ICERAMM 2015 – Bordeaux, 19- 20- 21 novembre 2015

Journées d’études
du réseau d’information sur la céramique médiévale et moderne
(ICERAMM-2015)

http://iceramm.univ-tours.fr/

1-ICERAMMprogr_2015-V2

Organisées par
Laboratoire Archéologie et Territoires (UMR 7324 CITERES-LAT) (Philippe Husi)
Ausonius, Institut de recherches sur l’Antiquité et le Moyen Âge (UMR 5607 CNRS – Université Bordeaux Montaigne) (Sylvie Faravel)
Laboratoire ITEM, Université de Pau (EA 3002) (Alain Champagne)
INRAP (Midi-Pyrénées) (Jean Catalo)
Avec le soutien de :
Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA), Université Bordeaux Montaigne, Fédération des Sciences archéologiques de Bordeaux et Labex sciences archéologiques de Bordeaux (LaScArBx)

Bordeaux, les 19, 20 et 21 novembre 2015
Salle Jean Bordes, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine
(10 esplanade des Antilles, 33607 Pessac)
Sylvie Faravel (sylvie.faravel@u-bordeaux-montaigne.fr)
Philippe Husi (philippe.husi@univ-tours.fr)

Jeudi 19 novembre

9h30-10h00 : Accueil
10h00-10h20 : Philippe Husi (UMR 7324 CITERES-LAT), et Sylvie Faravel (UMR 5607 Ausonius)
Introduction des journées et informations pratiques.

Communications régionales (Sud-Ouest de la France)
Aquitaine (coordination Alain Champagne et Sylvie Faravel)

10h20-10h40 : Pierre Régaldo (SRA Aquitaine), Vanessa Elizagoyen (INRAP), Amélie Guindon (IRAMAT-CRPAA), Ayed Ben Amara (IRAMAT-CRPAA) et al.
Travaux récents sur le centre potier de Sadirac (Gironde).
10h40-11h00 : Yolaine Rouzo-Lenoir (HADES), Hervé Barrouquère (Centre de recherche archéologique sur les Landes (C.R.A.L.)), Gwenolé Belbeoc’h (PCR céramique médiévale en Aquitaine)
Etat des connaissances sur la céramique landaise médiévale et moderne au travers des données récentes (recherche documentaire, prospections pédestres, archéologie préventive).
11h00-11h20 : Armelle Guériteau (INRAP), Sylvie Maleret (Université Bordeaux Montaigne / Ausonius)
La céramique consommée à Bordeaux (Ve s. XVe s.).
11h20-11h40 : Catherine Ballarin (INRAP)
La céramique rouge polie du grand Bergeracois (Xe – XIIIe s.).
11h40-12h00 : Sabrina Marchand (EVEHA)
La céramique du site du Larcheron à Pujo-le-Plan (Landes) – Un vaisselier landais de la seconde moitié du XVIe-début XVIIe siècle.
12h00-12h20 :Sergio Escribano-Ruiz (doctorant université du Pays Basque, Vitoria)
Cruce de caminos en Álava, consumo cerámico en un lugar entre la Península Ibérica y la Europa Continental.
12h30 – 14h00 : repas
14h00-14h20 : Fabienne Ravoire (INRAP)
Céramiques et faïences bordelaises dans les assemblages céramiques Martiniquais des XVIIIe et XIXe siècle d’après les fouilles récentes de l’Inrap à Fort-de-France, La Trinité et Saint-Pierre.

