Journée d’étude « Leçon d’éducation physique, lendits et sport scolaire en images dans les Basses Pyrénées autour des années 1950 »

MERCREDI 20 MAI 2015
ESPE d’Aquitaine site de Pau – Amphithéâtre
14 h – 18 h

A partir de films récemment numérisés, nous vous invitons à retrouver le temps où les écoliers du département troquaient galoches et pèlerines pour shorts et espadrilles afin de comprendre comment l’éducation physique et le sport scolaire ont pu se développer dans le département des Basses-Pyrénées au sortir de la deuxième guerre mondiale.

Cette demi-journée d’étude proposera donc des regards croisés d’historiens autour de plusieurs questions : quels sont les hommes qui ont porté ce projet du développement de l’éducation physique dans le département des Basses-Pyrénées dans les années 1950 ? Sur quelles structures se sont-ils appuyés ? Comment l’héritage de Philippe Tissié, inventeur des lendits, a-t’il joué ? Quelle(s) gymnastique(s) et quelles « techniques du corps » ont été privilégiées ? Comment le sport a-t’il été introduit à l’école ?

A l’initiative de Michel Syndique, passionné d’histoire et d’éducation, les archives de Pierre Barets, professeur d’éducation physique à l’Ecole Normale d’Instituteurs de Lescar, ont été sauvegardées, classées et numérisées. Ce « fonds Barets », dont la partie pédagogique est en cours de versement au centre Félix Pécaut de l’ESPE, est composé d’archives papier, mais aussi de reportages réalisés par René Pérony, cinéaste palois. Celui-ci a filmé des leçons d’éducation physique, des séances de sport organisées par l’USEP les jeudis après-midi et les fameux lendits, grands rassemblements sportifs scolaires qui se déroulaient dans tout le département.

Télécharger le programme de la journée

J.-J. Castéret invité des Carnets de Voyage de France Musique

Jean-Jacques Castéret, directeur de l’Ethnopôle InOc Aquitaine et chercheur associé au Laboratoire ITEM de l’UPPA fut l’invité de France Musique, le dimanche 24 mai de 19h à 20h30, dans l’émission Carnet de Voyage d’Edouard Fouré Caul-Futy consacrée à ses travaux sur la polyphonie de tradition orale dans les Pyrénées gasconnes. Entre ethnomusicologie et histoire, l’émission a mis à l’honneur quelques unes des grandes figures du chant en Béarn bien connues des cantèras et des grandes heures du Festival de Siros.

Le podcast

Journées d’étude « Exposer le PCI : état des lieux », 18-19 mai 2015

Le laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, l’Ethnopôle InOc Aquitaine et le Ministère de la Culture organisent au Musée d’Ethnographie de l’Université de Bordeaux deux journées d’étude consacrées à la mise en exposition du Patrimoine Culturel Immatériel, les 18 et 19 mai (Musée d’Ethnographie, Bordeaux).

Des intervenants de tous horizons viendront témoigner de leur expérience patrimoniale et de différents projets d’exposition en France et en Europe : Christian Hottin (DPRPS – Ministère de la Culture ; Olivier Schinz (Musée d’ethnographie de Neuchâtel) ; Charles Quimbert (Directeur de Bretagne Culture Diversité) ; Lucia Bienvenu-Spodniakova (MEB) ; Marc Casteigneau (Directeur de l’Écomusée de Marquèze) ; François Hubert (Musée d’Aquitaine) ; Jean-Jacques Castéret (InOc Aquitaine)…

Une visite de l’exposition (Extra)ordinaire quotidien sera à cette occasion organisée, commentée par Patricia Heiniger-Castéret (Laboratoire ITEM – Université de Pau) commissaire de l’exposition.

Programme journées d’études _Exposer le PCI_

Benoît Manauté « La manufacture de vitrail et mosaïque d’art Mauméjean – Flambe ! Illumine ! Embrase ! », 2015, Le Festin.

