Signature Chaire HCP et remise de prix Bourse J.P. Hugot

 logo univ                            index

L’Université de Pau et des Pays de l’Adour et  la Fondation du Patrimoine, en présence de plusieurs élus et acteurs locaux, ont officialisé le 18 juin 2015 la création de la chaire « Histoire Cultures et Patrimoines » (HCP).

Rappelons que cette chaire thématique d’enseignement supérieur a pour but de soutenir et de favoriser le développement des programmes d’enseignements et de recherche ayant trait aux patrimoines.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Rattachée au laboratoire Identités Territoires Expressions Mobilités (ITEM, EA3002) et à l’UFR des Lettres, Langues et Sciences Humaines et Sport, elle se fixe trois objectifs prioritaires :

1. Soutenir la création de projets de recherche autour des patrimoines, axe de recherche structurant de l’UPPA
2. Soutenir ou créer des formations autour des patrimoines et des politiques culturelles
3. Faciliter les liens entre la recherche / l’enseignement et le secteur professionnel du patrimoine, notamment les entreprises cherchant à valoriser leurs propres patrimoines.

 

Cette journée du 18 juin  2015 fut également l’occasion de primer Alice Guerville-Ballé, lauréate de l’allocation de recherche J. P. Hugot.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’allocation J.P. Hugot, dans le cadre de la Chaire HCP, portera sur un projet de recherche ayant trait à l’histoire des politiques culturelles ou aux problématiques liées aux patrimoines notamment aux politiques de valorisation des patrimoines. L’accent sera particulièrement marqué sur les nouveaux modes de valorisation des patrimoines, par le biais des nouvelles technologies de l’information et de la communication, sans exclure d’autres domaines. Les approches comparatives aux échelles régionales, nationales ou internationales sont recommandées dans le cadre du projet.

La bourse, attribuée sur présentation des dossiers, par un comité d’experts désigné par le Comité scientifique de la Chaire est financée pour trois ans à hauteur de 90 000 € pour toute la durée de l’allocation.

Rando-archéo sur le cirque d’Anéou

Le circuit découverte de l’estive d’Anéou (Laruns, 64) était proposé le 20 juin 2015, dans le cadre des journées nationales de l’archéologie.
Cette balade de 6 km a permis de faire découvrir quelques uns des nombreux sites pastoraux d’altitude retrouvés sur l’estive d’Anéou (cabanes et enclos), datés de la Protohistoire aux époques récentes grâce à plusieurs campagnes de prospections et de sondages (cf. bibliographie ci-dessous). Voici la carte de l’itinéraire avec les étapes de la visite:

 

Profil altimétrique

La visite en images :

Photographies : Cacau de Paula et Rémi Calvier

Bibliographie

Ces rapports d’opération et articles seront complétés par des ouvrages en cours de publication (thèse et ouvrage collectif).

  • Articles :

Rendu, Christine, Didier Galop, Carine Calastrenc, Mélanie Le Couédic, Damien Rius, et Marie-Claude Bal. 2013. « Montagnes et campagnes d’Oloron dans la longue durée. Premiers résultats d’un programme interdisciplinaire ». In D’Iluro à Oloron-Sainte-Marie. Un millénaire d’histoire, Dany Barraud et François Réchin (dir.), pp. 37-68. Suppléments d’Aquitania. lien academia

Mélanie Le Couédic, 2012, « Modéliser les pratiques pastorales d’altitude dans la longue durée », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, document 590, mis en ligne le 09 février 2012. http://cybergeo.revues.org/25123

  • Rapports :

Carine Calastrenc, Christine Rendu. « Archéologie pastorale en vallée d’Ossau. Prospections », Campagne 2004. http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00692381/document

Calastrenc, Carine.. « Archéologie pastorale en vallée d’Ossau Campagne 2005, sondages ». http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00692387/document

Christine Rendu, Carine Calastrenc, Mélanie Le Couédic. « Archéologie pastorale en vallée d’Ossau, rapport final d’opération, campagne 2006, sondages et prospections ». https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00964699/document

