 2012