Ah bé tè ! Deuxièmes rencontres anthro-Pau-logiques, février 2016

Ah bé tè ! Deuxièmes rencontres anthro-Pau-logiques

 11-12 février 2016 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Regarder – écouter – s’engager !

Appel à communication

 Cette deuxième édition1  des rencontres « anthro-Pau-logiques » poursuit l’analyse du regard que portent des anthropologues, des collègues des autres sciences humaines et sociales ainsi que la société civile sur les problèmes du monde contemporain. Ainsi, nous souhaitons associer dans nos réflexions la vision de l’historien, du sociologue, du géographe, du juriste, du plasticien, mais aussi de l’ouvrier, du militant syndical, ou du politique… En effet, au-delà des différences disciplinaires ou des divergences politiques, chacun porte un certain regard sur la façon dont les cultures se (re)dessinent, les stratégies sociales se (re)déploient ; en résumé, sur les mutations sociétales.

Cependant, si le regard suffit pour voir, il ne permet pas à lui seul de comprendre ces sociétés puisque les mobiles qui les transportent en les transformant échappent parfois au regard et appellent l’écoute. Les sociétés sont discursives et mélodiques ; elles sont dans la mise en scène, il faut donc les écouter au-delà du regard.

En outre, l’intérêt accordé aux mutations de nos sociétés conduit, en sciences sociales et humaines, à des rencontres avec « le terrain ». C’est ainsi que, par exemple, l’engagement ethnographique demeure une question omniprésente puisque l’ethnographe est personnellement et fortement impliqué dans l’enquête (Favret-Saada 1977). Cette implication peut se traduire sous la forme d’un engagement, que Jean-Pierre Olivier de Sardan (2000) classifie sous trois idéal-types : l’engagement ambigu (intégration forte au milieu), la conversion et le dédoublement statutaire (implication directe sur la scène sociale). Didier Fassin relève également l’ambiguïté épistémologique de la position du chercheur sur la scène sociale, entre engagement et distanciation puisque « le chercheur est engagé par rapport au monde qu’il étudie à la fois comme sujet connaissant et comme sujet citoyen » (Fassin, 1999 : 43). Au-delà de ces modèles scientifiques, nous retrouvons un panel de positionnements dans la société civile : cette dernière s’empare de la notion d’« engagement » à différents niveaux, allant du domaine artistique au champ politique ou écologique. Mais que signifie ce terme « engagement » et en quoi « l’engagement » de l’artiste, du politique, du chercheur en sciences humaines et/ou sociales, etc., renseigne-t-il, par exemple, sur les crises des sociétés actuelles ?

Ces journées s’articuleront autour de ces pistes de réflexion et questions en soulignant dans un premier temps l’engagement, notamment à travers l’image comme média subjectif et la musique engagée. La deuxième journée sera consacrée à la question de la gouvernance en évoquant d’une part le militantisme syndical, politique ou culturel et, d’autre part, les dissidences économiques et alternatives à la mondialisation.

 Jeudi 11 février : Le pouvoir dans les arts

1.1) L’image : un média comme un autre ?

La multiplication des caméras de surveillance en ville, des panneaux publicitaires à

l’entrée des villes marquant le passage d’un monde (rural) à un autre (r-urbain), ou bien l’image du corps de la femme exposée dans les publicités interrogent la société actuelle à travers ses photographies, vidéos ou iconographies (Le Breton 2008). Se pose alors la question de la représentation de l’individu et de la société à travers ces images – parfois numériques, qui sont de plus en plus véhiculées par les réseaux sociaux : miroir artificiel ou reflet d’un monde dont les codes sociaux (éthique, moral, pudeur, etc.) ont évolué ? Ce regard, déjà porté par les historiens de l’art et les plasticiens, réinterroge le rôle de l’image comme action de communication ou comme lecture de transformations sociétales. L’image crée alors de « nouvelles façons de voir » pourrait-on dire, puisant son inspiration entre un imaginaire collectif et une réelle subjectivé.

