Archives par mot-clé : centenaire première guerre mondiale

1914 – 1918, la société française en guerre

Colloque « 1914 – 1918, la société française en guerre »
Nouveaux regards, nouvelles approches
Musée d’Aquitaine – Bordeaux

 

Ce colloque s’inscrit dans le cadre des manifestations scientifiques organisées à l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale et accompagnant l’exposition « 1917. Voilà les Américains ! », que consacrent le Centre national Jean Moulin et la ville de Bordeaux à l’arrivée des troupes américaines à Bordeaux et dans les communes limitrophes.

Si les mobilisations militaires, et leurs implications économiques et politiques en France ont été largement étudiées, les perceptions mentales qu’ont les français des changements, sociétaux, culturels, politiques et économiques qu’induit le conflit au sein d’une société encore traditionnelle, ainsi que les modifications de paradigmes qu’elle entraîne, le sont encore peu ou de manière dispersée.
Moment d’ouverture à tous les publics et discussion, ce colloque ainsi que les manifestations qui l’accompagnent, se proposent d’étudier cette question au regard des plus récents travaux.

Programme

Jeudi 16 novembre :

8 h 30 – 9 h – Accueil des conférenciers et du public

9 h – 9 h 30 – Ouverture du colloque par :- Laurent Védrine, Directeur du musée d’Aquitaine- Daniel Hall, Consul des États-Unis à Bordeaux- Stéphane Barry, Docteur en histoire. Commissaire adjoint de l’exposition «1917 Voilà les Américains»- Christian Block, Directeur du Centre national Jean Moulin. Commissaire de l’exposition « 1917 Voilà les Américains »- Laurent Dornel, Maître de conférences en histoire contemporaine. Université de Pau et des pays de l’Adour

9 h 30 – 10 hConférence inaugurale « Grande Guerre, guerre totale ? » par – Rémy Cazals, Professeur émérite d’histoire contemporaine. Université Toulouse Jean Jaurès « Interculturalités »

10 h – 10 h 20 – « Le regard des Français sur les Américains en 1917/1918 » par :- Rémy Porte, Lieutenant-colonel. Docteur en histoire habilité

10 h 20 – 10 h 40 – « Regards des Bordelais sur les Américains » par :- Christian Block, Directeur du Centre national Jean Moulin, et Éric Le Blay, Historien et historien de l’art.

10 h 40 – 11 h – « La philanthropie américaine en France » par :- Chloé Pastourel, Master 2, Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand

11 h – 11 h 20 – Discussion 11 h 40 – 12 h – « La brigade marocaine en France, 1914 – 1918 » par :- Pierre Vermeren, Professeur d’histoire contemporaine. Université Paris I Panthéon Sorbonne

12 h – 12 h 20 – « Quand les Français ont découvert les travailleurs coloniaux et chinois… » par :- Laurent Dornel, Maître de conférences en histoire contemporaine. Université de Pau et des pays de l’Adour

12 h 20 – 12 h 40 – Discussion « Portraits »

14 h 30 – 14 h 50 – « Le docker français pendant la guerre » par :- John Barzman, Professeur en histoire contemporaine. Université du Havre

14 h 50 – 15 h 10 – « Le commerçant » par :- Stéphane Le Bras, Maître de conférences en histoire contemporaine. Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand

15 h 10 – 15 h 30 – « L’industriel » par :- Hubert Bonin, Professeur émérite et chercheur en histoire économique à l’IEP de Bordeaux et à l’UMR Gretha-Université de Bordeaux

15 h 30 – 15 h 50 – Discussion

16 h – 16 h 20 – « L’aumônier protestant » par :- Nicolas Champ, Maître de conférences en histoire contemporaine. Université Bordeaux Montaigne

16 h 20 – 16 h 40 – « La tranchée ou l’estrade : être enseignant pendant la Première Guerre mondiale » par :- Jean-François Condette, Professeur en histoire contemporaine – ESP Nord-Pas-de-Calais – Université d’Artois

16 h 40 – 17 h – « À La recherche d’un modèle de l’écrivain français mobilisé : premier bilan » par :- Louis Bergès, Archiviste paléographe. Docteur en histoire. Conservateur général du patrimoine

17 h – 17 h 20 – « L’artiste » par :- Marie ClaracHistorienne de l’art. Attachée de conservation du Patrimoine au musée Bonnat-Helleu à Bayonne

