Image relation

Colloque « Image relation »
Du 27 au 28 mars 2017
Université Catholique de l’Ouest Angers

 

L’image est un objet de dynamique culturelle et anthropologique dont la prégnance s’est démultipliée dans nos sociétés hypermodernes (Belting, 2001)

L’origine, le statut, la nature et la plasticité même de l’image demeurent des questionnements sans cesse renouvelés car l’image vit, circule, performe, se renouvelle, et fait face à une révolution du regard comme du visible.
Mais que donne-t-elle à voir, à subir et à éprouver ?
Quelles formes nouvelles d’interactions, d’identification, de distanciation, de vénération et de célébration convoque-t-elle ?
Quelle sensibilité nous inspire-t-elle ?
À quelle trivialité nous assigne-t-elle ?
Et enfin dans quel rapport au temps nous inscrit-elle ?
Nous proposons de circonscrire l’image, en tant qu’objet d’études, au prisme de trois paradigmes, trivialité, sensibilité et visibilité, qui marquent une modernité certes tardive (Rosa, 2010) mais dont la dynamique ne cesse de déployer des dispositifs de confrontation à l’image.

 

Lundi 27 mars 2017

8h15-9h00 Accueil [Amphi Diès | bâtiment E-Bazin]
9h00-9h30 Présentation du colloque Dominique Vermersch, Recteur de l’UCO – Anne Pauzet, Responsable de l’équipe de recherche LICIA [Amphi Diès]
9h30-10h30 Conférence d’ouvertureSimon RICHIR | Laval Virtual – EVI, Laboratoire Arts et Métiers Paris Tech Angers (LAMPA) [Amphi Diès]
Vers un monde d’images virtuelles et augmentées ? Quand la technologie 3D jaillit des réseaux pour inonder notre quotidien et nous téléporter dans de nouveaux espaces.
10h30-10h45  Pause

SESSION 1

ATELIER 1 [Amphi Diès] ATELIER 2 [Salle E203]
10h45-11h15 Abir ABID | École Nationale d’Ingénieurs de Sfax – Tunisie
La trivialité de l’image publicitaire : un concept à construire
Marie-Laure DELAPORTE | Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Entre image-temps et image-perception
11h15-11h45 Fateh MELAKHESSOU | Université de Sétif 2, Alger – Algérie
Pour une exploration de la paratopie dans la scénographie de l’image publicitaire
Tatiana SENKEVITCH | Université de Rice et Fondation Sarah Blaffer à Houston, USA
Et in Pictura Ego : les élégies visuelles d’Alexander Sokurov
11h45-12h15 Anne-Sophie JURION | Université Paris 13
Du Colorama Kodak à la publication Facebook : D’une proposition à une réappropriation idéale du monde
Amandine TURRI HOELKEN | Université de Strasbourg
Analyse anthropologique et esthétique de l’image dans la photographie documentaire dialogique
12h15-14h00 Déjeuner

SESSION 2

ATELIER 1 [Amphi Diès] ATELIER 2 [salle E203]
14h00-14h30 Marie KONDRAT | Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Université de Genève
Le visible, l’invisible, le regard. L’image selon Marie-José Mondzain
Delphine RABIER | Université François-Rabelais, Tours, CESR
Visibilité et sensibilité de l’image : le cas des portraits de dévotion dans la peinture des Anciens Pays-Bas (XVe siècle)
14h30-15h00 Thiphaine Annabelle BESNARD | Université de Pau et des Pays de l’Adour
Circulations et rencontres d’images « antiquisantes » : arrêts sur quelques œuvres de Xu Zhen et de Jeff Koons, entre Orient et Occident
Jean-François SAVANG | Université de Nantes
La bande dessinée à la croisée de la théorie entre image et langage
15h00-15h30 Chiara VECCHIARELLI | École Normale Supérieure, Paris
Le visible et l’invisible
L’imaginal, ou sur la fonction relationnelle de l’image dans la pensée de Gilbert Simondon et d’Henri Corbin
15h30-15h45 Pause

L’Antiquité dans l’art contemporain

(Re)présenter l’Antiquité dans l’art contemporain : une revitalisation entre adulation et rejet

le Jeudi 23 mars 2017, à 13h00

en Salle de réunion du CRAL (1er étage) EHESS
96 bd Raspail, 75006 Paris
(Intervenante Tiphaine Besnard, ITEM)
Si « l’unique moyen [pour nous] de devenir grands et, si possible, inimitables, est d’imiter les Anciens » a été pendant longtemps le précepte de l’enseignement académique, le rejet de la tradition et le désir de faire tabula rasa qui ont accompagné le mouvement des avant-gardes ont engagé les artistes dans d’autres voies. Dans ces conditions, on ne peut qu’être surpris de voir resurgir aujourd’hui des références à l’art antique dans des réalisations contemporaines. Les figures canoniques (Vénus de Milo, Victoire de Samothrace, Apollon du Belvédère, Laocoon) sont transposées et revitalisées, et les sculptures, photographies et peintures sont autant de supports plastiques qui servent à la présentation et à la représentation de l’Antiquité. Cependant, force est de constater qu’elles subissent de nombreuses transformations (plastiques, contextuelles et stylistiques), et que la référence antique peut être adulée ou a contrario rejetée.
 
