La place du religieux dans un musée du protestantisme

Le Musée Jeanne d’Albret, histoire du protestantisme béarnais, organise en collaboration avec le laboratoire ITEM, vendredi 11 décembre, dans la salle du conseil municipal de l’hôtel de ville d’Orthez, de 9 h à 16 h 30, une journée d’étude ouverte à tous, consacrée à la place du religieux dans un musée du protestantisme.

12246854_992451087485622_9176892776246146754_n

Programme :
9 h : accueil par Yves Darrigrand, maire d’Orthez. Présentation de la journée par Philippe Chareyre.
9 h 30 : présentation du Musée rochelais d’histoire protestante et intervention sur : « Un parcours religieux au péril du politique » par Didier Poton, professeur à l’université de La Rochelle, président du Musée rochelais d’histoire protestante.
10 h 30 : présentation du Musée du protestantisme de Ferrières (de la Réforme à la laïcité) par Elodie Pagès, assistante de conservation.
Intervention de Patrick Cabanel, directeur d’études à l’EPHE, conservateur du Musée de Ferrières sur : « Pourquoi avoir choisi, à Ferrières, de présenter autre chose que du religieux ? ».
11 h 15 : présentation du Musée Jeanne d’Albret, histoire du protestantisme béarnais par Charlotte Abadie-Laborde, chargée de conservation. Intervention de Philippe Chareyre, professeur à l’université de Pau et des Pays de l’Adour, président du Musée Jeanne d’Albret, sur : « Un musée d’histoire du protestantisme est-il fait pour des protestants ? ».
12 h : débats et conclusions suivis du déjeuner et de la visite du Musée Jeanne d’Albret et du temple d’Orthez en deux groupes.

Musée Jeanne d’Albret, histoire
du protestantisme béarnais,
37, rue Bourg-Vieux,
64300 Orthez.

www.museejeannedalbret.com
contact@museejeannedalbret.com

Interaction homme-environnement en montagne

Séminaire thématique M1 CAS

Interactions homme-environnement dans l’espace montagnard : entre traces et pratiques

3-4 décembre 2015

UPPA, Institut Claude Laugénie, salle Chadefaud

     Depuis une trentaine d’année, l’étude des pratiques et des traces laissées par l’homme en milieu montagnard est un domaine de recherche particulièrement dynamique, laboratoire privilégié d’une réflexion scientifique ouverte et pluridisciplinaire. Comme un revers à l’image d’Épinal qui associe à la montagne les notions de frontières ou d’espace clôt et intemporel, les recherches dans ce domaine n’ont de cesse d’illustrer la richesse d’une réflexion nourrie de champs disciplinaires différents (archéologie, anthropologie, histoire, sciences de l’environnement, géographie). L’université de Pau s’est inscrite dans ce mouvement dès 1990 avec l’organisation d’un colloque sur la montagne dans l’Antiquité (Fabre, 1992) et continue d’investir ce domaine d’étude par son implication dans des réseaux et programmes de recherche sur l’espace montagnard (projets DEPART, POEM et archéologie en Soule). L’interrogation anthropologie de ces mêmes espaces dans la même décennie s’est en premier lieu orientée sur la maitrise de l’eau en vallée du Saison puis sur l’interaction maison pyrénéenne – construction des paysages. Elle se poursuit aujourd’hui autour du patrimoine culturel immatériel et plus particulièrement sur les usages et savoir-faire inscrits dans les pratiques humaines, culturelles, sociales et professionnelles. Riches de cette tradition et désirant offrir aux étudiants un aperçu d’un domaine de recherche en profond renouvellement, nous organisons une journée d’étude proposée aux étudiants de master 1 -Culture, Arts et Sociétés- autour de l’actualité de la recherche dans le domaine de l’étude des espaces montagnards.

Programmefeu

9h Patricia Heiniger-Castéret, (MCF en Anthropologie): Halhars – Haros – Brandons et Falles dans les Pyrénées centrales

10h Remy Berdou, (Doctorant Anthropologie de l’Environnement. ITEM / UPPA): Le pastoralisme en vallée d’Ossau: contexte d’une recherche sur la gestion des terres collectives

11h Dominique Cunchinabe, (Doctorant en Anthropologie . ITEM / UPPA): « Ça c’est sali… »

14h Mélanie le Couédic, (Ingénieur de recherche, ITEM/UPPA): Approche statistique et spatiale de l’occupation pastorale en archéologie. Approche comparée sur deux estives

Alain Champagne (MCF archéologie, ITEM, UPPA): Constitution d’une base de données « archives de familles » en montagne

15h David Garcia Casas, (Doctorant invité ITEM, Université Autonome de Barcelone): L’archéologie dans le Parc National d’Aigüestortes (Lérida, Espagne). Une étude du pastoralisme dans la longue durée

16h Thomas Contamine, (Doctorant histoire ancienne. IRAA / UPPA): L’agropastoralisme dans sa relation à l’espace: éléments de réflexion autour des montagnes de Grèce du Nord

Parution d’ouvrage : « Caudéran », Editions Le Festin

Dominique Dossol est l’auteur d’un nouvel ouvrage paru aux Editions Le Festin.

