Qu’est ce que la misogynie?

Qu’est-ce que la misogynie ?

Par Maurice Daumas

Les Éditions Arkhê

Seriez-vous coupable ou victime de misogynie sans le savoir ? La misogynie, littéralement « la haine des femmes », ce sont les injures, les violences, mais pas seulement : c’est aussi le processus subtil, symbolique, par lequel les femmes sont soumises à la domination masculine. Cette misogynie « masquée » s’invite au bureau, dans les institutions, dans la rue, en amitié, mais aussi plus profondément, dans l’intimité des couples.
Vous en doutez ? La misogynie est pourtant au coeur de notre vie sociale (et conjugale) depuis plus de cinq siècles. C’est ce que Maurice Daumas démontre de manière magistrale, en puisant dans l’histoire, la sociologie et la psychanalyse. Sur un sujet qui ressurgit régulièrement dans l’actualité au gré des affaires, ce livre indispensable ne manquera pas de vous surprendre, et de remettre en cause tout ce que vous pensiez savoir sur les relations entre les hommes et les femmes, du Moyen Age à l’affaire DSK.

Maurice Daumas est professeur émérite d’histoire moderne à l’université de Pau et des pays de l’Adour, spécialiste de la sexualité, de la vie affective et des relations familiales à l’Epoque moderne.

ISBN : 978-2-918682-32-5

200 pages

La influencia de la frontera en las sociedades del sur de Europa

La influencia de la frontera en las sociedades del sur de Europa (siglos XVI-XX)

El seminario está organizado por el proyecto de investigación HAR2016-75899-P y por la Université de Pau et des Pays de l’Adour, y cuenta con la imprescindible colaboración de los proyectos HAR2013-48901-C6-5-R, HAR2013-48901-C6-6-R y HAR2015-64348-P, de las Universidades de Castilla-La Mancha, de Extremadura, Universidade do Minho y Universidad de Zaragoza.

 


PROGRAMA
JUEVES 25 de mayo 2017
9 h. El “francés” en el imaginario hispánico del Antiguo Régimen.
Drª Encarna Jarque Martínez, Universidad de Zaragoza.
9,45 h. Universos compartidos. Migraciones y mercado matrimonial en la frontera central hispano portuguesa en la Edad Moderna (s. XVI-XIX).
Dr. José Pablo Blanco Carrasco, Universidad de Extremadura.
10,30 h. Descanso
10,45 h. El laberinto pirenaico: fronteras, aduanas y legislación (siglos XVIII y XIX).
Dr. Fco. J. Alfaro Pérez, Universidad de Zaragoza.
11.30. Mesa redonda.
15,30 h. Mercado matrimonial de los inmigrantes franceses en la España de la Edad Moderna.
Dr. José Antonio Salas Auséns, Universidad de Zaragoza.
16,15 h. En los límites del oro rojo. Azafrán y población en España, Siglos XVIII-XIX.
Dr. Fco. García González, Universidad de Castilla La Mancha.
17 h. Descanso
17,15 h. La monarquía hispánica y la policía de los extranjeros en el Antiguo Régimen. Perspectivas de investigaciones.
Dr. Olivier Caporosi, Université de Pau.
17,45 h. Las fronteras del Derecho. Las presuntas bases jurídicas del proceso de castellanización de la España Moderna.
Dr. Guillermo Vicente Guerrero, Universidad de Zaragoza.

 

VIERNES 26 de mayo
9 h. Passages et frontières en Aquitaine XIX-XXIe siècle: jalons pour un programme de recherche transfrontalier.
Dr. Laurent Dornel, Université de Pau.
9,45 h. O papel económico-social das feiras e dos comerciantes de gado na região transfronteiriça do Norte de Portugal: importação, criação e exportação de gado
bovino no Noroeste português (século XIX).
Drª Margarida Durães, Universidade do Minho.
10,30 h. Descanso
10,45 h. Las relaciones entre aragoneses y bearneses durante la alcaldía de Louis Sallenave (1947-1971).
D. Javier Mur, Universidad de Zaragoza.
11,30 h. Pirineos frontera permeable. Migrantes en tránsito 1936-1945.
Dr. Diego Gaspar, Universidad de Zaragoza.
12,15 h. El exilio durante la segunda República española (1931-1936).
Dr. Roberto Ceamanos Llorens, Universidad de Zaragoza.
13 h. Mesa redonda y clausura

 

Les petits vignobles

Les petits vignobles

Stéphane Le Bras (dir.)

Coédition Presses universitaires de Rennes

Avec une préface de Laurent Jalabert

Dans cet ouvrage, les petits vignobles sont appréhendés par des historiens et géographes depuis la période médiévale jusqu’à l’ultra-contemporain. Il s’agit ici de saisir les évolutions, les permanences et les mutations de territoires dont la définition varie sur le temps long. De même, l’approche plurielle permet, par le biais du « petit » de réinterroger et réévaluer le « grand », qu’il s’agisse de la viticulture nationale dans son ensemble ou des grands territoires régionaux (Bourgogne, Bordelais, Languedoc, etc.).