L ’étude de ces diverses modalités conduit à envisager la nature même des emprunts opérés par les plasticiens. Elle permet aussi d’apporter quelques éléments de réponse à la question suivante : que nous disent in fine à propos de nous-mêmes ces multiples réappropriations de l’antique ?

L’ autonomie des universités en question

Séminaire doctoral:
L’ autonomie des universités en question :
les politiques universitaires de la loi Faure à la loi Fioraso
(1968-2017)

Cycle de Séminaire doctoral
« La Recherche Universitaire en Transition »

Jeudi 23 mars novembre 2017
9h30 à 16h30
Salle du Conseil de l’UFR de Droit Economie Gestion

Dans le cadre de sa formation doctorale, l’université de Pau et des Pays de l’Adour développe un cycle de formation ayant pour thème « La recherche universitaire en transition: politiques publiques, acteurs, enjeux territoriaux ».

Le programme dirigé par le laboratoire ITEM (EA 3002) en lien avec l’Ecole Doctorale Sciences sociales et Humanités, ouverte à tous les doctorants de l’UPPA, prévoit 3 journées d’études annuelles.
L’ objectif de ces journées est de restituer les réflexions des chercheurs spécialistes des questions universitaires afin de permettre aux jeunes chercheurs de mieux comprendre leur environnement professionnel mais aussi d’entretenir un débat sur la situation universitaire française au sein de l’université de Pau et des Pays de l’Adour.

Programme:

  • Le sens de l’autonomie aux temps des lois Faure et Savary (9h30-12h30)

9h30: Introduction de la journée et modération Victor Pereira (Maître de conférences d’histoire contemporaine, UPPA)
9h45 : Les réformes universitaires en France depuis 1968 , Laurent Jalabert, (Professeur d’histoire contemporaine UPPA, ITEM EA3002)
10h30: Le sens juridique de l’Autonomie au temps de la loi Faure, Renaud Carrier, Professeur d’histoire du Droit, (UPPA, PDP EA1926)
11h15: L’Autonomie et ses perceptions dans les lois Faure et Savary, Arnaud Desvignes (docteur en histoire contemporaine, Paris Sorbonne)
12h00: Débats
12h15 Pause Déjeuner.

  • L’autonomie des universités depuis la loi Pécresse (14h00-16h30)
    Modérateur Francis Jauréguiberry (Pr. de sociologie, UPPA).

14h00 : L’autonomie des universités dans les lois Pécresse et Fioraso, Jean Gourdou, Professeur de Droit Public, UPPA, PDP EA 1926)
15h00 : « Refonder l’université », un appel et un mouvement au cœur des années 2000, François Vatin, Professeur de sociologie, Univ. Paris Nanterre (IDHES CNRS UMR 8533)
16h00 : Débats

Organisateurs : Abel Kouvouama et Laurent Jalabert
Contact laurent.jalabert@univ-pau.fr; item@univ-pau.fr; edssh@
univ-pau.fr

Télécharger le programme :

Femmes dans la cité

Dans le cadre du cycle
Artistes-femmes : les formes de l’engagement

vendredi 17 mars 2017
de 9 h à 17 h 30- Médiathèque André Labarrère
Place Marguerite Laborde – Pau

École supérieure d’art des Pyrénées – Pau Tarbes
École Nationale supérieure d’art de Limoges
UPPA – ITEM /Fédération Espaces Frontières Métissages

« S’engager » signifie s’avancer dans une voie étroite, entreprendre
une action que l’on sait difficile et parfois coûteuse, mais aussi
contracter devant autrui une responsabilité qui lie moralement.
Autant dire que l’engagement est un pari sur l’avenir qui implique
courage et partage. Il est, du moins idéalement, absolu (on ne
l’imagine pas se faire à demi) et libre, quoiqu’on puisse y être poussé
par l’insupportable ou l’inacceptable. C’est un acte foncièrement
éthique qui prend à témoin autrui et par lequel on se met à son
service ; c’est un acte politique car il porte sur le terrain commun,
dans l’espoir d’un changement, un enjeu initialement individuel.
La journée d’étude « Femmes dans la cité », la deuxième d’un cycle
intitulé « Femmes-artistes : les formes de l’engagement », permettra
d’examiner des projets artistiques prenant la forme d’engagements
politiques au sens large et proposant une alternative à l’exercice de
la citoyenneté, qu’il s’agisse d’interventions dans l’espace urbain,
d’interrogations des modes d’organisation des communautés,
des valeurs et normes qui les régissent, ou encore d’inventions
de nouvelles formes de partage culturel et de relation sociale.
Si les femmes sont mises à l’honneur, ce n’est pas pour
poser l’existence d’une spécificité féminine des manières
de faire artistiques, mais plutôt pour donner plus de visibilité
à des propositions souvent laissées dans l’ombre.

