« Variation autour du for privé. Arts et correspondances », n°6

L’ouvrage dirigé par Maurice Daumas, « Variation autour du for privé. Arts et correspondances » (n°6), vient de paraître dans la collection Cultures, Arts et Sociétés, aux Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Couverture CAS6-Daumas3

« Il est souvent dénié aux correspondances le caractère intime qui définit les écrits du for privé. Dans la perspective interdisciplinaire, il est légitime de débattre du lien qui unit ces documents choyés par les littéraires et les historiens. D’autres questions les concernent : celles des frontières qui séparent les écrits intimes de la littérature et de l’art. A quel moment l’écrit intime bascule-t-il de l’écriture ordinaire à la littérature ? Quels rapports l’expression graphique et l’expression littéraire entretiennent-ils ? »

Ce volume rassemble les communications réalisées à l’occasion des journées d’étude organisées en 2011 et 2012 dans le cadre du programme de recherche et de publication des écrits du for privé des Pays de l’Adour dirigé par Michel Braud et Maurice Daumas. Il fait suite au volume « Thèmes et figures du for privé» publié en 2012, qui rassemblait les journées d’étude de 2008 à 2010.

Parution de l’ouvrage « Sociétés en mutation dans l’Afrique contemporaine. Dynamique locales, dynamiques globales »

L’ouvrage « Sociétés en mutation dans l’Afrique contemporaine. Dynamiques locales, dynamiques globales » vient de paraître aux Editions Karthala.
(Sous la direction de Régine Tchicaya-Oboa, Abel Kouvouama (UPPA) et Jean-Pierre Missié, 2014, 552 p.)

societes-en-mutation-dans-l-afrique-contemporaine-dynamiques-locales-dynamiques-globales

 

 

Les sociologues et anthropologues réunis à Brazzaville en 2010, là où Georges Balandier a longtemps travaillé et formulé ses premières hypothèses, ont voulu en premier lieu rendre hommage à ses travaux dont l’actualité manifeste toujours le caractère novateur et exemplaire. En second lieu, ils se sont interrogés à nouveaux frais sur le positionnement de la sociologie dans les sociétés africaines, toutes en mouvement et inscrites dans le processus de mondialisation des rapports politiques et socio-économiques.

Les mutations ont été analysées dans des approches comparées et des regards croisés, au niveau local et au niveau global. Les questions centrales qui traversent les différentes contributions se déclinent à travers plusieurs questions : quel éclairage scientifique le chercheur en sciences sociales et humaines peut-il apporter à la compréhension des mutations des sociétés contemporaines ? Quelles sont les réponses données par les institutions et les acteurs nationaux et internationaux (l’État, les individus, la société civile, les ONG nationales et internationales) à ces mutations ? Quelle posture peut adopter la sociologie face aux questions scientifiques, pédagogiques, et face à la demande sociale ?

Sont ainsi abordés dans cet ouvrage des sujets comme les mutations politiques en Côte d’Ivoire et au Sénégal depuis les indépendances ; la santé au Congo-Brazzaville et la médecine traditionnelle en RDCongo ; la place de l’économie informelle ; les stratégies des migrants ouest-africains et la création d’entreprises ; la chanson chrétienne et les figures du religieux dans la chanson congolaise ; les Églises du réveil à Kinshasa.

Régine Tchicaya-Oboa est maître-assistante en sociologie (CAMES) à l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville.

Abel Kouvouama est professeur d’anthropologie à l’Université de Pau et des pays de l’Adour.

Jean-Pierre Missié est maître de conférences (CAMES) à l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville.

Colloque international « Viollet-le-Duc [1814-2014]. Villégiature et architecture domestique », Hendaye, 9 -10 octobre 2014

Le bicentenaire de la naissance de Viollet-le-Duc est inscrit au programme des Commémorations nationales du ministère de la Culture en 2014.
A cette occasion, le laboratoire EA 3002 ITEM, de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, organise un colloque international afin de célébrer l’œuvre et le parcours de cet architecte-théoricien, fondateur du renouveau identitaire national dans le domaine du patrimoine et des arts.
Cette manifestation intitulée « Viollet-le-Duc [1814-2014]. Villégiature et architecture domestique » aura lieu les 9 et 10 octobre 2014 à la salle des congrès Antoine d’Abbadie, à Hendaye, non loin du château d’Abbadia, édifice marquant du corpus viollet-le-ducien.
Programme VLD 2014 complet - copie 2-1_Page_1

Programme VLD 2014 complet - copie 2-1_Page_2_

Parution de l’ouvrage « Partages d’espaces. Regards croisés sur l’Art et la Géopolitique », PUPPA.