L’étude critique des médias ou dans les médias (Bourdieu, 1996) analyse ainsi le champ de la production culturelle, les oeuvres produites et leur réception auprès du public ; mais elle met également en lumière les formes de domination symbolique véhiculées par les médias et, en premier lieu, l’image. Pour autant celle-ci s’adresse-t-elle à un récepteur passif et aliéné ? Quel(s) pouvoir(s) et quel(s) statut(s) possède-t-elle, entre fabrication de l’image (Belting 2004), sélection de l’information et symboles utilisés pour faire passer un « message » à travers une photographie, un portrait, un film, ou bien de nombreux autres supports iconographiques.

1.2) La musique engagée

Qu’est-ce qu’une musique engagée ? Quel discours est véhiculé par cette musique ?

Ou autrement, en quoi consiste un engagement en musique ? Ces questions se (re)posent à nous lorsque l’on considère les liens tissés entre des musiques actuelles et des identités territoriales, à l’image de groupes de rock basques (Bidart 2001 et 2003), du rap occitan ou d’autres musiques considérées « à la marge ». Des groupes tels les Fabulous Trobadors ou Les Motivés illustrent ces métissages musico-politiques dits engagés dans la société actuelle. Ils peuvent aussi dénoncer par ailleurs : un groupe de métal basque. « Su Ta Gar », a ainsi intitulé une de ses chansons Jo Ta Ke (littéralement « coup et fumée »), slogan qui fut repris par la suite dans des manifestations de la gauche patriote basque.

Nous invitons ici, au-delà de l’exemple du rap, à interroger propriétés et formes d’engagement au travers des cultures musicales des sociétés actuelles ; qu’elles relèvent du seul registre de la chanson, de l’instrument musical ou de l’expression du corps dansant …

 Vendredi 12 février : Qui gouverne ?

2.1) Du militantisme à la politique

La question des marges et des frontières, déjà en partie débattue lors des premières

rencontres anthro-Pau-logiques, invite à poursuivre l’investigation heuristique sur les lieux et acteurs du pouvoir et ceux qui en sont exclus. En effet, des communautés ou associations culturelles côtoient un système politique mais sont en constantes interactions avec lui. De multiples engagements militants sont ainsi devenus des engagements en politique, à l’image de certains présidents ou animateurs du Festival de Siros dans les Pyrénées Atlantiques (Festival de la chanson et de la culture béarnaise qui, à son apogée, a regroupé en 1977 plus de 14 000 personnes en deux jours. Il repose sur quatre piliers culturels que sont le chant, le théâtre, la danse et le conte béarnais) qui se sont engagés en politique tel le député Jean Lasalle (Castéret 2012), du militantisme politico-culturel du conseiller régional d’Aquitaine David Grosclaude pour obtenir la création de l’office public de la langue occitane, illustrant ainsi cette « société archipel » (Viard 2013), ou encore du syndicalisme agricole de José Bové devenu depuis député européen. Comment expliquer, dans un contexte où les formes d’engagements politiques évoluent (Nicourd 2007), ce passage de la revendication syndicale, associative ou culturelle à une action politique, quels en sont les processus et modes d’action ?

