Archives par mot-clé : featured

Modern Classicisms, London, 10/11/2017

Modern Classicisms: Classical Art and Contemporary Artists in Dialogue

Location
King’s College London – Great Hall King’s Building Strand Campus
When
10/11/2017 (09:00-17:00)
What is it about Greek and Roman art that still captivates the modern imagination? 
How can contemporary art help us to see the classical legacy with new eyes?
 And what can such modern-day responses – situated against the backdrop of others over the last two millennia – reveal about our own cultural preoccupations in the twenty-first century?The art of ancient Greece and Rome is not just a thing
 of the past, it also exists in the present day – whether 
as ideal, antitype or point of departure. During the 2017–2018 academic year, King’s College London is hosting a range of events exploring contemporary responses to classical visual traditions: these will include an exhibition at Bush House 
in in March/April 2018, organised in collaboration with the Musée d’Art Classique de Mougins, and designed to coincide with our co-hosting of the AAH Annual Conference.Our opening Modern Classicisms workshop on 10th November sets out to explore the contemporary relevance of classical visual traditions: by bringing together art historians, collectors, critics and artists, we aim to examine what the classical artistic legacy means from the vantage-point of contemporary artistic practice.
Confirmed artists, speakers and respondents include: Tiphaine Besnard, Bruce Boucher, Matthew Darbyshire, Brooke Holmes, Nick Hornby, Polina Kosmadaki, Lisa Le Feuvre, Christian Levett, Simon Martin, Minna Moore-Ede, Verity Platt, Elizabeth Prettejohn, Marc Quinn, Mary Reid Kelley and Caroline Vout.

Contact:

Registration for this event will open in August. Places will be limited, and early booking is advised; there will be a small charge for tickets (which will contribute to the costs of the provided refreshments, lunch and evening reception).

Timings are provisional and more detailed information will also be released on this website in August 2017. Alternatively, please get in touch with Dr Michael Squire directly (michael.squire@kcl.ac.uk).

Une ville de l’arrière pendant la Grande Guerre: Tarbes

Cet ouvrage rassemble les actes d’un colloque organisé par l’Equipe d’Accueil ITEM (EA 3002 – Identités, Territoires, Expressions, Mobilités) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, qui s’est tenu à Tarbes le 9 avril 2016.

Il aborde la problématique du « front intérieur », comme l’on désigne aujourd’hui l’arrière, pendant la Première Guerre mondiale, à l’échelle d’une ville moyenne du sud-ouest de la France, travaillant à l’effort de guerre, Tarbes (Hautes-Pyrénées).

Y ont collaboré des archivistes et des chercheurs qui connaissent bien l’histoire de Tarbes et des Hautes-Pyrénées : Monique Certiat, Pascale Leroy-Castillo, Jean Courtadet, José Cubero, Thomas Ferrer, Robert Vié et Sylvaine Guinle-Lorinet.

Sous le direction de Sylvaine Guinle-Lorinet
Mai 2017, 144 pages
ISBN : 978-2350684574
20 EUR

Cahier d’Histoire Immédiate

Les Cahiers d’Histoire Immédiate est une revue semestrielle consacrée à l’histoire la plus contemporaine.
Après deux ans d’interruption, la publication de la revue reprend
aux éditions Cairn sous la direction scientifique de l’UPPA et du laboratoire ITEM EA 3002.

Le numéro 49 composé d’un dossier thématique intitulé « Lectures de la Révolution cubaine dans l’espace atlantique » et  de varias vient de paraître :

« La fascination pour Cuba est ancienne. Le dossier invite à réfléchir aux lectures, aux résonances et aux réceptions de la Révolution, dans la Caraïbe et, au-delà, dans l’espace atlantique. En d’autres termes, il s’agit de voir de quelle façon la Révolution cubaine, notamment à ses débuts, a engendré, tout un cortège de représentations, romantiques ou pragmatiques, et de montrer que celle-ci s’ est diffusée à la fois comme une source d’inspiration
théorique féconde et un modèle d’action auprès d’une génération de
militants et d’activistes anti-impérialistes. De plus, il s’agit d’examiner comment, par l’intermédiaire d’organismes paragouvernementaux tels que l’Organisation de solidarité des peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine (OSPAAL), plus connue sous le nom de Tricontinentale, le régime révolutionnaire cubain a ouvertement pratiqué une politique anti-impérialiste de soutien à des mouvements révolutionnaires, surtout jusqu’en 1968, date à partir de laquelle il avait tempéré son activisme internationaliste au profit d’un alignement croissant sur la politique prudente pratiquée par l’URSS à destination du tiers-monde. En conséquence, différents types d’impacts de cet activisme cubain au plan géopolitique, notamment sur les relations bilatérales franco-cubaines dans les Caraïbes, au Mexique, en Afrique de l’Ouest, sont ici analysés. »

Plus d’informations

Le numéro 50 qui sera publié à l’automne 2017 comportera un Dossier intitulé « Une histoire en chantier: l’histoire de la Vème République » et des varias.