L’ouvrage « Partages d’espaces. Regards croisés sur l’Art et la Géopolitique » sous la direction d’Evelyne Toussaint (Aix Marseille Université) et Michael Parsons (UPPA – Fédération de recherche « Espaces, Frontières, Métissages ») vient de paraître aux Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Partages d’espaces

Faut-il, aujourd’hui, faire encore « l’éloge des frontières » ? La mondialisation actuelle relève-t-elle, comme l’espérait Edward Said, d’un « globalisme salutaire que l’on trouve, par exemple, dans les mouvements pour l’environnement, la coopération scientifique, le souci universel des droits de l’homme, des concepts de pensée globale qui font prévaloir la communauté et le partage sur une domination de race, de sexe et de classe », ou bien est-elle le symptôme d’une idéologie annonciatrice de tous les replis identitaires narcissiques et meurtriers ? Le partage d’espaces physiques et virtuels est-il la voie de l’émancipation ou, au contraire, la marque de l’assujettissement à un « Empire » totalisant, annonciateur d’un illettrisme généralisé cyniquement orchestré par des réseaux de communication inféodés aux cotations boursières ?
Que font les artistes de ces questions portant sur l’actualité de notre monde ? Quelles sont les théorisations élaborées en histoire de l’art, en philosophie, en histoire, en littérature et en esthétique au sujet de ces mutations géopolitiques, de leurs fondements et des productions artistiques qui s’y rapportent ?

http://www.presses-univ-pau.fr/cart/Details/131/4/sciences-humaines/partages-drsquoespaces.html

Mise en ligne de la conférence « Livre et métiers du livre au Moyen Age », Pau, 23 janvier 2014

La conférence de Véronique Lamazou-Duplan, Maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, présentée le 23 janvier 2014 à la Médiathèque André Labarrère de Pau, vient d’être mise en ligne sur Pireneas à cette adresse. Après avoir évoqué la place du livre manuscrit dans la société médiévale, cette conférence s’attache à présenter les différents métiers et les diverses phases d’élaboration du livre, du plus commun au plus richement enluminé.

 

Centenaire 14-18 : mise en ligne de la conférence de Laurent Dornel

Laurent Dornel, Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, a présenté le 07 mai dernier une conférence intitulée « Guerre et migrations » dans le cadre du Centenaire de la Première Guerre Mondiale.

Cette conférence est enfin en ligne sur Campus TV à cette adresse.

A voir et à revoir!

Journées d’études « Les structures documentaires et familiales. Logique de production et de conservation », Lisbonne, 20-22 juin 2014

Les journées d’études « Les structures documentaires et familiales. Logique de production et de conservation » auront lieu du 20 au 22 juin 2014 à Lisbonne.

CARTEL STRUCTURES BD3

DIPTICO STRUCTURES BD5

La relation entre la structure des organisations et la production / la conservation des archives a été soulignée maintes fois par l’historiographie et les études d’archivistique (ce lien a été et est d’ailleurs au coeur de la production des cadres de classement qui souhaitaient, et souhaitent, respecter la provenance et l’ordre originel des fonds).
Dans les dernières décennies, en ce qui concerne les archives de famille, la nouveauté a été de leur conférer une nature organique et organisationnelle, en abandonnant l’anachronisme de les considérer comme des « collections » ou des papiers sans ordre originel auxquels il faudrait imposer des classifications thématiques, surtout à l’usage des historiens. D’autre part, les historiens de la famille, en tenant compte à la fois de l’organisation et des contextes familiaux, mais aussi des compétences existantes et de l’accroissement des fonds, ont vérifié les mécanismes de domination et de reproduction sociales conférés par la conservation d’archives (gestion par l’écrit, écriture de la mémoire).
Au cours de ces journées, seront d’abord examinées les différentes façons de penser et d’analyser ces phénomènes (le « tournant documentaire », « metodo storico », l’étude de la famille d’Ancien Régime en tant qu’organisation / institution) ; seront ensuite présentées des études de cas, dans les aires ibérique et italienne, liées directement aux questions du croisement entre structures familiales / sociales, pratiques archivistiques et productions documentaires.