Livre d’art et livre d’histoire, Flambe ! Illumine ! Embrase ! réunit une somme considérable de commentaires, d’interprétations et de documents qui proposent une véritable redécouverte de la dynastie Mauméjean dont l’immense production, présente dans de nombreux édifices publics et demeures privées, demeure méconnue du grand public.

couv-maumejean-web

Plébiscitée par les commanditaires français, espagnols et américains, récompensée lors des grandes expositions internationales de l’entre-deux-guerres, la manufacture Mauméjean travailla à l’ornementation de plus de 5000 cathédrales, basiliques ou chapelles disséminées dans plus de vingt-cinq pays.
Ayant accueilli les premiers pas de cette dynastie au destin hors du commun, le Béarn, le Pays basque, les Pyrénées et les Landes restent les témoins privilégiés de cette production : des verrières historicistes d’Artix, Nay, Lestelle-Bétharram,Bayonne ou Biarritz, aux plus audacieux décors de la chapelle du Sacré-Coeur d’Hasparren, des églises Notre-Dame et Saint-Joseph de Pau, Saint-Barthélemy de Gan, Saint-Julien de Lons, et Sainte-Marie d’Anglet, cette publication entend illustrer toute la richesse et la diversité du patrimoine religieux basco-béarnais et du Sud-Ouest.
Pour la première fois, l’historien de l’art Benoît Manauté retrace le formidable destin de cette famille de peintres verriers qui, après vingt ans d’activité en France, s’exila en Espagne où elle réussit à développer une firme internationale aux multiples ramifications. S’appuyant sur un nombre considérable d’oeuvres inventoriées, au cours de longues campagnes de prospection menées de chaque côté des Pyrénées, mais également sur l’étude d’un vaste et inédit corpus d’esquisses, de maquettes et de cartons issus du fonds de l’ancienne antenne madrilène de la manufacture, l’auteur réhabilite les frères Mauméjean qui surent optimiser des modes de fabrication traditionnels pour développer une oeuvre somptuaire, originale et éclectique.

http://www.lefestin.net/la-manufacture-de-vitrail-et-mosaique-dart-maumejean-flambe-illumine-embrase

Conférence: « L’abstraction ou La dé-figuration des images « , Bordeaux, 21 mai 2015

Dans le cadre du cycle « Les jeudis de l’art », Dominique Dussol animera une conférence intitulée « L’abstraction ou La dé-figuration des images » à la Bibliothèque Mériadeck de Bordeaux, le jeudi 21 mai 2015 à 18h30.

L’abstraction désigne l’une des principales tendances de l’art du 20e siècle. On situe son origine vers 1910, lorsque Kandinsky peint une aquarelle où toute référence aux apparences visibles du monde extérieur est délibérément supprimée. Par la suite, des générations d’artistes se sont engagées dans une foultitude de tendances (« géométriques », « lyriques », « gestuelles », « informelles »…) afin d’explorer un monde sensible, fait uniquement de formes et de couleurs.

Dominique Dussol est professeur en histoire de l’art contemporain à l’université de Pau et des Pays de l’Adour. Longtemps critique d’art pour le quotidien Sud Ouest, il collabore depuis de nombreuses années à la revue Le Festin, dont il est le président du comité scientifique. Il assure également des commissariats d’expositions.

image: Wassily Kandinshy, Jaune-Rouge-Bleu, h/t, 1925, Paris, Centre Georges Pompidou (© DR)

« L’ Autochtonie. Figures et perspectives », PUPPA, 2015

L’ Autochtonie. Figures et perspectives. Espaces, Frontières, Métissages, N° 4

Sous la direction de Maurice DAUMAS

21-couverture Partage Espace

Dans le champ des sciences humaines et sociales, le concept d’autochtonie est soit utilisé dans des contextes très particuliers, soit totalement ignoré. L’expression « peuple autochtone » est universellement connue, mais une notion aussi précieuse que le « capital d’autochtonie » demeure confinée dans le domaine de la sociologie.

La définition de l’autochtonie est simple : le mot désigne le fait d’être originaire de la terre où l’on vit. Mais il concerne moins le devenir de l’individu que la dynamique des groupes. « Être originaire » peut recouvrir plusieurs interprétations, qui renvoient à une multitude de critères, donc de débats, de conflits. Car on ne revendique son autochtonie que par opposition à ceux que l’on désigne comme des étrangers ou des allogènes, autrement dit des inférieurs. L’autochtonie est censée ouvrir des droits, légitimer des clivages. Elle est manipulée à l’intérieur même des groupes comme une machine de guerre à fabriquer de la hiérarchie, des inégalités.

Les études rassemblées ici viennent d’horizons divers : anthropologie, histoire, art contemporain, droit, science politique… À travers la variété des questionnements, elles témoignent de la richesse et du potentiel du concept d’autochtonie : Olfa Ben Achour, Pierre Berté, Bernard Cherubini, Maurice Daumas, Laurent Dornel, Patricia Heiniger-Casteret, Abel Kouvouama, Cendrine Lagoueyte, Idrissa Mané, François Michel, Michael Parsons, Thomas Pierre, François Quantin, Évelyne Toussaint.

