Archives de catégorie : Séminaire des doctorants

Séminaire international de formation avancée CPIM

LES CULTURES POLITIQUES DANS LA PÉNINSULE IBÉRIQUE ET AU MAGHREB  (VIIIe-XVe siècle)

Séminaire international de formation avancée – Bielle en Ossau,  2 au 5 octobre 2017

Session 2017 : le recours aux armes

Organisé par les universités de Bordeaux-Montaigne, Pau et Pays de l’Adour, Toulouse-Jean Jaurès, et leurs laboratoires respectifs, en partenariat avec l’École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), ce séminaire vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb au Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.

Cette première édition 2017 (celles de 2018 et 2019 sont déjà programmées) portera sur la place occupée par le recours aux armes dans les cultures politiques en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle. Le choix du terrain exclut la prise en compte des violences crapuleuses (banditisme, agressions, rixes, etc.), même si la distinction n’est pas toujours facile à établir avec certaines situations qui seront étudiées. Par ailleurs, conformément à l’orientation générale de l’atelier, l’étude des pratiques et de l’imaginaire politiques sera privilégiée sur celle, plus habituelle s’agissant de ces questions, des discours et des représentations. La réflexion s’articulera autour de trois grands types d’événements : la contestation violente de l’autorité ; les affrontements armés dans le champ politique ; la guerre.

Le séminaire réunira à Bielle en vallée d’Ossau, du 2 au 5 octobre 2017,

  • six formateurs, spécialistes de la thématique : Yassir Benhima (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) ; Arsenio Dacosta (Universidad de Salamanca) ; Sophie Gilotte (UMR 5648 CIHAM, Lyon) ; Fabienne Guillén (Université de Pau et des pays de l’Adour) ; Juan José Larrea (Universidad del País Vasco / Euskal Herriko Unibertsitatea).
  • douze doctorants ou jeunes docteurs, sélectionnés sur dossier via la plate-forme de la Casa de Velázquez. Après l’appel à candidatures, 27 dossiers ont été examinés, 12 candidats ont été retenus, majoritairement issus d’universités ibériques.
  • des étudiants de Master issus des universités organisatrices.

Chaque journée de travail sera partagée entre la présentation des travaux des jeunes chercheurs et les interventions de deux formateurs qui prononceront une conférence et animeront un atelier pratique (sur les sources, la bibliographie, les notions…etc.). Les langues de travail seront le français, l’espagnol, le portugais et l’anglais. Dans l’année suivant le séminaire, un ouvrage regroupant les contributions des formateurs, des doctorants et des jeunes docteurs sera publié.

Coordinateurs :
Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne) et Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Comité d’organisation :
Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès), David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent Callegarin (Casa de Velázquez), Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne), Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne), Fabienne Guillén (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

À l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ce projet est porté par le laboratoire ITEM (EA 3002 Identités, Territoires, Expressions, Mobilités), en partenariat avec l’École doctorale SSH, le soutien de la Fédération de recherche Espace Frontière Métissage, le laboratoire Langues Littératures Civilisations de l’Arc Atlantique, le Conseil de la Recherche LLSHS.

Pour plus d’informations, site CPIM : http://ausonius.u-bordeaux3.fr/cpim

Séminaire de formation avancée CPIM

Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb (VIIIe-XVe siècle)

Session 2017 : Le recours aux armes

 

 Coordinateurs :

Daniel BALOUP (Université Toulouse – Jean Jaurès)

Yann DEJUGNAT (Université Bordeaux Montaigne)

Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Présentation

Ce séminaire est organisé par l’université Toulouse – Jean Jaurès, l’université Bordeaux Montaigne, l’université de Pau et des pays de l’Adour, et l’École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid).

Il vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb au Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.

À l’encontre des approches essentialistes et différentialistes, fondées sur le mythe de l’existence de deux blocs homogènes et affrontés, il s’agira de mettre en regard différentes expériences politiques, de part et d’autre de la frontière islamo-chrétienne, afin de susciter des rapprochements, de relever des écarts, voire de révéler des situations d’interaction ou d’interdépendance, en matière de fonctionnement étatique et de culture politique, par-delà les antagonismes religieux. Certes la référence religieuse a valeur fondatrice et imprègne institutions et idéologies de combat (jihad, Reconquista, croisade), mais les acteurs de cette histoire, au travers de leurs pratiques de gouvernement et de leurs imaginaires politiques, mobilisent des répertoires bien plus vastes et plus divers qu’il s’agira d’identifier et de mieux appréhender.

C’est à l’exploration de ces cultures politiques, associant à la fois registres textuels et manifestations matérielles du pouvoir, que sont invités les jeunes chercheurs qui participeront au séminaire.

Comité d’organisation : Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès), Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent Callegarin (Casa de Velázquez), Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des pays de l’Adour), Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne), Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne), Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne), Fabienne Guillén (Université de Pau et des pays de l’Adour), Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des pays de l’Adour).

Renseignements pratiques sur la session 2017

La première session du séminaire se tiendra à Bielle (Pyrénées-Atlantiques), du 2 au 5 octobre 2017. Elle réunira six formateurs, douze doctorants ou jeunes docteurs, et des étudiants de Master issus des universités organisatrices.

Le séminaire est gratuit. Les institutions organisatrices assument les frais d’hébergement des participants, à Bielle. Pour les doctorants et les jeunes docteurs dont la candidature aura été retenue, le voyage jusqu’au point de regroupement de Pau reste à leur charge.