Retrouver plus d’informations sur le site web du laboratoire ITEM .

Journées Nationales de l’Archéologie – 6,7,8 juin 2014

Les Journées nationales de l’Archéologie, organisées par le ministère de la Culture et de la Communication et coordonnées par l’Inrap, ont pour ambition de sensibiliser les publics les plus divers à l’archéologie, à ses enjeux, à ses métiers, à ses méthodes et à ses lieux.

L’Université de Pau et des Pays de l’Adour, par le biais des laboratoires ITEM et IRAA, participe à cette 5e édition des JNA, qui se déroulera les 6, 7 et 8 juin 2014.

Toutes les manifestations proposées sont gratuites et ouvertes au grand public.

 

 

 

 

 

 

 

 

PROGRAMME :

 

Vendredi 6 juin

 UPPA – Institut Claude Laugénie, Avenue du Doyen Poplawski, Pau.

Exposition : de 09h30 à 16h30

  • « Vous avez dit archéologie préventive ? »
  • « A 65 : Archéologie sur l’autoroute de Gascogne »
  • Travaux archéologiques menés par les doctorants de Pau

Conférences : de 14h00 à 16h00

14h-15h: Conférence sur la fouille préventive de Buzet-sur-Baïse (Lot-et-Garonne) : cimetière et site d’ensilage au Moyen Age, par Nadine Béague (INRAP, ITEM).

15h-16h: Présentation des découvertes récentes en archéologie préventive menées par INRAP, par Jean-François Chopin (INRAP, ITEM).

Projection : de  09h30 à 12h30

Projection du film “Les experts de l’archéologie“ (16min).
Réalisation : Joris Clerté; Marc Chevalier; Pierre-Emmanuel Lyet

Les Experts de l’archéologie : 10 métiers de l’archéologie expliqués avec humour, dans ces films d’animation au style alerte et percutant : l’archéologue, le topographe, le céramologue (étude des tessons de céramique permettant la caractérisation et la datation des sites), l’anthropologue (étude des restes humains permettant la détermination du sexe, de l’âge et des maladies affectant le squelette), le palynologue (étude des pollens fossiles permettant de reconstituer le couvert végétal et le paysage), le géomorphologue (appréhension de l’évolution du paysage par l’étude géologique du site), le tracéologue (étude des traces laissées sur les outils pour en déterminer la fonction), l’anthracologue (étude des charbons de bois permettant l’identification des essences, du couvert forestier et des pratiques artisanales).

 

Visite guidée des laboratoires : de 11:00 à 12:00

Présentation et visite des laboratoires d’archéologie de l’UPPA (IRAA et ITEM) par François Quantin et François Réchin. Après une présentation des travaux menés à Pau, vous découvrirez les locaux des laboratoires d’archéologie.

 

Café des sciences : Bar-Librairie l’Entropie 27, rue Bernadotte Pau.

Café rencontre : de 21h00 à 22h00

« Les défis de l’archéologie au XXIe siècle », avec Nadine Béague, archéologue responsable d’opération à l’INRAP, Jean-Claude Merlet, Responsable du Centre de Recherches Archéologiques sur les Landes et Mélanie Le Couédic, ingénieur de recherche, équipe ITEM, UPPA.
L’archéologie fait aujourd’hui face à des enjeux nouveaux que la médiatisation dont elle bénéficie parfois ne met pas toujours en évidence. Nous tenterons d’apporter quelques éclairages dans trois domaines complémentaires : l’érosion systématique de notre patrimoine, provoquée par des travaux d’aménagement toujours plus considérables ; l’évolution de l’environnement montagnard pyrénéen ; l’archéologie bénévole face aux méthodes et techniques archéologiques spécialisées.

