Le phénomène d’héritage comme construction d’une architecture signifiante en Navarre

Le phénomène d’héritage recouvre les concepts d’importation, d’appropriation et de réinterprétation. Ils apparaissent étroitement imbriqués et déterminent une intentionnalité, celle-ci ayant un rôle fondamental dans la perception. Ces trois paramètres sont à prendre en compte dans l’analyse de l’architecture religieuse navarraise entre la fin du XVe siècle et le XVIe siècle. Les composantes du gothique tardif navarrais se manifestent par l’apport de formes exogènes. Elles se combinent à un substrat local dont elles héritent par le canal de la transmission. Les partis architecturaux hérités, nef unique, chevet droit, s’inscrivent dans une nouvelle logique d’unité et de spatialité qui caractérise l’architecture des années 1500. Si l’importation des voûtes à nervures multiples donne lieu à une appropriation de tracés variés, le mode opératoire consiste à combiner enjeux formels et structurels dans une démarche réinterprétative. Le cloître du monastère d’ Irache (Ayegui, Navarre, Espagne) déploie plus de vingt voûtes gothiques en étoile aux nervures mixtilignes. Les nervures, assemblées en un dessin unique pour chacune d’entre elles, s’entrecroisent au moyen de clefs de voûte ornées de motifs italianisants. Ainsi, le jeu stéréotomique et l’articulation de l’espace ecclésial ancrés dans la tradition médiévale sont assortis au répertoire décoratif antique donnant lieu à la reconstruction d’une architecture signifiante à visée symbolique et ostentatoire.

IMG_4708 copie

Estella, église San Miguel, haut vaisseau

IMG_2588 copie

Monastère d’Irache, cloître

 

Valérie Steunou, doctorante en Histoire de l’Art médiéval

La malédiction en héritage chez les Baynounk de Casamance (Sénégal)

Un récit à plusieurs versions raconte que Mansabor plus connu sous le nom de Ngana Sira Banna Biaye régnait sur le royaume de Casamance (Kasa), État qu’il aurait lui-même fondé et à partir duquel rayonnait la civilisation baynounk. Un jour, averti par son génie d’une menace imminente, il convoqua le conseil des sages du royaume et lui dit : « J’ai vu arriver par la mer des hommes à la peau rouge. Ces hommes seront plus forts que mes petits fils et quand ils seront là, ils les réduiront en esclaves. Il faudra un sacrifice pour éviter ce malheur ». Quelques temps plus tard, le roi accomplit son désir en brûlant 100 jeunes filles et 100 jeunes garçons initiés dans une chambre en guise d’offrande aux dieux ou aux esprits. Devant ce geste macabre, les Baynounk se révoltèrent, le piégèrent et l’assassinèrent. Toutefois, avant de mourir il dit ceci : « le sacrifice des jeunes que je viens de faire avait pour but de sauvegarder et d’assurer la survie [des] Baynounk. Les Baynounk ne seraient jamais soumis aux étrangers quels qu’ils soient. Mais puisque vous me trahissez, à partir de maintenant, c’est la fin de l’empire baynounk, vous n’aurez plus de roi. Le fils baynounk refusera son identité ethnique. Tous les Baynounk seront dispersés et dépersonnalisés. Plus tard, les hommes rouges seront maîtres de votre territoire. Vous serez traînés en esclavage ». Certaines sources disent que le roi aurait ajouté ceci : « Vous ne pourrez retrouver votre union et votre identité que sept générations plus tard ».

A la lecture de ce texte, on se rend à l’évidence qu’il pose la question de l’héritage. Mais ici l’héritage se trouve être très particulier en ce sens qu’il s’agit d’une malédiction que les Baynounk croient hériter de leurs ancêtres qui auraient commis un acte sacrilège en assassinant leur bienveillant roi. Ainsi, une malédiction, pourtant simple fruit de l’imaginaire, peut être un héritage. On est là en droit de parler d’héritage imposé et/ou subi par opposition à un héritage voulu et/ou accepté. Héritage imposé et/ou subi puisque ce n’est pas en toute fierté que les Baynounk parlent de la malédiction dont ils pensent être les victimes. Ce n’est pas pour autant simple de refuser cet héritage, de s’en soustraire car il est lié à l’identité du groupe. Malgré tout le caractère imposant de cet héritage, les Baynounk cherchent à en sortir par la manipulation du sacré et du texte lui-même.

