Appel à communication Colloque international « Misogynie et discriminations sexuelles »

Colloque international « Misogynie et discriminations sexuelles »

24-25-26 septembre 2015

Comité scientifique : Anne Emmanuelle BERGER (Paris 8), Christian BOIX (UPPA), Philippe CHAREYRE (UPPA), Maurice DAUMAS (UPPA), Abel KOUVOUAMA (UPPA), Nadia MEKOUAR-HERTZBERG (UPPA), Marta SEGARRA (Université de Barcelone), Sylvie MOUYSSET (Toulouse-Le Mirail), Mercedes YUSTA (Paris 8).

Les disciplines concernées sont l’anthropologie, la création artistique, le droit, la géographie, l’histoire, la linguistique, la littérature, la philosophie, la psychanalyse, la psychologie et la sociologie.

Les propositions, accompagnées d’une page de présentation, doivent être adressées à Maurice Daumas, PR Histoire moderne (laboratoire ITEM) ou à Nadia Mekouar-Hertzberg, PR Espagnol (laboratoire LLCAA) : mau.daumas@wanadoo.fr et nadia.mekouar-hertzberg@univ-pau.fr

Télécharger l’appel à communication sur le site de la fédération de recherche « Espaces, Frontières, Métissages » (FR 4153)

Appel à communication. Les « anthro-Pau-logiques »

Ah bé té ! Les « anthro-Pau-logiques ». Regards sur les sociétés actuelles

Rencontres du 15 au 17 avril 2015 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour Organisées par des doctorants de l’ED SSH 481, Laboratoire ITEM EA 3002 (Rémi Berdou, Dominique Cunchinabe, Marie-Josée Kandou, Mathilde Lamothe, Idrissa Mané)

Genèse et objectifs du projet

L’idée des « Anthro-Pau-logiques » a été lancée au cours d’une discussion entre doctorants en anthropologie. Elle est sous-tendue par une volonté de donner aux doctorants un espace d’échange sur des concepts, pratiques et expériences anthropologiques sans se soustraire à la dynamique de trans/pluridisciplinarité. L’ouverture aux autres disciplines consisterait par exemple à questionner le regard anthropologique de l’économiste, du sociologue, du géographe, de l’historien, du juriste, du littéraire… Tous ces acteurs interrogent la société à leur manière, avec leurs propres réflexions ou concepts, mais également avec des pratiques anthropologiques variables selon la nature du terrain ou l’échelle de l’objet étudié. Nonobstant les particularités intrinsèques (qu’elles soient de nature disciplinaires, professionnelles, théoriques, etc.) ces pratiques anthropologiques portent toutes une interrogation sur la société et amènent à une réflexion sur le genre humain, appréhendé dans sa diversité culturelle. Ce qui, dans le cas présent, se traduit par trois axes traversant ces réflexions à travers les thèmes du film à caractère anthropologique, des expressions musicales, dansées et chantées ou encore de la gouvernance. La « semaine anthro-Pau-logique » est donc pensée comme un espace de questionnements, d’échange d’expériences, de transmission de savoirs et de pratiques des sciences de l’Homme. Il s’agit d’un questionnement, puisque nous invitons à réinterroger, par l’exemple de terrains précis, la gouvernance au travers de ses acteurs et de types et logiques de pouvoirs. Par la rencontre de chercheurs et d’acteurs, nous voulons favoriser un échange scientifique permettant de vivre une expérience inédite – à travers les regards anthropologiques que chacun porte en soi – qui se rencontre dans les pratiques sociales du quotidien.

Axes de réflexion
Axe 1 : Anthropo-film (mercredi, 15 avril 2015)

Axe 2 : Anthropo’zicales (musique, chant et danse) (Jeudi, 16 avril 2015)

Axe 3: Anthro-politique (Vendredi, 17 avril 2015)

plus de renseignements ici

Colloque « Le retour » 27-28-29 mai 2015

Colloque Le retour 27-28-29 mai 2015

 

Après la journée d’étude du 30 janvier 2015, le Colloque international « Le retour : espaces, fractures, transitions » aura lieu à Pau du 27 au 29 mai 2015.