Les chercheurs, notamment de jeunes chercheurs, peuvent soumettre des articles au comité de rédaction.  Ceux-ci sont à expédier pour le prochain numéro (50) qui paraitra à l’automne 2017 avant le 15 août sous un format word (30 000 signes espaces compris) à laurent.jalabert@univ-pau.fr  ou Joëlle Saucès joelle.sauces@univ-pau.fr

Les articles sont soumis et expertisé à un membre du comité de lecture avant d’être discuté en comité de rédaction.

Pour les numéros suivants (51 et 52) qui paraitront fin 2017 et au printemps 2018, les propositions d’articles sont à expédier avant le 15 octobre 2017 ou le 15 janvier 2018.

Journées Nationales de l’Archéologie 2017

La 8e édition des Journées nationales de l’archéologie (JNA) se déroulera  du vendredi 16 au dimanche 18 juin 2017.

Pilotées par l’Inrap sous l’égide du ministère de la Culture, ces journées mobilisent l’ensemble de la communauté archéologique en France métropolitaine et en outre-mer.

Les JNA sont un rendez-vous incontournable pour découvrir les différentes facettes de l’archéologie.

Ces journées sensibilisent le public à la diversité du patrimoine archéologique et présentent les dernières avancées de la recherche.

Tous les acteurs de l’archéologie s’associent pour faire découvrir au plus grand nombre les richesses et les coulisses de la discipline.

Musées et sites archéologiques, laboratoires, centres d’archives, organismes de recherche, universités, associations, collectivités territoriales, offices de tourisme et bibliothèques organisent des activités originales et familiales qui contribuent au rayonnement de l’archéologie.

Nadine Béague, François Réchin, Benoît Pacé , chercheurs et archéologues au laboratoire ITEM -UPPA, participent à cette 8ème édition :

Le musée de Borda, musée municipal de la ville de Dax, organise deux journées de découverte de l’histoire de Dax et son territoire, de la préhistoire à l’époque moderne, en partenariat avec le SRA Nouvelle-Aquitaine, l’Inrap, la société HADES, les universités de Bordeaux-Montaigne et de Pau Pays de l’Adour, le CRAL.

Conférence – Casino de Dax

samedi 17 juin

Aux origines de Dax : de la préhistoire aux Eaux des Tarbelles

10h-10h20 Accueil des participants et introduction par F. Réchin (UPPA)
10h20-10h40 Exploiter les ressources naturelles de la préhistoire à l’Antiquité
N. Béague (INRAP), avec la collaboration de C. Normand (TRACES)
14h20-14h40 Dax et son territoire dans l’Antiquité. Un exemple d’approche spatiale utilisant les Systèmes d’Information Géographique
B. Pace (doctorant UPPA), avec la collaboration de S. Cabes (chargé de cours à l’UPPA)

Retrouvez le programme complet : http://journees-archeologie.fr/c-2017/fiche-initiative/3851/Salon-du-Casino-de-Dax

Fouilles archéologiques – site de Broue, Charente-Maritime

Le site de Broue (Commune de Saint-Sornin, Charente-Maritime) sera en fouille du 3 au 22 juillet 2017.

Dirigées par E.  Normand (SRA nouvelle Aquitaine) et A. Champagne (UPPA/ITEM), les fouilles du promontoire de Broue s’insèrent dans le PCR intitulé « les marais charentais au Moyen-Age et à l’époque moderne : peuplement, environnement, économie ».

Depuis 2011, il associe des archéologues, historiens, géographes et environnementalistes venant d’horizons institutionnels divers. La pluridisciplinarité est au cœur du projet. Tous partagent en point commun le territoire du marais charentais entre les estuaires de la Seudre et de la Charente.

Les thèmes de recherche se structurent autour de trois axes : « peuplement et territoires », « marais salants et économie d’un territoire » et « modes de vie et sociétés littorales ». Il s’appuie sur un web SIG qui a fait l’objet d’une refonte totale cette année.