Sommaire

Maurice Daumas, Introduction

1. Aux fondements
François Quantin (U. de Pau), Le mythe de l’autochtonie et ses apories contemporaines
François Michel (U. de Bordeaux-Montaigne), L’autochtonie dans le monde romain occidental
Patricia Heiniger-Casteret, Le conte populaire : dire l’universel par l’autochtonie

2. Débats français
Pierre Berté (U. de Bordeaux-Montesquieu), Du présumé étranger à l’originaire français : forces et faiblesses du droit français de la nationalité dans son appréhension de l’autochtone au XIXe siècle
Laurent Dornel (U. de Pau), L’autochtone et l’étranger, France, XIXe s.
Bernard Cherubini (U. de Bordeaux-Segalen), Autochtonie et accès à la citoyenneté : le multiculturalisme réunionnais à l’épreuve de la Francité

3. Interrogations africaines
Idrissa Mané (U. de Pau), Construction de l’autochtonie par la pensée symbolique : le cas du mythe baynounk de Ngana Sira Banna Niaye de Casamance (Sénégal)
Abel Kouvouama (U. de Pau), Guerres civiles et construction de l’autochtonie dans les sociétés ivoiriennes et congolaises contemporaines : regard anthropologique
Evelyne Toussaint (Aix-Marseille U.), L’art des artistes contemporains peut-il être autochtone ? Traditions, hybridations et inventions dans un contexte de mondialisation

4. Questionnements basques
Cendrine Lagoueyte (UMR 5185 ADES), Etre basque sans être autochtone : légitimer son sentiment identitaire ?
Thomas Pierre (IIAC-UMR 8177), La citoyenneté contre l’autochtonie : le cas basque en France

5. Conflits d’autochtonie
Maurice Daumas (U. de Pau), Conquérir le banc et la sépulture : un conflit d’autochtonie au XVIIIe s.
Olfa Ben Achour (Fac. des SHS de Tunis, U. Toulouse Jean Jaurès), Les juifs de Tunisie entre enracinement immémorial, sentiment d’autochtonie et aliénation (XIXe-XXe s.)
Michael Parsons (U. de Pau), Etre autochtone aux îles Falkland (Malvinas)

ISBN : 2-35311-066-5
ISSN : 2269-0778
Prix : 17 €

http://www.presses-univ-pau.fr/cart/Details/140/20/espaces-frontieres-metissages/lrsquoautochtonie.html

Conférence de Vivianne Delpech, Maison Basque de Bordeaux, 06 mai 2015

indexVivianne Delpech, auteure de Abbadia. Le monument idéal d’Antoine d’Abbadie, participera à la conférence « Abbadia, le temple universel d’Antoine d’Abbadie » mercredi 6 mai 2015, à 18h00, à la Maison Basque de Bordeaux (7, rue du Palais de l’Ombrière, 33000 Bordeaux ).

Modèle éloquent de la vogue éclectique du Second Empire, le château d’Abbadia à Hendaye surprend par l’association de sources d’inspiration tantôt conformistes tantôt singulières, où s’entremêlent les charmes de l’Orient, la rêverie du Moyen Âge, l’esprit scientifique, une pratique austère du catholicisme et une passion intense pour l’Ethiopie.

Cette œuvre d’art est due à l’implication quasiment viscérale de ses commanditaires, le savant basque Antoine d’Abbadie et son épouse Virginie. Elle doit également beaucoup aux architectes Eugène Viollet-le-Duc, Edmond Duthoit et au paysagiste Eugène Bühler.

Plus d’informations : http://www.eskualetxea.org/

Appel à communication : Troisième rencontre des jeunes chercheur.e.s en études africaines, Paris, 14, 15 et 16 janvier 2016

Les 14, 15 et 16 janvier 2016 se tiendra à Paris la troisième rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines (JCEA).

Appel à communication 3ème rencontre des Jeunes Chercheurs en Etudes Africaines 2016

Ces journées visent à stimuler et renforcer les échanges entre jeunes chercheur.e.s (doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s, post-doctorant.e.s), au-delà des écoles et courants intellectuels ou des clivages géographiques et institutionnels. Elles se positionnent également à la charnière de nombreuses disciplines (histoire, géographie, sociologie, économie, démographie, sciences politiques, anthropologie, littérature, sociolinguistique, démographie, musique, histoire des arts, sciences du vivant), afin de susciter des dialogues entre questionnements et pratiques de recherche. Dans la continuité des rencontres précédentes, il s’agira de favoriser le croisement des problématiques abordées par les jeunes chercheur.e.s travaillant sur les Afriques sans exclusive, Caraïbes et Afrique du Nord comprises.