Chaque journée de travail sera partagée entre la présentation de leurs travaux par quatre doctorants ou jeunes docteurs, et les interventions de deux formateurs qui prononceront une conférence et animeront un atelier pratique (sur les sources, la bibliographie, les notions, etc.).

Les langues de travail seront le français, l’espagnol, le portugais et l’anglais.

Dans l’année suivant le séminaire, un ouvrage regroupant les contributions des formateurs, des doctorants et des jeunes docteurs sera publié.

12 places sont disponibles. Les candidats proposeront leur candidature grâce au formulaire électronique en ligne, sur la page Web de la Casa de Velázquez, avant le 7 juillet (minuit, heure de Madrid). Ils seront informés par courrier électronique du résultat de la sélection à partir du 17 juillet 2017.

Projet scientifique 2017 : Le recours aux armes

Formateurs : Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès, coordinateur), Yassir Benhima (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Arsenio Dacosta (Universidad de Salamanca), Sophie Gilotte (UMR 5648 CIHAM, Lyon), Fabienne Guillén (Université de Pau et des pays de l’Adour), Juan José Larrea (Universidad del País Vasco / Euskal Herriko Unibertsitatea).

Cette première édition de l’atelier portera sur la place occupée par le recours aux armes dans les cultures politiques en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle. Le choix du terrain exclut la prise en compte des violences crapuleuses (banditisme, agressions, rixes, etc.), même si la distinction n’est pas toujours facile à établir avec certaines situations qui seront étudiées. Par ailleurs, conformément à l’orientation générale de l’atelier, l’étude des pratiques et de l’imaginaire politiques sera privilégiée sur celle, plus habituelle s’agissant de ces questions, des discours et des représentations.

La réflexion s’articulera autour de trois grands types d’événements :

–         La contestation violente de l’autorité. Il s’agira d’étudier les cas où les détenteurs du pouvoir et leurs représentants sont confrontés à une violence armée dont l’origine se situe au sein même de la société sur laquelle s’exerce leur autorité. Cette définition englobe les émeutes, naturellement, mais elle s’étend aussi à des formes de violence que nos disciplines ont encore un peu de mal à saisir, comme l’attentat ou l’assassinat politique.

–         Les affrontements armés dans le champ politique. Cette deuxième catégorie se distingue de la première en cela que les groupes en conflit (ou ceux qui les dirigent) partagent une position sociale comparable et dominante, et qu’ils participent à ce titre d’une culture guerrière qui, pour les époques qui nous intéressent, caractérise avant tout les oligarchies. On pense naturellement aux luttes de partis et de factions, parfois envisagées dans l’historiographie sous un intitulé qu’il conviendra d’interroger : celui de « guerre civile ».

–         La guerre. Les guerres que l’on ne peut qualifier de « civiles » parce qu’elles opposent des puissances souveraines entrent aussi dans notre périmètre, mais l’étude restera centrée sur leur dimension politique. En d’autres termes, la guerre sera envisagée comme une composante d’un dispositif complexe de relations « interétatiques » qui inclut aussi les rapports diplomatiques, culturels et économiques. Sans négliger le phénomène en lui-même dans ce qu’il révèle des pratiques de pouvoir, c’est son articulation aux autres éléments mentionnés qui sera prioritairement examinée.

L’objectif de l’atelier sera non seulement d’approfondir ces thèmes et d’aborder des études de cas, mais aussi, sur un plan plus méthodologique, de favoriser les comparaisons et la mise en évidence d’interactions dans une recherche constante de dialogue entre les différentes disciplines qui seront représentées (histoire, études littéraires, archéologie, histoire de l’art).

Partenaires :

Université Bordeaux Montaigne (coord. Yann Dejugnat) : École doctorale Montaigne Humanités (Université Bordeaux Montaigne), LABEX Lascarbx, UMR 5607-AUSONIUS

Université Toulouse-Jean Jaurès (coord. Daniel Baloup) : École doctorale (Université Toulouse-Jean Jaurès), Labex SMS (Structuration des Mondes Sociaux, Toulouse), FRAMESPA (UMR 5136 CNRS, Toulouse)

Université de Pau et Pays de l’Adour (coord. Véronique Lamazou-Duplan) : ITEM (EA 3002, Pau), École doctorale 481 SSH (Université de Pau et Pays de l’Adour), avec le soutien de la Fédération de recherche Espace Frontière Métissage, du laboratoire Langues Littératures Civilisations de l’Arc Atlantique, du Conseil de la Recherche LLSHS.

EHEHI (Casa de Velázquez, Madrid)

 

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 7 juillet 2017.

Pour plus d’informations :

http://ausonius.u-bordeaux3.fr/cpim

Pour candidater :

https://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/formulaires/epoques-ancienne-et-medievale/formulaire-dinscription-les-cultures-politiques-dans-la-peninsule-iberique-et-au-maghreb-viiie-xve-siecle/

L’ autonomie des universités en question

Séminaire doctoral:
L’ autonomie des universités en question :
les politiques universitaires de la loi Faure à la loi Fioraso
(1968-2017)

Cycle de Séminaire doctoral
« La Recherche Universitaire en Transition »

Jeudi 23 mars novembre 2017
9h30 à 16h30
Salle du Conseil de l’UFR de Droit Economie Gestion

Dans le cadre de sa formation doctorale, l’université de Pau et des Pays de l’Adour développe un cycle de formation ayant pour thème « La recherche universitaire en transition: politiques publiques, acteurs, enjeux territoriaux ».