Midi-Pyrénées (coordination Jean Catalo)

14h20-14h40 : Jean Catalo (INRAP)
La question des céramiques à polissage du XIIIe siècle, l’exemple de Moissac.
14h40-15h00 : Magali Gary (Archeodunum)
Les caractéristiques des céramiques produites dans le Comminges (sud Midi-Pyrénées) à partir du Moyen Âge central.
15h00-15h20 : Stéphane Piques (PCR la céramique moderne du midi toulousain)
La poterie peinte sur engobe en Midi toulousain, essai d’aire de diffusion (XVIIe-XVIIIe s.).
15h20-15h40 : Pause
15h40-16h00 : Alain Costes (GRECAM)
La poterie du Sud-Ouest de la France du XVIe au XIXe siècle, entre modernité et archaïsme.
16h00-16h20 : Jean Chapelot (CNRS)
Technologie et socio économie de productions exceptionnelles du XIXe s. : les ponnes et autres formes montées au colombin dans le massif central, le centre-ouest et le sud-ouest.
16h30 : Petite exposition de céramiques régionales à l’Archéopole (à côté de la MSHA)
et pot d’accueil
20h30: Repas organisé sur inscription, centre de Bordeaux

Vendredi 20 novembre

Communications extra-régionales

9h00-9h20 : Gaëlle Dieulefet, (LA3M UMR-CNRS 7298), André Teixeira, (Faculdade de Ciências Sociais e Humanas – Universidade Nova de Lisboa; CHAM – Universidade Nova de Lisboa et Universidade dos Açores)
Les importations de faïences portugaises en France Méridionale entre le XVIIe et le XVIIIe siècle : les apports du site portuaire de Villefranche-sur-Mer ».
9h20-9h40 : Pierre Testard (UMR 7324 CITERES-LAT) : La céramique du Xe au XVIIe siècle à Angoulême (Charente) à partir des sites du Palais de Justice et de l’Îlot du Chapeau Rouge.
9h40-10h00 : Rémi Carmes (HADES)
Les fours de potiers du site de Verchamp-Eurêka à Castelnau-le-Lez (Herault) : VIIIe-XIIIe siècle.
10h00-10h20 : Anne. Bocquet-Liénard (CRAHAM), Stéphanie. Dervin (INRAP, CRAHAM), Elisabeth. Lecler-Huby (INRAP, CRAHAM) et Xavier. Savary (CG 14)
Caractérisation de quelques ateliers de potiers du XIe-XIIe s. en Normandie : une approche croisée pour mettre en évidence des aires de production.
10h20-10h40 : pause
10h40-11h00 : Françoise Labaune (INRAP)
Quelques nouveaux assemblages céramiques médiévaux de Bretagne.
11h00-11h20 : Etienne Jaffrot (EVEHA, CITERES-LAT)
Une production potière à la fin du 5e ou au début du 6e s. à Saint-Laurent-Nouans (41).
11h20-11h40 : Geert Verbrugghe (INRAP), Vanessa Elizagoyen (INRAP)
Actualité 2014 – 2015 de la recherche sur les mortiers en pierre champenois, franciliens et aquitains.
11h40-12h30 : Présentation de la céramique régionale et discussion autour du mobilier apporté par les différents participants.
12h30-14h00 : Repas
14h00-15h00 : Philippe Husi (UMR 7324 CITERES-LAT) Bilan 2015 et perspectives 2016.
– Présentation succinctes des réalisations (répertoire et notices)
– Revoir la liste des référents régionaux
– Présentation des nouveaux membres du réseau en fonction des participants aux journées
– Réflexion sur la publication d’un volume comprenant une sélection de communications pour les 10 ans d’ICERAMM (2006-2016).
– Prévisions des réalisations 2016
– Organisation des journées 2016
– Autres questions diverses
15h00-15h30 : Pour ceux qui le souhaitent, suite et fin de la présentation de la céramique régionale et discussion autour du mobilier apporté par les différents participants.
16h-18h00 : visite du Musée d’Aquitaine (en priorité les salles médiévales et modernes)
Repas libre

Samedi 21 novembre (excursion sur inscription)