 

Samedi 7 juin

 UPPA – Institut Claude Laugénie, Avenue du Doyen Poplawski, Pau.

Exposition : de 09h30 à 16h30

  • « Vous avez dit archéologie préventive ? »
  • « A 65 : Archéologie sur l’autoroute de Gascogne »
  • Travaux archéologiques menés par les doctorants de Pau

Conférence : de 9h à 18h

L’équipe ITEM accueille à l’UPPA la « Journée de Rencontre des Archéologues Sud-Aquitains », organisé par la « Fédération Archéologique des Pyrénées Occidentales et des Landes (FAPOL) » (Amphi 1, UFR lettres).

Atelier d’initiation à l’archéologie avec la mallette lab’archéomobile :   10h30 à 12h30

Le Lab’Archéomobile est un véritable laboratoire itinérant pour s’initier à l’étude des poteries archéologiques : poteries à remonter, outils d’étude et d’expérimentation, manuels, céramothèque… mais aussi un volet numérique innovant, avec tablette et site internet !

Tout ce qu’il faut pour se mettre dans la peau d’un céramologue !

Durée: 1 heure
Sur inscription sur place

 

Dimanche 8 juin

Visite guidée / Circuit découverte

o       Ville et musée de Lescar : de 15:00 à 16:00

Magali Pomente (étudiante en Master histoire et archéologie à l’UPPA) vous propose de découvrir l’évolution de la ville gallo-romaine Beneharnum à la cité épiscopale médiévale de Lescar.

Ce circuit de visite d’une heure sur les hauteurs de la cité comprend la visite de la cathédrale romane et du musée archéologique. Rendez-vous devant l’office du tourisme.

Gratuité exceptionnelle.

o       Oloron-Sainte-Marie : de 10:00 – 12:00

François Réchin (Maitre de Conférences, ITEM, EA 3002, Université de Pau et des Pays de l’Adour) propose une promenade archéologique dans la ville d’Oloron-Sainte-Marie dans laquelle ont eu lieu plusieurs fouilles.

Le point de rendez-vous est fixé à 10h00 devant le parvis de l’église Sainte Croix. La durée de la visite jusqu’à l’église Sainte Marie est évaluée à environ 2h00.
Les participants devront se munir de chaussures confortables.

bonus pour les absents: Série « Les experts de l’archéologie »

 

Roms, Tsiganes, Nomades. Un malentendu européen

Le dernier ouvrage de Catherine Coquio et Jean-Luc Poueyto vient de paraître :

Roms, Tsiganes, Nomades. Un malentendu européen

« Roms », « Tsiganes », « Nomades » : autant de mots équivoques par lesquels se reconduisent des malentendus qui se sont montrés meurtriers dans l’histoire. Au cours des XIXe et XXe siècles, sous l’effet de décisions politiques et d’institutions savantes, des classifications désignant des groupes « exotiques » jugés inaptes à la vie sociale ont fait de ceux-ci un problème. Sous le nom de « question rom », ce problème est devenu celui d’une vaste « minorité » à traiter à l’échelle européenne alors qu’un nouvel antitsiganisme se répand dans « l’Europe ouverte ». Le malentendu s’aggrave.

Cet ouvrage dresse un état présent des connaissances sur le sort des Tsiganes en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale, sujet passé sous silence alors que d’importants travaux ont renouvelé les perspectives. On y passe ensuite au crible les catégories et représentations mobilisées à propos de cet « autre », afin de comprendre les ressorts sociaux, politiques et culturels de cette haine collective de moins en moins ambivalente, et les contradictions qu’elle révèle sur l’Europe comme système de valeurs et « civilisation ». Sciences humaines, droit, littératures, art, philologie et philosophie sont interrogés pour penser autrement les relations entre mondes tsiganes et non tsiganes, et la singularité des formes de vie.

Ce livre est issu du colloque international Tsiganes, Nomades : un malentendu européen, qui s’est tenu à Paris et à Pau en octobre et novembre 2011. Il comprend trente-quatre contributions de disciplines différentes. Catherine Coquio est professeur de littérature comparée à l’Université Denis-Diderot (Paris 7, Cerilac), elle travaille sur les modes d’inscription et d’effacement de la violence historique et la teneur politique de l’art. Jean-Luc Poueyto est anthropologue du monde manouche, spécialiste de l’illettrisme et des relations entre écrit et oral ; membre de l’ITEM, il enseigne à l’Université de Pau.