Quelques questions s’imposent et feront l’objet d’une attention spéciale. Il s’agit de voir :

  • Comment la malédiction, fille de l’imaginaire, devient-elle un héritage ?
  • Pourquoi et par quels mécanismes cet héritage très lourd survit-il à l’usure du temps et à l’érosion de la réinterprétation ?
  • Qu’est-ce que cet héritage entraîne comme conséquences chez les Baynounk ?
  • Comment les Baynounk comptent-ils se soustraire d’un tel héritage ?
  • Que cache et révèle cette supposée malédiction héritée des ancêtres ?

Séance du 22 février 2013

Idrissa Mané

Doctorant en anthropologie

La construction territoriale de l’identité, entre norme et repère. Pour une épistémologie de la ritournelle

L’identité se construit le plus souvent sur un ou plusieurs territoires, dans la dialectique de l’identité et de l’altérité ou de la différence. Cette construction territoriale de l’identité s’accompagne dans la sphère publique, de la quête ou de la détention du pouvoir de transformer et d’adapter l’espace du territoire. La ritournelle, la chanson font partie des outils de cette construction.

La situation du migrant inscrit dans des dynamiques d’échanges et d’enchevêtrements des identités, si nous l’examinons sur le terrain de l’anthropologie, met en relief les différences par lesquelles se distinguent les sociétés et les cultures dans leurs discontinuités observables. Ce point de vue nous ouvre au rapport du local et du global et nous aide à penser l’autre et le même sous leurs aspects les plus divers.

La chanson qui rejoint les identités collectives, n’est pas un produit du passé. Elle procède au contraire d’une fabrication nouvelle, impulsée par la modernité. Elle résulte très concrètement d’une dynamique de groupe continuelle. Cela nous amène par conséquent à distinguer la notion d’individu de celle d’identité. Chaque individu articule deux processus : d’une part, celui d’incorporer le stock de la mémoire sociale, d’autre part, celui d’élaborer un système de fermeture subjective conférant le sens d’une totalité évidente. Le soi se met en scène, en particulier dans le chant, dans une relation d’altérité à l’autre, et l’identité apparaît alors comme une construction sociale et culturelle. C’est le rapport de soi à soi et le rapport entre soi et l’autre, entre l’autonomie et l’hétéronomie qui façonne une texture d’identité à l’individu par rapport à son groupe social ou politique d’appartenance.

Séance du 18 janvier 2013

Michèle Haensel
Doctorante en sciences de l’éducation et anthropologie

Espace et transmission : les accompagnateurs en montagne et l’espace fluvial urbain palois

La thèse que je prépare en doctorat de géographie-aménagement s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche initié en 2011 et porte sur la mise en tourisme d’espaces fluviaux urbains en cours de patrimonialisation dans le Sud-ouest de l’Europe (France / Espagne). Ne pouvant aborder les différents axes qui structurent cette thèse, la communication ne s’intéresse qu’aux thématiques d’ « espace et [de] transmission : [dans] l’espace fluvial urbain palois ».

En multipliant les projets intercommunaux tels que la réalisation d’un Parc Naturel Urbain ou le projet Porte des Gaves (dont la construction du Stade d’eaux vives) la CDAPP recherche la (ré)appropriation des berges du gave par les habitants. Dans le cas de ce processus de patrimonialisation en cours, c’est la collectivité qui prend en charge la valorisation des cours d’eau. En opérant un ensemble de choix pour gérer cet héritage, elle prend également en charge la transmission de cet espace fluvial auprès de ces habitants et/ou pratiquants favorisant ainsi le glissement des regards sur cet objet. D’un espace morcelé, souvent dénigré et considéré comme une ressource économique, les berges du Gave de Pau se transforment progressivement en un espace perçu comme continu, homogène, où la pratique d’activités récréatives se développe.

Séance du 18 janvier 2013

Kildine Leichnig, invitée
Doctorante en géographie – aménagement, Laboratoire SET