9h00 : (Bordeaux centre, bus) : départ pour Sadirac, visite du musée de la Poterie et des dernières installations potières conservées.
Retour en bus gare de Bordeaux Saint-Jean vers 12h30.
Repas libre (nombreuses possibilités de restauration autour de la gare)
Informations :
Possibilité pour les participants d’accrocher quelques posters dans le hall de la MSHA pendant la durée du colloque.
Possibilité de vendre des livres dans le hall de la MSHA pendant la durée du colloque.
Liste des référents régionaux et des principaux acteurs du réseau (cette liste n’est pas exclusive et ne préjuge pas de la présence de tous les intervenants).
Y. M. Adrian (INRAP) ; A. Bocquet-Liénard (CNRS) ; S. Challe (Service public de Wallonie) ; J. Catalo (INRAP) ; A. Champagne (Université de Pau) ; C. Claude (INRAP) ; S. Dervin (INRAP) ; E. Jaffort (EVEHA-LAT) ; K. de Groote (VIOE, Institut du Patrimoine Archéologique) ; Y. Henigfeld (Université de Nantes) ; A. Horry (INRAP) ; P. Husi (CNRS) ; M. Joguin (SCA de Genève) ; F. Labaune (INRAP) ; E. Lecler-Huby (INRAP) ; A. Lefevre (INRAP) ; S. de Longueville (Service public de Wallonie) ; N. Mahé (INRAP) ; S. Mouny (Université de Picardie) ; E. Normand (Culture) ; R. Prouteau (INRAP) ; F. Ravoire (INRAP) ; C. Richarté (INRAP) ; B. Véquaud (INRAP) ; G. Verbrugghe (INRAP) ; V. Vincent (INRAP).

Journées d’études

Université d’été du RéDoc, 21-25 mars 2016

La sociologie au défi des transformations du lien social : questions de méthode

Appel et dépôt des candidatures : 14 septembre au 2 novembre 2015

Pour s’inscrire

Le RéDoc tiendra du 21 au 25 mars 2016 à Marrakech sa septième séance de formation doctorale internationale, organisée par la Faculté de Gouvernance, des Sciences économiques et Sociales de l’Université Mohamed VI Polytechnique.

Texte d’orientation

La sociologie se définit en tant que science dont l’objet d’étude est les phénomènes sociaux, elle s’intéresse aux comportements des individus en tant que membres d’un corps social (famille, Etat, tribus, …) et tente d’en expliquer les fondements. Cette définition générale ne permet plus de décrire l’activité sociologique dans sa diversité.  La discipline bien installée dans le champ scientifique depuis le 19ème siècle, partage ses questions, ses objets et une partie de ses réponses avec d’autres disciplines : l’anthropologie, l’histoire, l’économie, la psychologie, la science politique… Aujourd’hui, les sociologues se trouvent à interroger leurs méthodes et leurs approches d’investigation compte tenu des transformations du lien social.

Par ailleurs, la sociologie est confrontée aux changements qui concernent les nouvelles formes d’organisations sociales, les nouveaux rapports sociaux, suscités par l’avènement du virtuel et du numérique, et les méthodes de collectes et d’analyse qui en dépendent. Il est par conséquent salutaire dans cette période de mutations rapides et intenses, d’interroger les anciennes méthodes et ces nouveaux objets et de renouveler les modes de questionnement par-delà les partis pris holistes ou individualistes, quantitativistes ou qualitatifs.

La distance qui sépare Durkheim de Thomas et Znaniecki est la même qui nous sépare aujourd’hui des premiers travaux de Bourdieu sur la division du travail en Kabylie. Durkheim insistait notamment sur le fait que les phénomènes d’anomie sont surtout caractéristiques des périodes de développement économique intense, de crise politique ou de crise économique et il pointait les mécanismes générateurs de désorganisation et de démoralisation en période de changement social à partir d’un point de vue normatif. Alors que les travaux de Thomas et Znaniecki introduisent la subjectivité et l’interaction, ils analysent les mécanismes générateurs de l’anomie et les situations créées par ces mutations tant au point de vue de l’individu que de la société. La même observation peut être faite à propos du paradigme de la sociologie de l’action ou du pouvoir quand Bourdieu privilégie la concurrence et le conflit, tandis que d’autres sociologues insistent sur la coproduction, la coalition.