Colloque « Le PCI : de l’Inventaire à la gouvernance », Pau, 15-17 mai 2014

 

La notion de Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) introduite par l’UNESCO en 2003 a amené à repenser la place des témoins et des chercheurs dans la construction des objets scientifiques. La France ayant ratifié la « Convention pour la sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel » en juillet 2006, cette nouvelle notion a progressivement trouvé un écho au sein du tissu associatif français et dans les dispositifs publics et les organigrammes des collectivités territoriales et des services déconcentrés du Ministère de la Culture dans les régions (DRAC). C’est dans cette dynamique qu’a été mis en œuvre, dès 2008, un Inventaire du PCI en Aquitaine par le Laboratoire ITEM de l’UPPA et l’Ethnopôle InOc Aquitaine, comptant parmi les toutes premières expériences en France.

Ce colloque, ouvert au grand public (entrée libre sur inscription) et organisé à Pau du 15 au 17 mai 2014 sous le haut patronage de l’UNESCO, sera plus particulièrement l’occasion de revenir sur ces sept années d’expérimentation de la notion d’Inventaire et de les mettre en perspective avec d’autres entreprises conduites en France et dans le monde.

L’expérience aquitaine qui ne prétend pas à une quelconque exhaustivité mais à une exploration des méthodes relevant à la fois du travail ethnographique, de l’analyse anthropologique et des protocoles d’inventaire, révèle d’une part l’imbrication – au sein de systèmes – de pratiques diverses regardées – ou non – comme autant de patrimoines, soulevant également un certain nombre de questions.

La notion de transmission étant centrale dans la définition du PCI, l’inventaire aquitain s’est développé dans une optique dynamique prenant les faits observés comme des manifestations contemporaines, révélant dès lors en premier lieu l’actualité de pratiques et savoir-faire faisant sens dans un territoire donné. La notion de PCI invitant à travailler sur les pratiques sociales et culturelles aux plans synchronique et diachronique et à leur contextualisation, le chercheur est alors amené à prendre en considération les espaces, les bâtiments et les objets qui participent de ces pratiques. Quant aux processus de transmission, ils induisent un ensemble de connaissances qui relèvent des patrimoines linguistiques et oraux, le tout étant placé dans un cadre intergénérationnel. Ces pratiques et savoir-faire, qu’ils soient exceptionnels ou ordinaires s’inscrivent, en outre, aussi bien dans des sphères publiques que privées. Les interrogations portées sur les espaces et les savoir-faire font, quant à elles, émerger des pratiques coutumières inscrites dans le temps long qui par certains de leurs aspects peuvent rentrer en conflit avec les nouveaux usages de ces mêmes espaces.

Dès lors, si les notions de PCI et d’inventaire réinterrogent tout à la fois le patrimoine ethnologique avec une implication notable des groupes et des communautés, elles réinterrogent les différents dispositifs règlementaires ou de soutien au patrimoine culturel et naturel. De même, si la Convention pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel requiert un encadrement juridique et des dispositifs dans la mise en application du texte dès lors qu’un état membre la signe, quelles instances de gouvernance sont aujourd’hui à même de réguler l’action de ces différents dispositifs ?

Les vidéos des communications sont en ligne sur Mediakiosque à cette adresse.webmoyen

Le programme du colloque et le bulletin d’inscription sont téléchargeables sur le site du laboratoire ITEM.

CONTACTS : Patricia HEINIGER-CASTERET, maître de Conférences

patricia.heiniger-casteret@univ-pau.fr

PROGRAMME DU COLLOQUE:

15 mai, Pau, Pavillon des Arts, Conférence inaugurale dans le cadre du label « Ville d’Art et d’Histoire », 18h30

Chérif Khaznadar  (Président de la Maison des Cultures du Monde/Centre français du patrimoine culturel immatériel) : « Patrimoine Culturel Immatériel, sa genèse, sa philosophie et son développement.