Le programme dirigé par le laboratoire ITEM (EA 3002) en lien avec l’Ecole Doctorale Sciences sociales et Humanités, ouverte à tous les doctorants de l’UPPA, prévoit 3 journées d’études annuelles.
L’ objectif de ces journées est de restituer les réflexions des chercheurs spécialistes des questions universitaires afin de permettre aux jeunes chercheurs de mieux comprendre leur environnement professionnel mais aussi d’entretenir un débat sur la situation universitaire française au sein de l’université de Pau et des Pays de l’Adour.

Programme:

  • Le sens de l’autonomie aux temps des lois Faure et Savary (9h30-12h30)

9h30: Introduction de la journée et modération Victor Pereira (Maître de conférences d’histoire contemporaine, UPPA)
9h45 : Les réformes universitaires en France depuis 1968 , Laurent Jalabert, (Professeur d’histoire contemporaine UPPA, ITEM EA3002)
10h30: Le sens juridique de l’Autonomie au temps de la loi Faure, Renaud Carrier, Professeur d’histoire du Droit, (UPPA, PDP EA1926)
11h15: L’Autonomie et ses perceptions dans les lois Faure et Savary, Arnaud Desvignes (docteur en histoire contemporaine, Paris Sorbonne)
12h00: Débats
12h15 Pause Déjeuner.

  • L’autonomie des universités depuis la loi Pécresse (14h00-16h30)
    Modérateur Francis Jauréguiberry (Pr. de sociologie, UPPA).

14h00 : L’autonomie des universités dans les lois Pécresse et Fioraso, Jean Gourdou, Professeur de Droit Public, UPPA, PDP EA 1926)
15h00 : « Refonder l’université », un appel et un mouvement au cœur des années 2000, François Vatin, Professeur de sociologie, Univ. Paris Nanterre (IDHES CNRS UMR 8533)
16h00 : Débats

Organisateurs : Abel Kouvouama et Laurent Jalabert
Contact laurent.jalabert@univ-pau.fr; item@univ-pau.fr; edssh@
univ-pau.fr

Télécharger le programme :

Ah bé tè ! Troisièmes rencontres anthro-Pau-logiques

Critique du discours dominant comme projet d’émancipation.

Du 15 au 17 mars 2017

 

Pour ces troisièmes rencontres « anthro-Pau-logiques », les doctorants en anthropologie et sociologie de l’UPPA souhaitent aborder l’émancipation, celle qui libère, qui permet de créer et de penser l’Utopie. Dans ce cadre, le rôle des média est indéniable : la presse actuelle aliène-t-elle plus qu’elle n’émancipe ? La question centrale est celle de la transition qui s’opère entre la presse communautaire d’hier et d’aujourd’hui, et la presse propagandiste médiatrice du discours dominant.

 

Nous nous intéresserons plus particulièrement aux « médias communautaires », ces canaux d’informations localisés qui portent un réel projet d’émancipation, articulant le désir immédiat d’une vie meilleure et l’utopie comme étant la réalité de demain. Nous avons pris pour exemple le journal communautaire et régional Pays (diffusé en Gascogne et au Pays Basque Nord) parce qu’il porte une critique sociale et un projet d’émancipation ; il constitue une archives des luttes sociales des années 1970.

 

Au travers de ces journées, nous voulons comprendre l’incidence de ce décollement sur les trajectoires individuelles et le développement d’une pensée collective portée par la critique et l’émancipation.
Dans ce séminaire pluridisciplinaire, nous invitons à réfléchir sur les notions de critique  et d’émancipation en partant d’exemples-types de médias et acteurs de presse communautaire, mais aussi de sujets sociétaux en rapport, ou non, avec cette presse.

 

Mercredi 15 mars 2017 : ouverture des Troisièmes Rencontres avec la conférence gesticulée « Ethno-conf. Cultures à toutes les sauces » d’Anaïs Vaillant à la médiathèque André Labarrère à Pau (64) dès 18 h.

 

Jeudi 16 mars 2017 : Journée consacrée au journal hebdomadaire communautaire et régional Pays diffusé de 1977 à 1978 en Gascogne et au Pays Basque Nord comme exemple d’une critique sociale et d’un projet d’émancipation des années 1970.
Auditorium du Château d’Este, InOc Aquitaine, de 9 h à 18 h.

 

Vendredi 17 mars 2017 : Journée consacrée aux média et courants minoritaires.
Amphithéâtre de la Présidence, Université de Pau et des Pays de l’Adour, de 8 h 30 à 18 h.

 

 

Entrée libre et ouverte à tou(te)s

 

Universités et territoires

Journée d’étude
Universités et territoires.
Rôle et place des universités dans leur environnement

Mardi 29 novembre 2016 / 9h00-17h30

Dans le cadre de la formation doctorale (ED SSH481), le laboratoire ITEM organise un séminaire « L’ université en transition » durant la période 2016-2020 sous la forme de trois journées d’études annuelles.

L’objectif de ces journées est de restituer les réflexions des chercheurs spécialistes des questions universitaires afin de permettre aux jeunes chercheurs de mieux comprendre leur environnement professionnel mais aussi d’entretenir un débat sur la situation universitaire française au sein de l’université de Pau et des Pays de l’Adour.

La première journée aura lieu le 29 novembre prochain à l’amphithéâtre de la présidence de 9h30 à 17h30 sur le thème « Universités et territoires ».

