Journées d’études « Les structures documentaires et familiales. Logique de production et de conservation », Lisbonne, 20-22 juin 2014

Les journées d’études « Les structures documentaires et familiales. Logique de production et de conservation » auront lieu du 20 au 22 juin 2014 à Lisbonne.

CARTEL STRUCTURES BD3

DIPTICO STRUCTURES BD5

La relation entre la structure des organisations et la production / la conservation des archives a été soulignée maintes fois par l’historiographie et les études d’archivistique (ce lien a été et est d’ailleurs au coeur de la production des cadres de classement qui souhaitaient, et souhaitent, respecter la provenance et l’ordre originel des fonds).
Dans les dernières décennies, en ce qui concerne les archives de famille, la nouveauté a été de leur conférer une nature organique et organisationnelle, en abandonnant l’anachronisme de les considérer comme des « collections » ou des papiers sans ordre originel auxquels il faudrait imposer des classifications thématiques, surtout à l’usage des historiens. D’autre part, les historiens de la famille, en tenant compte à la fois de l’organisation et des contextes familiaux, mais aussi des compétences existantes et de l’accroissement des fonds, ont vérifié les mécanismes de domination et de reproduction sociales conférés par la conservation d’archives (gestion par l’écrit, écriture de la mémoire).
Au cours de ces journées, seront d’abord examinées les différentes façons de penser et d’analyser ces phénomènes (le « tournant documentaire », « metodo storico », l’étude de la famille d’Ancien Régime en tant qu’organisation / institution) ; seront ensuite présentées des études de cas, dans les aires ibérique et italienne, liées directement aux questions du croisement entre structures familiales / sociales, pratiques archivistiques et productions documentaires.

Retrouver plus d’informations sur le site web du laboratoire ITEM .

Journées Nationales de l’Archéologie – 6,7,8 juin 2014

Les Journées nationales de l’Archéologie, organisées par le ministère de la Culture et de la Communication et coordonnées par l’Inrap, ont pour ambition de sensibiliser les publics les plus divers à l’archéologie, à ses enjeux, à ses métiers, à ses méthodes et à ses lieux.

L’Université de Pau et des Pays de l’Adour, par le biais des laboratoires ITEM et IRAA, participe à cette 5e édition des JNA, qui se déroulera les 6, 7 et 8 juin 2014.

Toutes les manifestations proposées sont gratuites et ouvertes au grand public.

 

 

 

 

 

 

 

 

PROGRAMME :

 

Vendredi 6 juin

 UPPA – Institut Claude Laugénie, Avenue du Doyen Poplawski, Pau.

Exposition : de 09h30 à 16h30

  • « Vous avez dit archéologie préventive ? »
  • « A 65 : Archéologie sur l’autoroute de Gascogne »
  • Travaux archéologiques menés par les doctorants de Pau

Conférences : de 14h00 à 16h00

14h-15h: Conférence sur la fouille préventive de Buzet-sur-Baïse (Lot-et-Garonne) : cimetière et site d’ensilage au Moyen Age, par Nadine Béague (INRAP, ITEM).

15h-16h: Présentation des découvertes récentes en archéologie préventive menées par INRAP, par Jean-François Chopin (INRAP, ITEM).

Projection : de  09h30 à 12h30

Projection du film “Les experts de l’archéologie“ (16min).
Réalisation : Joris Clerté; Marc Chevalier; Pierre-Emmanuel Lyet

Les Experts de l’archéologie : 10 métiers de l’archéologie expliqués avec humour, dans ces films d’animation au style alerte et percutant : l’archéologue, le topographe, le céramologue (étude des tessons de céramique permettant la caractérisation et la datation des sites), l’anthropologue (étude des restes humains permettant la détermination du sexe, de l’âge et des maladies affectant le squelette), le palynologue (étude des pollens fossiles permettant de reconstituer le couvert végétal et le paysage), le géomorphologue (appréhension de l’évolution du paysage par l’étude géologique du site), le tracéologue (étude des traces laissées sur les outils pour en déterminer la fonction), l’anthracologue (étude des charbons de bois permettant l’identification des essences, du couvert forestier et des pratiques artisanales).

 

Visite guidée des laboratoires : de 11:00 à 12:00

Présentation et visite des laboratoires d’archéologie de l’UPPA (IRAA et ITEM) par François Quantin et François Réchin. Après une présentation des travaux menés à Pau, vous découvrirez les locaux des laboratoires d’archéologie.

 

Café des sciences : Bar-Librairie l’Entropie 27, rue Bernadotte Pau.