Le petit est à la mode. Renvoyant à des conceptions et à des considérations qui rejoignent les préoccupations contemporaines de souci du bien-être, du respect de l’équilibre environnemental ou de la valorisation des circuits courts, il s’apparente à une recherche de l’authentique et du sain. Pourtant, dans la filière vitivinicole, l’adjectif « petit » a pendant longtemps été associé à une image dépréciée, celle des petits vins, des petits propriétaires, des petits vignobles. Jusqu’à il y a encore peu de temps, immanquablement et invariablement, ils se heurtaient à la renommée des grands territoires viticoles, la puissance des grands propriétaires et surtout la qualité des grands crus. Ainsi, alors qu’actuellement dans le sillage d’une partie des acteurs de la filière tenants du Small is beautiful, le petit se voit réhabilité, cet ouvrage vise à réévaluer, à travers les sciences sociales, la perception, la place et les mutations des petits vignobles.
Première étape dans une réflexion plus globale, il investit et questionne la notion même de « petit » pour proposer d’appréhender le monde vitivinicole par le biais des petits vignobles français. En en montrant les discontinuités conceptuelles et la permanence des singularités de l’époque médiévale à nos jours, il met en lumière les spécificités de territoires qui permettent de mieux cerner l’organisation du marché, les logiques spatiales et la diversité des pratiques viticoles en France. Au total, en décentrant le regard, les petits vignobles assurent une relecture de la viticulture nationale sur le temps long.

Ouvrage rédigé dans le cadre du programme de Recherche de la chaire HCP autour du Programme « Les petits vignobles ».

ISBN : 978-2-86906-430-0

200 pages

Prix : 20 EUR

Littérature et sociétés coloniales

Littérature et sociétés coloniales

(1850-1960)

Sous la direction de Laurent Jalabert
Editeur : Les Indes Savantes
 

L’ ouvrage est la restitution d’une journée d’études proposée par les centres de recherche en histoire (ITEM) et en lettres (CRPHL) de l’Université de Pau et des pays de l’Adour. Il explore le regard des écrivains qui ont utilisé le monde colonial comme sujet d’écriture. L’objectif de cette journée a été de croiser les regards, les expériences en étudiant et comparant les grandes régions colonisées (Indochine, Algérie, Afrique portugaise, Afrique francophone, Caraïbe, Guyane) afin de faire émerger les représentations, ou imaginaires autour de ces mondes par des approches pluridisciplinaires : littéraires, historiens, géographes… ont ici croisé leurs analyses.
La littérature est en effet rarement neutre sur les colonies, engagée dans un sens colonialiste ou d’autres fois anticolonialiste ; et elle est parfois ambiguë. Les auteurs étudiés sont issus de divers mondes : un gouverneur, des écrivains issus des colonies, des regards venus de la littérature coloniale, des essayistes anticoloniaux.

Nombre de pages : 106 – Format : 158 x 240 mm – Dos carré collé | Date de publication : 2017 | ISBN : 978-2-84654-469-6 |

Prix : 19,00 €

http://www.lesindessavantes.com/ouvrages/24668

Passages et frontières en Aquitaine

Ces 2 journées d’étude marquent la première étape importante d’un projet de recherche au long cours, intitulé Passages et Frontières en Aquitaine : lieux de transit et expériences migratoires (XIXe-XXIe siècles).

Ce projet, soutenu par la Région Nouvelle-Aquitaine, associe des chercheurs universitaires, des institutions muséales et des acteurs associatifs, autour de la problématique de l’histoire et de la patrimonialisation des lieux de transit des migrants en Aquitaine.
Ces journées réuniront les membres du projet pour une première étude des sources documentaires et la définition des axes de recherche. Elles seront également l’occasion d’établir un premier bilan des recherches en cours.
Journées organisées par Laurent Dornel (Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM EA 3002) : laurent.dornel@univ-pau.fr

Plus d’information

Programme

Les savoir-faire du cognac

Le Pôle Territorial Ouest Charente – Pays du Cognac initie, depuis 2012, une réflexion autour d’une candidature du vignoble cognaçais au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Suite aux conclusions d’une étude de faisabilité, il apparaît très clairement qu’une opportunité se présente autour d’une candidature des savoir-faire liés à la production du cognac sur la liste du patrimoine immatérielle de l’UNESCO encadrée par la convention de 2003. Le cognac et ses savoir-faire associés représentent un héritage de nombreuses générations et un patrimoine qui définit l’identité même de notre territoire.

Cette candidature est une formidable opportunité d’accéder à une reconnaissance internationale de cette richesse artisanale et une manière indirecte d’honorer le travail accompli par les générations précédentes. A force d’expériences, de réussites et d’échecs, de gestes répétés sans cesse pendant des années, ces savoir-faire que perpétués aujourd’hui sont au cœur d’un produit unique, reconnu à travers le monde et la fierté de tout un territoire.