Si des débats autour de la stratification, l’intégration et l’anomie ont toujours intéressé les sociologues, il n’en demeure pas moins que les analyses autour du lien social constituent l’épine dorsale de la discipline. Or, cet objet privilégié est, de loin, le plus perturbé par les mutations en cours. La diversification des liens constitutifs des sociabilités qui se trouvent au fondement du « corps social » ne peut plus s’appréhender uniquement à travers des indicateurs morphologiques tels que l’habitat, la famille, etc. Des mutations profondes aussi bien technologiques, médicales que philosophiques ont boulversé les unités primaires telles que la famille, le lignage, la tribu, construites autour de principes biologiques, ethniques voire spatiaux.

Les débats actuels autour de réseaux sociaux et du réseau virtuel laissent entrevoir toute la complexité du problème de la nature du lien, ses manifestations empiriques, sa temporalité et son rapport à l’action, la mobilisation ou la production de l’identité. Ils nous interpellent au fur et à mesure que ces réseaux se développent à une vitesse extraordinaire. Dans quelle mesure ces réseaux créent-ils véritablement du lien social ? Les constats actuels autour de la relation entre les mouvements de revendication et de contestation et le développement des réseaux sociaux posent également la question du passage du « virtuel » au « réel » et de la nature du lien qui en découle.

Ces objets nouveaux -structurés autour de liens éphémères- ne peuvent pas être appréhendés uniquement par une réinvention de la tradition en imaginant le tribalisme là où il ne peut exister, en transférant sans crainte l’anachronisme et en forçant l’analogie entre des formes de ritualisation et de sociabilité actuelle avec celles du passé.

L’enjeu est épistémologique, il concerne les questions possibles à un moment donné de l’histoire mais il est aussi méthodologique dans la mesure où nos boites à outils peuvent s’avérer caduques. Notre installation dans le confort d’une discipline institutionnalisée aux méthodes canonisées nous prive de « l’imagination sociologique » (C.W Mills) et annihile nos capacités d’innovation. On peut multiplier les exemples qui illustrent l’importance des réseaux sociaux pour décrire et expliquer les nouveaux objets sociologiques. Si on prend l’exemple du rapport entre lien virtuel/réel et notre approche de ses formes de sociabilité, on ne peut pas ignorer les enjeux de méthodes que le phénomène pose. Certes, quelques modèles existent et ont été mobilisés bien avant la nouvelle vague des réseaux sociaux et des sources d’information sur internet. Le modèle d’Herbert Simon (1954) a été popularisé sur l’influence de la publication des résultats de sondage sur le vote final mais surtout par Schelling (1972) dans ses différentes simulations de la ségrégation spatiale et ses conséquences inattendues et non voulues ainsi que sur de nombreux comportements collectifs. Ce modèle s’applique aussi bien à la diffusion de l’innovation, des rumeurs, des maladies que des grèves, des émeutes, des migrations, du vote. Ou encore la théorie de l’importance des liens faibles développée par Granovetter (1982), pour qui, paradoxalement. un individu profiterait plus, des liens faibles (réseau secondaire des connaissances) que des liens forts (réseau primaire de la famille et des amis proches), pour la circulation de l’information.

Les nouveaux objets posent un autre problème lié à la nature des ressources documentaires utilisées, dont principalement l’internet mais aussi les nouveaux usages qui affectent d’autres sources d’information classiques telles que les enquêtes d’opinions et les sondages.

Afin de réfléchir à cette vaste question des « changements de paradigme et des objets sociologiques » nous suggérons à titre indicatif, d’aborder ce thème par l’intermédiaire d’axes qui constituent des portes d’entrée vers des thématiques spécifiques :

Quels  nouveaux objets sociologiques ?