Café rencontre : de 21h00 à 22h00

« Les défis de l’archéologie au XXIe siècle », avec Nadine Béague, archéologue responsable d’opération à l’INRAP, Jean-Claude Merlet, Responsable du Centre de Recherches Archéologiques sur les Landes et Mélanie Le Couédic, ingénieur de recherche, équipe ITEM, UPPA.
L’archéologie fait aujourd’hui face à des enjeux nouveaux que la médiatisation dont elle bénéficie parfois ne met pas toujours en évidence. Nous tenterons d’apporter quelques éclairages dans trois domaines complémentaires : l’érosion systématique de notre patrimoine, provoquée par des travaux d’aménagement toujours plus considérables ; l’évolution de l’environnement montagnard pyrénéen ; l’archéologie bénévole face aux méthodes et techniques archéologiques spécialisées.

 

Samedi 7 juin

 UPPA – Institut Claude Laugénie, Avenue du Doyen Poplawski, Pau.

Exposition : de 09h30 à 16h30

  • « Vous avez dit archéologie préventive ? »
  • « A 65 : Archéologie sur l’autoroute de Gascogne »
  • Travaux archéologiques menés par les doctorants de Pau

Conférence : de 9h à 18h

L’équipe ITEM accueille à l’UPPA la « Journée de Rencontre des Archéologues Sud-Aquitains », organisé par la « Fédération Archéologique des Pyrénées Occidentales et des Landes (FAPOL) » (Amphi 1, UFR lettres).

Atelier d’initiation à l’archéologie avec la mallette lab’archéomobile :   10h30 à 12h30

Le Lab’Archéomobile est un véritable laboratoire itinérant pour s’initier à l’étude des poteries archéologiques : poteries à remonter, outils d’étude et d’expérimentation, manuels, céramothèque… mais aussi un volet numérique innovant, avec tablette et site internet !

Tout ce qu’il faut pour se mettre dans la peau d’un céramologue !

Durée: 1 heure
Sur inscription sur place

 

Dimanche 8 juin

Visite guidée / Circuit découverte

o       Ville et musée de Lescar : de 15:00 à 16:00

Magali Pomente (étudiante en Master histoire et archéologie à l’UPPA) vous propose de découvrir l’évolution de la ville gallo-romaine Beneharnum à la cité épiscopale médiévale de Lescar.

Ce circuit de visite d’une heure sur les hauteurs de la cité comprend la visite de la cathédrale romane et du musée archéologique. Rendez-vous devant l’office du tourisme.

Gratuité exceptionnelle.

o       Oloron-Sainte-Marie : de 10:00 – 12:00

François Réchin (Maitre de Conférences, ITEM, EA 3002, Université de Pau et des Pays de l’Adour) propose une promenade archéologique dans la ville d’Oloron-Sainte-Marie dans laquelle ont eu lieu plusieurs fouilles.

Le point de rendez-vous est fixé à 10h00 devant le parvis de l’église Sainte Croix. La durée de la visite jusqu’à l’église Sainte Marie est évaluée à environ 2h00.
Les participants devront se munir de chaussures confortables.

bonus pour les absents: Série « Les experts de l’archéologie »

 

Roms, Tsiganes, Nomades. Un malentendu européen

Le dernier ouvrage de Catherine Coquio et Jean-Luc Poueyto vient de paraître :

Roms, Tsiganes, Nomades. Un malentendu européen

« Roms », « Tsiganes », « Nomades » : autant de mots équivoques par lesquels se reconduisent des malentendus qui se sont montrés meurtriers dans l’histoire. Au cours des XIXe et XXe siècles, sous l’effet de décisions politiques et d’institutions savantes, des classifications désignant des groupes « exotiques » jugés inaptes à la vie sociale ont fait de ceux-ci un problème. Sous le nom de « question rom », ce problème est devenu celui d’une vaste « minorité » à traiter à l’échelle européenne alors qu’un nouvel antitsiganisme se répand dans « l’Europe ouverte ». Le malentendu s’aggrave.

Cet ouvrage dresse un état présent des connaissances sur le sort des Tsiganes en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale, sujet passé sous silence alors que d’importants travaux ont renouvelé les perspectives. On y passe ensuite au crible les catégories et représentations mobilisées à propos de cet « autre », afin de comprendre les ressorts sociaux, politiques et culturels de cette haine collective de moins en moins ambivalente, et les contradictions qu’elle révèle sur l’Europe comme système de valeurs et « civilisation ». Sciences humaines, droit, littératures, art, philologie et philosophie sont interrogés pour penser autrement les relations entre mondes tsiganes et non tsiganes, et la singularité des formes de vie.

Ce livre est issu du colloque international Tsiganes, Nomades : un malentendu européen, qui s’est tenu à Paris et à Pau en octobre et novembre 2011. Il comprend trente-quatre contributions de disciplines différentes. Catherine Coquio est professeur de littérature comparée à l’Université Denis-Diderot (Paris 7, Cerilac), elle travaille sur les modes d’inscription et d’effacement de la violence historique et la teneur politique de l’art. Jean-Luc Poueyto est anthropologue du monde manouche, spécialiste de l’illettrisme et des relations entre écrit et oral ; membre de l’ITEM, il enseigne à l’Université de Pau.