2.2) Dissidences économiques, démondialisation et alternatives au mondialisme

Face à l’agressivité du néolibéralisme économique et des processus d’intégration dans le marché mondial, des voix dissidentes s’élèvent et s’organisent en divers mouvements et pôles de résistance mais aussi comme forces de propositions. Le mouvement altermondialiste concrétise « le passage d’une posture de simple refus de la mondialisation libérale à la mise en avant de politiques alternatives. Une façon de démentir le fameux TINA (There is no alternative) de Margaret Thatcher » (Cassen 2015) et donne toute sa place aux anticapitalistes et libertaires. C’est aussi dans ce contexte d’effervescence humaniste que s’affirment les oppositions au « tout économique » du credo ultralibéral. Du point de vue de l’environnement, l’ouverture du « marché carbone » qui s’appuie sur la vente de quotas ou permis d’émissions polluantes connaît une forte opposition de part son caractère spéculatif et son manque d’éthique, « il n’échappe pas à la spéculation, par le truchement des achats et vente de permis par les intermédiaires financiers qui n’éprouvent pas eux-mêmes la nécessité de réduire leurs émissions mais cherchent une profitabilité rapide » (Jacquemot 2015). À la nécessité de s’opposer se juxtaposent les initiatives pour ré-inventer des économies localisées (Moatti 2006) comme facteur d’innovation sociale (Colibris 2015 – Agir avec le mouvement : créer une monnaie locale. [en ligne] Colibris faire sa part. www.colibrislemouvement. org/agir/guide-tnt/creer-une-monnaie-locale [consulté le 08/09/2015]) alliant écologie et justice sociale.

Proposant une vision critique de « la globalisation » l’économiste Jacques Sapir argumente sur la « démondialisation » qu’il définit « comme la conjugaison d’un retour à de fortes réglementations financières, pénalisant en particulier les mouvements de capitaux à court et très court terme, et de règles assurant que la concurrence se produise non entre systèmes sociaux différents mais entre systèmes sociaux comparables » (Sapir 2012). Dans ce va-et-vient du global au local, Elinor Ostrom constatait l’inefficacité de la gestion des ressources communes par l’État et les firmes et envisageait l’action durable collective (Ostrom 2010). Concernées au plus près par les questions environnementales qui se posent aux territoires, des communautés d’intérêts – qu’elles soient paysannes ou autres – entendent reprendre en main la gestion de ce qu’elles considèrent comme étant leurs territoires.

Assisterons-nous alors à une dilution des pouvoirs des États ? Ou encore à l’émergence d’une autre proposition citoyenne de gouvernance des territoires ?

Appel à communication :

 Nous attendons les propositions de communication (comprenant un titre et un résumé de 10 lignes) avant le 15 novembre 2015, à envoyer à Mathilde Lamothe ou Dominique Cunchinabe (ITEM, UPPA) aux adresses ci-dessous :
mathilde.lamothe@univ-pau.fr
dominique.cunchinabe@univ-pau.fr
Plus d’informations sur le site :
http://item.univ-pau.fr/live/colloques/101+Colloques+2016/+rencontres+anthropologiques+2

Bibliographie :
– BELTING Hans, Pour une anthropologie des images [trad. Jean Torrent], Paris, Gallimard, 2004.
– BIDART Pierre, La singularité basque : généalogie et usage, Paris, PUF, 2001.
– « Rock, basquité, ruralité et post-modernité » , Ruralia revue de l’Association des ruralistes français [en ligne], 1998. URL : http://ruralia.revues.org/35
– BOURDIEU Pierre, Sur la télévision. suivi de L’emprise du journalisme, Paris, Éditions Raisons d’agir, 1996 [2008].
– CASSEN Bernard, « Le moment altermondialiste », actes du colloque Rencontres Anthro-Pau-Logique. Regard sur les sociétés actuelles, Pau, Presses Universitaires de Pau, à paraître (décembre 2015).
– CASTÉRET Jean-Jacques, La polyphonie dans les Pyrénées gasconnes : tradition, évolution, résilience, Paris, L’Harmattan, 2012, 367 p.
– FASSIN Didier, « L’anthropologie entre engagement et distanciation. Essai de sociologie des recherches en sciences sociales sur le sida en Afrique », dans BECKER Charles, DOZON Jean Pierre, OBBO Christian et TOURE Moriba, Vivre et penser le Sida en Afrique, Paris, Karthala, 1999, pp.42-66.
– FAVRET SAADA Jeanne, Les Mots, la mort, les sorts. La sorcellerie dans le bocage, Paris, Gallimard, 1977.
– JACQUEMOT Pierre, Le dictionnaire du développement durable, Auxerre, Éd. Sciences Humaines, 2015, 499 p.
– LE BRETON David, Anthropologie du corps et modernité, Presses universitaires de France, coll. Quadrige Essais Débats, 2008, 330 p.
– MOATTI Sandra, « Monnaies sociales », dans Alternatives économiques, n°247, mai 2006.
– NICOURD Sandrine, « Les engagements ont-ils vraiment changé ? », Sociologies pratiques, n° 15, 2007, p. 1-5.
– OLIVIER DE SARDAN Jean-Pierre, a) Anthropologie et développement : essai en socio-anthropologie du changement social, Paris, Karthala, 1995.
– Le  »je » méthodologique. Implication et explicitation dans l’enquête de terrain », Revue francaise de sociologie, 2000, pp. 417-445.
– OSTROM Elinor, Gouvernance des bien communs. Pour une nouvelle approche des ressources naturelles, Éd. de Boeck, coll. Planète enjeu, 2010, 304 p.
– PERRINEAU Pascal, « Les renouveaux de l’action politique », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n°60, octobre-décembre 1998, pp. 112-117.
– SAPIR Jacques, Qu’est ce que la démondialisation ? [en ligne] RussEurope, 2012. http://russeurope.hypotheses.org/569 [consulté le 08/09/2015

