« Regards sur les Sociétés actuelles. Ah bé té ! Les anthro-Pau-logiques »

« Regards sur les Sociétés actuelles Ah bé té ! Les anthro-Pau-logiques »

Sous la direction de Rémy Berdou, Dominique Cunchinabe, Mathilde Lamothe et Idrissa Mané

PUPPA
ISBN : 2-35311-073-8
Prix : 18 €
273 pages
Couv ED2

L’idée de la « semaine anthro-Pau-logique » a été lancée au cours d’une discussion entre doctorants en anthropologie. Elle est sous-tendue par une volonté de donner aux doctorants un espace d’échange sur des concepts, pratiques et expériences anthropologiques sans se soustraire à la dynamique de transdisciplinarité. L’ouverture aux autres disciplines consisterait par exemple à questionner le regard anthropologique de l’économiste, du sociologue, du géographe, de l’historien, du juriste ou encore du littéraire.

Tous ces acteurs interrogent la société à leur manière, avec leurs propres réflexions ou concepts, mais également avec des pratiques anthropologiques variables selon la nature du terrain ou l’échelle de l’objet étudié. Nonobstant les particularités intrinsèques (qu’elles soient de nature disciplinaire, professionnelle, théorique, etc.), ces pratiques anthropologique portent toutes une interrogation sur la société et amènent à une réflexion sur le genre humain, appréhendé dans sa diversité culturelle. Ce qui, dans le cas présent, se traduit par trois axes traversant ces réflexions à travers les thèmes du film à caractère anthropologique, des expressions musicales, dansées et chantées ou encore de la gouvernance.

Aussi ces rencontres « anthro-Pau-logiques » sont pensées comme un espace de questionnements, d’échange d’expériences, de transmission de savoirs et de pratiques d’anthropologie. Il s’agit d’un questionnement, puisque nous invitons à réinterroger, par l’exemple de terrains précis, la gouvernance au travers de ses acteurs et de types et logiques de pouvoirs. Par la rencontre de chercheurs et d’acteurs, nous voulons favoriser un échange scientifique permettant de vivre une expérience inédite – à travers les regards anthropologiques que chacun porte en soi – qui se rencontre dans les pratiques sociales du quotidien.

Voir le Sommaire

« Tsiganes, travail, famille, habitat… » 20 et 21 mai 2016

Séminaire  « Tsiganes, travail, famille, habitat… »,

Université de Pau et des Pays de l’Adour, 20 et 21 mai 2016.

Dans le cadre du projet de recherche « Etude de la présence de « Bohèmes », « Tsiganes », « nomades »…  en Béarn et Pays Basque », le laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en partenariat avec le laboratoire IDEMEC (MMSH, Université Aix Marseille), organise deux journées d’étude qui interrogeront les topoï du travail, de la famille et de l’habitat comme éléments récurrents du rejet des Tsiganes en Europe

Vendredi 20 mai, salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie,

  • Accueil et ouverture du séminaire
  • 9h30 Alexandra Clavé-Mercier, docteur en anthropologie, centre Emile Durkheim UMR 5116 Université de Bordeaux
    Famille et habitat au cœur des expériences d’ « intégration » de Roms bulgares en France
  • 10h15 Norah Benarrosh-Orsoni, docteur en anthropologie, Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC) de Nanterre : Domestiquer la ville par la débrouille. Une analyse des pratiques d’approvisionnement et de récupération  chez les Roms roumains de Montreuil
  • 11h15 Yoanna Rubio, docteur en anthropologie, LISST, Toulouse
    « T’es bien un Meunier toi ! » : Famille(s), espaces, frontières et identités gitanes »  (l’exemple de Carcassonne)
  • 12h Lise Foisneau, Doctorante Université Aix-Marseille, IDEMEC : Tisser l’espace. Interprétation spatiale des dynamiques familiales chez les Roms dits « Hongrois » : l’exemple de Marseille.