17 h 20 – 17 h 40 – Discussion

18 h 30 – 20 h Café historique – Conférence musicale « 1917 Le jazz débarque à Bordeaux » à la Brasserie Le Plana

 

Vendredi 17 novembre:

« Les Français face aux institutions »

9 h 30 – 9 h 50 – « Le militaire et le politique : des institutions en conflit ? » par :- Jean-Pascal Soudagne, Historien – Rédacteur en chef de la revue 14/18

9 h 50 – 10 h 10 – « Albert Thomas un socialiste dans la grande guerre » par –  Adeline Blaszkiewicz-Maison, Agrégée d’histoire et doctorante en histoire contemporaine. Université Paris – Panthéon Sorbonne

10 h 10 – 10 h 30 – Discussion 10 h 50 – 11 h 10 – « Les maires face aux Français » par – Stéphane Calvet, Docteur en histoire. Chargé de cours Science Po Poitiers

11 h 10 – 11 h 30 – « Dialoguer avec les Français : censure et propagande » par :- Olivier Forcade, Professeur en histoire contemporaine. Université de Paris IV-Sorbonne

11 h 30 – 11 h 50 – discussion

14 h 30 – 15 h – 30 « 1917. L’année qui a changé le monde » par : – Jean-Christophe Buisson, Directeur adjoint du Figaro Magazine et présentateur de « Historiquement show » sur la chaîne Histoire

15 h 30 – 16 h – Discussion et conclusion générale

16 h 30 – 18 h – Visite commentée de l’exposition « 1917. Voilà les Américains »

 

Responsables scientifiques
Stéphane Barry : stephane.barry @ gmail.com
Laurent Dornel : laurent.dornel @ univ-pau.fr

 

En partenariat avec Le Café HistoriqueCentre national Jean Moulin, Consulat des États-Unis, Revue L’HistoireRevue 14/18, Fondation Jean Jaurès, Mission du Centenaire, Librairie Mollat, The conversation France, Agence de communication Citron PresséÉditions Memoring, Brasserie Le Plana

Plus d’informations sur l’exposition

 

                       

Une ville de l’arrière pendant la Grande Guerre: Tarbes

Cet ouvrage rassemble les actes d’un colloque organisé par l’Equipe d’Accueil ITEM (EA 3002 – Identités, Territoires, Expressions, Mobilités) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, qui s’est tenu à Tarbes le 9 avril 2016.

Il aborde la problématique du « front intérieur », comme l’on désigne aujourd’hui l’arrière, pendant la Première Guerre mondiale, à l’échelle d’une ville moyenne du sud-ouest de la France, travaillant à l’effort de guerre, Tarbes (Hautes-Pyrénées).

Y ont collaboré des archivistes et des chercheurs qui connaissent bien l’histoire de Tarbes et des Hautes-Pyrénées : Monique Certiat, Pascale Leroy-Castillo, Jean Courtadet, José Cubero, Thomas Ferrer, Robert Vié et Sylvaine Guinle-Lorinet.

Sous le direction de Sylvaine Guinle-Lorinet
Mai 2017, 144 pages
ISBN : 978-2350684574
20 EUR

Appel à communication: Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre 1914-1920

Colloque international:  « Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre 1914-1920 »

Université de Pau et des Pays de l’Adour

19-20 novembre 2015

On les aura !
« On les aura ! », carte postale pour le deuxième emprunt de la défense nationale en 1916 (affiche originelle d’Abel Faivre)