  • Les nouveaux liens sociaux ;
  • La socialisation aujourd’hui ;
  • Les réseaux sociaux et processus de réseautage
  • La dynamique de la société virtuelle ;
  • La dynamique de groupes ;
  • Le passage du virtuel au réel et la nature du lien ;
  • Le transnationalisme

Quelles nouvelles méthodes ?

  • La nature des ressources documentaires ;
  • Les sources d’informations ;
  • Les indicateurs du lien social ;
  • L’enquête dans le monde virtuel ou l’ethnographie digitale ;
  • L’enquête sociologique des réseaux ;
  • L’enquête auprès des réseaux transnationaux.

Références
Granovetter, M. (1982) « The Strength of Weak Ties: A Network Theroy Revisited », dans P.V. Marsden et N.Lin (dir.), Social Structure and Network Analysis, London, Sage.
Mills, (2006), L’imagination sociologique, [traduction de Pierre Clinquart], Paris, La Découverte.
Bourdieu, et A. Sayad (1964), Le déracinement, la crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Éditions de Minuit.
Lévi-Strauss, C. (1983), Le regard éloigné, Paris, Plon.
Schelling, T. C. (1971), «Dynamic Models of Segregation», Journal of Mathematical Sociology, 1: 143-186.
Simon, H. (1954) «Bandwagon and Underdog Effects of Election Predictions», Public Opinion Quarterly, 18 (3), p. 245-253

Kouvouama Abel, membre du Laboratoire ITEM, Coordonnateur du CR 37 « Afrique en mutation » de l’AISLF

Misogynie et discriminations sexuelles, 24-26/09/2015

Colloque
Misogynie et discriminations sexuelles

Université de Pau et des Pays de l’Adour

24-25-26 septembre 2015

Ce colloque fait partie du projet « Figures et fondements de la misogynie » de la fédération de recherche (FR 4153) Espaces-Frontières Métissages, de l’UPPA. Le programme complet du projet peut être consulté sur le lien suivant : http://frontieres-metissages.univ-pau.fr/live/recherche/misogynie
Le projet est mis en œuvre par les laboratoires ITEM et LLCAA de l’UPPA avec le soutien de l’Institut Cervantes de Bordeaux.

Programme

Jeudi 24 septembre 2015
Matin – Amphithéâtre de la Présidence – UPPA – modérateur : Maurice Daumas

8h30 : Accueil des participants
8h45 : Ouverture du colloque par

  • Mohamed Amara, Président UPPA
  • Véronique Lazzeri, chargée de mission Parité UPPA,
  • Juan Pedro de Basterrechea, directeur de l’Institut Cervantes de Bordeaux.

9h15 : Présentation par Maurice Daumas, Professeur en Histoire moderne, UPPA

L’héritage
  • 9h30 : Adeline Gargam, Docteure en littérature française, Université de Nouvelle Calédonie : « La République des Lettres et des Sciences, un territoire misogyne au siècle des Lumières ».
  • 9h55 : Ana Armenta-Lamant Deu, Agrégée d’espagnol, Doctorante en Littérature espagnole, UPPA : « Peut-on parler de misogynie dans le Siècle des Lumières espagnol ? »

10h20 : Discussion-Pause

  • 10h45 : Nicole Pellegrin, PR d’Histoire moderne, CNRS : « Entre fascination et misogynie : « juger » Jeanne des Anges, ursuline ensorceleuse, sainte putative et hystérique brevetée (XVIIe-XXe siècles) ».
  • 11h10 : Yohann Chanoir, Agrégé d’histoire, doctorant à l’EHESS : « Ces mégères que l’écran a su apprivoiser… Histoire, images et espaces de la misogynie dans le cinéma occidental ».
  • 11h 35 : Bernard Nominé, psychanalyste : « La peur du féminin ».