Christine Rendu, Carine Calastrenc, Mélanie Le Couédic, Olivier Barge, Marie-Claude Bal. « Archéologie pastorale en vallée d’Ossau – Atelier 2 du PCR « Dynamiques sociales, spatiales et environnementales dans les Pyrénées centrales » – Rapport de sondages archéologiques et prospections – Campagne 2007 ». https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00692396/document

Carine Calastrenc, Christine Rendu.« Archéologie pastorale en vallée d’Ossau – Atelier 2 du PCR « Dynamiques sociales, spatiales et environnementales dans les Pyrénées centrales » Fouilles archéologiques – Campagne 2009. 2010 ». https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-00692398/document

Parution Cahiers du CFPCI n°2

Cahiers du CFPCI n°2

Enseigner le patrimoine culturel immatériel ?
Le « PCI » dans les formations universitaires

Pages de Cahier_CFPCI_n2

Le PCI a émergé en tant que tel soit sous la forme de modules dédiés dans le cadre d’enseignements généraux sur le patrimoine – jusqu’ici conçu comme matériel – soit sous la forme de nouveaux mastères explicitement orientés vers le patrimoine immatériel. Cette évolution témoigne, en même temps qu’elle y participe, de l’effervescence qui accompagne la ratification de plus en plus large de la convention mise en œuvre par les États d’inventaires du PCI et de candidatures pour les listes internationales de l’UNESCO, intérêt croissant des collectivités territoriales et des associations, multiplication des projets de valorisation à des échelles diverses, etc.

Les Cahiers du CFPCI

« Le clos et l’ouvert : entre ombre et ligne de fuite », 19/11/2015

Table-ronde_clos et ouvert entre ombre et ligne de fuite_19 novembre_Inalco-2015-11-1   logo univ     logo fmsh      Image1

Table-ronde
CESSMA UMR 245-INALCO/ITEM-UPPA-RIAM-FMSH
Le clos et l’ouvert : entre ombre et ligne de fuite
19 novembre 2015 à l’INALCO, 75013 Paris
14h – 19h
Salle 3-15

Responsables: Robert Ziavoula, CESSMA UMR 245-Inalco/RIAM-FMSH, Abel Kouvouama ITEM/RIAM-FMSH, Patrice Yengo IMAF-Ehess/RIAM-FMSH

Participants: Sonia Dayan-Herzbrun, CESSMA/RIAM-FMSH, Robert Ziavoula, CESSMA UMR 245-Inalco/RIAM-FMSH, Abel Kouvouama ITEM/RIAM-FMSH, Patrice Yengo Imaf-Ehess/RIAM-FMSH, Frédérique Louveau Imaf-Ehess/RIAM-FMSH, Luc Gwe, RIAM-FMSH, Lucette Labache RIAM-FMSH, Michèle Leclerc – Olive IRIS/RIAMFMSH, Rémy Bazenguissa-Nganga IMAF-Ehess/RIAM FMSH, Ingolf Diener, Paris 8, Monique de Saint Martin IRIS/RIAM-FMSH, Anne Viguier CESSMA UMR 245-Inalco, etc..

Argumentaire:

Il y a plusieurs manières d’appréhender les mots clos et ouvert, ombre et ligne de fuite dans le domaine des sciences sociales et humaines. Cependant, en considérant les temporalités variées sous lesquelles on les appréhende, ainsi que les différents contextes socio-historiques et les multiples « foyers d’expériences » des individus, on est conduit à prendre en compte chez les individus et les groupes d’individus, les manières de dire, de faire et de se représenter le monde, la nature, la culture, etc..
Ces mots permettent implicitement d’analyser non seulement les concepts de frontière, de limite, de seuil, de transgressivité, mais également, d’identité, de subjectivité, de mémoire et de trace. Quelles que soient les sociétés proches ou lointaines, clos, ouvert, ombre et ligne de fuite sont l’indice de traces laissées sur un espace donné (mur, tableau, rue, etc.), ou réfractant dans une zone soustraite au rayonnement, à la lumière que l’on appellera ombre sous ses multiples désignations : plein d’ombre, ombre épaisse, peu d’ombre, trou d’ombre, chercher l’ombre; trouver l’ombre, rentrer dans l’ombre, mettre quelqu’un à l’ombre etc.