L’axe 1 concerne principalement l’exploration archéologique de la presqu’île de Broue, occupée principalement du XIe au XVe siècle. L’exploration est centrée sur une plateforme situé en extrémité de promontoire et au pied du donjon à l’emplacement supposé de la haute ou basse-cour du site castral. Les sondages ont commencé en 2016, sous forme de tranchées.

La fouille s’accompagne, dans le cadre du PCR, d’un volet paléoenvionnemental comprenant la réalisation et l’étude de carottes réalisées dans le marais au pied du site mais aussi des études archéozoologiques qui vise à comprendre l’évolution de ce milieu marécageux.

Revisiter les frontières

Collection Cultures, Arts et Sociétés – 7

Presses universitaires de Pau et des Pays de l’Adour

Sous la direction de Laurent Jalabert et Sylvaine Guinle-Lorinet

Du mois de septembre 2011 au mois de mars 2016, le laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en lien avec le master Cultures Arts et Sociétés a organisé une série de séminaires pluridisciplinaires autour du thème de la Frontière. Chaque année, sous la forme de journées d’études, il a réuni sous la coordination d’abord de Laurent Jalabert et Évelyne Toussaint ; puis Laurent Jalabert et Sylvaine Guinle-Lorinet étudiants, doctorants, chercheurs de tous horizons disciplinaires afin de dynamiser une recherche sur cette thématique. Au total, pendant cinq années universitaires, 25 journées d’études ont été réunies. Certaines seront publiées intégralement par leurs organisateurs, d’autres contributions ont été réunies dans ce volume de la collection Cultures Arts et Sociétés.

Avec les contributions de Françoise Des Boscs, Julie Gallego, Michel Catala, Éric Schnakenbourg, Bertrand Vayssière, Sylvaine Guinle-Lorinet, Évelyne Toussaint.

Directeurs de la publication:
Sylvaine Guinle-Lorinet est Maître de conférences, HDR, en histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM EA3002)
Laurent Jalabert est Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM EA3002)

 

Febus 2.0

 

Le laboratoire de l’université de Pau et des pays de l’Adour ITEM (EA 3002) est partenaire du projet Febus 2.0, porté par l’Atelier In8 installé à Serres-Morlaas, lauréat de l’appel à projets régional Aquitaine Cultures connectées 2015.

Cette création transmédia vise à présenter le patrimoine intellectuel et territorial du Béarn de Fébus à travers trois bandes dessinées (format 16 x 24cm, 32 pages, couleur), une application gratuite pour téléphone mobile ou tablette, permettant un jeu géolocalisé articulé à la lecture et à des visites des sites fébusiens.

Les trois bandes dessinées (Zénith, Soleil noir, Eclipse) ont été scénarisées par Catmalou (adaptatrice du roman Le dernier des Mohicans), retraçant les grands moments de la vie de Fébus entre roman d’espionnage et policier. Les dessins, inspirés de l’esthétique des comics, sont signés Joseph Lacroix, dessinateur toulousain qui a travaillé pour les éditeurs américains de Diablo 3 et World of Warcraft. Véronique Lamazou-Duplan et Dominique Bidot-Germa, maîtres de conférences en histoire du Moyen Âge à l’UPPA, ont apporté leur conseil scientifique à cette création qui cible les élèves de collège.

Depuis le 1er juin 2017, le site www.febusaban.fr est ouvert, les comics ont été distribués à 8000 collégiens béarnais et sont disponibles sur le site web, dans les Espaces Culturels Leclerc du sud-ouest, l’application mobile est téléchargeable…

Des événements et présentations seront prochainement organisés en Béarn, aux châteaux de Montaner, Moncade, à la médiathèque d’Orthez, au Parvis de Pau.

 

Premier rendez-vous, le vendredi 9 juin 2017, Tour Moncade, à Orthez, 19h

L’Atelier In8, le label Pays d’Art et d’Histoire d’Orthez et du Béarn des Gaves et Orthez Animations, ont le plaisir de vous convier au lancement du projet transmedia Febus 2.0 au Château Moncade à Orthez le 9 juin à 19h.

  • Présentation du projet par Fabrice Delpech
  • Dialogue autour de la création des planches des Comics avec la participation de Véronique Lamazou-Duplan, Dominique Bidot-Germa (maîtres de conférences de l’université de Pau) et Joseph Lacroix (dessinateur).
  • Séance de signature et animation théâtralisée autour de Gaston Fébus.