12h45, pause

  • 14h Iula hasdeu, Anthropologue HETS -Ge (Haute école de travail social de Genève) et Institut des études genre -Université de Genève Travail, argent et famille des migrants rom roumains dans la lutte transnationale contre les pauvres. Vue de Genève 2009-2015
  • 14h45 Martine Segalen, anthropologue, professeur émérite et directrice de la revue Ethnologie française, interviendra sur le thème de la famille en France
  • 15h45 Michael Stewart, anthropologue, professeur à l’University College of London : « Tsiganes – la famille gênante et la démocratie sexuelle »
  • 16h30 Cécile Canut, sociolinguiste et cinéaste, professeure en sciences du langage à l’Université Paris Descartes: Mise en scène des Roms en Bulgarie. Petites manipulations médiatiques ordinaires
  • 17h15 Emmanuel Filhol, Université de Bordeaux, laboratoire SPH, Sciences, Philosophie, Humanités. Du discours républicain sur le triptyque  » famille-travail-habitat  » appliqué aux  » nomades  » : les cas d’Etienne Flandin et de Marc Réville (1908-1912)

Samedi 21 mai, salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie,

  • 9 h Julie Gallego, maître de conférences à l’UPPA, CRPHL, « La littérature de jeunesse contre les préjugés: Katitzi la Tzigane ou les souvenirs d’enfance de la Suédoise Katarina Taïkon »
  • 9h45 Catherine Coquio, professeur de littérature comparée, Paris 7, « Hors de quel temps? Un autre rapport à l’histoire ».
  • 10h30 Martin Olivera, anthropologue, Paris 8, L’anti-tsiganisme, l’ethnologie des Tsiganes… et des Roms: quelques dilemmes à résoudre? Réflexions ouvertes sur le potentiel (et les limites) de l’ethnographie.
  • 11h15 Jean-Luc Poueyto, anthropologue, laboratoire ITEM, UPPA, La tactique comme mode discret de résistance : l’exemple des Manouches

Pause 12h.

  • 13h Ilsen About, historien, CNRS, Paris Les archives du contact. Traces de l’échange et fragments d’amitié entre Paul Bataillard et les Bohémiens en France, des années 1840 aux années 1880.
  • 13h.45 Adèle Sutre, doctorante à l’EHESS en géographie, « L’entrelacement des régimes de mobilité tsigane : le cas du sud-ouest français (années 1880-1950) »
  • 14h30 Cendrine Lagoueyte, docteur en anthropologie laboratoire ITEM, Buhameak, récit d’une enquête (presque) impossible
  • 15h15 Thierry Truffaut, anthropologue, Institut Culturel Basque fera une présentation les figures des Bohémiens dans les carnavals en Pays Basque
  • 16h Patricia Heininger anthropologue et MC à l’UPPA, laboratoire ITEM, « La figure du « Bouhème » dans les histoires à faire peur en Béarn »

Table-ronde « Le clos et l’ouvert : ombre et ligne de fuite »

Table-ronde « Le clos et l’ouvert : ombre et ligne de fuite »
Vendredi 6 mai 2016 (14h-18h),
INALCO, Salle 3-26,
75013 Paris, métro François Mitterrand
organisée par le CESSMA UMR 245-INALCO, le RIAM-FMSH et le laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.
 Pages de Affiche_Programme_argu_Table-ronde_clos-ouvert_6 mai 2016_Inalco

Programme
14h 00 : Accueil des participants

Axe 1 : Ombre, espace, politique
A) -Commentaire par le Discutant Robert Ziavoula des textes de :-Luc Ngwe, RIAM-FMSH
Les nouveaux lieux de loisirs : les gargotes de rue dans la ville de Douala au Cameroun
– Michèle Leclerc-Olive, IRIS-EHESS/ RIAM-FMSH
Du soleil de la place à l’ombre de la rue.
Retours sur quelques mythes fondateurs du politique, de la représentation et du savoir
-Idrissa Mané, ITEM-UPPA/RIAM-FMSH
S’enclore par le voile et s’ouvrir à Allah. Réflexion sur l’islamité chez les Sénégalaises

Axe 2 : Ligne de fuite, espace de vie
B) -Commentaire par le Discutant Ingolf Diener des textes de :
-Abel Kouvouama, ITEM-UPPA/RIAM-FMSH
Les acteurs de la rue : pratiquer le caranaval Biarnès dans la ville de Pau
-Lucette Labache, RIAM-FMSH
Sortir du clos insulaire par la migration
-Patrice Yengo, IMAF/RIAM-FMSH
Le clos et l’ouvert ou le contrat prophétique
C) Réponses des intervenants et discussions générales