Pour cette troisième et dernière table-ronde qui exploitera tous les terrains d’étude et d’analyse possibles, l’espace de la rue sera aussi soumis à la réflexion. En effet, qu’il s’agisse des manifestations politiques encadrées ou déviantes et des activités de travail nécessitant une régulation, une sacralisation ou un contrôle de l’espace des fêtes profanes ou religieuses, la rue apparaît comme un lieu de circulation, d’errance, de mobilité, d’ostentation et de sonorités variées ; elle est aussi un lieu à la fois clos et ouvert, un lieu de socialisation et/ou d’anonymat, ainsi que de solitude et de danger, surtout à des heures tardives de la nuit. Parce que marquée à la fois par des ombres et des lignes de fuite, la rue malgré tout fascine, fait peur et attire tout à la fois ; elle donne à l’individu un sentiment de liberté et de plénitude. Identifier les différents acteurs qui occupent la rue, aussi bien en milieu urbain que rural, analyser les différents lieux où se déploient les notions de clos, d’ouvert, d’ombre et de ligne de fuite, tel est l’objet de cette table-ronde.

Appel à communications « Les arts et la diaspora basque (XIXe-XXIe s)

Appel à com Les arts et la diaspora basquelogo ezmugak    logo musee basquelogo stm

Appel à communications

 Colloque international

Les arts et la diaspora basque (XIXe-XXIe siècles)

25-26 février 2016, Bayonne/San Sebastián

Ce colloque international est organisé par la Société d’Etudes Basques (Eusko Ikaskuntza, Bayonne) et la plateforme de projets culturels Ezmugak basée à Irun, dans le cadre des célébrations de Donostia-San Sebastián 2016, Capitale Européenne de la Culture, et de l’Eurorégion Aquitaine-Euskadi. Il bénéficie du soutien de diverses institutions et mécènes privés, parmi lesquelles l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Il constitue l’axe scientifique du projet culturel « Les arts et la diaspora basque » qui se compose en outre d’une exposition-concours de création d’art actuel, présentée dans les sept provinces du Pays basque (à Bayonne, Saint-Jean-Pied-de-Port, Mauléon, San Sebastián, Vitoria, Pampelune, Bilbao), ainsi que d’un cycle de projection de films et documentaires.

 La diaspora basque

Outre la force de leur identité et l’exception de leur langue, les Basques sont connus pour être d’infatigables voyageurs. Leur activité de pêche à la baleine les mena vers les côtes du continent nord-américain dès le Moyen Age, bien avant les expéditions de Christophe Colomb et après les navigateurs vikings. Malgré leur tradition maritime séculaire, la fin du XVIIIe siècle inaugura une importante ère d’exode en raison d’une forte instabilité politique en France et en Espagne, souvent défavorable à leur condition, leur culture et leur identité singulière. Les guerres napoléoniennes, les conflits carlistes, l’industrialisation, le chômage, la guerre franco-prussienne furent autant de motifs de départ au XIXe siècle.

index« Bakardade », Monument aux Bergers Basques, par Nestor Basterretxea, Reno (Nevada) Crédit : Institut Culturel Basque

Dans les décennies suivantes, ce sont les conscriptions et les deux guerres mondiales, ainsi que la dictature franquiste, qui les motivèrent à se réfugier et rechercher un avenir meilleur aux quatre coins du monde. D’autant que certains états développaient alors une politique d’attractivité afin de peupler leurs terres, comme ce fut le cas, par exemple, de l’Argentine ou des Etats-Unis avec leurs appels aux bergers. Aujourd’hui encore, pour des raisons socioéconomiques ou par goût du voyage, nombre de natifs du Pays basque émigrent en quête d’un El Dorado.