Affiche univ et territoire

Programme :

9h15 Introduction des journées doctorales « La recherche universitaire en transition »
Mohamed Amara, Président de l’UPPA
9h20: Introduction de la journée et modérateur Jean-Yves Puyo, Directeur de l’ED 481, Professeur de géographie
9h30 : Universités et territoires : quels enjeux dans la France depuis le début des années 1960 ?
Laurent Jalabert, (Professeur d’histoire contemporaine UPPA, ITEM EA3002)
10h00: L’université dans sa ville, le cas de Bordeaux : Olivier Ratouis,
Professeur d’Urbanisme à l’université Paris X Nanterre (Mosaïques-UMR Lavue )
10h45 : L’Université dans sa ville, le cas de Toulouse : Michel Grossetti, Directeur de recherche au CNRS, sociologue, Université Toulouse Jaurès, UMR LISST-Cers (CNRS)
11h30 : Débat
12h15 Pause Déjeuner.

 

Le Cas des petites universités (14h00-17h30) (modérateur L. Jalabert)
14h00 Stratégies de développement de l’Université d’Angers dans un environnement concurrentiel (1970-2015)
Yves Dénèchère (Professeur d’histoire contemporaine, Université d’Angers, UMR CERHIO, CNRS)
14h50 : Le cas de l’université de Savoie depuis sa fondation, Denis Varachin (Professeur d’histoire contemporaine, Président de l’Université de Savoie)
15h45 : Débats / 16h00 : Pause
16h30-17h30 : Table ronde : Le cas de Pau avec Guy Di Méo (Pr. émérite de géographie) (sous réserve); Franck Metras (Ancien président de l’université de Pau, Recteur honoraire, directeur scientifique d’Hélioparc), Gilles Pijaudier-Cabot (Professeur d’université, Directeur de l’ISA-BTP, UPPA).

 

programme-journee-detude-sur-luniversite-29-nov-2016

“Identités et discours : vivre et penser les situations extrêmes »

Les 16, 23 et 30 novembre 2016 dans l’amphithéâtre de la présidence, le laboratoire Les Afriques dans le monde (LAM), le laboratoire Identités, territoires, expressions, mobilités (ITEM) et le master « Histoire, civilisations, patrimoines » (HCP) de l’UFR LLSHS, proposent trois séminaires sur le thème Identités et discours : vivre et penser les situations extrêmes (Afrique centrale, Afrique des Grands lacs et Pays du Maghreb).

L’état de guerre dans les sociétés africaines conduit à penser sous un angle nouveau les situations extrêmes dans lesquelles la fragmentation des territoires et la désaffection du lien social affectent les acteurs politiques et la société civile. Quels sont les discours, les nouveaux dispositifs sociaux qui modèlent les identités multiples d’acteurs ? Il s’agit pour les intervenants, à partir des études de cas et des approches interdisciplinaires de voir, de quelle manière, les sciences sociales et humaines sont-elles aptes à appréhender « les situations extrêmes », cet objet inédit.

Les séminaires :

  • Mercredi 16 novembre 2016, Afrique centrale :
    • Abel Kouvouama, ITEM-EFM/UPPA, Ce que vivre et penser les situations extrêmes veut dire : esquisses d’analyse anthropologique et philosophique,
    • Patrice Yengo, IMAF-EHESS/ RIAM-FMSH (Paris), Anthropologie de la violence politique et guerrière au Congo-Brazzaville.

Programme – séminaire du 16 novembre 2016

  • Mercredi 23 novembre 2016, La région des grands lacs africains Burundi et République démocratique du Congo les kivu :
    • Christian Thibon, LAM, Pesanteurs structurelles, cycliques et nouvelle donne dans la Région des Grands lacs,
    • D. Banshimiyubusa,  LAM, Le Kivu, la crise burundaise et les crispations identitaires dans la crise actuelle 2015-16,
    • Libère TUMBA, LAM, Le Kivu, étude comparée des territoires Uvira Masisi Rushuru,
    • Thibault  Morelle, LAM, Le Kivu une région martyr, un état des conflits,
    • Matthieu Boloquy,  Impunity Watch, Crises, opinions publiques et perceptions des conflits dans la Région des Grands Lacs,
    • G. Gerold et M. Merino , FRS, Les échéances politiques en république démocratique du Congo,
    • Christian Thibon, LAM, Burundi une crise sans sortie ?,
    • Hervé Maupeu LAM, Retour sur déligitimation et radicalisation.

Programme-seminaire-du-23-novembre-2016

  • Mercredi 30 novembre 2016, Pays du Maghreb :
    • Abel Kouvouama ITEM-EFM/UPPA, Politique, religions et violences armées : crise  du lien social ?,
    • Abderhamanne Moussaoui, Université Lyon2, Violence meurtrière dans l’Algérie des années 1990 : enjeux, angoisses et motivations du chercheur.

Programme-seminaire-du-30-novembre-2016

Ce projet rentre dans le cadre de la fédération de recherche Espaces, frontières, métissages (FR 4153) (axe : Espaces et identités), du master « Histoire, civilisations, patrimoines » (séminaire Identités et discours) ; il est soutenu par Les Afriques dans le monde (LAM) et par l’école doctorale Sciences sociales et humanités (ED 481) de l’UPPA.

 


Présentation ouvrage « Les Anthro-Pau-Logiques », PUPPA

L’ ouvrage les « Anthro-Pau-Logiques. Regards sur les sociétés actuelles », dirigé par des doctorants du laboratoire ITEM, sera présenté le jeudi 23 juin à la librairie l’Escampette (10 rue des cordeliers, Pau), à 18h30.

rencontre anthro-pau-logiques

Les présentations seront faites par Dominique Cunchinabe doctorant en Anthropologie et Victor Peireira Directeur des Presses Universitaires de Pau.