Séminaire de formation avancée CPIM

Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb (VIIIe-XVe siècle)

Session 2017 : Le recours aux armes

 

 Coordinateurs :

Daniel BALOUP (Université Toulouse – Jean Jaurès)

Yann DEJUGNAT (Université Bordeaux Montaigne)

Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Présentation

Ce séminaire est organisé par l’université Toulouse – Jean Jaurès, l’université Bordeaux Montaigne, l’université de Pau et des pays de l’Adour, et l’École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid).

Il vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb au Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.

À l’encontre des approches essentialistes et différentialistes, fondées sur le mythe de l’existence de deux blocs homogènes et affrontés, il s’agira de mettre en regard différentes expériences politiques, de part et d’autre de la frontière islamo-chrétienne, afin de susciter des rapprochements, de relever des écarts, voire de révéler des situations d’interaction ou d’interdépendance, en matière de fonctionnement étatique et de culture politique, par-delà les antagonismes religieux. Certes la référence religieuse a valeur fondatrice et imprègne institutions et idéologies de combat (jihad, Reconquista, croisade), mais les acteurs de cette histoire, au travers de leurs pratiques de gouvernement et de leurs imaginaires politiques, mobilisent des répertoires bien plus vastes et plus divers qu’il s’agira d’identifier et de mieux appréhender.

C’est à l’exploration de ces cultures politiques, associant à la fois registres textuels et manifestations matérielles du pouvoir, que sont invités les jeunes chercheurs qui participeront au séminaire.

Comité d’organisation : Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès), Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent Callegarin (Casa de Velázquez), Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des pays de l’Adour), Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne), Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne), Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne), Fabienne Guillén (Université de Pau et des pays de l’Adour), Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des pays de l’Adour).

Renseignements pratiques sur la session 2017

La première session du séminaire se tiendra à Bielle (Pyrénées-Atlantiques), du 2 au 5 octobre 2017. Elle réunira six formateurs, douze doctorants ou jeunes docteurs, et des étudiants de Master issus des universités organisatrices.

Le séminaire est gratuit. Les institutions organisatrices assument les frais d’hébergement des participants, à Bielle. Pour les doctorants et les jeunes docteurs dont la candidature aura été retenue, le voyage jusqu’au point de regroupement de Pau reste à leur charge.

Chaque journée de travail sera partagée entre la présentation de leurs travaux par quatre doctorants ou jeunes docteurs, et les interventions de deux formateurs qui prononceront une conférence et animeront un atelier pratique (sur les sources, la bibliographie, les notions, etc.).

Les langues de travail seront le français, l’espagnol, le portugais et l’anglais.

Dans l’année suivant le séminaire, un ouvrage regroupant les contributions des formateurs, des doctorants et des jeunes docteurs sera publié.

12 places sont disponibles. Les candidats proposeront leur candidature grâce au formulaire électronique en ligne, sur la page Web de la Casa de Velázquez, avant le 7 juillet (minuit, heure de Madrid). Ils seront informés par courrier électronique du résultat de la sélection à partir du 17 juillet 2017.

Projet scientifique 2017 : Le recours aux armes

Formateurs : Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès, coordinateur), Yassir Benhima (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Arsenio Dacosta (Universidad de Salamanca), Sophie Gilotte (UMR 5648 CIHAM, Lyon), Fabienne Guillén (Université de Pau et des pays de l’Adour), Juan José Larrea (Universidad del País Vasco / Euskal Herriko Unibertsitatea).

Cette première édition de l’atelier portera sur la place occupée par le recours aux armes dans les cultures politiques en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle. Le choix du terrain exclut la prise en compte des violences crapuleuses (banditisme, agressions, rixes, etc.), même si la distinction n’est pas toujours facile à établir avec certaines situations qui seront étudiées. Par ailleurs, conformément à l’orientation générale de l’atelier, l’étude des pratiques et de l’imaginaire politiques sera privilégiée sur celle, plus habituelle s’agissant de ces questions, des discours et des représentations.

La réflexion s’articulera autour de trois grands types d’événements :

–         La contestation violente de l’autorité. Il s’agira d’étudier les cas où les détenteurs du pouvoir et leurs représentants sont confrontés à une violence armée dont l’origine se situe au sein même de la société sur laquelle s’exerce leur autorité. Cette définition englobe les émeutes, naturellement, mais elle s’étend aussi à des formes de violence que nos disciplines ont encore un peu de mal à saisir, comme l’attentat ou l’assassinat politique.

–         Les affrontements armés dans le champ politique. Cette deuxième catégorie se distingue de la première en cela que les groupes en conflit (ou ceux qui les dirigent) partagent une position sociale comparable et dominante, et qu’ils participent à ce titre d’une culture guerrière qui, pour les époques qui nous intéressent, caractérise avant tout les oligarchies. On pense naturellement aux luttes de partis et de factions, parfois envisagées dans l’historiographie sous un intitulé qu’il conviendra d’interroger : celui de « guerre civile ».