 Ainsi en deux siècles, s’est constitué ce qui a été baptisé la « huitième province », « la diaspora basque », composée d’une pluralité d’individus, aussi hétérogène que la diversité de leurs terres de refuge, mais réunies sous l’égide de leurs racines communes plus vieilles que l’Europe. Huitième province, car le Pays basque se compose de sept provinces ; trois sur le territoire français – le Labourd, la Basse-Navarre et la Soule -, que l’on nomme Iparralde (côté nord), et quatre sur le territoire espagnol – la Biscaye, le Guipúzcoa, l’Alava et la Navarre -, que l’on appelle Hegoalde (côté sud). Malgré l’éloignement de leurs terres d’origine, les Basques d’ailleurs ont su faire perdurer leur culture, fortement ancrée dans les traditions et le patrimoine immatériel par le biais d’innombrables festivals folkloriques ou du réseau des Maisons Basques (Euskal Etxea).

Les arts et la diaspora basque

 D’un point de vue anthropologique, linguistique et historique, la diaspora basque est au cœur des préoccupations scientifiques depuis de nombreuses années, que ce soit avec les travaux, entre autres, des laboratoires IKER et ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, de l’Université du Pays basque, de l’Université publique de Navarre ou bien, aux Etats-Unis, avec le Center for Basque Studies de l’Université de Reno dans le Nevada. Le folklore, les problématiques identitaires, la transmission ou encore la littérature, entre autres thèmes, font l’objet de nombreuses études.

Sans titre-1Peinture murale représentant des bergers basques, par Enrique Lezada, réalisée lors d’une résidence d’artiste à Getschell, conservée à la bibliothèque du Center for Basque Studies de l’Université de Reno (Nevada)

Pour autant, il faut constater que l’histoire de l’art semble délaissée par les chercheurs bascophiles dans le contexte de la diaspora basque. Du moins n’a-t-elle pas encore fait l’objet d’une réflexion globale et problématisée, malgré des études ponctuelles. Les arts plastiques et visuels ne sont cependant pas en reste dans cette histoire culturelle, faisant écho au mouvement régionaliste largement répandu en Europe à partir de la seconde moitié du XIXe siècle et dont le Pays basque ne fait évidemment pas exception. D’où la nécessité pressante, désormais, d’une étude fondamentale sur le patrimoine matériel, artistique et culturel, basque « délocalisé » ou lié aux mouvements migratoires, qui soit inscrite dans l’histoire des deux derniers siècles.

Appel à com Les arts et la diaspora basqueRoberto Matta Echaurren, dit Roberto Matta, Naissance des Amériques, huile sur toile, 1953. Crédit : Taller de encuentros.

Car, en effet, la présence basque se lit dans tous les domaines de la production artistique liée à son émigration. Un recensement encore superficiel laisse présager d’un patrimoine aussi vaste que le monde que le peuple basque s’est approprié. Depuis les émouvants arboglyphes des forêts du Nevada, la sculpture, avec notamment l’emblématique Monument aux Bergers basques érigé par Nestor Basterretxea dans le Nevada, à la peinture, avec le succès de nombreux artistes d’origine basque tels que le surréaliste Roberto Matta ou l’argentin Sergio de Castro, il s’agit d’une réalité factuelle encore méconnue.

Il en va de même en architecture où nombre de maîtres d’œuvre latino-américains, tels que Ordorika, Tomás et Legoreta au Mexique ou Noel en Argentine, sont issus de l’émigration basque. Outre l’architecture vernaculaire basque présente de manière insolite dans le delta argentin du Paraná, par exemple, la diaspora basque fut en outre commanditaire de demeures remarquables comme la villa Curutchet édifiée par Le Corbusier à La Plata et classée « monumento nacional » ou le palais Estrugamou à Buenos Aires. La relation entre l’art et la diaspora basque s’exprime également à travers la mobilité des artistes d’Europe vers la scène américaine, notamment au cours de leur exil franquiste, ce qu’illustrent les parcours de Zumeta, Chillida, Oteiza, Arrue, Nagel, Tillac et tant d’autres. Le cinéma n’est pas en reste, comme le démontrent la carrière du réalisateur mexicain Iñarritu ou le festival de cinéma basque de Montevideo.