  1. voir le programme de la première édition ici []

Table ronde « Le clos et l’ouvert: ombre et ligne de fuite »

Table-ronde : « Le clos et l’ouvert : ombre et ligne de fuite »

CESSMA UMR 245-INALCO/ITEM UPPA/RIAM-FMSH/

Jeudi 19 novembre 2015 (9h-17h), INALCO, Salle 3-15

75013 Paris, métro François Mitterrand

clos et ouvert affiche

Programme :

9 h 15 : Mot introductif, Robert Ziavoula, Inalco-CESSMA/RIAM-FMSH

Ombre, espace, politique

-Luc Ngwe, RIAM-FMSH
Les nouveaux lieux de loisirs : les gargotes de rue dans la ville de Douala au Cameroun

-Anne Viguier, INALCO/CESSMA
D’un espace « partagé » à un espace « public » : usages et contrôle de la rue dans les villes tamoules à l’époque coloniale (XIXe siècle)

– Michèle Leclerc-Olive, IRIS-EHESS/ RIAM-FMSH
Du soleil de la place à l’ombre de la rue.
Retours sur quelques mythes fondateurs du politique, de la représentation et du savoir.
-Idrissa Mané, ITEM-UPPA/RIAM-FMSH
S’enclore par le voile et s’ouvrir à Allah. Réflexion sur l’islamité chez les Sénégalaises

Ligne de fuite, espace de vie

-Abel Kouvouama, ITEM-UPPA/RIAM-FMSH
Les acteurs de la rue : pratiquer le caranaval Biarnès dans la ville de Pau

-Sonia Dayan-Herzbrun, LCSP/RIAM-FMSH
Présents/absents: les zombies. Créoliser la pensée politique avec René Depestre

-Lucette Labache, RIAM-FMSH
Sortir du clos insulaire par la migration

-Patrice Yengo, IMAF/RIAM-FMSH
Le clos et l’ouvert ou le contrat prophétique

Conclusions : Abel Kouvouama, ITEM-UPPA/RIAM-FMSH et Patrice Yengo (IMAF-EHESS/ RIAM-FMSH)

Argumentaire:

Il y a plusieurs manières d’appréhender les mots clos et ouvert, ombre et de ligne de fuite dans le domaine des sciences sociales et humaines. Cependant, en considérant les temporalités variées sous lesquelles on les appréhende, ainsi que les différents contextes socio-historiques et les multiples « foyers d’expériences » des individus, on est conduit à prendre en compte chez les individus et les groupes d’individus, les manières de dire, de faire et de se représenter le monde, la nature, la culture, etc.. Ces mots permettent implicitement d’analyser non seulement les concepts de frontière, de limite, de seuil, de transgressivité, mais également, d’identité, de subjectivité, de mémoire et de trace.
Quelles que soient les sociétés proches ou lointaines, clos, ouvert, ombre et ligne de fuite sont l’indice de traces laissées sur un espace donné (mur, tableau, rue, etc.), ou réfractant dans une zone soustraite au rayonnement, à la lumière que l’on appellera ombre sous ses multiples désignations : plein d’ombre, ombre épaisse, peu d’ombre, trou d’ombre, chercher l’ombre; trouver l’ombre, rentrer dans l’ombre, mettre quelqu’un à l’ombre etc. Pour cette troisième et dernière table-ronde qui exploitera tous les terrains d’étude et d’analyse possibles, l’espace de la rue sera aussi soumis à la réflexion. En effet, qu’il s’agisse des manifestations politiques encadrées ou déviantes et des activités de travail nécessitant une régulation, une sacralisation ou un contrôle de l’espace des fêtes profanes ou religieuses, la rue apparaît comme un lieu de circulation, d’errance, de mobilité, d’ostentation et de sonorités variées ; elle est aussi un lieu à la fois clos et ouvert, un lieu de socialisation et/ou d’anonymat, ainsi que de solitude et de danger, surtout à des heures tardives de la nuit. Parce que marquée à la fois par des ombres et des lignes de fuite, la rue malgré tout fascine, fait peur et attire tout à la fois ; elle donne à l’individu un sentiment de liberté et de plénitude. Identifier les différents acteurs qui occupent la rue, aussi bien en milieu urbain que rural, analyser les différents lieux où se déploient les notions de clos, d’ouvert, d’ombre et de ligne de fuite, tel est l’objet de cette table-ronde.

Fête de la Science 2015

Cette nouvelle édition de la Fête de la Science a été l’occasion pour les archéologues de l’INRAP et du laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour de rencontrer le grand public et de le familiariser aux différentes techniques et aux métiers de l’archéologie.

Installés au Village des Sciences Place Clemenceau à Pau les 10 et 11 octobre derniers, ils ont  proposé aux habitants de l’agglomération  deux expositions (la recherche archéologique à l’UPPA et « Vous avez dit archéologie préventive? ») ainsi qu’une activité pratique de fouille  et d’enregistrement animée par CapArchéo et un atelier de céramologie.

Comme l’an passé, ces activités ont remporté un grand succès!

Voici quelques photos de ce merveilleux moment de partage autour de la Science.

« Les fronts intérieurs européens: l’ Arrière en guerre (1914-1920) »

Colloque international

Les fronts intérieurs européens : l’ Arrière en guerre (1914-1920)

UPPA, 19-20 novembre 2015

programme recto

JEUDI 19 NOVEMBRE

9h00 – Accueil des participants
9h10 – Introduction
– M. le Président de l’UPPA
– M. le Président du Conseil départemental 64
– M. le Maire de Pau et Président de la Communauté d’Agglomération
– M. le Préfet des Pyrénées-Atlantiques (Comité du centenaire 64)
– M. le Directeur de l’ONAC-VG 64

9h30. Introduction scientifique par Emmanuelle Cronier (MCF, Université de Picardie Jules-Verne, CHSSC)

Session 1. La vie économique à l’Arrière : entre adaptations et opportunités
Modérateur : Stéphane Le Bras
10h00 – Nicolas Vabre (docteur, U. du Havre)
Le monde ouvrier face à la mobilisation à Cherbourg, 1914-1919
10h25 – Laurent Dornel (MCF UPPA, ITEM)
L’Empire au service de l’Arrière : les travailleurs coloniaux et l’économie de guerre. L’exemple du sud-ouest aquitain
10h45 – Discussion
11h00 – Pause
11h15 – Jean-Luc Mastin (MCF Paris 8, IDHES)
Une place évacuée dans la mobilisation de « l’Arrière ». Le repli en France libre des entreprises et des banques de la région lilloise, 1914-1920
11h40 – Nathalie Cabanas (Agrégée, docteur Histoire, CRHISM-Perpignan)
Être industriel et élu de la République à la frontière espagnole pendant la guerre
12h05 – Discussion
12h30 – Déjeuner