L’ association « Les Savoir-faire du cognac », présidée par Jérôme Sourisseau, a organisé le lundi 24 avril 2017 une rencontre autour de la démarche de candidature au patrimoine immatériel de l’UNESCO dans la rubrique « bonnes pratiques ». Une grande collecte de documents liés au savoir-faire du cognac est lancée.

Mathilde Lamothe est intervenue lors de cette rencontre pour présenter le cadre de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco (2003) et l’inventaire français du patrimoine culturel immatériel, aux côtés d’autres acteurs locaux qui portent le projet (élus, viticulteurs, directeurs d’office de tourisme, etc.)

Voir la vidéo :

Dialogues France-Brésil : représentations de l’ailleurs. Espaces, imaginaires, circulations

Colloque organisé par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (Fédération de Recherche « Espaces, Frontières, Métissages », laboratoires Arc Atlantique, CRPHLL, ITEM & UMR PASSAGES), en partenariat avec l’Université Fédérale Fluminense (Niterói, Brésil), et le Groupe de recherche H-57 T3 AXEL « Textes, Territoires, Technologies. Analyses Croisées Entre Langages » (UNIZAR, Espagne).

Argumentaire :

Centré autour des représentations de l’ici et de l’ailleurs, ce colloque interdisciplinaire, transculturel et international souhaite interroger la question des territoires, des sociétés, des imaginaires et des circulations entre la France et le Brésil, de l’Indépendance à nos jours.

Thématiques privilégiées :

Territoires : espaces, limites, frontières, imaginaires géographiques.
Pourquoi et comment l’histoire et la géographie respectives du Brésil et de la France interrogent-elles la question des imaginaires géographiques, et notamment celle des frontières ? Comment ces imaginaires géographiques dialoguent-ils entre eux ?

Circulations : récits de voyageurs, explorations, migrations, diasporas, diffusion des textes et des idées, traduction, communication.
Comment la littérature inscrit-elle et traduit-elle l’ici et l’ailleurs dans ce dialogue France-Brésil ? Quelles interactions, quels croisements, quelles oppositions peut-on observer et analyser dans les représentations romanesques et poétiques de ces notions ? Comment les idées et les textes circulent-ils dans ces paysages géographique, textuel et linguistique ? Quels moyens et supports emploient-ils ? – Quelles traductions en découlent, peuvent les porter ?

Sociétés : histoires, métissages, identités, mémoires, représentations.
Ici seront favorisées les approches interdisciplinaires autour des identités et mémoires (locales, régionales, nationales et transnationales). Quelles identités se sont construites, au fil du temps, dans les territoires de ces pays ? Quelles mémoires portent ces identités ?

Calendrier et modalités de soumission :

Les propositions – titre et résumé (entre 2000 et 3000 signes) – accompagnées d’une brève présentation de l’auteur, sont à envoyer au plus tard le 1er juin 2017 aux adresses électroniques : eden.martin@univ-pau.fr et lionel.dupuy@univ-pau.fr

Télécharger l’appel à communication

 

Figures et frontières de l’intime à l’époque contemporaine

Journée d’étude
4-5 mai 2017
Université de Pau et des Pays de l’Adour
UFR LLSHS – Salle du Conseil

Il s’agit d’envisager les figures contemporaines du paradigme duel dedans/dehors dans nos sociétés, telles qu’elles prennent forme dans les productions artistiques et culturelles. L’ abolition des frontières, la démultiplication des réseaux en tout genre, la globalisation et la mondialisation, tous ces faits semblent constituer les raisons autant que les effets des agissements, des discours et des comportements. Le principe même de réseau, hérité entre autres de la prodigieuse révolution informatique et du développement des moyens de communication en général, n’assure pas seulement une transmission et une transition constante : il tend à pondérer – si ce n’est invalider – la dialectique dedans/dehors pour lui substituer une logique d’homogénéisation, de prolifération aléatoire. Comment se manifeste cette nouvelle logique ? Comment évaluer et interpréter, en dépit de cette remise en question, la prégnance des motifs du dedans/dehors et de l’intimité dans les créations littéraires et artistiques actuelles ? L’ on approfondira plus particulièrement, dans cet axe, l’étude de l’espace et des frontières de l’intime. Quels sont les nouveaux espaces de l’intimité ? Quels sont les nouveaux espaces de publication de cette intimité ?

Espaces, Identités au temps présent : les Transitions

Colloque international
Espaces, Identités au temps présent : les Transitions
Du 02 au 04 mai 2017
Université de Pau et des Pays de l’Adour

 

Les 3 et 4 mai se tiendra le colloque international Espaces, Identités au temps présent : les Transitions. Ce colloque est réalisé dans le cadre d’un partenariat entre la Fédération Espaces – Frontières- Métissages de l’UPPA (Axe « Espaces et identités »), le laboratoire ITEM de l’UPPA (projet Espaces Urbains, Espaces de vie sociale et de création), et le laboratoire Histoire du temps présent de l’Université d’Estrémadure.