–         La guerre. Les guerres que l’on ne peut qualifier de « civiles » parce qu’elles opposent des puissances souveraines entrent aussi dans notre périmètre, mais l’étude restera centrée sur leur dimension politique. En d’autres termes, la guerre sera envisagée comme une composante d’un dispositif complexe de relations « interétatiques » qui inclut aussi les rapports diplomatiques, culturels et économiques. Sans négliger le phénomène en lui-même dans ce qu’il révèle des pratiques de pouvoir, c’est son articulation aux autres éléments mentionnés qui sera prioritairement examinée.

L’objectif de l’atelier sera non seulement d’approfondir ces thèmes et d’aborder des études de cas, mais aussi, sur un plan plus méthodologique, de favoriser les comparaisons et la mise en évidence d’interactions dans une recherche constante de dialogue entre les différentes disciplines qui seront représentées (histoire, études littéraires, archéologie, histoire de l’art).

Partenaires :

Université Bordeaux Montaigne (coord. Yann Dejugnat) : École doctorale Montaigne Humanités (Université Bordeaux Montaigne), LABEX Lascarbx, UMR 5607-AUSONIUS

Université Toulouse-Jean Jaurès (coord. Daniel Baloup) : École doctorale (Université Toulouse-Jean Jaurès), Labex SMS (Structuration des Mondes Sociaux, Toulouse), FRAMESPA (UMR 5136 CNRS, Toulouse)

Université de Pau et Pays de l’Adour (coord. Véronique Lamazou-Duplan) : ITEM (EA 3002, Pau), École doctorale 481 SSH (Université de Pau et Pays de l’Adour), avec le soutien de la Fédération de recherche Espace Frontière Métissage, du laboratoire Langues Littératures Civilisations de l’Arc Atlantique, du Conseil de la Recherche LLSHS.

EHEHI (Casa de Velázquez, Madrid)

 

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 7 juillet 2017.

Pour plus d’informations :

http://ausonius.u-bordeaux3.fr/cpim

Pour candidater :

https://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/formulaires/epoques-ancienne-et-medievale/formulaire-dinscription-les-cultures-politiques-dans-la-peninsule-iberique-et-au-maghreb-viiie-xve-siecle/

Espaces urbains, espaces de vie sociale et de création

Colloque « Espaces urbains, espaces de vie sociale et de création »
Du 26 au 28 juin 2017

Le colloque Espaces urbains, espaces de vie sociale et de création se propose d’étudier la question de la fragmentation du tissu urbain et de cohésion sociale.

Pour des raisons d’ordre économique/sociologique afférentes aux phénomènes de migration et eu égard à la finalisation de certaines politiques urbaines, s’est produite à la fin du XX° siècle une fragmentation du tissu urbain générant l’apparition/l’émergence de ghettos. S’impose, par voie de conséquence, la recherche de pratiques urbaines et environnementales appropriées afin d’instaurer une meilleure cohésion sociale.

Nous considérons l’espace urbain comme la résultante issue d’une double perspective associant consubstantiellement construction et symbole. Semblable dualité reflète les caractéristiques de notre époque actuelle. Son organisation physique est le résultat d’un constant processus de construction et de destruction à travers lequel la ville acquiert l’originalité de son aspect urbain. La ville se présente comme le résultat de la planification et de l’intervention urbanistiques; elle est le produit d’une conceptualisation, d’une certaine forme de pensée et d’élaboration, de projection et d’action, dont la variable est ajustée à son histoire.
L’ espace urbain est constitué de ses rues, de ses espaces inoccupés, de ses constructions, de ses aménagements et de ses ambiances où se manifestent les marques du temps ainsi que celles d’un intense travail de transformation. Cet espace s’offre au citadin comme une série d’interventions dans les strates desquelles l’on peut lire l’histoire urbaine. Mais en même temps, la ville est le résultat d’une élaboration symbolique, conventionnelle, arbitraire et intersubjective, à travers laquelle les sujets construisent le sens de l’espace urbain tout en donnant du sens à leur propre status de citadins. Le sujet urbain s’approprie de manière significative l’expérience de la ville et la partage dans ces lieux construits. Planifier, édifier, organiser, urbaniser la ville consiste alors à lui attribuer un sens urbain et à tout mettre en œuvre pour que ce sens circule moyennant des pratiques culturelles diverses.
Depuis la crise structurelle des années 70, le dispositif urbain se projette à travers l’idée d’espaces d’opportunité qui affichent pour objectif de régénérer et de resignifier la ville. Cependant, l’on observe deux degrés d’action : l’un à l’échelle globale, l’autre à l’échelle locale. A partir des années 90, l’on perçoit un abandon de l’observation globale de la ville au bénéfice de l’identification d’espaces d’opportunité. Au niveau local, l’on privilégie une logique de valorisation et de rendement du sol, tandis qu’au niveau global l’on essaie de resituer la ville ou de rechercher un lieu pour celle-ci au sein de la dimension internationale (internationalisation) moyennant la promotion de certains espaces urbains.