Session 2. Loin du front, encadrer les populations civiles
Modérateur: Laurent Dornel
14h15 – Iaroslav Golubinov (Samara State Medical University, Russie)
The food problem in Russian province during the First World War
14h40 – Jean-François Condette (PR Université d’Artois, CREHS)
« Votre tranchée est votre banc scolaire » ; structures et acteurs éducatifs : la mobilisation d’un front intérieur spécifique (1914-1918)

15h05 – Discussion
15h25 – Pause

15h40 – Ronan Richard (Docteur, Rennes 2, CERHIO)
Les autorités face à l’imprévu. La gestion des populations allogènes dans le grand Ouest français (1914-1919)
16h05 – Frank Gilson (Doctorant, EHESS)
Exploiter la mobilisation caritative : les fraudes à la philanthropie pendant le premier conflit mondial
16h30 – Chloé Pastourel (Master 2, Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand)
L’action philanthropique américaine face à l’usure des corps infantiles en Europe. Étude d’un orphelinat américain en Auvergne

16h55 – Discussion
17h25 – Remise du Prix du mémoire du meilleur mémoire de Master 2015 sur le thème « Guerres et sociétés dans le Midi aquitain »
17h 40 – Fin des travaux

VENDREDI 20 NOVEMBRE

9h00 – Accueil des participants.

Session 3. La routine et l’exceptionnel : villes et campagnes dans la Grande Guerre
Modérateur : Emmanuelle Cronier
9h15 – Cherilyn Lacy (Hartwick College, États-Unis)
The Medical Home Front in Rural Hautes-Alpes During the First World War
9h40 – Aline Fryszman (Docteure Histoire, Université Blaise-Pascal Clermont-Ferrand)
La mobilisation au village : Le cas des communautés villageoises de l’Allier et du Puy-de-Dôme en guerre
10h05 – José Cubéro (Professeur agrégé, Université de Pau et des pays de l’Adour)
Villes et campagnes des Hautes-Pyrénées : un effort de guerre commun ?

10h30 Discussion
10h50 Pause

11h05 – Oksana Dudko (Franko Lviv National University, Ukraine)
Lviv Artists’War : Ukrainian Theater Actresses and Actors In-Between Front and Home Front (1914-1918)
11h30 – Claire Morelon (Docteure, Birmingham-Sciences Po)
Fronts de rue : l’effondrement de l’arrière à Prague à la fin de la Première Guerre mondiale (1917-1920)

11h55 Discussion
12h10 Déjeuner

Session 4. Si loin, si proche : les expériences vécues de la guerre
Modérateur : Laurent Jalabert
14h00 – Roderick Bailey (Oxford University, Grande-Bretagne)
From « Baby-Killers » to « A Very Brave Enemy »: Home Front perceptions of the Zeppelin threat to Britain
14h25 – Elli Lemonidou (Université de Patras, Grèce)
Home front as an imponderable factor in the history of Greece during the First World War

14h50 – Discussion
15h10 – Pause

15h15 – Paul Dietschy (PR Université de Franche-Comté, LSH)
Le front intérieur du sport européen pendant la Grande Guerre
15h40 – Erwan Le Gall (Doctorant en histoire, Rennes 2, CERHIO)
« Syphiliser » Saint-Malo ? Prophylaxie et tourisme sur la Côte d’Émeraude pendant la Grande Guerre

16h05 – Discussion
16h25 – Conclusions des travaux par Laurent Dornel et Stéphane Le Bras
16h45 – Fin des travaux.