12h00 : Discussion
12h20 : Déjeuner

Après-midi – Amphithéâtre de la Présidence- UPPA – modératrice : Pascale Peyraga
Du côté de l’Espagne
  • 14h00 : Projection du film d’Icíar Bollaín, Te doy mis ojos (Ne dis rien), 2003, suivi d’un débat animé par Pascale Thibaudeau, PR d’Espagnol, Université Paris VIII.
  • 17h00 : Allison Taillot, MCF d’Espagnol, Université Paris 10 : « Antifascisme et misogynie : Sylvia Townsend Warner et Valentine Ackland au Congrès de Valence de 1937 ».
  • 17h25 : Elise Martos, Doctorante en littérature espagnole, UPPA : « Approches misogynes de l’œuvre d’Isabel Alvarez de Toledo, femme engagée ».

18h00 : Discussion

 Vendredi 25 septembre 2015
Matin – Amphithéâtre de la Présidence – UPPA – modératrice : Nicole Pellegrin
« Tout est politique »
  • 9h00 : Christine Bard, PR Histoire Contemporaine, Université d’Angers : « L’antiféminisme au prisme du déclinisme : une misogynie politiquement assumée ? »
  • 9h25 : Michèle Riot-Sarcey, PR d’Histoire contemporaine, Université Paris VIII : « La misogynie est-elle la cause des interdits prononcés à l’encontre des femmes au XIXe siècle ?»
  • 9h50 : Christine Guionnet, MCF Sciences politiques, Faculté de droit et sciences politiques, Rennes I: « Intérêts et limites du concept de misogynie en politique ».
  • 10h15 : Réjane Sénac, chargée de recherche CNRS au CEVIPOF : « Dévoilement et persistance de l’ “hétérosexisme racialisé constituant” d’un contrat social fraternel : une égalité sous conditions ».

10h35 : Discussion – Pause

  • 10h45 : Marlène Coulomb-Gully, PR en Sciences politiques, Université de Toulouse 2 Jean Jaurès : « Le sexisme bien tempéré du Canard enchaîné ».
  • 11h10 : Elsa Dorlin, PR Philosophie politique et sociale, Université Paris VIII : « Être ou ne pas être Charlie : Féminisme, misogynie et liberté d’expression ».
  • 11h35 : Marie-Laure Déroff, MCF Sociologie, Université de Bretagne occidentale : « Presse féminine et sexualités : une émancipation féminine sous conditions ».

12h00 : Discussion
12h20 : Déjeuner

Après-midi – Parlement de Navarre – Pau – modératrice : Christine Bard
Comportements mâliques
  • 14h30 : Marie-Carmen Garcia, PR Sociologie, Université de Toulouse P.Sabatier : « La misogynie : norme cachée des amours clandestines ».
  • 14h55 : Mélanie Gourarier, Docteure en Anthropologie sociale : « La « Communauté de la séduction » et le renouvellement du masculinisme ».
  • 15h25 : Yves Raibaud, MC HDR de Géographie, CNRS, « Désirs de ville, peurs urbaines. Le harcèlement des étudiantes à Bordeaux ».

16h00 : Discussion – Pause

Combats pour l’égalité (1)
  • 16h15 : Emilie Teyssedre, Osez le féminisme 31 : « Féminisme 2.0 Nouvelles formes de militantisme ».
  • 16h40 : Sandrine Heckmann, Planning familial : « Assignations et normes de sexualité à l’adolescence ».
  • 17h05 : Thérèse Auclair, Maison des Femmes de Pau : « En route pour l’égalité avec la Maison des Femmes du Hédas ».

16h00 : Discussion – Déplacement au Château de Pau

  • 18h00 : Conférence par Sabine Forero, PR histoire de l’art, UPPA : « Ceci est mon corps : femmes artistes à l’assaut des stéréotypes misogynes et sexistes 1970-1990 ».