Il s’agira d’explorer le potentiel des tensions et des conflits dans la société espagnole contemporaine en tant que formes d’échange et que ciment identitaire dans les espaces urbains. L’accent sera mis sur les notions de complexité, pacte et mémoire qui, à elles seules, tissent un lien entre espace et identité au sein du territoire européen pendant la période de Transition politique et sociale.

L’approche sera transdisciplinaire et sera organisée autour de deux questions : la distance historique peut-elle être considérée comme un élément décisif ? Mémoire et histoire sont-elles, dès lors, deux notions antinomiques ou concordantes ?

En hommage à Francisco Umbral à l’occasion du Xème anniversaire de sa mort, une Table Ronde « Fransisco Umbral et la Transition » aura lieu avec la participation exceptionnelle de chercheurs reconnus et professionnels acteurs à l’image d’Umbral lors de cette période si complexe vers la démocratie.

OUVERT AU GRAND PUBLIC

PROGRAMME

Mercredi 03 mai 2017

9h15 OUVERTURE
Nadia Mekouar, responsable de la Fédération Espaces, Frontières, Métissages
Philippe Chareyre, directeur du Laboratoire ITEM (EA 3002)
Mario Díaz Barrado, directeur du Laboratoire Historia del tiempo presente, Université d’Estrémadure.

SESSION N°1 – Modérateur : Bénédicte de Buron-Brun

9h30 Alberto Sabio Alcutén (Université de Saragosse)
La Transición española en espacios urbanos: ni modélica ni responsable última
10h00 Rafael Quirosa-Cheyrouze (Université d’Almería)
La democratización del poder local en la Transición: las izquierdas gobiernan las ciudades
10h30 Pause
10h45 Mélanie Trédez-Lopez (Université d’Arras)
La Transition et le pacte du silence : la loi d’amnistie du 15 octobre 1977
11h15 David Felipe Arranz Lago (Université Carlos III, Madrid)
Daniel Sueiro, Basilio Martín Patino y el Arte de matar: investigación sobre el garrote vil
11h45 Débat
12h30 Pause-déjeuner

SESSION N°2 – Modérateur : Christian Manso

14h30 Eurico Campano (Journaliste, Conseiller politique)
Umbral, el relator de la Transición
15h00 Víctor Gutiérrez Sanz (Université de Valladolid)
Francisco Umbral ante el 23-F: villanos esperpénticos y caballeros andantes heroicos
15h30 Eva Díaz Pérez (Ecrivaine et Journaliste)
Umbral, un vigía de la Transición
16h00 Bénédicte de Buron-Brun (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Galería de retratos umbralianos: De «la calle es mía» al transicional Manuel Fraga
16h30 Pause

17h00 TABLE RONDE « Francisco Umbral et la Transition »
Hommage à Francisco Umbral à l’occasion du Xe anniversaire de sa mort
Modératrice : Dolores Thion
Avec la participation de David Felipe Arranz (Journaliste, U. Carlos III), Bénédicte de Buron-Brun (UPPA), Eurico Campano (Journaliste, Conseiller politique), Eva Díaz Pérez (Ecrivaine et Journaliste), Alfonso Pinilla (Université d’Estrémadure)

Jeudi 04 mai 2017

SESSION N°3 – Modérateur : Mario Díaz Barrado

9h00 Alfonso Pinilla (Université d’Estrémadure)
«Sitios y lugares». Madrid como espacio simbólico de la Transición
9h30 Mónica Fernández Amador (Université d’Almería)
El movimiento vecinal en las ciudades españolas durante el proceso de transición a la democracia
10h00 Mario Díaz Barrado (Université d’Estrémadure)
Madrid: de poblachón manchego a ciudad multicultural. Imágenes del cambio social en la España de la Transición
10h30 Pause
10h45 Eneko Lorente (Université du Pays basque)
Ciudad en transición. Narrativa fílmica de la ciudad convulsa. A propósito de Bilbao
11h15 Pilar Martínez-Vasseur (Université de Nantes)
El cine de la Transición: ciudad, espacios de identidad y de vida social
11h45 Christian Manso (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Una lectura erótico-política de la Transición: Los amores prohibidos (1980) de Leopoldo Azancot
12h15 Débat
13h00 Pause-déjeuner