Pour plus d’informations sur l’ouvrage : http://presses-univ-pau.fr/cart/Details/148/4/sciences-humaines/regards-sur-les-societes-actuelles.html

Sommaire

Séminaire doctoral « L’écrivain face à la société »

Le VIIIème séminaire doctoral  « L’écrivain face à la société III »aura lieu le 29 juin 2016 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (salle 204  – UFR Lettres, Langues, Sciences Humaines).

PROGRAMME

SÉANCE I
PARCOURS INITIATIQUES
• 15h30
Esther Saldaña
L’oeuvre de jeunesse de Concha Espina
• 16h00
Claire Lafaille
Une approche de Andrés Garcia, 19 años de edad, premier roman de Lourdes
Ortiz
• 16h30
Fleur Duplantier
L’exil artistique de Carlota O’Neill de 1949 à 1979 au Venezuela et au Mexique
• 17h00
Marème Dir Bachir
Emilia Pardo Bazan. La composition de Destripador de antaño

SÉANCE II
TÉMOIGNAGES D’ÉCRIVAIN
• 17h30
Clarisse Fontaine
Dictature et démocratie dans la trilogie de Rafael Chirbes
• 18h00
Lisa Barrere
Les femmes dans l’oeuvre de Dulce Chacón
• 18h30
Marie Carassus
Historie et mémoire dans Inés et l’alegría de Almudena
Grandes
• 19h00
Fabienne Toux
Benjamín Prado, roman et témoignage
• 19h30
Dominique Castells
Parcours dans la ville

 

Organisatrice :
L. Thion Soriano-Mollá : lola.thion (at) univ-pau.fr

« Le corps et ses métamorphoses », 10 mars 2016

Le corps et ses métamorphoses

Jeudi 10 mars 2016
14h-17h30
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Salle Chadefaud – Institut Claude Laugénie

 

Flyer Bowie-v3_Page_1

Programme :

14h00 : Edina BOZOKY, Université de Poitiers
« Métamorphoses du corps des saints d’après les textes hagiographiques »
14h30 : Sabine FORERO MENDOZA, UPPA
« Ana Mendieta, quand le corps se fait paysage »
15h00 : Corinne MELIN, Ecole Supérieure d’Art  des Pyrénées Pau-Tarbes
« L’identité individuelle à l’ère digitale »
15h30 : Discussion et pause
16h00 : Aline RIBIERE, Artiste
« Entretien avec Dominique DUSSOL (UPPA) »
16h30 : Xavier ROSAN, Directeur des Éditions Le Festin
« Plastic Bowie »
17h00 : Chloé Lavigne, UPPA
« Présentation de la vidéo LE CORPS EN ACTION »
17h30 : Discussion

 

Journée d’étude « Petits vignobles aquitains » 18 mars 2016

La vigne et le vin dans le Midi aquitain à la lumière d’autres terroirs : histoire, cultures et patrimoines de petits vignobles

3ème journée d’étude

Vendredi 18 mars 2016
Salle Chadefaud – Institut Claude Laugénie
Université de Pau et des Pays de l’Adour

« Enjeux et dynamiques de la commercialisation dans les petits vignobles »

 

Programme:
9h00 : accueil des participants
9h30 : Laurent JALABERT (PR histoire contemp., UPPA-Pau)
Introduction de la journée d’étude
9h45 : Stéphane LE BRAS (MCF histoire contemp., UBP-Clermont-Ferrand) et Émilie BORDENAVE (Master histoire contempo., UPPA-Pau)
Vendre son vin, une activité complexe
10h30 : Serge VILLIER (Courtier assermenté près la Cour d’appel de Bordeaux et doctorant en anthropologie, Université de Tours., Université de Tours)
Fonctions sociales, symboliques et techniques des caves particulières : le cas des petits vignobles
11h15 : Jean DELFAUD (PR géologie, UPPA-Pau) et professionnels du Madiranais
Références et repères pour la commercialisation de vins de Madiran et Pacherenc
12h00 – Pause – Dégustation de vins du Béarn et repas
14h30 : Sandrine LAVAUD (MCF histoire médiévale, U. Bordeaux)
Les vignobles de l’Aquitaine médiévale. Entre « protectionnisme de clocher » et grand commerce
15h00 : Guilhem FERRAND (PRAG histoire médiévale, UPPA-Pau)
Les vignes du comte d’Armagnac en Rouergue à la fin du Moyen Âge
16h00 : Laurent JALABERT (PR histoire contemp., UPPA-Pau)
Conclusions de la journée d’étude

 

Contacts et renseignements : stephane.lebras[arobase]yahoo.fr

 

Séminaire « Les contrebandes à l’époque moderne (XVI-XVIIIe.s.) »

Le prochain Séminaire Frontières du Master CAS (M2) sur le thème:
« Les contrebandes à l’époque moderne (XVI-XVIIIe siècles) »
(Coord. O. Caporossi)
aura lieu le jeudi 19 février 2016 de 9h30 à 16h00 en salle Chadefaud à l’Institut Claude Laugénie, à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Contrebandiers des laines et des sucres, trafiquants de monnaie et de chevaux, passeurs de métaux précieux et de tabacs, tous représentent l’une des principales figures sociales de la frontière pyrénéenne à l’époque moderne. La contrebande constitua l’une des réalités des échanges franco-espagnols, réalité qui dépassait de loin le simple cadre pyrénéen et touchait le commerce atlantique des colonies espagnoles d’Amérique. Reconstituer leurs parcours, leurs réseaux, l’économie illicite, parfois clandestine, que les contrebandiers avaient su bâtir, conduit l’historien à examiner les sources historiques les plus diverses : judiciaires, fiscales et administratives.
Les contrebandes