lecorbusierCasa Curutchet, par Le Corbusier, La Plata, Argentine, 1955. Crédit : Technohaus

 En tant qu’objet de représentation, le peuple basque est par ailleurs valorisé de manière muséographique au sein d’institutions patrimoniales comme le Parc de l’Aventure Basque en Amérique, au Canada, ou bien The Bask Block, situé dans la ville de Boise (Idaho). Mais il fait également l’objet de productions   photographiques et   cinématographiques,   parfois anthropologiques, avec les clichés de Ojanguren en Argentine, ou, au contraire, stéréotypées voire pittoresques, comme l’illustre la drôle et caricaturale Caravane vers le Soleil, western réalisé en 1959 par Russel Rouse. Il est même figuré dans les très contemporaines et populaires peintures murales du street art qui parsèment l’Ouest américain, de l’Oregon à la Californie. Enfin, pour certains, la réussite engendra le retour aux sources ; après avoir fait fortune, ils s’en retournèrent au pays, comme les Légasse, les Lesca, les Signoret, les Beistegui, en Iparralde, véhiculant avec plus ou moins de force le souvenir de l’ancienne terre promise.

 Axes de réflexion

Ainsi, à l’instar de tant de peuples minoritaires en situation d’exil, les Basques ont-ils contribué à la pluralité culturelle de leurs terres d’émigration, en particulier aux Amériques mais également aux quatre coins du monde. De nombreuses problématiques sont impliquées par le patrimoine bâti et artistique matériel de la diaspora basque :

  • Parcours des maîtres d’œuvres et artistes basques issus de l’émigration: Qui sont les maîtres d’œuvres et les artistes de la diaspora basque ? Quel est leur parcours ? Quelles sont les motivations de leur exil ? Comment vivent-ils cette émigration ?
  • La survivance ou l’absence de l’identité basque : comment s’y exprime ou non l’identité basque ? Les artistes émigrés clament-ils leur identité basque dans leurs œuvres ou au contraire s’assimilent-ils à leur terre d’accueil au point de délaisser leurs racines ?
  • Les représentations de l’identité et de la diaspora basques : Comment l’identité basque est-elle représentée par les artistes basques ou leurs homologues d’ailleurs à travers les arts visuels et l’architecture ? Mais aussi, comment l’iconographie figure-t-elle les thèmes du départ des Basques et de leur vie loin de leur terre d’origine ?
  • L’influence de l’autre sur la création basque de la diaspora : Quelle influence exerce le contact de l’autre et de ces terres promises sur l’art ?
  • La forme et le discours des œuvres : Quels types d’œuvres artistiques et architecturales produisent ces Basques d’origine ? Quel est leur rôle, en tant qu’artiste ou maître d’œuvre, dans la société nouvelle qu’ils construisent ?
  • Les productions artistiques et architecturales dues aux émigrés rentrés au pays : Qu’en est-il de ceux qui reviennent ? Quels édifices ou quelles œuvres produisent-ils ? Comment l’impact de leur voyage ou de leurs origines se traduit-il dans l’art ?

Compte tenu de l’ampleur du sujet, ces questions ne constituent pas une liste exhaustive. Ce colloque entend enrichir la réflexion sur la diaspora basque, sur l’art contemporain et sur les peuples minoritaires en exil, en s’intéressant aussi bien aux arts plastiques traditionnels tels que la peinture, la sculpture et l’architecture, mais aussi aux arts visuels modernes, comme la photographie et le cinéma, et ce, depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours.