SESSION N°4 – Modérateur : Pilar Martínez-Vasseur

14h30 Carmen Pineira-Tresmontant (Université d’Artois)
Los discursos de la Transición: dinámicas y rupturas
15h00 José Antonio Rubio Caballero (Université d’Estrémadure)
¿Adhesión, acatamiento o rechazo? Los nacionalismos vasco y catalán ante el modelo territorial de la Transición (1980-2016)
15h30 José Luis Calvo Carilla (Université de Saragosse)
Transición, nacimiento de las autonomías y auge de una nueva historiografía literaria
16h00 Pause
16h30 Béatrice Bottin (Université de Pau et des Pays de l’Adour) José Martín Recuerda, la memoria histórica en escena
17h00 Fleur Duplantier (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Una ciudad y un libro, símbolos de memoria histórica en la Transición
17h30 Dolores Thion Soriano Mollá (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
La cultura española de la Transición en las ciudades europeas
18h00 Débat et Clôture

Télécharger le programme

142e congrès national du CTHS

Le Comité des Travaux Historiques et Scientifiques se réunit chaque année dans une ville universitaire francophone. Interdisciplinaire, il a pour mission de favoriser les échanges entre la recherche associative, les études doctorales et la recherche universitaire.
Il rassemble plus de 700 participants et entend chaque année plus de 400 communications.

Cette année, le 142e Congrès du CTHS aura lieu à l’université de Pau du 24 au 29 avril sur le thème « Circulations montagnardes, circulations européennes ».

Les montagnes sont des obstacles majeurs, hostiles et austères et pourtant elles ont été habitées, parcourues, représentées et cartographiées en permanence. Elles ont toujours laissé passer les migrants. Pourquoi cette attirance vers l’autre versant, celui qu’on ne voit pas mais qui est imaginé comme un ailleurs plus favorable ?

Par leur hostilité même, les montagnes poussent à  des adaptations communautaires et économiques spécifiques, variées et complémentaires, depuis d’étranges coutumes d’éleveurs, -aux yeux de ceux de la plaine et des touristes du moins-, jusqu’aux industries dynamiques et flexibles de l’agroalimentaire aujourd’hui « naturel » à l’hydraulique et à l’informatique.

Tant qu’ils stimulent les échanges avec les villes des piémonts et résistent aux sirènes de l’émigration, ces milieux génèrent des entités politiques qui peuvent jouer le rôle de gardiens des cols et des frontières, dans des modalités diverses qui les autorisent ou non à la construction d’un Etat et les prédisposent ou non à l’accueil des refuges en tout genre, y compris religieux.

Lieux de franchissement et de passage ; il ne faut pas s’étonner d’observer des vallées, des chemins et des routes structurés par des forteresses, parcourus de douaniers et de contrebandiers…

La montagne reste un objet d’étude et de représentations ; elle véhicule le long de ses routes, hommes, bêtes de somme et marchandises matérielles et immatérielles. Des styles, des modèles artistiques, architecturaux, des livres, des idées religieuses transitent malgré les censures et les dangers. Des littératures chantent le décor, les voyages et le dépassement de soi en cheminant dans ces lieux tour à tour effrayants ou purs. Bien avant de devenir le terrain de jeu de l’Europe avec un tourisme avide de sensations, les montagnes sont répulsives puis héroïques et parfois attractives selon les écritures multiples sur les lieux de ceux qui les arpentent.

Le congrès conjuguera ses analyses érudites et discussions communes en quatre thèmes généraux, multidisciplinaires et aux périodisations larges, deux ateliers et un colloque sur les monastères de montagnes qui correspond plus particulièrement à la mise au net de recherches en cours depuis quelques années.

Retrouvez le programme complet sur : http://cths.fr/

Inscription obligatoire : http://cths.fr/co/details.php?sc=in

Image relation

Colloque « Image relation »
Du 27 au 28 mars 2017
Université Catholique de l’Ouest Angers

 

L’image est un objet de dynamique culturelle et anthropologique dont la prégnance s’est démultipliée dans nos sociétés hypermodernes (Belting, 2001)

L’origine, le statut, la nature et la plasticité même de l’image demeurent des questionnements sans cesse renouvelés car l’image vit, circule, performe, se renouvelle, et fait face à une révolution du regard comme du visible.
Mais que donne-t-elle à voir, à subir et à éprouver ?
Quelles formes nouvelles d’interactions, d’identification, de distanciation, de vénération et de célébration convoque-t-elle ?
Quelle sensibilité nous inspire-t-elle ?
À quelle trivialité nous assigne-t-elle ?
Et enfin dans quel rapport au temps nous inscrit-elle ?
Nous proposons de circonscrire l’image, en tant qu’objet d’études, au prisme de trois paradigmes, trivialité, sensibilité et visibilité, qui marquent une modernité certes tardive (Rosa, 2010) mais dont la dynamique ne cesse de déployer des dispositifs de confrontation à l’image.