Les résumés sont consultables ici

Université de Pau et des Pays de l’Adour
Colloque organisé dans le cadre de la Fédération de Recherche « Espaces-Frontières-Métissage », soutenu par l’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique (IRAA), le Laboratoire Identités-Territoires-Expression-Mobilités (ITEM), le Centre de Recherche en Poétique, Histoire Littéraire et Linguistique (CRPHLL) et le Laboratoire Langues, Littératures et Civilisations de l’Arc Atlantique (LLC Arc Atlantique).

Comité d’organisation : Jean-Yves CASANOVA, Laurent DORNEL, Michael PARSONS, François QUANTIN

Comité technique :Armelle Revirieux

image002

 

L’œuvre de Pierre Bourdieu en pratiques – 10 et 12 mars 2015

  L’œuvre de Pierre Bourdieu en pratiques – 13e édition

ESPACES : LOGIQUES SOCIALES, LOGIQUES TERRITORIALES

Voici le programme des prochaines journées Bourdieu:

Mardi 10 mars 2015
(Amphithéâtre de la Présidence / UPPA)
Conférence de Jean-Christophe François (Géographe, Paris) :
« Le chien, la boulangère et le clochard » (17h00-19h45)

Jeudi 12 mars 2015
(Amphithéâtre de la Présidence / UPPA / 14h00-17h30)
Conférences de :

Lionel Dupuy (Géographe, SET/UPPA – PauSES) :
« L’espace occitan : logiques géographiques, logiques politiques,
logiques sociales » (14h00-15h00)

Robert Ziavoula (Géographe, CESSMA/Inalco, Paris) :
« Au cœur des territoires : logiques marchandes et
représentations des acteurs » (15h00-16h00)

Abel Kouvouama (Anthropologue, ITEM/UPPA – PauSES) :
« La laïcité, un principe de liberté dans l’espace public » (16h00-17h00)

Discussion générale (17h00-17h30)

Association PauSes, www.pauses.net, Laboratoire ITEM, UPPA

image : Bourdieu (1972) – « Kabyle House or The World Reversed »

Appel à communication: Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre 1914-1920

Colloque international:  « Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre 1914-1920 »

Université de Pau et des Pays de l’Adour

19-20 novembre 2015

On les aura !
« On les aura ! », carte postale pour le deuxième emprunt de la défense nationale en 1916 (affiche originelle d’Abel Faivre)