Le récit de la ville en reconstruction avait généré un imaginaire de significations partagées. Toutefois, ce discours a peu à peu écarté et a occulté la perception des espaces urbains fragmentés. En fait, il a opéré tel un simulacre. Il a eu comme conséquence immédiate de produire un effet mosaïque dans la ville d’où découlent isolement et frustration chez les individus en raison des rêves promis et jamais réalisés, configurant un imaginaire qui dans le fond n’est qu’un regard kaléidoscopique de la mosaïque précédemment évoquée.

Tout au long de ce processus la ville a perdu de sa cohésion et ses habitants ont perdu leur valeur citadine entendue comme cette capacité à gérer leur rencontre avec l’Autreté. Cette perte se manifeste de façon insidieuse dans les différentes spéculations, constructions, proclamations, créations, de l’imaginaire qui donnent forme à l’espace urbain actuel. Ainsi la décadence s’installe-t-elle dans notre quotidien, nostalgique des typologies des siècles passés (styles néo-traditionnels) et récupérant des modèles thématiques spécifiques conçus comme scénographies (Seaside, Célébration).

 

 

Une table ronde, sur le thème « Espace naturel et frontalier, patrimoine et identité », clôturera le colloque le mercredi 28 juin à Bayonne, Conseil Départemental 64 – Grande caserne – Salle Bakia
4 allée des Platanes.

Lola Thion, modératrice
Christian Manso, Bénédicte de Buron-Brun et Béatrice Bottin, traducteurs

9h30 Accueil – Présentation par le CAUE 64
Introduction par un représentant du Département des Pyrénées-Atlantiques
Philippe Arretz – Conseil de Développement du Pays Basque Patrimoine naturel, un défi pour la société basque
Fernando Bajo – architecte, professeur École d’Architecture de l’UPV
Infrastructuras verdes : unites, corredores y conexions naturales
Xabina Iturburua – EHMEB, Commissions Syndicales du Pays Basque
Une réflexion autour d’un Parc National Régional de la Montagne Basque
Frederico Fillat – IPE-CSIC, Jaca
Los pastos de altitud y los prados, dos recursos tradicionales de montaña sobre los que desarrollar futuras relaciones franco-españolas
Régine Chauvet – Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement 64
Le col du Soulor, valorisation d’une station hivernale par le paysage
Alfredo Asiáin Ansorena – enseignant chercheur Universidad Publica de Navarra
Patrimonio Cultural Inmaterial y la cultura tradicional
Vincent Candau – architecte – agence V2S à Bayonne
Le Centre d’Interprétation du Patrimoine de Banca, l’architecture contemporaine dans un village de montagne basque
Jesús Cañada Merino – architecte, Président del COAVN Biskaia
Marta González Cavia – architecte COAVN
Bilbao paisajes emergentes
Ángel Garí – Directeur de la section de Sciences Sociales de l’Instituto de Estudios Alto-aragoneses
Mapa interactivo de las piedras sagradas en la provincia de Huesca. Propuesta del coloquio internacional Sacra Saxa

En présence de Akaitze Kamiruaga Garitaonandia, Labayru Fundazioa et La Communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées (sous réserve).

Voir l’argumentaire

 

 

 

Bordeaux, patrimoine mondial de l’Unesco

Par Dominique Dussol

Un guide de découverte grand public, à destination du touriste ou du passionné de la ville qui met en valeur les édifices phares ayant contribué à l’obtention par Bordeaux du label « Patrimoine mondial de l’humanité » de l’Unesco. Ce guide synthétique, fonctionnel et de qualité, tant du point de vue des textes que des illustrations ou de la mise en page, articule quartier par quartier une découverte des trésors du patrimoine artistique et architectural bordelais. Précédé d’une introduction historique dynamique, l’ouvrage s’inscrit dans la  collection : les Guides du Festin.