 

Lundi 27 mars 2017

8h15-9h00 Accueil [Amphi Diès | bâtiment E-Bazin]
9h00-9h30 Présentation du colloque Dominique Vermersch, Recteur de l’UCO – Anne Pauzet, Responsable de l’équipe de recherche LICIA [Amphi Diès]
9h30-10h30 Conférence d’ouvertureSimon RICHIR | Laval Virtual – EVI, Laboratoire Arts et Métiers Paris Tech Angers (LAMPA) [Amphi Diès]
Vers un monde d’images virtuelles et augmentées ? Quand la technologie 3D jaillit des réseaux pour inonder notre quotidien et nous téléporter dans de nouveaux espaces.
10h30-10h45  Pause

SESSION 1

ATELIER 1 [Amphi Diès] ATELIER 2 [Salle E203]
10h45-11h15 Abir ABID | École Nationale d’Ingénieurs de Sfax – Tunisie
La trivialité de l’image publicitaire : un concept à construire
Marie-Laure DELAPORTE | Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Entre image-temps et image-perception
11h15-11h45 Fateh MELAKHESSOU | Université de Sétif 2, Alger – Algérie
Pour une exploration de la paratopie dans la scénographie de l’image publicitaire
Tatiana SENKEVITCH | Université de Rice et Fondation Sarah Blaffer à Houston, USA
Et in Pictura Ego : les élégies visuelles d’Alexander Sokurov
11h45-12h15 Anne-Sophie JURION | Université Paris 13
Du Colorama Kodak à la publication Facebook : D’une proposition à une réappropriation idéale du monde
Amandine TURRI HOELKEN | Université de Strasbourg
Analyse anthropologique et esthétique de l’image dans la photographie documentaire dialogique
12h15-14h00 Déjeuner

SESSION 2

ATELIER 1 [Amphi Diès] ATELIER 2 [salle E203]
14h00-14h30 Marie KONDRAT | Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Université de Genève
Le visible, l’invisible, le regard. L’image selon Marie-José Mondzain
Delphine RABIER | Université François-Rabelais, Tours, CESR
Visibilité et sensibilité de l’image : le cas des portraits de dévotion dans la peinture des Anciens Pays-Bas (XVe siècle)
14h30-15h00 Thiphaine Annabelle BESNARD | Université de Pau et des Pays de l’Adour
Circulations et rencontres d’images « antiquisantes » : arrêts sur quelques œuvres de Xu Zhen et de Jeff Koons, entre Orient et Occident
Jean-François SAVANG | Université de Nantes
La bande dessinée à la croisée de la théorie entre image et langage
15h00-15h30 Chiara VECCHIARELLI | École Normale Supérieure, Paris
Le visible et l’invisible
L’imaginal, ou sur la fonction relationnelle de l’image dans la pensée de Gilbert Simondon et d’Henri Corbin
15h30-15h45 Pause

L’Antiquité dans l’art contemporain

(Re)présenter l’Antiquité dans l’art contemporain : une revitalisation entre adulation et rejet

le Jeudi 23 mars 2017, à 13h00

en Salle de réunion du CRAL (1er étage) EHESS
96 bd Raspail, 75006 Paris
(Intervenante Tiphaine Besnard, ITEM)
Si « l’unique moyen [pour nous] de devenir grands et, si possible, inimitables, est d’imiter les Anciens » a été pendant longtemps le précepte de l’enseignement académique, le rejet de la tradition et le désir de faire tabula rasa qui ont accompagné le mouvement des avant-gardes ont engagé les artistes dans d’autres voies. Dans ces conditions, on ne peut qu’être surpris de voir resurgir aujourd’hui des références à l’art antique dans des réalisations contemporaines. Les figures canoniques (Vénus de Milo, Victoire de Samothrace, Apollon du Belvédère, Laocoon) sont transposées et revitalisées, et les sculptures, photographies et peintures sont autant de supports plastiques qui servent à la présentation et à la représentation de l’Antiquité. Cependant, force est de constater qu’elles subissent de nombreuses transformations (plastiques, contextuelles et stylistiques), et que la référence antique peut être adulée ou a contrario rejetée.
 
L ’étude de ces diverses modalités conduit à envisager la nature même des emprunts opérés par les plasticiens. Elle permet aussi d’apporter quelques éléments de réponse à la question suivante : que nous disent in fine à propos de nous-mêmes ces multiples réappropriations de l’antique ?

L’ autonomie des universités en question

Séminaire doctoral:
L’ autonomie des universités en question :
les politiques universitaires de la loi Faure à la loi Fioraso
(1968-2017)

Cycle de Séminaire doctoral
« La Recherche Universitaire en Transition »

Jeudi 23 mars novembre 2017
9h30 à 16h30
Salle du Conseil de l’UFR de Droit Economie Gestion

Dans le cadre de sa formation doctorale, l’université de Pau et des Pays de l’Adour développe un cycle de formation ayant pour thème « La recherche universitaire en transition: politiques publiques, acteurs, enjeux territoriaux ».

Le programme dirigé par le laboratoire ITEM (EA 3002) en lien avec l’Ecole Doctorale Sciences sociales et Humanités, ouverte à tous les doctorants de l’UPPA, prévoit 3 journées d’études annuelles.
L’ objectif de ces journées est de restituer les réflexions des chercheurs spécialistes des questions universitaires afin de permettre aux jeunes chercheurs de mieux comprendre leur environnement professionnel mais aussi d’entretenir un débat sur la situation universitaire française au sein de l’université de Pau et des Pays de l’Adour.