 Coordination et direction scientifique 
Viviane Delpech, chercheur associée à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et membre de la Société d’Etudes Basques
Comité scientifique 
Oscar Álvarez Gila, professeur d’histoire des Amériques, Universidad del País vasco
Zoe Bray, professeur d’anthropologie et artiste, University of Nevada Reno/Hebrew University of Jerusalem
Viviane Delpech, chercheur associée, Université de Pau et des Pays de l’Adour
Dominique Dussol, professeur d’histoire de l’art contemporain, Université de Pau et des Pays de l’Adour
Ismael Manterola, professeur d’histoire de l’art contemporain, Universidad del País vasco
Olivier Ribeton, conservateur en chef du musée Basque et d’Histoire de Bayonne
Comité d’organisation 
Viviane Delpech, UPPA/ Société d’Etudes Basques
Agurtzane Garay Ibarlucea, musée San Telmo (Donostia-San Sebastián)
Maité Ithurbide, Société d’Etudes Basques
Jean-Michel Larrasquet, professeur émérite des universités, président de la Société d’Etudes Basques
Jean-Claude Larronde, président du musée Basque et d’Histoire de Bayonne, trésorier de la Société d’Etudes Basques
Nausica Sánchez, présidente de la plateforme de projets culturels Ezmugak (Irun)
Susana Soto, directrice du musée San Telmo (Donostia-San Sebastián)
Maialen Zamponi, chef de projet Eusko Diaspora, Société d’Etudes Basque
MODALITES

Date et lieux :        
25 février 2016 : Musée Basque et d’Histoire de Bayonne
26 février 2016 : Museo San Telmo, Donostia-San Sebastián
Langues : Français, basque, espagnol, anglais

Disciplines concernées : Peinture, sculpture, architecture, arts décoratifs, cinéma, photographie.

Périodes concernées : fin du XVIIIe siècle au XXIe siècle

Envoi des propositions de communication

Les propositions de communication, de 1500 signes (notes et espaces compris) ou 300 mots maximum, accompagnées d’un bref curriculum et d’une liste de publications, sont à envoyer avant le 15 septembre 2015 à l’adresse suivante : viviane_delpech@yahoo.fr

Les communications auront un format de 20-25 minutes.
Les actes du colloque feront l’objet d’une publication.
Renseignements : viviane_delpech@yahoo.fr
arbre copie

Journées Nationales de l’Archéologie 2015

indexLes Journées nationales de l’Archéologie, organisées par le ministère de la Culture et de la Communication et coordonnées par l’Inrap, ont pour ambition de sensibiliser les publics les plus divers à l’archéologie, à ses enjeux, à ses métiers, à ses méthodes et à ses lieux.

L’Université de Pau et des Pays de l’Adour, par le biais des laboratoires ITEM et IRAA, participe à cette 6e édition des JNA, qui se déroulera les 19, 20 et 21 juin 2015. Toutes les manifestations proposées sont gratuites et ouvertes au grand public.

PAU

MEDIATHEQUE ANDRE LABARRERE, PLACE MARGUERITE LABORDE

Du 15 au 20 juin – Journée continue
2ème étage

Exposition
– « Vous avez dit archéologie préventive ? »
– « A 65 : Archéologie sur l’autoroute de Gascogne »
– Travaux archéologiques menés par les étudiants et doctorants des laboratoires ITEM et IRAA de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Projection de films

« Les experts de l’archéologie »
Réalisation : Joris Clerté; Marc Chevalier; Pierre-Emmanuel Lyet. Durée : 16 min.
Les Experts de l’archéologie : 10 métiers de l’archéologie expliqués avec humour, dans ces films d’animation au style alerte et percutant : l’archéologue, le topographe, le céramologue (étude des tessons de céramique permettant la caractérisation et la datation des sites), l’anthropologue (étude des restes humains permettant la détermination du sexe, de l’âge et des maladies affectant le squelette), le palynologue (étude des pollens fossiles permettant de reconstituer le couvert végétal et le paysage), le géomorphologue (appréhension de l’évolution du paysage par l’étude géologique du site), le tracéologue (étude des traces laissées sur les outils pour en déterminer la fonction), l’anthracologue (étude des charbons de bois permettant l’identification des essences, du couvert forestier et des pratiques artisanales).

« L’archéologie préventive en questions »

Réalisation : Raphaël Licandro Durée : 13 min.