16 mai, l’UPPA, Amphithéâtre de la présidence

9h15
Accueil par le M. le Président de l’Université
Introduction au colloque « Le Patrimoine Culturel Immatériel : de l’Inventaire à la gouvernance »
9h45 : « La notion de Patrimoine Culturel Immatériel »
Christian Hottin (Ministère de la Culture) : « De l’invisibilité à la mise en perspective : Le PCI en France (2006 – 2014 et au-delà). »
Leila Lankarani (CRDEI, Univ. Bordeaux) : « Le Patrimoine Culturel Immatériel et les collectivités infraétatiques : les aspects juridiques »

11h pause café

11h15 : « Acteurs, dispositifs,  outils »
Séverine Cachat  (CFPCI) : « Les acteurs du Patrimoine Culturel Immatériel en France »
Sylvie Grenet-Coye (Ministère de la Culture) : « Les inventaires du Patrimoine Culturel Immatériel en France au regard des communautés »
Laurier Turgeon (Univ. Laval – Québec) : « L’inventaire multimédia en ligne du patrimoine culturel immatériel du Québec : approches, méthodes, évolutions et retombées.»
12h30 : Déjeuner
14h : « Inventaires : retours d’expériences »
Patricia Heiniger-Castéret (ITEM – UPPA) : « 2008-2014, le Patrimoine Culturel Immatériel en Aquitaine, une méthodologie de terrain pour une vision ascendante des expressions patrimoniales »
Samuel Régulus (LADIREP – UEH – Port-au-Prince) : « Conforter l’identité et valoriser les ressources locales par l’Inventaire du Patrimoine immatériel d’Haïti (IPIMH)»
Cyril Isnart (CIDEHUS – Univ. d’Evora) : « Inventaire national et inventaires associatifs au Portugal. Gouvernance, coopérations et alternatives autour du PCI »
16h15 : pause
16h30 : « Du jeu traditionnel à la pratique sportive »
Laurent Fournier (IDEMEC, UMR 7307 CNRS, MMSH – Aix-en-Provence) « La gouvernance dé-territorialisée des biens culturels territoriaux »
Cendrine Lagoueyte (ITEM – UPPA) : « Sports et jeux traditionnels en Aquitaine : le grand écart patrimonial »
Mathilde Lamothe (ITEM – UPPA / Univ. Laval) : « De « la partie » libre  aux « 12 jeux » réglementés, ou du local au global à travers le jeu de quilles de 9 »

17 mai, Ethnopôle – InOc Aquitaine, Auditorium du Château d’Este, Billère

9h15 : « Pratiques coutumières et conflits d’usages »
Cécile Bes (LAJP – UMR 8103 – Paris I Panthéon-Sorbonne) : « Usages et droit. Le cas du pastoralisme en Cévennes »
Dominique Cunchinabe (ITEM – UPPA) : « D’un patrimoine à l’autre : quelle place pour les particularismes locaux ? »
Pascal Palu (ITEM – UPPA): « On nous a dépossédés ! »
Marie Pendanx (ADES, UMR 5185, Univ. Bordeaux) : « Les fêtes patronales : entre traditions et règlementations »
11h : Pause
11H 15 : Table ronde « Patrimoine Culturel Immatériel et politiques territoriales »
André Berdou : Vice-président Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques, Président du Parc National des Pyrénées.
Jean-François Broquères : Maire et conseiller général de Tartas, Vice-président de la Fédération Française de Course Landaise.
Pierre Casabonne : Maire d’Arette /La Pierre-Saint-Matin.
Anne-Laure Halphen : Institut Supérieur des Métiers
Frédéric Vilcocq : Conseiller Culture, Économie Créative et Numérique auprès d’Alain Rousset, Président du Conseil Régional d’Aquitaine.
12h30 Déjeuner
14h : « PCI et dynamique de l’action culturelle »
Jean-François Sibers (DRAC Aquitaine) : « PCI et politique culturelle : l’expérience de la DRAC Aquitaine»
Jean-Jacques Castéret (InOc Aquitaine) : « De l’Inventaire du PCI à un dispositif public de Sauvegarde immatérielle pour le domaine occitan en Aquitaine »
Charles Quimbert (Bretagne Culture Diversité) : « Le label UNESCO comme politique de valorisation du PCI : le cas du Fest-Noz en Bretagne »
Joan Regant (Consultant en patrimoine culturel, Principat d’Andorra) : « La visibilité universelle de l’intangibilité locale »
16h15 : Pause
16h30 : Table ronde « Porteurs et passeurs de l’immatériel »
Jakie Metge : Technicien fromager
Christophe Pando : Fabriquant de parapluies de berger
David Ducassou : Chef restaurateur et joueur de quilles de neuf
Irène Guilhendou: Viticultrice, présidente de la route des vins du Jurançon
Mathieu Dufau : Musicien, enseignant Diplômé d’Etat.
18h : Conclusion du colloque