Programme:

  • Le sens de l’autonomie aux temps des lois Faure et Savary (9h30-12h30)

9h30: Introduction de la journée et modération Victor Pereira (Maître de conférences d’histoire contemporaine, UPPA)
9h45 : Les réformes universitaires en France depuis 1968 , Laurent Jalabert, (Professeur d’histoire contemporaine UPPA, ITEM EA3002)
10h30: Le sens juridique de l’Autonomie au temps de la loi Faure, Renaud Carrier, Professeur d’histoire du Droit, (UPPA, PDP EA1926)
11h15: L’Autonomie et ses perceptions dans les lois Faure et Savary, Arnaud Desvignes (docteur en histoire contemporaine, Paris Sorbonne)
12h00: Débats
12h15 Pause Déjeuner.

  • L’autonomie des universités depuis la loi Pécresse (14h00-16h30)
    Modérateur Francis Jauréguiberry (Pr. de sociologie, UPPA).

14h00 : L’autonomie des universités dans les lois Pécresse et Fioraso, Jean Gourdou, Professeur de Droit Public, UPPA, PDP EA 1926)
15h00 : « Refonder l’université », un appel et un mouvement au cœur des années 2000, François Vatin, Professeur de sociologie, Univ. Paris Nanterre (IDHES CNRS UMR 8533)
16h00 : Débats

Organisateurs : Abel Kouvouama et Laurent Jalabert
Contact laurent.jalabert@univ-pau.fr; item@univ-pau.fr; edssh@
univ-pau.fr

Télécharger le programme :

Femmes dans la cité

Dans le cadre du cycle
Artistes-femmes : les formes de l’engagement

vendredi 17 mars 2017
de 9 h à 17 h 30- Médiathèque André Labarrère
Place Marguerite Laborde – Pau

École supérieure d’art des Pyrénées – Pau Tarbes
École Nationale supérieure d’art de Limoges
UPPA – ITEM /Fédération Espaces Frontières Métissages

« S’engager » signifie s’avancer dans une voie étroite, entreprendre
une action que l’on sait difficile et parfois coûteuse, mais aussi
contracter devant autrui une responsabilité qui lie moralement.
Autant dire que l’engagement est un pari sur l’avenir qui implique
courage et partage. Il est, du moins idéalement, absolu (on ne
l’imagine pas se faire à demi) et libre, quoiqu’on puisse y être poussé
par l’insupportable ou l’inacceptable. C’est un acte foncièrement
éthique qui prend à témoin autrui et par lequel on se met à son
service ; c’est un acte politique car il porte sur le terrain commun,
dans l’espoir d’un changement, un enjeu initialement individuel.
La journée d’étude « Femmes dans la cité », la deuxième d’un cycle
intitulé « Femmes-artistes : les formes de l’engagement », permettra
d’examiner des projets artistiques prenant la forme d’engagements
politiques au sens large et proposant une alternative à l’exercice de
la citoyenneté, qu’il s’agisse d’interventions dans l’espace urbain,
d’interrogations des modes d’organisation des communautés,
des valeurs et normes qui les régissent, ou encore d’inventions
de nouvelles formes de partage culturel et de relation sociale.
Si les femmes sont mises à l’honneur, ce n’est pas pour
poser l’existence d’une spécificité féminine des manières
de faire artistiques, mais plutôt pour donner plus de visibilité
à des propositions souvent laissées dans l’ombre.

PROGRAMME
9h00 Accueil des participants
9h15 Ouverture de la journée d’étude
9h30 Annabelle Teneze | Conservatrice du patrimoine, Directrice des Abattoirs de Toulouse
Exposer les artistes femmes, Peindre dit-elle, l’Iris de Lucy
10h15 Corinne Melin | École Nationale Supérieure d’Art de Limoges
Vie et travail de l’artiste chinoise Cao Fei dans RMB CITY, cité entièrement simulée
10h45 Discussion et pause
11h15 Christelle Colin | Université de Pau et des Pays de l’Adour
Vision documentaire des femmes dans la ville : La ciudad de las mujeres de Vicky Calavia et Mínimas e íntimas de Irene Bailo
11h45 Véronique Lamare | Artiste (Bordeaux)
« L’espace urbain à l’échelle de mon propre corps. »
Entretien avec Corinne Melin | École Nationale Supérieure
d’Art de Limoges
12h30 Discussion
13h00 Déjeuner — ESAP, salle de théorie