À quelques exceptions près, la question de l’arrière a été relativement peu mobilisée par une historiographie de la Grande Guerre longtemps assez indifférente à cet « autre front » en dépit de quelques études fondatrices. Pour la France où se concentrent la majorité des combats sur le front occidental, l’arrière correspond à la « zone de l’Intérieur » : un espace hors de la « zone des Armées », dans lequel il n’y a pas d’opérations militaires contre l’ennemi mais toutefois pris dans la logique totalisatrice de la guerre. L’arrière est donc un vaste espace relié symboliquement, politiquement, affectivement ou économiquement aux territoires, parfois occupés par l’ennemi, où se déroulent les combats. Lieu de refuge et de réparation, de deuil et de ressourcement, l’arrière participe ainsi pleinement à la guerre mais sous des modalités et des temporalités spécifiques. De fait, si la période du conflit focalise l’essentiel des interrogations selon des évolutions propres aux différents belligérants, celle de l’immédiat après-guerre est elle aussi incluse en ce qu’elle bouleverse à nouveau l’arrière par le retour des combattants, des prisonniers ou encore les nécessaires et multiples formes de reconversion à la paix.
À cet égard, si les mobilisations militaires ont été largement étudiées, les mobilisations propres aux sociétés civiles européennes traversées par la guerre constituent en revanche encore un champ à la fois très vaste et partiellement défriché. Plusieurs questionnements peuvent être envisagés, et d’abord sur la notion même « d’arrière ». Quels sont les points communs en effet entre le « front intérieur » – terme qui aurait en France progressivement remplacé celui d’arrière – le home front britannique, le fronte interno italien, voire le Heimatfront allemand ? Dans le cadre des États-empires coloniaux belligérants, comment s’articulaient l’arrière métropolitain et l’arrière colonial ? Par ailleurs, quels furent, sur ces fronts intérieurs, les formes et les espaces de mobilisations ? Dans quelle mesure le conflit redéfinit-il, par exemple, la dialectique entre identités locales et identités nationales ? Si l’arrière fait corps avec le front et se mobilise pour participer à la guerre (on a pu ainsi parler d’un « investissement martial » des sociétés civiles en guerre), n’est-il pas aussi le refuge des « embusqués » ? N’est-il pour autant touché par des formes de résistance voire d’opposition à cette guerre ? Enfin, les échanges entre avant et arrière participent-ils à la construction de cultures de guerre partagées par le plus grand nombre ?
Au-delà des représentations, il s’agira plus globalement d’analyser les pratiques et les transformations sociales ainsi que la place et le rôle de l’arrière pendant le conflit mais aussi au cours des mois suivants (démobilisations, reconstruction, etc.). Les questionnements suscités pourront dès lors s’articuler autour des trois axes suivants (qui ne sont pas exclusifs les uns des autres ni exhaustifs) :
• Circulations entre le front et l’arrière et à l’intérieur même de l’arrière (innovations, approvisionnement, capitaux, lettres, migrations de travail, place des réfugiés, etc.) ;
• Mobilisations des populations, des esprits, des économies, des territoires lointains ; « non-mobilisation »/résistance/refus de la mobilisation également. Les communications sur l’administration du quotidien de la guerre seront privilégiées : réquisitions, restrictions et pénuries, organisation du ravitaillement, marché noir, rôle des administrations locales (par ex. les maires en France), sociétés philanthropiques, etc. ;
• Transformations des paysages, des sociétés, des relations sociales (entre populations locales et allogènes, entre patrons et ouvriers, entre générations, etc.), des identités (locales, régionales, nationales voire impériales), des pratiques culturelles et religieuses, de l’intime, des relations centres/périphéries, etc. Seront plus particulièrement bienvenues les propositions sur les expériences rurales de la guerre

Modalités de soumission
Ce colloque, qui donnera lieu à une publication, se veut résolument interdisciplinaire, comparatif et ouvert sur l’espace européen. L’appel à communication s’adresse aux chercheurs confirmés comme aux doctorants et les langues de travail seront le français et l’anglais. Les propositions de communication (2500 signes max., accompagnées d’un bref CV incluant une sélection des publications) seront à envoyer jusqu’au 4 mai 2015 à l’adresse suivante : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr
Le Comité scientifique rendra son avis début juillet 2015.

plus d’informations:

http://calenda.org/317920

http://1418.hypotheses.org

Parution: La mémoire de la Première Guerre mondiale dans les Pyrénées-Atlantiques

Ouvrage publié sous la Direction de Laurent Jalabert (Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Pau et des pays de l’Adour, ITEM), avec la participation de Dominique Dussol (Professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM), Josette Pontet, (Professeur émérite d’histoire à l’Université Bordeaux Montaigne) et Jean-François Vergez (Directeur de l’ONAC-VG 64)

La Première Guerre mondiale est de tous les conflits contemporains, celle qui a laissé le plus de traces dans l’espace public.

Les Pyrénées-Atlantiques, département le plus éloigné des zones du conflit n’échappe pas à la règle. La mémoire de la Grande Guerre y est présente et recouvre bien des représentations qui se retrouvent à l’échelle nationale. Mais elle est aussi marquée par les fortes identités régionales qui s’y affichent, dans ses deux composantes, basques et béarnaises d’abord, mais aussi dans des micros sociétés, parfois très isolées, notamment dans les vallées pyrénéennes, où l’on retrouvera des traces originales du conflit. Des monuments aux morts reproduits en série, aux pierres gravées par les bergers de la vallée d’Ossau, en passant par quelques vitraux, noms de rues, plaques, ou célébrations mémorielles, la réflexion proposée par le collectif d’auteurs oscille entre analyses classiques qui recouperont les méthodologies et interprétations connues d’une mémoire nationale incontestable et spécificités locales, qui témoignent d’une approche plus originale.