 

Couverture: lithographie, Edouard Pingret, 1834, Bibliothèque municipale de Toulouse, URL : http://numerique.bibliotheque.toulouse.fr/ark:/74899/B315556101_A_PINGRET_017

Séminaire Frontières « Retour aux sources : archives en question »

Vendredi 5 février 2016 Séminaire Frontières
MASTER CAS – Master Patrimoine
« Retour aux sources : archives en question »
(org. V. Lamazou-Duplan)

Séminaire Frontières 5 février 2015_def© ADPA-CG64. J.-M. Decompte
Séminaire Frontières 5 février© Radio France. A. Labbé

Au programme, les fameuses sources de l’historien, du chercheur… Cette journée croisera périodes, regards et disciplines. Des sources, de diverses natures, seront examinées en interrogeant la notion d’archives : archives comme lieu (le dépôt) mais aussi comme contenu (les documents archivés) ; des sources prises entre découverte d’archives inédites, relectures d’archives connues, sources croisées, mais aussi absence de sources, silences des archives… le tout au regard des pratiques de la recherche et de l’écriture de l’histoire.

Programme:

Institut Claude Laugénie, salle Chadefaud

9h Véronique Lamazou-Duplan (UPPA) Introduction
9h20 Jacques Pons (Directeur des ADPA) De la collecte des sources d’archives à leur communication aux chercheurs : l’exemple des Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
10h Alvaro Adot (UPPA / EHEHI-Casa de Velázquez) Les premiers pas de l’organisation et classement de la documentation du Trésor de Chartes de Pau.
Débat et pause
11h Frédéric Bidouze (UPPA) Vérité et véracité dans les brochures de la campagne de presse aux élections des États généraux de 1789 (5 juillet 1788-5 mai 1789). D’une saine tension dans l’usage des sources.

Débat

14h Nadine Béague (INRAP), L’apport de l’archéologie dans la connaissance d’un site historique, l’exemple du château de Morlanne.
14h40 Eloísa Ramírez Vaquero (UPNA) Textos inesperados en un archivo real: libros de la burguesía del siglo XIV.
15h40 Dominique Bidot-Germa (UPPA) Les sources de l’histoire d’une ville (Pau, du XIe au XIIIe siècle) : quand archives et archéologie défaillent.
16h Débat et conclusions.

Ah bé tè ! Deuxièmes rencontres anthro-Pau-logiques, février 2016

Les 2èmes Rencontres Ah bé té! Les anthro-Pau-logiques organisées par les doctorants de l’Ecole Doctorale SSH 481 auront lieu les 11 et 12 février à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

affiche1

Plus de détails sur le site web du laboratoire ITEM

En Ligne sur Médiakiosque:

Du militantisme à la politique – Partie 02

 JEUDI 11 FÉVRIER 2016
8h45 Accueil
9h00 Présentation de la journée
LA MUSIQUE ENGAGÉE
  • 9h15 Tiphaine BESNARD, doctorante en histoire de l’art (ITEM/UPPA)
    « Écrire l’histoire de l’art : lorsque l’engagement n’est pas exclusivement du côté des artistes »
  • 9h35 Idrissa MANÉ, doctorant en anthropologie (ITEM/UPPA)
    « La musique de Dieu : le bruit et le silence »
  • 10h00 Anna CUOMO, doctorante en anthropologie (EHESS-IMAF)
    « Engagements et contournements d’identités en situation : la pratique du rap au Burkina Faso »
  • 10h30 Pause
  • 11h00 Fatiha CHOUIREF, doctorante en sciences politique (Centre de recherche IE2IA/UPPA)
    « La chanson kabyle : le passage d’une thématique descriptive et culturelle à une revendication politique »
  • 11h20 Peio ETCHEVERRY-AINCHART, historien et écrivain
    « Martxa eta borroka : le rock comme outil militant au Pays basque »
  • 11h40 Lontzi AMADO-BORTHAYRE, docteur en sciences politiques (Sciences-Po Bordeaux)
    « De la txalaparta à la telecaster, le rock radical basque et le nationalisme radical basque : une rencontre contingente »
  • 12h30 Repas
DISSIDENCES ÉCONOMIQUES, DÉMONDIALISATION ET ALTERNATIVES AU MONDIALISME (PARTIE 1)
  • 14h30 Txomin POVEDA, doctorant en sociologie (SET/UPPA)
    « De la recherche engagée au militantisme éclairé par la recherche, ou comment déplacer l’axiome de la neutralité anxiolytique »
  • 14h50 Adrienne BONNET, juriste-doctorante en droit privé (CDRE/UPPA)
    « Le contrôle des concentrations de sociétés : une barrière à la libération mondiale des échanges ? »
  • 15h10 Julien MATTERN, maître de conférences en sociologie (SET/UPPA)
    « Chercheur engagé, chercheur embarqué ? 1981-1982 : la recherche au service de la modernisation »
  • 15h45 Pause
  • 16h15 Guillaume de GRACIA, chercheur indépendant
    « Des piqueteros aux zadistes : émergence de l’horizontalisme et essence d’une alternative hétérotopique au capitalisme »
  • 16h35 Dominique CUNCHINABE, doctorant en anthropologie (ITEM/UPPA)
    « S’engager entre nature et biodiversité »
  • 17h00 Discussions