Cet événement scientifique permettra de réfléchir à la place des études académiques sur les mondes africains dans le champ de la recherche, en s’ouvrant à diverses approches et en valorisant leurs apports empiriques et théoriques. Il permettra également d’interroger les conditions de réalisation de la recherche (accès au terrain, place de l’observateur, etc.), ou encore les paradigmes et apports théoriques postcoloniaux dans l’analyse de réalités africaines plurielles. Aussi, parallèlement aux sessions de communications, des tables-rondes privilégiant des réflexions d’ordre méthodologique et épistémologique seront organisées afin d’inviter chercheurs confirmés et jeunes chercheur.e.s à échanger sur leurs pratiques et questionnements scientifiques.

Les réflexions proposées pour cette troisième édition des JCEA permettront d’analyser l’Afrique dans sa pluralité et son hétérogénéité, en tant qu’imaginaire, espace, objet ou concept à géométrie variable, au regard de la diversité des approches linguistiques, géographiques, culturelles, historiques ou disciplinaires dont elle fait l’objet dans la production des savoirs. Cette ligne directrice dessine un vaste panorama et appelle un large état des lieux des travaux de jeunes chercheur.e.s en cours.

Aussi, les propositions de communication (en français ou en anglais) s’inscriront dans l’un des vingt-deux panels proposés. Chaque panel fait l’objet d’une présentation détaillée sur le site des JCEA 2016.

Axe A : Un continent au cœur des mondialisations

Panel 1 : Mobilités et migrations
Panel 2 : Dynamiques circulatoires des arts et des artistes
Panel 3 : Le religieux et ses réseaux
Panel 4: Musique(s) d’Afrique(s) ?
Panel 5 : Les arènes de la santé, du local au transnational
Panel 6 : Géopolitiques globalisées

Axe B : Gouvernance et jeux de pouvoir

Panel 7 : Intervenir en Afrique
Panel 8 : Sociétés et environnement
Panel 9 : Les espaces de citoyenneté critique
Panel 10 : Gestion foncière : modes d’accès et d’appropriation du sol en milieux ruraux et urbains
Panel 11 : Enfermer, contrôler, marginaliser

Axe C : Identités et modes de socialisation

Panel 12 : Corps, genre(s) et sexualité(s)
Panel 13 : Espaces du rire et formes de la dérision politique
Panel 14 : Economie : jeux d’échelles
Panel 15 : Lieux de sociabilité et « jeux de société » dans l’espace urbain
Panel 16 : Identités et constructions diasporiques

Axe D : Entre passés et présents

Panel 17 : États, nations et frontières
Panel 18 : Imaginaires, pratiques et connexions linguistiques
Panel 19 : Fabriques mémorielles
Panel 20 : Diversifier et articuler les sources
Panel 21 : Patrimoine, patrimonialisation, tourisme
Panel 22 : Mutations des discours panafricains

Modalités de soumission

Les postulants sont invités à prendre connaissance des présentations et thématiques des panels, afin de pouvoir soumettre une proposition.

Les propositions de communication (en français ou en anglais) d’un maximum de 500 mots doivent être déposées sur la plateforme suivante :http://jcea2016.sciencesconf.org/
avant le 15 juillet 2015.

L’acceptation sera notifiée le 15 septembre 2015 au plus tard.

Les textes définitifs des communications devront parvenir au comité d’organisation le 15 décembre 2015.

Appel à documentaires

Nous lançons également un appel à documentaires. Les thématiques sont ouvertes, mais sont attendus des documentaires (ou extraits) d’un maximum de 26 mn, permettant d’interroger la pratique scientifique de jeunes chercheurs. La projection sera suivie d’un débat autour des films et de leurs liens avec les travaux d’étude des réalisateurs. Les propositions de films ou d’extraits peuvent être soumises selon le support choisi par les réalisateurs (numérique, CD, etc.) et accompagnées d’une description du projet d’environ 500 mots.

Les propositions de films ou d’extraits peuvent être soumises selon le support choisi par les réalisateurs/trices (numérique, CD, etc.)
accompagnées d’une description du projet d’environ 500 mots envoyée à l’adresse suivante : jcea2016@gmail.com
avant le 15 juillet 2015.