Centenaire 14-18: conférence en direct de Rémy Cazals

logo_campus_TV_350pxretransmet en intégralité et en direct, la conférence de Rémy Cazals (Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université Toulouse le Mirail) intitulée « La guerre décrite par les soldats ». Rendez-vous à 16h sur CampusTV.

La conférence est désormais accessible à cette adresse.

4ème atelier de formation et de recherche en anthropologie – ITEM

Le 4ème atelier  de formation et de recherche en anthropologie du Laboratoire ITEM 
aura lieu, ce lundi 7 avril 2014 de 14h à 17h, 
à la salle Chadefaud (Rdc) de l'Institut Claude Laugénie (ex-Irsam). 

Thème: 

Les acteurs du développement: un point de vue anthropologique et d'anthropologie juridique 

Intervenant(e)s: 

 1- Michèle Haensel 
 2- Marie-Josée Kandou 
 3- Joadel Elongo-Akoa

Centenaire 14-18 : Conférence du 09 avril 2014 par Rémy Cazals

La conférence du 9 avril 2014, présentée par Rémy Cazals,

« La Guerre décrite par les soldats »

R

 aura lieu à l’Amphithéâtre de la Présidence de 16h00-18h00 à Université de Pau et des Pays de L’Adour.

Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Toulouse II Le Mirail, Rémy Cazals est un des principaux spécialistes de la Grand guerre.

Appel à communication – Colloque international « Les échos internationaux de la Révolution des Œillets ». Paris, 23-24 octobre 2014

 

 Les échos internationaux de la Révolution des Œillets 

Colloque international, Paris, 23-24 octobre 2014

Organisation scientifique : Maria-Benedita Basto (Université de Paris Sorbonne), Yves Léonard (Sciences Po-Paris), Caroline Moine (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) et Victor Pereira (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

 

Rarement évoqué jusque-là dans les médias occidentaux et puissance jugée mineure sur la scène internationale, le Portugal a soudain attiré tous les regards à la suite du coup d’Etat militaire du 25 avril 1974. L’événement a eu de fait de nombreuses répercussions dans différents pays et dans plusieurs domaines (politique, artistique, intellectuel, etc.). A l’occasion du quarantième anniversaire de la Révolution des Oeillets, ce colloque se propose de revenir plus particulièrement sur la dimension mondiale du « Processus Révolutionnaire en Cours » (PREC).

Grâce à l’ouverture ces dernières années des archives diplomatiques de nombreux pays, la dimension internationale de la Révolution des Œillets a déjà été en partie bien analysée : plusieurs travaux ont ainsi pu restituer avec précision l’attitude notamment des gouvernements occidentaux, européens ou non, face aux événements instables qui agitaient alors le Portugal. Ce colloque désire cependant déplacer le regard porté jusqu’ici sur les échos internationaux de la Révolution en s’intéressant non pas tant aux acteurs diplomatiques et étatiques mais plutôt aux autres acteurs et médiateurs européens en jeu, institutionnels ou non, collectifs ou individuels, nationaux et internationaux voire transnationaux, comme les partis et mouvements politiques, les journalistes, les intellectuels, les artistes, etc.