 

Argumentaire
Dans le cadre des activités scientifiques en partenariat, le CESSMA-Inalco, le Réseau interdisciplinaire Afrique Monde (RIAM) de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme et le Laboratoire Identités, Territoires, Expressions Mobilités de l’UPPA organisent le 6 mai 2016 à l’Inalco, une table-ronde aura lieu le vendredi 6 mai 2016 (14h-17h 30) autour du thème « Le clos et l’ouvert : ombre et ligne de fuite » . Il s’agit pour les intervenants et les participants d’identifier les différents acteurs qui occupent la rue, d’analyser les différents lieux à partir desquels on peut appréhender les notions de clos, d’ouvert, d’ombre et de ligne de fuite, dans le prolongement de la table-ronde de novembre de 2015. En effet, les notions de clos, ouvert, ombre et ligne de fuite sont l’indice de traces laissées sur un espace donné (mur, tableau, rue, etc.), ou réfractant dans une zone soustraite au rayonnement, à la lumière que l’on appellera ombre sous ses multiples désignations : plein d’ombre, ombre épaisse, peu d’ombre, trou d’ombre, chercher l’ombre; trouver l’ombre, rentrer dans l’ombre, mettre quelqu’un à l’ombre. Selon le Dictionnaire de la peinture, la notion de « ligne de fuite » désigne l’intersection d’un plan passant par l’oeil du spectateur (plan de fuite) avec le plan du
tableau. C’est l’ensemble des points de fuite des droites du plan donné. Tous les plans parallèles entre eux ont même ligne de fuite. Les plans horizontaux ont pour ligne de fuite la ligne d’horizon.
La table-ronde du 6 mai 2016 est conçue selon deux temps d’intervention : premièrement, Ingolf Diener (Sociologue de l’Université Paris 8,) et Robert Ziavoula (géographe de l’Inalco), tous deux membres du RIAM, questionneront les intervenants de la première table-ronde, à partir des textes écrits qui ont été envoyés.
Deuxièmement, des discussions s’organiseront entre tous les participants sur l’ensemble des réponses apportées par les intervenants et par les participants.

Regards croisés sur les musiques traditionnelles

COLLOQUE

REGARDS CROISÉS SUR LES PROCESSUS DE TRANSMISSION
DES MUSIQUES TRADITIONNELLES DE LA FRANCOPHONIECapture 2
2 et 3 MAI 2016
Maison des sciences de l’homme et de la société
Bât. A5 – 5 rue Théodore Lefebvre – 86073 POITIERS cedex 9

Un partenariat du Centre d’études supérieures musique et danse (CESMD) de Poitou-Charentes et de l’Université de Poitiers – Laboratoire Centre de recherches interdisciplinaires en histoire, arts et musicologie (CRIHAM), en collaboration avec l’Institut occitan InOc-Aquitaine, le Centre international de recherches interdisciplinaires en ethnomusicologie de la France (CIRIEF) et la Maison des sciences de l’homme et de la société Poitiers (MSHS), dans la continuité du premier séminaire qui s’est tenu les 11
et 12 novembre derniers à l’InOc Aquitaine à Pau.

Colloque ouvert au public, gratuit, inscription obligatoire auprès du CESMD de Poitou-Charentes, 10 rue de la Tête Noire – BP 30015 – 86001 Poitiers cedex 1
enseignement.superieur@cesmd.fr – 05 49 60 21 79

Capture

S’interroger sur les processus de transmission des musiques traditionnelles de la francophonie n’est pas sans soulever de nombreuses questions. Du passage de savoirs conduits sur la chaine des générations à ceux portés par un corps enseignant institutionnalisé, le transmetteur et son acte sont au coeur des préoccupations : qui transmet ? que transmettre ? comment ? pourquoi ? Il importe alors de repenser les contextes propres à ces musiques mais aussi d’envisager les spécificités musicales, fonctionnelles, symboliques… du matériau afin de comprendre au mieux leur positionnement au regard des processus de transmission des répertoires dit savants de l’Occident ; ces derniers étant posés en vis-à-vis dans la question de l’institutionnalisation de l’enseignement et de l’accès aux formations professionnalisantes.