À quelques exceptions près, la question de l’arrière a été relativement peu mobilisée par une historiographie de la Grande Guerre longtemps assez indifférente à cet « autre front » en dépit de quelques études fondatrices. Pour la France où se concentrent la majorité des combats sur le front occidental, l’arrière correspond à la « zone de l’Intérieur » : un espace hors de la « zone des Armées », dans lequel il n’y a pas d’opérations militaires contre l’ennemi mais toutefois pris dans la logique totalisatrice de la guerre. L’arrière est donc un vaste espace relié symboliquement, politiquement, affectivement ou économiquement aux territoires, parfois occupés par l’ennemi, où se déroulent les combats. Lieu de refuge et de réparation, de deuil et de ressourcement, l’arrière participe ainsi pleinement à la guerre mais sous des modalités et des temporalités spécifiques. De fait, si la période du conflit focalise l’essentiel des interrogations selon des évolutions propres aux différents belligérants, celle de l’immédiat après-guerre est elle aussi incluse en ce qu’elle bouleverse à nouveau l’arrière par le retour des combattants, des prisonniers ou encore les nécessaires et multiples formes de reconversion à la paix.
À cet égard, si les mobilisations militaires ont été largement étudiées, les mobilisations propres aux sociétés civiles européennes traversées par la guerre constituent en revanche encore un champ à la fois très vaste et partiellement défriché. Plusieurs questionnements peuvent être envisagés, et d’abord sur la notion même « d’arrière ». Quels sont les points communs en effet entre le « front intérieur » – terme qui aurait en France progressivement remplacé celui d’arrière – le home front britannique, le fronte interno italien, voire le Heimatfront allemand ? Dans le cadre des États-empires coloniaux belligérants, comment s’articulaient l’arrière métropolitain et l’arrière colonial ? Par ailleurs, quels furent, sur ces fronts intérieurs, les formes et les espaces de mobilisations ? Dans quelle mesure le conflit redéfinit-il, par exemple, la dialectique entre identités locales et identités nationales ? Si l’arrière fait corps avec le front et se mobilise pour participer à la guerre (on a pu ainsi parler d’un « investissement martial » des sociétés civiles en guerre), n’est-il pas aussi le refuge des « embusqués » ? N’est-il pour autant touché par des formes de résistance voire d’opposition à cette guerre ? Enfin, les échanges entre avant et arrière participent-ils à la construction de cultures de guerre partagées par le plus grand nombre ?
Au-delà des représentations, il s’agira plus globalement d’analyser les pratiques et les transformations sociales ainsi que la place et le rôle de l’arrière pendant le conflit mais aussi au cours des mois suivants (démobilisations, reconstruction, etc.). Les questionnements suscités pourront dès lors s’articuler autour des trois axes suivants (qui ne sont pas exclusifs les uns des autres ni exhaustifs) :
• Circulations entre le front et l’arrière et à l’intérieur même de l’arrière (innovations, approvisionnement, capitaux, lettres, migrations de travail, place des réfugiés, etc.) ;
• Mobilisations des populations, des esprits, des économies, des territoires lointains ; « non-mobilisation »/résistance/refus de la mobilisation également. Les communications sur l’administration du quotidien de la guerre seront privilégiées : réquisitions, restrictions et pénuries, organisation du ravitaillement, marché noir, rôle des administrations locales (par ex. les maires en France), sociétés philanthropiques, etc. ;
• Transformations des paysages, des sociétés, des relations sociales (entre populations locales et allogènes, entre patrons et ouvriers, entre générations, etc.), des identités (locales, régionales, nationales voire impériales), des pratiques culturelles et religieuses, de l’intime, des relations centres/périphéries, etc. Seront plus particulièrement bienvenues les propositions sur les expériences rurales de la guerre

Modalités de soumission
Ce colloque, qui donnera lieu à une publication, se veut résolument interdisciplinaire, comparatif et ouvert sur l’espace européen. L’appel à communication s’adresse aux chercheurs confirmés comme aux doctorants et les langues de travail seront le français et l’anglais. Les propositions de communication (2500 signes max., accompagnées d’un bref CV incluant une sélection des publications) seront à envoyer jusqu’au 4 mai 2015 à l’adresse suivante : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr
Le Comité scientifique rendra son avis début juillet 2015.

plus d’informations:

http://calenda.org/317920

http://1418.hypotheses.org

Captation video de la journée d’étude sur Le Retour (30 janvier 2015)

Journée d’étude « Le retour »

ESPACES – FRACTURES – TRANSITIONS

Vendredi 30 janvier a eu lieu une Journée d’étude consacrée au thème du retour.  Cette journée, organisée par la Fédération de Recherche Espaces-Frontières-Métissages, prépare un colloque international et pluridisciplinaire, toujours sur le thème du retour, qui se tiendra à Pau les 27, 28 et 29 mai.
Voici les vidéos pour ceux qui n’ont pas pu assister à la journée ou qui souhaiteraient réécouter certaines communications.