Ces particularismes ne sont pas toujours liés aux cultures régionales, ils peuvent être le fait d’engagements individuels, d’élus, d’artistes, de représentants de l’État, ou de simples citoyens ayant cherché à marquer leur espace environnant d’une mémoire spécifique. Cet ouvrage a été publié avec l’aide du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques et de La Mission du Centenaire 14-18.

Paru aux éditions Cairn

COUV ESPACES.indd

Dernière conférence dans le cadre du centenaire de la Grande guerre le 10 décembre 2014

La dernière conférence dans le cadre des manifestations du centenaire de la Grande guerre a eu lieu lieu le mercredi 10 décembre de 16h00 à 18h00, amphithéâtre de la présidence: « Génération Grande Guerre ? Expériences enfantines de la Première Guerre mondiale« , par Manon Pignot, maître de conférence à l’Université de Picardie.

noname
 

Manon Pignot, et al. La Guerre des Crayons: Quand les Petits Parisiens Dessinaient la Grande Guerre. Paris : Editions Parigramme, 2004

Couverture: Manon Pignot, et al. Paris dans la grande Guerre. Paris : Editions Parigramme, 2014,

Centenaire 14-18 : mise en ligne de la conférence de Dominique Dussol « Arts en guerre »

Le 15 octobre dernier, Dominique Dussol, Professeur d’Histoire de l’art contemporain à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, a donné une conférence dans le cadre des manifestations du Centenaire de la Première Guerre Mondiale. Cette conférence intitulée « Arts en Guerre » est à présent mise en ligne et disponible sur Médiakiosque via ce lien.

Logo du centenaire 1914-1918

DDussol

Centenaire 14-18 : calendrier des manifestations prévues pour le mois de septembre 2014

Dans le cadre du Centenaire de la Première Guerre mondiale, deux nouvelles manifestations auront lieu à Pau durant le mois de septembre :

affiche-septembre-octobre-A3

  •  Conférence:

« Refuser le Grande guerre en France »
17 septembre 2014 – 16h00-18h00

Présentée par Rémi Fabre,  Professeur émérite d’histoire contemporaine Paris XIII
Université de Pau et des Pays de l’Adour – Amphithéâtre de la Présidence

 

  •  Cinéma:

Les Fragments d’Antonin
Film de Gabriel Le Bomin – France – 2006 – 1h30

17 septembre – 20h00
Cinéma Le Méliès

Venez nombreux!

 

Centenaire 14-18 : mise en ligne de la conférence de Laurent Dornel

Laurent Dornel, Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, a présenté le 07 mai dernier une conférence intitulée « Guerre et migrations » dans le cadre du Centenaire de la Première Guerre Mondiale.

Cette conférence est enfin en ligne sur Campus TV à cette adresse.

A voir et à revoir!

Centenaire 14-18: conférence en direct de Rémy Cazals

logo_campus_TV_350pxretransmet en intégralité et en direct, la conférence de Rémy Cazals (Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université Toulouse le Mirail) intitulée « La guerre décrite par les soldats ». Rendez-vous à 16h sur CampusTV.

La conférence est désormais accessible à cette adresse.

Centenaire 14-18 : Conférence du 09 avril 2014 par Rémy Cazals

La conférence du 9 avril 2014, présentée par Rémy Cazals,

« La Guerre décrite par les soldats »

R

 aura lieu à l’Amphithéâtre de la Présidence de 16h00-18h00 à Université de Pau et des Pays de L’Adour.

Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Toulouse II Le Mirail, Rémy Cazals est un des principaux spécialistes de la Grand guerre.

Centenaire 14-18 : la conférence de M. Gerd Krumeich est en ligne !

Le 12 mars dernier, M. Gerd Krumeich, Professeur émérite de l’Université de Düsseldorf et spécialiste de la Première Guerre Mondiale, est intervenu à l’UPPA dans le cadre du Centenaire 14-18.

La conférence intitulée « L’opinion allemande face à la Grande guerre » est accessible en ligne sur MédiaKiosque à cette adresse.

Krumeich_01