Cette approche conduit à ne pas négliger la dimension politique : de leur manipulation à des fins propagandistes à leur valorisation dans les élans socialistes, ces musiques ont, tour à tour, suscité profond rejet et fascination démesurée. Aussi, il est nécessaire de cerner l’étendue de cette gamme d’élans afin d’approcher en quoi et comment les musiques traditionnelles peuvent répondre aux préoccupations musicales mais aussi sociétales actuelles. Dès lors, comment aborder le rapport à l’institutionnalisation qu’il soit pour favoriser le rapprochement ou, à l’inverse, pour maintenir une forme de distanciation ?

Si le transmetteur occupe une place centrale dans les processus de transmission, la façon dont il assume son acte ne peut être dissociée de choix revendiqués : d’un répertoire à redonner sur un plan technique à un contenu plus porteur de sens, d’une volonté de copier la source à une forme d’émancipation en vue d’une démarche créative, l’acte de transmission peut, également, se penser en réelle prise de position sociale.

C’est alors toute la question de la relation aux sources qui se doit, également, d’être posée. De « l’homme-source » à l’archive sonore livrée sur le Net, le passage n’est pas sans conséquences tant ces autres supports de tradition sont devenues indissociables de l’acte de transmission. Il s’agit alors d’examiner la place et le rôle de ces supports.

Quand au vocable de francophonie utilisé dans l’intitulé, il ne doit pas être compris dans une acception stricte ni excluante : il n’a d’autre ambition que celle d’interpeller avec souplesse les espaces hors Hexagone (Canada francophone, Louisiane, Antilles) où, en lien avec les mouvements d’hommes, nos répertoires de musiques traditionnelles trouvent un écho direct.

Faisant suite à un premier séminaire proposé par l’Ethnopôle InOc-Aquitaine à Pau les 11 et 12 novembre 2015 et durant lequel cette même thématique a surtout été traitée selon un angle anthropologique et historique, ce second temps décline notamment la thématique sous ses aspects pédagogiques.

Ce nouvel événement scientifique prend place dans le cadre d’un partenariat entre le Centre d’Etudes Supérieures Musique et Danse de Poitou-Charentes (Cesmd) et l’Université de Poitiers, établi dans le cadre de la formation au Diplôme national supérieur professionnel de musicien (DNSPM) des musiques traditionnelles des aires francophones et occitanophones (Hexagone, Canada francophone, Louisiane et Antilles). Cet événement est en lien direct avec l’axe de recherche Émotions, créations du laboratoire du CRIHAM en ce sens qu’il examinera les facteurs sociaux de la création artistique concernant le domaine des musiques traditionnelles et précisera le rôle des institutions dans la formation du savoir artistique.

PROGRAMME

 LUNDI 2 MAI 2016 14h – 17h30

 Relations musiques traditionnelles & politique

  •  Intervention de mesdames Charline Claveau-Abbadie, Conseillère régional déléguée Langues et cultures régionales (sous réserve) et Anne Gérard, Conseillère régionale déléguée Francophonie – Conseil régional Aquitaine Limousin Poitou-Charentes.
  • Quelles relations un artiste porteur des musiques traditionnelles établit-il avec le politique ?
    Gino Sitson, artiste musicien, chercheur-doctorant en musicologie-ethnomusicologie IReMus / CNRS
  • La Fédération des associations de musiques et danses traditionnelles (FAMDT) et le Ministère de la Culture, partenaires pour l’invention d’une politique en faveur des musiques traditionnelles
    Jany Rouger, Co-président de la commission culture de l’agglomération du Bocage bressuirais, Vice président de la FNCC (Fédération nationale des collectivités pour la culture), ancien directeur de la FAMDT
  • Ateliers de réflexion et d’échanges
    Modérateurs :
    Jean-Jacques Decreux, Co-directeur du CESMD
    Josette Renaud, Directrice d’UPCP-Métive, Parthenay-79 (Centre de musique et danse traditionnelles en région ALPC)