14h30 Marie Escorne | Université Bordeaux Montaigne
Interventions artistiques dans l’espace public urbain :
les femmes « apportent » leur corps
15h00 Sabine Forero Mendoza | Université de Pau et des Pays de l’Adour
Les études de cas de Marjetica Potrč : la ville autrement
15h30 Discussion et pause
16h00 Pascale Peyraga | Université de Pau et des Pays de l’Adour
Les travaux collaboratifs de « Contenedores de feminismos » :
recréer la mémoire des femmes dans l’espace social
16h30 Rustha Luna Pozzi-Escot | Artiste (Pérou-France)
Entretien avec Sabine Forero Mendoza | Université de Pau
et des Pays de l’Adour
17h15 Discussion

ORGANISATEURS
Sabine Forero Mendoza | UPPA
sabine.forero-mendoza@univ-pau.fr
Corinne Melin | ENSA Limoges
corinne.melin@ensa-limoges.fr
Pascale Peyraga | UPPA
pascale.peyraga@univ-pau.fr
Charles Gauthier | ESAP
gautiercharles@hotmail.com

CONTACT & RENSEIGNEMENTS
Armelle Revirieux : armelle.revirieux@univ-pau.fr
http ://frontieres-metissages.univ-pau.fr

 

L’œuvre de Pierre Bourdieu en pratiques

L’oeuvre de Pierre Bourdieu en pratiques
15ème édition, Pau, printemps 2017

par l’association PauSes, la Fédération de recherche Espaces, Frontières, Métissages,
les laboratoires I.T.E.M. et PASSAGES de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Ni gauche, ni droite ! Existe-t-il encore un vote de classe ?

Argument scientifique
Nombre d’observateurs de la société et de la sociologie électorale semblent se satisfaire de l’idée selon laquelle, il n’y a aurait plus désormais, dans la « modernité » politique de vote de classe ? Est-elle réaliste? Si oui, dans quelle mesure ? Pour quels aspects ? Telle est la question de départ de la 15ème édition de « l’oeuvre de Pierre Bourdieu en pratiques » prévue au printemps 2017.
Croisant sciences politiques et sciences sociales, il s’agira d’observer le clivage politique entre droite et gauche, ainsi que la (les) politique(s) et les votes au prisme des sciences sociales. En effet, « le champ politique est le lieu où s’engendrent, dans la concurrence entre les agents qui s’y trouvent engagés, des produits politiques, problèmes, programmes, analyses, commentaires, concepts, événements, entre lesquels les citoyens ordinaires, réduits au statut de « consommateurs », doivent choisir, avec des chances de malentendu d’autant plus grandes qu’ils sont plus éloignés du lieu de production. » Le champ politique est le champ suprême, le champ des champs sociaux. En tant que champ, il est un espace de rapports de positions relatives, et partant, un espace de rapports de force. Champ le plus hautement symbolique, il est le lieu de la lutte pour la reconnaissance et la définition légitime de ce qui, dans l’espace social général, peut, doit recevoir son « onction », être élevé à la dignité de question politique, être inscrit à l’ordre du jour de l’agenda politique.
Toutefois, en démocratie, il est le champ qui par construction principielle, devrait refléter l’état du champ social général. Or on assiste à l’autonomisation du champ politique, dont Pierre Bourdieu rappelait qu’à la différence de celle des autres sous-champs sociaux, manifestation du processus normal et a priori favorable à l’émancipation individuelle, de différenciation sociologique, elle contrevenait aux principes démocratiques qui exigent que ce champ exprime le plus fidèlement possible l’état des rapports sociaux.
Quelles sont les relations de cette autonomisation du champ politique avec l’affaiblissement, voire le brouillage, désormais multi-décennal, d’une distribution classique de l’électorat avec, singulièrement, la montée de l’abstention, tout particulièrement parmi les membres des classes populaires dont le vote Front National n’arrive qu’en seconde position des « préférences » politiques ?
Comment s’articule-telle à la dé-réalisation des classes populaires, au sens de déconstruction progressive de la conscience d’en être membre, de leur dé-mobilisation politique, soulignant alors l’importance décisive des conditions sociales de possibilité d’une capacité politique, à l’édification desquelles les partis politiques, les syndicats, les « mouvements de jeunesse » contribuaient (davantage) auparavant.
Comment la fabrication d’une opinion politique (i.e. impliquant des choix quant à l’organisation de la vie sociale) dépolitisée (i.e. présentée efficacement comme relevant de la nécessité technique, par exemple à propos des retraites, de la libéralisation du commerce international, de la construction de prisons…) joue-t-elle son rôle ?
C’est à cet ensemble de questions non exhaustives, que nous convions les intervenantes et intervenants à apporter des éléments de réponse lors de la 15ème édition de L’oeuvre de Pierre Bourdieu en pratiques ; cela auprès d’un public élargi (notre initiative a vocation à diffuser les résultats des travaux de sciences sociales), composé de citoyen-nes (conférences pour tou-tes), d’étudiant-es (sessions à l’U.P.P.A.), de l’ITS Pierre Bourdieu, de lycéen-nes du cycle terminal de la série Economique et sociale.

Voir le programme