Qu’est-ce que l’archéologie préventive? Pourquoi fouiller? Comment fouiller? Que se passe-t-il après les fouilles? Autant de questions parmi d’autres, suscitées par ces chantiers rencontrés en centre ville ou en pleine campagne, au gré des projets liés à l’aménagement du territoire. Les réponses apportées par Isabelle Catteddu, archéologue à l’Inrap, sont illustrées par plusieurs années de tournage sur une grande variété de sites archéologiques.

 Vendredi 19 juin – 12h30 / 13h30
2ème étage

Café Archéo : « Archéologie programmée et archéologie préventive: une archéologie à deux vitesses ? » (Benoît Pace et Giuseppe Indino, doctorants du laboratoire ITEM).
Rendue nécessaire par le développement inexorable de notre société, l’archéologie dite « préventive » est apparue en 2001 avec la création de l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP).
Elle se distingue aujourd’hui de l’archéologie dite « programmée » dont les objectifs répondent à des préoccupations différentes. En effet, l’archéologie « programmée » n’est pas soumise à l’urgence et peut donc être pratiquée sur le long terme.
Toutes deux participent cependant à un même objectif : celui d’une meilleure connaissance de notre passé, de son étude à la diffusion des résultats.
Quelles sont alors les différences qui les opposent et qu’ont-elles en commun ? Comment fonctionne cette archéologie à deux vitesses ?

Samedi 20 juin – 16h30
Salle Interludes

Conférence : « L’Archéologie préventive et le développement du territoire » (Nadine Béague, archéologue, Inrap).
L’archéologie préventive découle de la destruction du patrimoine par l’aménagement du territoire. Les deux sont donc intimement liés, d’où la nécessité de préserver l’équilibre entre le développement économique d’une part et la sauvegarde du patrimoine archéologique d’autre part. A partir d’une analyse rétrospective de l’activité de l’Inrap – depuis 2008 environ, on peut aborder les effets de la crise sur le développement des territoires et par contrecoup sur la recherche archéologique en termes d’activité de fouille, de types de sites abordés, d’accroissement des connaissances et de valorisation du patrimoine. La crise économique a-t-elle eu un effet sur notre activité archéologique ?
L’archéologie en France est un service public structuré qui fonctionne sur un maillage territorial associant les acteurs de la culture des collectivités, des universités et de la recherche programmée et préventive.

CIRQUE D’ANEOU, LARUNS

Samedi 20 juin

Circuit découverte :
Cette visite consistera à découvrir quelques uns des nombreux sites pastoraux d’altitude retrouvés sur l’estive d’Anéou (cabanes et enclos), datés de la Protohistoire aux époques récentes grâce à plusieurs campagnes de prospections et de sondages.
Elle est proposée par Mélanie Le Couédic (Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM).
Prévoir des chaussures de randonnée et un pique-nique pour la fin de la visite si vous le souhaitez.
Rendez-vous au parking en épi avant le col du Pourtalet à 10h.
Maximum 20 personnes, Réservation souhaitée au 05 40 17 52 21 ou par mail à l’adresse joelle.sauces@univ-pau.fr

370_1404_vignette_Presentation2SALIES-DE-BEARN

Vendredi 19 juin

Journée dédiée aux scolaires : ateliers, visites et explication sur site d’un four de saunier, le four de Mosqueros.

Samedi 20 juin – 18h00
Salon bleu de la Salle Jean Monet, Rue Du Maréchal Leclerc.

Conférence : «  Archéologie du sel dans les Pyrénées. Les sites d’exploitation de Salies-du Salat (31) et Salies-de-Béarn (64) ». (Jean-François Chopin et Marina Morlaas).

L’archéologie du sel dans les Pyrénées est principalement connue au travers des sites de Salies-de-Béarn dans les Pyrénées-Atlantiques et Salies-du-Salat en Haute-Garonne.

A Salies-du-Salat, la fouille archéologique du Collège des Trois Vallées, menée par l’AFAN sous la direction de J-F. Chopin en 2000, permet d’aborder l’histoire de La Fontaine Salée dont l’exploitation a été dévolue tour à tour à la production du sel et au thermalisme.