MARDI 3 MAI 2016 9h – 16h

Formes nouvelles et outils nouveaux pour la transmission et l’enseignement

Table ronde avec la participation de :
Michel Lebreton, Président de l’association des enseignants de musique et danse traditionnelles, enseignant au conservatoire à rayonnement départemental du Calaisis
  • Transmission des musiques traditionnelles et institutionnalisation de l’enseignement
    Françoise Etay, Directrice du Département de musiques traditionnelles du Conservatoire à rayonnement régional de Limoges
  • La relation aux sources : du témoignage vivant à l’archiveJean-Jacques Castéret, Directeur de l’ethnopôle InOc Aquitaine / Laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des pays de l’Adour
  • De modèles-types à la création : une approche à travers quelques processus de re-formulation dans les mondes créolesDavid Khatile, chargé de cours à l’Université des Antilles pôle Martinique, formateur au Cefedem Normandie
  • Ateliers de réflexion et d’échanges
    Modérateurs :
    Chantal de Romance, Conseillère musique et danse – Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) Aquitaine Limousin Poitou-Charentes
    Marlène Belly, Maître de conférences à l’Université Poitiers, ethnomusicologue, domaine francophone, coordinatrice du DNSPM musiques traditionnelles au CESMD
et avec la participation de :
Philippe Janvier, professeur/musicien, coordinateur du Département de musique traditionnelle du Conservatoire à rayonnement départemental de Lorient
Philippe Compagnon, musicien et enseignant en chant traditionnel, conseiller aux études au CESMD
Maxime Chevrier, musicien et enseignant en violon traditionnel

Bulletin d’inscription

L’œuvre de Pierre Bourdieu en pratiques – 14ème Édition

La 14ème édition de l’œuvre de Pierre Bourdieu » est consacrée à l’examen des rapports entre sport-s et sciences sociales.

Affiche-DV_PauSES-ITEM_2016-1

Il s’agit d’analyser de quelle manière les « techniques du corps », sportives, au-delà de leurs spécificités disciplinaires (le rugby n’est pas le jeu à XIII et le lancer du poids diffère nettement de celui du javelot), participent de la construction de rapports sociaux, faits de forces et de luttes, symboliques, que les corps sportifs semblent fortement modéliser. Ainsi le champ sportif semble tendre à la subdivision, à la différenciation, avec l’apparition récurrente de  nouvelles disciplines et au sein de celles-ci, la vivacité des clivages entre les différents amateurismes et le professionnalisme.

 

Voir le programme :

Résumés-interventions_Sport-sciences sociales

 

Une ville de l’arrière pendant la Grande Guerre : Tarbes

arriere en guerre tarbes copie

Ce colloque est organisé par le laboratoire ITEM (Identités, Territoires , Expressions, Mobilités) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour
Avec la collaboration des structures suivantes :
Archives départementales des Hautes-Pyrénées
Archives du diocèse de Tarbes et Lourdes
Archives municipales de Tarbes
Association Guillaume Mauran
Société Académique des Hautes-Pyrénées
Université du Temps libre de Tarbes et de Bigorre
et avec le concours de l’ONAC-VG 65

Label centenaire

PROGRAMME
8 h 30 Accueil des participants
9 h Ouverture du colloque et introduction

Matinée : Vie quotidienne et efforts de guerre
Monique Certiat, Les mesures d’exception pour faits de guerre dans les délibérations municipales de Tarbes
Thomas Ferrer, Manger pour vivre : l’approvisionnement à Tarbes durant la Première Guerre mondiale
Robert Vié, Tarbes et l’économie de guerre (1917-1918)
Jean Courtadet, La vie tarbaise à travers la presse

Après-midi : De quelques aspects socio-culturels
José Cubero, Les ouvrières de l’Arsenal : dépendantes et autonomes
Pascale Leroy-Castillo, Le Grand Séminaire dans la tourmente
Sylvaine Guinle-Lorinet, La disparition des soldats : souvenir et culte des morts

Le colloque se déroulera à l’amphithéâtre des STAPS-UPPA, dont les bâtiments se trouvent dans la zone de Bastillac, à proximité
du pôle universitaire tarbais et du centre de tri postal.

Le colloque est en accès libre à tout public ; l’amphithéâtre sera ouvert à partir de 8 h 30 et les bâtiments fermeront leurs portes de
12 h 30 à 13 h 45.