VENDREDI 12 FÉVRIER 2016

9h15 Accueil

DU MILITANTISME À LA POLITIQUE
  • 9h30 Maryse CLUCHET, doctorante en anthropologie (ITEM/UPPA)
    « La nature de l’engagement politique du mouvement  »Balai citoyen » au Burkina Faso »
  • 9h50 Hervé TERRAL, professeur de sociologie (Université de Toulouse Jean Jaurès)
    « Le mouvement Convergence occitane (Toulouse) : entre militantisme et lobbying »
  • 10h10 Babacar FAYE, master en sciences politiques et sociologie (Université Charles-de-Gaulle Lille 3)
    « À la recherche d’une normativité sociale au Sénégal : Médias sociaux, Y’en A Marre et le projet d’un Nouveau type de Sénégalais »
  • 10h45 Pause
  • 11h15 TABLE RONDE : discussions avec le monde politico-militant
    David Grosclaude, journaliste et ancien conseiller régional d’Aquitaine, Michel Braud, syndicaliste et vice-président du CFVU de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour
  • 12h30 Repas
DISSIDENCES ÉCONOMIQUES, DÉMONDIALISATION ET ALTERNATIVES AU MONDIALISME (PARTIE 2)
  • 14h00 Arnaud DUPIN, doctorant en histoire (ITEM/UPPA)
    « La SFIO des années 1960 et la jeunesse : un  »rendez-vous » entièrement raté ? »
  • 14h20 Philippe CORCUFF, maître de conférences en sciences politique (Institut d’Études Politiques de Lyon – CERLIS)
    « Enjeux de la critique sociale aujourd’hui, entre sciences sociales, engagement et dérives néoconservatrices »
  • 14h40 Questions
  • 15h00 Pause
  • 15h15 David GARCIA, Manuel QUESADA CARRASCO et Ermengol GASSIOT BALLBÉ (Département de Préhistoire, Université autonome de Barcelone), Alba ARAN HERRERA, Lorena MERLOS
    « L’exhumation de fosses communes de la guerre et de la dictature franquiste. Quelques notes sur l’engagement de l’archéologie et des archéologues dans la lutte contre l’impunité »
  • 15h25 Fanny PARISE, anthropologue et chef de projet innovation (centre de recherche du Groupe SEB pour l’Activité Électrique Culinaire)
    « Moi, l’Anthropologue  »de la Seb  » : entre immersion dans l’industrie et engagement local… »
  • 17h00 Clôture des rencontres

Les études de mobilier : nouvelles approches

Le séminaire archéologie du Master 1 Cultures, Arts et Sociétés de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour aura lieu le vendredi 27 novembre 2015 à L’institut Claude Laugénie, en salle Chadefaud.

Pages de Seminaire-mobilier-final

Il portera sur « Les études de mobilier : nouvelles approches »

Programme du Seminaire

Ah bé tè ! Deuxièmes rencontres anthro-Pau-logiques, février 2016

Ah bé tè ! Deuxièmes rencontres anthro-Pau-logiques

 11-12 février 2016 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Regarder – écouter – s’engager !

Appel à communication

 Cette deuxième édition1  des rencontres « anthro-Pau-logiques » poursuit l’analyse du regard que portent des anthropologues, des collègues des autres sciences humaines et sociales ainsi que la société civile sur les problèmes du monde contemporain. Ainsi, nous souhaitons associer dans nos réflexions la vision de l’historien, du sociologue, du géographe, du juriste, du plasticien, mais aussi de l’ouvrier, du militant syndical, ou du politique… En effet, au-delà des différences disciplinaires ou des divergences politiques, chacun porte un certain regard sur la façon dont les cultures se (re)dessinent, les stratégies sociales se (re)déploient ; en résumé, sur les mutations sociétales.

Cependant, si le regard suffit pour voir, il ne permet pas à lui seul de comprendre ces sociétés puisque les mobiles qui les transportent en les transformant échappent parfois au regard et appellent l’écoute. Les sociétés sont discursives et mélodiques ; elles sont dans la mise en scène, il faut donc les écouter au-delà du regard.

En outre, l’intérêt accordé aux mutations de nos sociétés conduit, en sciences sociales et humaines, à des rencontres avec « le terrain ». C’est ainsi que, par exemple, l’engagement ethnographique demeure une question omniprésente puisque l’ethnographe est personnellement et fortement impliqué dans l’enquête (Favret-Saada 1977). Cette implication peut se traduire sous la forme d’un engagement, que Jean-Pierre Olivier de Sardan (2000) classifie sous trois idéal-types : l’engagement ambigu (intégration forte au milieu), la conversion et le dédoublement statutaire (implication directe sur la scène sociale). Didier Fassin relève également l’ambiguïté épistémologique de la position du chercheur sur la scène sociale, entre engagement et distanciation puisque « le chercheur est engagé par rapport au monde qu’il étudie à la fois comme sujet connaissant et comme sujet citoyen » (Fassin, 1999 : 43). Au-delà de ces modèles scientifiques, nous retrouvons un panel de positionnements dans la société civile : cette dernière s’empare de la notion d’« engagement » à différents niveaux, allant du domaine artistique au champ politique ou écologique. Mais que signifie ce terme « engagement » et en quoi « l’engagement » de l’artiste, du politique, du chercheur en sciences humaines et/ou sociales, etc., renseigne-t-il, par exemple, sur les crises des sociétés actuelles ?