PROGRAMME
9h00 Accueil des participants
9h15 Ouverture de la journée d’étude
9h30 Annabelle Teneze | Conservatrice du patrimoine, Directrice des Abattoirs de Toulouse
Exposer les artistes femmes, Peindre dit-elle, l’Iris de Lucy
10h15 Corinne Melin | École Nationale Supérieure d’Art de Limoges
Vie et travail de l’artiste chinoise Cao Fei dans RMB CITY, cité entièrement simulée
10h45 Discussion et pause
11h15 Christelle Colin | Université de Pau et des Pays de l’Adour
Vision documentaire des femmes dans la ville : La ciudad de las mujeres de Vicky Calavia et Mínimas e íntimas de Irene Bailo
11h45 Véronique Lamare | Artiste (Bordeaux)
« L’espace urbain à l’échelle de mon propre corps. »
Entretien avec Corinne Melin | École Nationale Supérieure
d’Art de Limoges
12h30 Discussion
13h00 Déjeuner — ESAP, salle de théorie

14h30 Marie Escorne | Université Bordeaux Montaigne
Interventions artistiques dans l’espace public urbain :
les femmes « apportent » leur corps
15h00 Sabine Forero Mendoza | Université de Pau et des Pays de l’Adour
Les études de cas de Marjetica Potrč : la ville autrement
15h30 Discussion et pause
16h00 Pascale Peyraga | Université de Pau et des Pays de l’Adour
Les travaux collaboratifs de « Contenedores de feminismos » :
recréer la mémoire des femmes dans l’espace social
16h30 Rustha Luna Pozzi-Escot | Artiste (Pérou-France)
Entretien avec Sabine Forero Mendoza | Université de Pau
et des Pays de l’Adour
17h15 Discussion

ORGANISATEURS
Sabine Forero Mendoza | UPPA
sabine.forero-mendoza@univ-pau.fr
Corinne Melin | ENSA Limoges
corinne.melin@ensa-limoges.fr
Pascale Peyraga | UPPA
pascale.peyraga@univ-pau.fr
Charles Gauthier | ESAP
gautiercharles@hotmail.com

CONTACT & RENSEIGNEMENTS
Armelle Revirieux : armelle.revirieux@univ-pau.fr
http ://frontieres-metissages.univ-pau.fr

 

L’œuvre de Pierre Bourdieu en pratiques

L’oeuvre de Pierre Bourdieu en pratiques
15ème édition, Pau, printemps 2017

par l’association PauSes, la Fédération de recherche Espaces, Frontières, Métissages,
les laboratoires I.T.E.M. et PASSAGES de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Ni gauche, ni droite ! Existe-t-il encore un vote de classe ?