Juin 2017 / 96 pages / 17 x 24 cm / ISBN : 978-2-36062-174-3

http://www.lefestin.net/bordeaux-patrimoine-mondial-de-lune…

Qu’est ce que la misogynie?

Qu’est-ce que la misogynie ?

Par Maurice Daumas

Les Éditions Arkhê

Seriez-vous coupable ou victime de misogynie sans le savoir ? La misogynie, littéralement « la haine des femmes », ce sont les injures, les violences, mais pas seulement : c’est aussi le processus subtil, symbolique, par lequel les femmes sont soumises à la domination masculine. Cette misogynie « masquée » s’invite au bureau, dans les institutions, dans la rue, en amitié, mais aussi plus profondément, dans l’intimité des couples.
Vous en doutez ? La misogynie est pourtant au coeur de notre vie sociale (et conjugale) depuis plus de cinq siècles. C’est ce que Maurice Daumas démontre de manière magistrale, en puisant dans l’histoire, la sociologie et la psychanalyse. Sur un sujet qui ressurgit régulièrement dans l’actualité au gré des affaires, ce livre indispensable ne manquera pas de vous surprendre, et de remettre en cause tout ce que vous pensiez savoir sur les relations entre les hommes et les femmes, du Moyen Age à l’affaire DSK.

Maurice Daumas est professeur émérite d’histoire moderne à l’université de Pau et des pays de l’Adour, spécialiste de la sexualité, de la vie affective et des relations familiales à l’Epoque moderne.

ISBN : 978-2-918682-32-5

200 pages

La influencia de la frontera en las sociedades del sur de Europa

La influencia de la frontera en las sociedades del sur de Europa (siglos XVI-XX)

El seminario está organizado por el proyecto de investigación HAR2016-75899-P y por la Université de Pau et des Pays de l’Adour, y cuenta con la imprescindible colaboración de los proyectos HAR2013-48901-C6-5-R, HAR2013-48901-C6-6-R y HAR2015-64348-P, de las Universidades de Castilla-La Mancha, de Extremadura, Universidade do Minho y Universidad de Zaragoza.

 


PROGRAMA
JUEVES 25 de mayo 2017
9 h. El “francés” en el imaginario hispánico del Antiguo Régimen.
Drª Encarna Jarque Martínez, Universidad de Zaragoza.
9,45 h. Universos compartidos. Migraciones y mercado matrimonial en la frontera central hispano portuguesa en la Edad Moderna (s. XVI-XIX).
Dr. José Pablo Blanco Carrasco, Universidad de Extremadura.
10,30 h. Descanso
10,45 h. El laberinto pirenaico: fronteras, aduanas y legislación (siglos XVIII y XIX).
Dr. Fco. J. Alfaro Pérez, Universidad de Zaragoza.
11.30. Mesa redonda.
15,30 h. Mercado matrimonial de los inmigrantes franceses en la España de la Edad Moderna.
Dr. José Antonio Salas Auséns, Universidad de Zaragoza.
16,15 h. En los límites del oro rojo. Azafrán y población en España, Siglos XVIII-XIX.
Dr. Fco. García González, Universidad de Castilla La Mancha.
17 h. Descanso
17,15 h. La monarquía hispánica y la policía de los extranjeros en el Antiguo Régimen. Perspectivas de investigaciones.
Dr. Olivier Caporosi, Université de Pau.
17,45 h. Las fronteras del Derecho. Las presuntas bases jurídicas del proceso de castellanización de la España Moderna.
Dr. Guillermo Vicente Guerrero, Universidad de Zaragoza.

 

VIERNES 26 de mayo
9 h. Passages et frontières en Aquitaine XIX-XXIe siècle: jalons pour un programme de recherche transfrontalier.
Dr. Laurent Dornel, Université de Pau.
9,45 h. O papel económico-social das feiras e dos comerciantes de gado na região transfronteiriça do Norte de Portugal: importação, criação e exportação de gado
bovino no Noroeste português (século XIX).
Drª Margarida Durães, Universidade do Minho.
10,30 h. Descanso
10,45 h. Las relaciones entre aragoneses y bearneses durante la alcaldía de Louis Sallenave (1947-1971).
D. Javier Mur, Universidad de Zaragoza.
11,30 h. Pirineos frontera permeable. Migrantes en tránsito 1936-1945.
Dr. Diego Gaspar, Universidad de Zaragoza.
12,15 h. El exilio durante la segunda República española (1931-1936).
Dr. Roberto Ceamanos Llorens, Universidad de Zaragoza.
13 h. Mesa redonda y clausura

 

Les petits vignobles

Les petits vignobles

Stéphane Le Bras (dir.)