19h Visite du château de Pau
20h00 : Cocktail dînatoire

Samedi 26 septembre 2015
Matin – Commanderie de Lacommande – modératrice : Nadia Mekouar-Hertzberg
Combats pour l’égalité (2)
  • 9h30 : Anne Saouter, Docteure en Anthropologie, Université de Pau et des Pays de l’Adour : « Le geste de l’imposture. Quand la performance revêt le mauvais sexe ».
  • 09h55 : Hélène Marquié, MCF, Centre d’études féminines et d’études de genres, Université Paris 8 : « L’assignation de la danse au féminin : ressorts misogynes et conséquences discriminantes ».
  • 10h20 : Patricia Mercader, PR de psychologie sociale, Université Lumière – Lyon 2: « L’école : un lieu où se transmet la misogynie ? »

10h45 : Discussion
11h00 : Conclusions par Nadia Mekouar-Hertzberg, PR à Université de Pau et des Pays de l’Adour.
11h30 : Visite de l’église de Lacommande.
12h30 : Dégustation à l’office de la Route des Vins du Jurançon et buffet.
14h00 : Retour à Pau.

Poésie dans les chais, 17-18-19 septembre 2015

Pour la 13e édition du festival, Poésie dans les chais poursuit son parcours « vers » le continent américain.

« Au XVIIe siècle, et durant trois cents ans, nous partions. Nous étions marins basques, bûcherons béarnais.
Des gaves de Pau et d’Oloron descendaient des troncs d’arbres
dont à Bayonne on faisait des mâts pour l’Amérique, des bateaux.
On disait Nouvelle-France ; on y parlait moitié français, moitié amérindien ; parfois on y créait des villes. On allait vers d’autres peaux, s’inventer des créoles et une identité métisse.
Aujourd’hui des poètes québécois, amérindiens, haïtiens, arrivent dans les Sud-Ouest de la France, en Béarn ; ils viennent nous rappeler qu’être français c’est aussi parler au migrant de soi-même. »

Didier Bourda, directeur artistique

Poesie-chais-1_m

Voir le programme complet

Intervenants
Isabelle Chol, Professeur des Universités, Langue et littérature françaises ; directrice du CRPHL (UPPA, Pau)
Lionel Dupuy, géographe, chercheur associé au laboratoire SET de l’UPPA.
Michèle Guicharnaud-Tollis, professeure émérite de l’UPPA, elle est membre du laboratoire de recherche LLCAA.
Nadia Mekouar-Hertzberg, professeure des universités en Études ibériques et ibéro-américaines de UPPA. Directrice de la Fédération Espaces, Frontières, Métissages de UPPA.
Patricia Heiniger-Casteret, maître de conférences à l’UPPA, membre du laboratoire ITEM.
Marie-Antoinette Laffont-Bissay, docteur ès lettres de l’UPPA
Philippe Archambault, doctorant en études littéraires à l’Université du Québec à Montréal. Membre de «La Traversée, l’atelier québécois de géopoétique»

Contacts et renseignements
05 59 82 70 30
05 59 06 94 25
contact@vins-jurancon.fr
www.vins-jurancon.fr

Exposition Mauméjean, 9 septembre – 11 octobre 2015, Pau.

Illuminez votre rentrée !

Pour sa rentrée, le service du Patrimoine culturel – Ville d’art et d’histoire de la ville de Pau choisit de mettre à l’honneur la dynastie Mauméjean et le savoir exigeant des fabricants de vitraux.
L’exposition propose une inédite réhabilitation de la production de cette famille d’artistes originaires de Pau, qui réussirent à développer une firme internationale aux multiples ramifications. De nombreux documents d’archives illustreront les temps forts de cette saga encore largement méconnue du grand public.

afficheLa manufacture de vitrail et mosaïque d’art MAUMÉJEAN
Flambe ! Illumine ! Embrase !

Exposition, conférence et ateliers pédagogiques
9 septembre -11 octobre 2015
Chapelle de la Persévérance
3 rue Gontaut Biron – 64000 – Pau

Entrée Libre et gratuite.