Argument scientifique
Nombre d’observateurs de la société et de la sociologie électorale semblent se satisfaire de l’idée selon laquelle, il n’y a aurait plus désormais, dans la « modernité » politique de vote de classe ? Est-elle réaliste? Si oui, dans quelle mesure ? Pour quels aspects ? Telle est la question de départ de la 15ème édition de « l’oeuvre de Pierre Bourdieu en pratiques » prévue au printemps 2017.
Croisant sciences politiques et sciences sociales, il s’agira d’observer le clivage politique entre droite et gauche, ainsi que la (les) politique(s) et les votes au prisme des sciences sociales. En effet, « le champ politique est le lieu où s’engendrent, dans la concurrence entre les agents qui s’y trouvent engagés, des produits politiques, problèmes, programmes, analyses, commentaires, concepts, événements, entre lesquels les citoyens ordinaires, réduits au statut de « consommateurs », doivent choisir, avec des chances de malentendu d’autant plus grandes qu’ils sont plus éloignés du lieu de production. » Le champ politique est le champ suprême, le champ des champs sociaux. En tant que champ, il est un espace de rapports de positions relatives, et partant, un espace de rapports de force. Champ le plus hautement symbolique, il est le lieu de la lutte pour la reconnaissance et la définition légitime de ce qui, dans l’espace social général, peut, doit recevoir son « onction », être élevé à la dignité de question politique, être inscrit à l’ordre du jour de l’agenda politique.
Toutefois, en démocratie, il est le champ qui par construction principielle, devrait refléter l’état du champ social général. Or on assiste à l’autonomisation du champ politique, dont Pierre Bourdieu rappelait qu’à la différence de celle des autres sous-champs sociaux, manifestation du processus normal et a priori favorable à l’émancipation individuelle, de différenciation sociologique, elle contrevenait aux principes démocratiques qui exigent que ce champ exprime le plus fidèlement possible l’état des rapports sociaux.
Quelles sont les relations de cette autonomisation du champ politique avec l’affaiblissement, voire le brouillage, désormais multi-décennal, d’une distribution classique de l’électorat avec, singulièrement, la montée de l’abstention, tout particulièrement parmi les membres des classes populaires dont le vote Front National n’arrive qu’en seconde position des « préférences » politiques ?
Comment s’articule-telle à la dé-réalisation des classes populaires, au sens de déconstruction progressive de la conscience d’en être membre, de leur dé-mobilisation politique, soulignant alors l’importance décisive des conditions sociales de possibilité d’une capacité politique, à l’édification desquelles les partis politiques, les syndicats, les « mouvements de jeunesse » contribuaient (davantage) auparavant.
Comment la fabrication d’une opinion politique (i.e. impliquant des choix quant à l’organisation de la vie sociale) dépolitisée (i.e. présentée efficacement comme relevant de la nécessité technique, par exemple à propos des retraites, de la libéralisation du commerce international, de la construction de prisons…) joue-t-elle son rôle ?
C’est à cet ensemble de questions non exhaustives, que nous convions les intervenantes et intervenants à apporter des éléments de réponse lors de la 15ème édition de L’oeuvre de Pierre Bourdieu en pratiques ; cela auprès d’un public élargi (notre initiative a vocation à diffuser les résultats des travaux de sciences sociales), composé de citoyen-nes (conférences pour tou-tes), d’étudiant-es (sessions à l’U.P.P.A.), de l’ITS Pierre Bourdieu, de lycéen-nes du cycle terminal de la série Economique et sociale.

Voir le programme

Ah bé tè ! Troisièmes rencontres anthro-Pau-logiques

Critique du discours dominant comme projet d’émancipation.

Du 15 au 17 mars 2017

 

Pour ces troisièmes rencontres « anthro-Pau-logiques », les doctorants en anthropologie et sociologie de l’UPPA souhaitent aborder l’émancipation, celle qui libère, qui permet de créer et de penser l’Utopie. Dans ce cadre, le rôle des média est indéniable : la presse actuelle aliène-t-elle plus qu’elle n’émancipe ? La question centrale est celle de la transition qui s’opère entre la presse communautaire d’hier et d’aujourd’hui, et la presse propagandiste médiatrice du discours dominant.

 

Nous nous intéresserons plus particulièrement aux « médias communautaires », ces canaux d’informations localisés qui portent un réel projet d’émancipation, articulant le désir immédiat d’une vie meilleure et l’utopie comme étant la réalité de demain. Nous avons pris pour exemple le journal communautaire et régional Pays (diffusé en Gascogne et au Pays Basque Nord) parce qu’il porte une critique sociale et un projet d’émancipation ; il constitue une archives des luttes sociales des années 1970.

 

Au travers de ces journées, nous voulons comprendre l’incidence de ce décollement sur les trajectoires individuelles et le développement d’une pensée collective portée par la critique et l’émancipation.
Dans ce séminaire pluridisciplinaire, nous invitons à réfléchir sur les notions de critique  et d’émancipation en partant d’exemples-types de médias et acteurs de presse communautaire, mais aussi de sujets sociétaux en rapport, ou non, avec cette presse.

 

Mercredi 15 mars 2017 : ouverture des Troisièmes Rencontres avec la conférence gesticulée « Ethno-conf. Cultures à toutes les sauces » d’Anaïs Vaillant à la médiathèque André Labarrère à Pau (64) dès 18 h.

 

Jeudi 16 mars 2017 : Journée consacrée au journal hebdomadaire communautaire et régional Pays diffusé de 1977 à 1978 en Gascogne et au Pays Basque Nord comme exemple d’une critique sociale et d’un projet d’émancipation des années 1970.
Auditorium du Château d’Este, InOc Aquitaine, de 9 h à 18 h.

 

Vendredi 17 mars 2017 : Journée consacrée aux média et courants minoritaires.
Amphithéâtre de la Présidence, Université de Pau et des Pays de l’Adour, de 8 h 30 à 18 h.

 

 

Entrée libre et ouverte à tou(te)s