Inscrite dans la lignée des « années 1968 » tout en succédant de quelques mois au coup d’Etat de Pinochet au Chili qui avait mis fin le 11 septembre 1973 au gouvernement d’Unité populaire de S. Allende, la Révolution des Œillets s’est produite en pleine “coexistence pacifique” entre les deux Grandes Superpuissances, dans un contexte bien particulier traversé de dynamiques parfois opposées – et dont il est important d’analyser les multiples imbrications et enjeux. Parmi ses différentes lectures possibles, elle a été perçue par beaucoup comme l’aboutissement d’un processus révolutionnaire mondial et a ainsi suscité un grand espoir dans de nombreux partis de gauche et d’extrême gauche ou, au contraire, des inquiétudes au sein des droites et extrêmes-droites. Signe de l’émotion et de la mobilisation suscitée, intellectuels, artistes, militants politiques se sont déplacés en nombre au Portugal durant les mois qui ont suivi le 25 avril 1974 pour y vivre au jour le jour une révolution en cours voire jouer un rôle dans ce processus qui annonçait un autre configuration possible des relations sociales et l’utopie rêvée d’un autre ordre mondial. Le Portugal a ainsi accueilli dans cette période des milliers d’Européens et d’autres continents, pour beaucoup de l’Amérique latine et du Nord, qui y recherchaient souvent des réponses à des discussions et des débats inscrits pourtant dans d’autres contextes nationaux. Quelle fut la portée mondiale d’une telle mobilisation?

 

Parmi les axes de réflexion qui seront abordés au cours de ce colloque, trois peuvent être dégagés, s’inscrivant chacun dans une perspective comparatiste :

la médiation et la perception de la Révolution des Oeillets en Europe. Comment ont été diffusés hors du pays les différents moments de la Révolution? Quels sont ceux qui ont joué le rôle de médiateurs et de passeurs, en se rendant notamment au Portugal (journalistes, militants de partis politiques ou d’association, documentaristes, etc.) ? Quel fut le rôle des médias (presse écrite, audiovisuelle, films…) dans la reprise ou la création d’un imaginaire révolutionnaire ? En quoi d’autres moments de rupture, de transition et de révolution (1917, 1968, le coup d’Etat au Chili…) ont-ils été mobilisés ici pour tenter de comprendre ce qui se déroulait ?

les formes de mobilisations et d’actions de solidarité internationale mises en oeuvre – aussi bien pour soutenir la Révolution que pour aider la droite et l’extrême-droite portugaises. Comment ce moment de l’histoire portugaise s’est-il inscrit dans d’autres luttes politiques, nationales et transnationales ? Se pose bien sûr ici la question de l’héritage des mouvements de solidarité lancés du temps de la dictature. Quels furent les discours mais aussi les formes d’action privilégiées (rédaction de journaux, de tracts, de textes théoriques…) et les appropriations militantes de la Révolution? Quels effets eurent de telles pratiques, tant au Portugal que dans le reste du monde ? En quoi peuvent-elle révéler l’existence de réseaux de soutien, à gauche comme à droite, à l’échelle mondiale?

– Plus spécifiquement, quel rôle ont joué la culture et la production artistique dans une telle mobilisation et médiation de la Révolution des Œillets? Les événements de cette période ont été abondamment filmés, décrits, dépeints, chantés – le plus souvent dans une approche militante. Quelles traces artistiques reste-t-il de la Révolution au moment du « désenchantement des clercs » ? Et que nous disent-elles à nous historien/nes?

 

Calendrier :

Envoi des propositions (résumé d’une page et un court Curriculum Vitae) jusqu’au 25 avril 2014

Réponse des organisateurs : 10 mai 2014

 

Lieu du colloque:

Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, 39, Boulevard de la Tour-Maubourg (7ème arrondissement)

Dates:

23 et 24 Octobre 2014

Langues:

Français, portugais et anglais

 

 

Contact :

victor.pereira@univ-pau.fr

Centenaire 14-18 : la conférence de M. Gerd Krumeich est en ligne !

Le 12 mars dernier, M. Gerd Krumeich, Professeur émérite de l’Université de Düsseldorf et spécialiste de la Première Guerre Mondiale, est intervenu à l’UPPA dans le cadre du Centenaire 14-18.

La conférence intitulée « L’opinion allemande face à la Grande guerre » est accessible en ligne sur MédiaKiosque à cette adresse.

Krumeich_01