Coédition Presses universitaires de Rennes

Avec une préface de Laurent Jalabert

Dans cet ouvrage, les petits vignobles sont appréhendés par des historiens et géographes depuis la période médiévale jusqu’à l’ultra-contemporain. Il s’agit ici de saisir les évolutions, les permanences et les mutations de territoires dont la définition varie sur le temps long. De même, l’approche plurielle permet, par le biais du « petit » de réinterroger et réévaluer le « grand », qu’il s’agisse de la viticulture nationale dans son ensemble ou des grands territoires régionaux (Bourgogne, Bordelais, Languedoc, etc.).

Le petit est à la mode. Renvoyant à des conceptions et à des considérations qui rejoignent les préoccupations contemporaines de souci du bien-être, du respect de l’équilibre environnemental ou de la valorisation des circuits courts, il s’apparente à une recherche de l’authentique et du sain. Pourtant, dans la filière vitivinicole, l’adjectif « petit » a pendant longtemps été associé à une image dépréciée, celle des petits vins, des petits propriétaires, des petits vignobles. Jusqu’à il y a encore peu de temps, immanquablement et invariablement, ils se heurtaient à la renommée des grands territoires viticoles, la puissance des grands propriétaires et surtout la qualité des grands crus. Ainsi, alors qu’actuellement dans le sillage d’une partie des acteurs de la filière tenants du Small is beautiful, le petit se voit réhabilité, cet ouvrage vise à réévaluer, à travers les sciences sociales, la perception, la place et les mutations des petits vignobles.
Première étape dans une réflexion plus globale, il investit et questionne la notion même de « petit » pour proposer d’appréhender le monde vitivinicole par le biais des petits vignobles français. En en montrant les discontinuités conceptuelles et la permanence des singularités de l’époque médiévale à nos jours, il met en lumière les spécificités de territoires qui permettent de mieux cerner l’organisation du marché, les logiques spatiales et la diversité des pratiques viticoles en France. Au total, en décentrant le regard, les petits vignobles assurent une relecture de la viticulture nationale sur le temps long.

Ouvrage rédigé dans le cadre du programme de Recherche de la chaire HCP autour du Programme « Les petits vignobles ».

ISBN : 978-2-86906-430-0

200 pages

Prix : 20 EUR

Littérature et sociétés coloniales

Littérature et sociétés coloniales

(1850-1960)

Sous la direction de Laurent Jalabert
Editeur : Les Indes Savantes
 

L’ ouvrage est la restitution d’une journée d’études proposée par les centres de recherche en histoire (ITEM) et en lettres (CRPHL) de l’Université de Pau et des pays de l’Adour. Il explore le regard des écrivains qui ont utilisé le monde colonial comme sujet d’écriture. L’objectif de cette journée a été de croiser les regards, les expériences en étudiant et comparant les grandes régions colonisées (Indochine, Algérie, Afrique portugaise, Afrique francophone, Caraïbe, Guyane) afin de faire émerger les représentations, ou imaginaires autour de ces mondes par des approches pluridisciplinaires : littéraires, historiens, géographes… ont ici croisé leurs analyses.
La littérature est en effet rarement neutre sur les colonies, engagée dans un sens colonialiste ou d’autres fois anticolonialiste ; et elle est parfois ambiguë. Les auteurs étudiés sont issus de divers mondes : un gouverneur, des écrivains issus des colonies, des regards venus de la littérature coloniale, des essayistes anticoloniaux.

Nombre de pages : 106 – Format : 158 x 240 mm – Dos carré collé | Date de publication : 2017 | ISBN : 978-2-84654-469-6 |

Prix : 19,00 €

http://www.lesindessavantes.com/ouvrages/24668

Passages et frontières en Aquitaine

Ces 2 journées d’étude marquent la première étape importante d’un projet de recherche au long cours, intitulé Passages et Frontières en Aquitaine : lieux de transit et expériences migratoires (XIXe-XXIe siècles).

Ce projet, soutenu par la Région Nouvelle-Aquitaine, associe des chercheurs universitaires, des institutions muséales et des acteurs associatifs, autour de la problématique de l’histoire et de la patrimonialisation des lieux de transit des migrants en Aquitaine.
Ces journées réuniront les membres du projet pour une première étude des sources documentaires et la définition des axes de recherche. Elles seront également l’occasion d’établir un premier bilan des recherches en cours.
Journées organisées par Laurent Dornel (Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM EA 3002) : laurent.dornel@univ-pau.fr

Plus d’information

Programme