Télécharger le programme

En ligne sur Mediakiosque:

Colloque PODESCRIT, octobre 2015

Le premier colloque du programme PODESCRIT « Poderes, espacios y escrituras en los reinos occidentales hispánicos (siglos XI-XIV) » aura lieu à Valladolid, les 16 et 17 octobre 2015.

Tríptico PodescritCe programme vise à étudier l’écrit comme instrument de pouvoir dans une perspective spatiale, en particulier dans les zones frontalières, entre les puissants de différents espaces. Il s’agit aussi de saisir l’écrit comme instrument et expression du pouvoir dans sa projection spatiale (en distinguant espaces et territoires). Deux chercheurs d’ITEM font partie de ce programme qui sera actif jusqu’en 2016 : D. Bidot-Germa et V. Lamazou-Duplan.

Le programme du colloque PODESCRIT I

« Rassembler, classer… et composer » : 15-­16 octobre 2015

Microsoft Word - Rassembler, organiser, classer ... et composer.

JOURNEES D’ETUDES
Rassembler, classer ………… et composer
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Laboratoire ITEM EA3002
15-­‐ 16 octobre 2015

Si toute société, tout groupe, organise l’univers dans lequel il évolue, la « communauté» des scientifiques n’échappe pas à cette loi, mieux elle a fait de cet élément fondateur un outil méthodologique. Organisé en disciplines le corps scientifique ordonne la matière qu’il s’est donné comme champ d’étude, incluant ou écartant, selon des critères discriminants, les éléments qu’il rassemble. Cette matière décomposée en « objets » par le truchement d’outils analytiques peut être amenée à rejoindre, par fragments, des listes, des catalogues, des inventaires.
Cette présentation schématique qui met en présence des acteurs, leur pensée et les objets qu’ils produisent amène à poser un certains nombre de questions : Celles de la temporalité, de la hiérarchie des pensées et de la réception des « objets ». Les critères discriminants ne sont ils pas sujet à évolution, entrainant de fait une évolution de la perception des « objets »?
Ces critères sont ils toujours construits par la communauté scientifique ? N’y a t’il pas emprunts, échanges et dialogues avec les sociétés et les groupes ou les époques étudiés ? Quel est le poids de la temporalité dans la variation de ces différents points ? Quels sont les apports des outils numériques dans ce vaste champ de l’identification, de la classification et de la médiation du savoir ?
« Objets oraux « ,  » objets matériels  » et  » objets naturels « ,  ne développent-ils pas des axes de résistances une fois inscrits dans un classement, laissant un goût de « non achevé »au scientifique qui s’applique à les traiter ? Les catégories scientifiquement posées, sont elles des frontières ou des seuils que les « objets » prennent plaisir à franchir ? L’interdisciplinarité remet-elle en cause ces outils ou les fait-­elle entrer dans une réflexion dialogique?

ima2

Jeudi 15 octobre,
Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie

9h Accueil du public
9h15 Introduction aux journées d’études : Vidéo

https://mediakiosque.univ-pau.fr/avc/courseaccess?id=3366


9h30-12h30 Patrimoine Naturel /Patrimoine Culturel

  • David Penin (Chargé de mission culture au Parc national des Pyrénées)
    « Les classifications botaniques à l’usage d’une pratique professionnelle : questions et limites» : vidéo
  • Thierry Verdier (Professeur d’Histoire moderne, CRISES-Montpellier 3)
    « Classer et ordonner les savoir géométriques de la Renaissance : un jardin historique. » : vidéo
  • Charles Videgain (Linguiste, Laboratoire IKER-UPPA)
    « Entre le lucane et la menthe » : vidéo
  • Dominique Cunchinabe (Naturaliste, Laboratoire ITEM-UPPA)
    « Ça s’est sali … ». Pour une Anthropologie de l’environnement