Présentation de la journée

Contact : laurent.dornel@univ-pau.fr

Captation vidéo: équipe ARTICE (Patrick Girard et Antoine Poursuibes)

ARCHIFAM: journées d’étude à Gérone, 6-7 mars 2015

Après les journées d’étude de Pampelune, Vitoria, Lisboa, Pau, les journées d’étude de Gérone (6-7 mars 2015) auront pour thème « Archives de famille. Écritures familiales : patrimoine et documentation ».

Lors de ces journées d’étude du programme de recherche ARCHIFAM, seront plus particulièrement mises en avant des questions relatives au patrimoine et à l’identité des familles ou des maisons créatrices d’archives. La thématique de cette rencontre scientifique sera abordée pour diverses régions de péninsule Ibérique, en premier lieu pour les territoires septentrionaux et portugais. Les archives de famille — dites archives patrimoniales dans la zone catalane — sont pour les périodes médiévales et modernes le moyen de conserver la mémoire mais aussi de défendre les différents droits grâce à des preuves documentaires écrites, tant pour les seigneurs ou ceux qui avaient le dominium direct que pour ceux qui détenaient le jus utilis de diverses possessions, et de cette manière, de créer une identité propre. Cette identité, dans une société nobiliaire ou dans une société rurale dite « à maisons », nécessite et trouve une base documentaire dans les divers écrits des maisons, des exploitations agricoles ou des lignages, écrits conservés dans leurs propres archives. En ce sens, tant les inventaires d’archives que les archives notariées ou encore les livres de famille, y compris de paysans aisés, se révèlent être de très riches sources historiques dont l’étude met à jour les modes de gestion, de conservation, d’accroissement des patrimoines documentaires, qui, tout en expliquant le présent, s’écrivent pour l’avenir tout en préservant le passé de l’oubli.

programme ARCHIFAM Gérone

 

Parution « Migrations et exils entre l’Espagne et la France »

Migrations et exils entre l’Espagne et la France. Regards depuis l’aquitaine et l’Aragon

4ème de couverture:
Cet ouvrage réunit neuf textes de chercheurs français et espagnols qui portent sur les migrations entre la péninsule Ibérique et la France, à l’époque moderne et contemporaine.
Loin de constituer une frontière infranchissable, les Pyrénées ont été continuellement, depuis l’Antiquité, le lieu de passage d’hommes, de marchandises et d’idées. Et les directions de ces passages ont beaucoup varié.
En effet, étudier les migrations depuis l’époque moderne permet d’échapper à une vision convenue et présentiste des migrations entre la péninsule Ibérique et la France. Les hommes ne se sont pas toujours déplacés du sud vers le nord. À l’époque moderne, d’imposantes communautés de Béarnais, et plus largement de Français du Sud-Ouest, s’étaient installés à Saragosse.
À partir de sources riches, et parfois inédites, ces textes retracent donc les mouvements de populations qui ont traversé les frontières, parfois dans des conditions dramatiques (comme lors de la Retirada), parfois pour rechercher ailleurs une vie meilleure.

Este libro reúne nueve trabajos de investigadores franceses y españoles centrados en la migración entre la Península Ibérica y Francia en las edades moderna y contemporánea.
Lejos de constituir una barrera infranqueable, los Pirineos han sido, desde la Antigüedad, un continuo lugar de paso de personas, mercancías e ideas. Su dirección ha variado mucho. De hecho, el estudio de la migración en los tiempos modernos muestra una visión totalmente diferente de la que se
tiene en el presente. Los hombres no siempre se han desplazado de sur a norte. En la edad moderna, miembros de las comunidades del Bearn y, más ampliamente, de la Francia del suroeste, se instalaron en Zaragoza.
A partir de valiosas fuentes, en ocasiones inéditas, estos textos estudian los movimientos de población que cruzaron las fronteras, a veces en condiciones dramáticas (como con motivo de la Retirada) y casi siempre en busca de una vida mejor.

textes coordonnés par Victor Pereira et Roberto Ceamanos Llorens

lien vers la page sur le site de l’éditeur