La source salée de Salies-du-Salat a fixé l’occupation humaine dès le début de la Protohistoire. Cette période est représentée par un vaste dépôt de récipients céramiques brisés, une structure de combustion (de type fourneau) et des fosses étanchéifiées à l’aide d’argile crue (réceptacles de la saumure). Le sel a été fabriqué selon une technique de production ignifère qui a duré jusqu’au Premier âge du Fer, voire jusqu’à la romanisation. Le Haut Empire semble en effet marquer un arrêt de la production salicole au profit d’une exploitation à vocation thermale, particulièrement prisée par les romains. La fabrication du sel reprend au haut Moyen Âge et se poursuit jusqu’au XIIe. Des structures de chauffe auxquelles sont associées des coulées de métal plombifère tendent à accréditer l’hypothèse d’une évaporation de la saumure à l’aide de poêles, comme c’était alors l’usage en milieu continental, notamment à Salies-de-Béarn. Les textes attestent de la production du sel à l’emplacement de La Fontaine Salée de Salies-du-Salat jusque dans le courant de l’Epoque moderne. Faute de rentabilité, la production tombe progressivement en désuétude. Au début du XIXe siècle, la fontaine est toujours exploitée mais uniquement dans le cadre d’activités thermales sous la forme d’un petit établissement qui sera désaffecté dans le courant de la seconde moitié du XXe siècle. Depuis la fin du XIXe siècle, l’Hôpital de la Fontaine Salée, centre de rééducation fonctionnelle des Hôpitaux de Toulouse situé à 100 m de l’antique site de La Fontaine Salée, ainsi que des thermes monumentaux aménagés au début du XXe siècle continuent d’exploiter le sel gemme au moyen de forages mécaniques.

Dimanche 21 juin – 19h00

Visite des rues médiévales de Salies-de-Béarn : 19h départ du musée du sel, rue des Puits-Salants.
Clôture par un apéritif place de la Mude.

ABBAYE CISTERCIENNE DE L’ ESCALADIEU

65130 BONNEMAZON

Dimanche 21 juin – 14h30-18h00

Conférence : le vin gallo-romain dans le piémont occidental des Pyrénées (François Réchin, professeur des universités)

Présentation et dégustation de vin vinifié d’après les recettes antiques d’Apicius

Vidéos sur l’épopée du vin, en partenariat avec l’INRAP.

 

 

LOGO INRAP GRAND   LogoUPPAcouleurRVB

 

      logoITEMbold_tailleminiRVB                 index

 

En partenariat avec :identité réseau simle

 Musée du Sel de Salies de Béarn

Association des Amis du Vieux Salies

Conférence « La saga des peintres verriers Mauméjean » 06 juin 2015

La SSLA de Pau et du Béarn
et les Amis des églises anciennes du Béarn

ont le plaisir de vous inviter à la conférence publique qui sera donnée par

Benoît MANAUTE
La saga des peintres verriers Mauméjean

le samedi 6 juin à 14 h 30
à l’auditorium de la médiathèque A. Labarrère (Pau)
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

Plébiscitée par les commanditaires français, espagnols et américains, récompensée lors des grandes expositions internationales de l’entre-deux-guerres, la manufacture Mauméjean travailla à l’ornementation de plus de cinq mille cathédrales, basiliques ou chapelles disséminées dans plus de trente-quatre pays. Ayant accueilli les premiers pas de cette dynastie au destin hors du commun, le Béarn, le Pays basque, et les Landes restent les témoins privilégiés d’une production originale qui, après avoir été sous-estimée en raison de sa monumentalité et de son éclectisme, apparaît aujourd’hui comme un indispensable jalon conduisant de l’historicisme de la fin du XIXe siècle aux plus drastiques recherches menées par les verriers d’après-guerre.
Les souscripteurs pourront retirer le livre de B. Manauté : « Flambe ! Illumine ! Embrase ! La manufacture de vitrail et mosaïque d’art Mauméjean » auprès des Editions « Le Festin » qui seront présentes à cette occasion.