14h30-17h Ecrit-Oral/Fixe et Instable

  • Marie Landelle (Adjointe au directeur des Archives départementales. Responsable du pôle d’archives de Bayonne et du Pays basque)
    « Collecter, classer, conserver : la pratique archivistique à l’épreuve de l’oralité » : vidéo
  • Marlène Belly (MCF, Université de Poitiers)
    « Classer l’oral : quelle idée ! Le catalogage des chansons traditionnelles » : vidéo
  • Josiane Bru, (Ethnologue, Membre associée au Centre d’anthropologie sociale, Toulouse)
    « Versions concrètes et contes-types : composer avec l’Aarne-Thompson » : vidéo

Rassemble.

Vendredi 16 octobre
Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie

 9h-12h Classer et diffuser à l’aire du numérique

  • Laetitia Maison-Soulard (Chercheur au Service du Patrimoine et de l’Inventaire de la Région Aquitaine)
    « La base de données GERTRUDE de l’Inventaire : un outil performant de formalisation des recherches et de diffusion » : vidéo
  • Nathalie Martin, (Responsable de la Bibliothèque patrimoniale – Réseau des médiathèques de la Communauté d’agglomération Pau-Pyrénées)
    « PIRENEAS, le portail de la Bibliothèque Numérique des Ressources Pyrénéennes » : vidéo
  • Jean-Jacques Casteret/Mélanie Larché (Ethnopôle InOC Aquitaine / Laboratoire ITEM de l’UPPA)
    «Du web 2.0 au Websemantique 3.0 : dix ans de pratiques numériques pour la médiation du PCI» : vidéo

14h-16h Matériel/Immatériel

  • Grenet Sylvie (Chargée de mission pour le patrimoine culturel immatériel et le patrimoine ethnologique. Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique. Ministère de la culture)
    « Les pratiques de l’inventaire du patrimoine culturel immatériel selon l’Unesco » : vidéo
  • Cécile Devos (Chercheur à la Mission Valorisation de l’Architecture et des Patrimoines – Ville d’art et d’histoire de Pau)
    «L’inventaire de la ville de Pau au quotidien : de la théorie à la pratique» : vidéo
  • Mélanie Le Couédic (Archéologue,  Laboratoire ITEM-UPPA)
    « Rassembler, classer et comparer des sites archéologies: l’exemple du SIG DEPART (Dynamiques des Espaces Pyrénéens d’Altitude. Un SIG sur le patrimoine archéologique et la modélisation des territoires pastoraux) » : vidéo

Fête de la Science, Pau, 10-11 octobre 2015

Cette année, le Village des Sciences se tiendra à Pau, Place Clemenceau, les 10 et 11 octobre 2015.

Les archéologues du laboratoire ITEM-UPPA , de l’Inrap et  de Cap Archéo vous y accueilleront gratuitement de 10h00 à 18h00.

Venez participer à notre animation sur l’archéologie, ses méthodes, ses métiers !

recto test

 » Mission Archéo ». A la recherche des traces du passé »

L’archéologie propose de partir en quête du passé, remonter le temps, découvrir des cultures anciennes. Mais comment cette enquête se déroule-t-elle ? Où trouve-t-on les traces du passé ? Comment faire parler les témoins des sociétés anciennes ? Qui sont les chercheurs qui mènent ces enquêtes ?
La « Mission Archéo » vous propose de découvrir le monde de la recherche archéologique à travers des expérimentations, des rencontres avec des techniciens, des professionnels ou des métiers : poteries, charbons, sédiments… Tout devient indice pour faire parler le sol, l’environnement et reconstituer les modes de vie du passé.

Vous y trouverez :
-Deux expositions : « Vous avez dit archéologie préventive ? », et « Les experts de l’archéologie »,
-Deux ateliers pratiques consacrés à « La fouille archéologique et l’enregistrement » et à « L’étude le la céramique ».

 verso test