Cinquante ans après son rattachement à Bordeaux, Caudéran, ancienne « banlieue » de villégiature bien souvent qualifiée « Neuilly bordelais », n’a rien perdu de son identité, malgré les importantes transformations urbanistiques, architecturales et paysagères de ces dernières décennies. Il reste, ici ou là, de superbes traces (chartreuses, bourdieux) de ce prestigieux passé, de même que des lieux de distractions populaires (comme l’American Park) qui y firent florès à partir du 18 ème siècle. C’est aussi un quartier où l’on trouve de superbes témoignages de l’Art nouveau, de l’Art déco et des architectures contemporaines de premier plan (notamment dues aux groupe Salier Courtois-Lajus, comme la Villa Morton ou la résidence Les Buissionnets).

Dans ce livre richement illustré de photographies contemporaines et de cartes postales anciennes, Dominique Dussol propose de redécouvrir l’histoire et le patrimoine extraordinairement riche et varié de ce vaste quartier, à travers une sélection d’une trentaine de sites emblématiques (Tivoli, Grand Lebrun, le Parc Bordelais, La Pergola, les architectures contemporaines des architectes Salier-Courtois-Lajus, etc.). Un livre qui fera référence et rendra justice à ce joyau méconnu.

couv1cauderan

Dominique Dussol est professeur d’histoire de l’art contemporain à l’université de Pau et des Pays de l’Adour. Longtemps critique d’art pour le journal Sud-Ouest, à Bordeaux, il collabore depuis de nombreuses années à la revue Le Festin, dont il est le président du comité scientifique. Il est l’auteur d’ Art et Bourgeoisie.
En novembre 2011, paraît le résultat de ses recherches sur le Pau de l’Entre-deux guerres, Pau Art déco. Il assure également des commissariats d’expositions, parmi lesquelles Bordeaux, entre le ciel et l’eau (capc, Bordeaux/Munich, musée du Lenbachhaus), Bégaud…(musée des beaux-arts de Bordeaux)

Photographie d’en tête: Rue de Mexico © M. DUBAU

Viviane Delpech : Prix Second Empire 2015

Viviane Delpech, chercheur associée à l’EA 3002 ITEM et chargée de cours au département Histoire de l’art et Archéologie, vient de recevoir le Prix Second Empire 2015 de la Fondation Napoléon pour son ouvrage Abbadia, le monument idéal d’Antoine d’Abbadie, édité par les Presses Universitaires de Rennes dans la collection de beaux livres Art et Société.

abadia

Issu de sa thèse de doctorat d’histoire de l’art, soutenue à l’UPPA en 2012 sous la direction de Dominique Dussol, cet ouvrage doit sa publication au concours de la Société d’Études Basques, de la Fondation Initiatives Jeunes du Crédit Agricole, de la Ville d’Hendaye, de la Banque Michel Inchauspé, de l’UPPA et de l’Institut Culturel Basque. Le Service régional du Patrimoine et de l’Inventaire d’Aquitaine en a assuré l’ensemble de la couverture photographique en missionnant le talentueux photographe Alban Gilbert.

A la lumière de 25 000 documents d’archives, ces travaux révèlent les secrets de la construction de l’extravagant château d’Abbadia (1864-1884), édifié par les architectes Eugène-E. Viollet-le-Duc et Edmond Duthoit sur un promontoire spectaculaire de la corniche basque, en retraçant la vie extraordinaire de ses commanditaires, l’explorateur savant basco-irlandais Antoine d’Abbadie et son épouse Virginie. Cette thèse se fonde sur le postulat qu’Abbadia, fait à l’image de ses ordonnateurs, est le catalyseur de leurs expériences et de leur vision du monde. Remarquable exemple de l’Éclectisme du Second Empire et du mouvement néogothique, cet édifice superbement restauré et conservé dans son état originel constitue une richissime source d’information pour l’étude de l’histoire de l’architecture, des arts décoratifs et des arts paysagers du XIXe siècle.

Le Prix Second Empire est attribué par un jury prestigieux composé de professeurs d’université, de spécialistes et de membres de l’Institut de France. La Fondation Napoléon attribue ainsi, chaque année, trois prix, récompensant des chercheurs pour leurs ouvrages, et plusieurs bourses, octroyées à des doctorants afin d’encourager les recherches sur le Premier et le Second Empire. Cette année, la cérémonie de remise des prix et des bourses a lieu à l’hôtel de Beauharnais le 9 décembre en présence de S.A.I. la princesse Napoléon et du président de la Fondation Napoléon, Victor-André Masséna, prince d’Essling.