Ces journées s’articuleront autour de ces pistes de réflexion et questions en soulignant dans un premier temps l’engagement, notamment à travers l’image comme média subjectif et la musique engagée. La deuxième journée sera consacrée à la question de la gouvernance en évoquant d’une part le militantisme syndical, politique ou culturel et, d’autre part, les dissidences économiques et alternatives à la mondialisation.

 Jeudi 11 février : Le pouvoir dans les arts

1.1) L’image : un média comme un autre ?

La multiplication des caméras de surveillance en ville, des panneaux publicitaires à

l’entrée des villes marquant le passage d’un monde (rural) à un autre (r-urbain), ou bien l’image du corps de la femme exposée dans les publicités interrogent la société actuelle à travers ses photographies, vidéos ou iconographies (Le Breton 2008). Se pose alors la question de la représentation de l’individu et de la société à travers ces images – parfois numériques, qui sont de plus en plus véhiculées par les réseaux sociaux : miroir artificiel ou reflet d’un monde dont les codes sociaux (éthique, moral, pudeur, etc.) ont évolué ? Ce regard, déjà porté par les historiens de l’art et les plasticiens, réinterroge le rôle de l’image comme action de communication ou comme lecture de transformations sociétales. L’image crée alors de « nouvelles façons de voir » pourrait-on dire, puisant son inspiration entre un imaginaire collectif et une réelle subjectivé.

L’étude critique des médias ou dans les médias (Bourdieu, 1996) analyse ainsi le champ de la production culturelle, les oeuvres produites et leur réception auprès du public ; mais elle met également en lumière les formes de domination symbolique véhiculées par les médias et, en premier lieu, l’image. Pour autant celle-ci s’adresse-t-elle à un récepteur passif et aliéné ? Quel(s) pouvoir(s) et quel(s) statut(s) possède-t-elle, entre fabrication de l’image (Belting 2004), sélection de l’information et symboles utilisés pour faire passer un « message » à travers une photographie, un portrait, un film, ou bien de nombreux autres supports iconographiques.

1.2) La musique engagée

Qu’est-ce qu’une musique engagée ? Quel discours est véhiculé par cette musique ?

Ou autrement, en quoi consiste un engagement en musique ? Ces questions se (re)posent à nous lorsque l’on considère les liens tissés entre des musiques actuelles et des identités territoriales, à l’image de groupes de rock basques (Bidart 2001 et 2003), du rap occitan ou d’autres musiques considérées « à la marge ». Des groupes tels les Fabulous Trobadors ou Les Motivés illustrent ces métissages musico-politiques dits engagés dans la société actuelle. Ils peuvent aussi dénoncer par ailleurs : un groupe de métal basque. « Su Ta Gar », a ainsi intitulé une de ses chansons Jo Ta Ke (littéralement « coup et fumée »), slogan qui fut repris par la suite dans des manifestations de la gauche patriote basque.

Nous invitons ici, au-delà de l’exemple du rap, à interroger propriétés et formes d’engagement au travers des cultures musicales des sociétés actuelles ; qu’elles relèvent du seul registre de la chanson, de l’instrument musical ou de l’expression du corps dansant …

 Vendredi 12 février : Qui gouverne ?

2.1) Du militantisme à la politique

La question des marges et des frontières, déjà en partie débattue lors des premières

rencontres anthro-Pau-logiques, invite à poursuivre l’investigation heuristique sur les lieux et acteurs du pouvoir et ceux qui en sont exclus. En effet, des communautés ou associations culturelles côtoient un système politique mais sont en constantes interactions avec lui. De multiples engagements militants sont ainsi devenus des engagements en politique, à l’image de certains présidents ou animateurs du Festival de Siros dans les Pyrénées Atlantiques (Festival de la chanson et de la culture béarnaise qui, à son apogée, a regroupé en 1977 plus de 14 000 personnes en deux jours. Il repose sur quatre piliers culturels que sont le chant, le théâtre, la danse et le conte béarnais) qui se sont engagés en politique tel le député Jean Lasalle (Castéret 2012), du militantisme politico-culturel du conseiller régional d’Aquitaine David Grosclaude pour obtenir la création de l’office public de la langue occitane, illustrant ainsi cette « société archipel » (Viard 2013), ou encore du syndicalisme agricole de José Bové devenu depuis député européen. Comment expliquer, dans un contexte où les formes d’engagements politiques évoluent (Nicourd 2007), ce passage de la revendication syndicale, associative ou culturelle à une action politique, quels en sont les processus et modes d’action ?

2.2) Dissidences économiques, démondialisation et alternatives au mondialisme

Face à l’agressivité du néolibéralisme économique et des processus d’intégration dans le marché mondial, des voix dissidentes s’élèvent et s’organisent en divers mouvements et pôles de résistance mais aussi comme forces de propositions. Le mouvement altermondialiste concrétise « le passage d’une posture de simple refus de la mondialisation libérale à la mise en avant de politiques alternatives. Une façon de démentir le fameux TINA (There is no alternative) de Margaret Thatcher » (Cassen 2015) et donne toute sa place aux anticapitalistes et libertaires. C’est aussi dans ce contexte d’effervescence humaniste que s’affirment les oppositions au « tout économique » du credo ultralibéral. Du point de vue de l’environnement, l’ouverture du « marché carbone » qui s’appuie sur la vente de quotas ou permis d’émissions polluantes connaît une forte opposition de part son caractère spéculatif et son manque d’éthique, « il n’échappe pas à la spéculation, par le truchement des achats et vente de permis par les intermédiaires financiers qui n’éprouvent pas eux-mêmes la nécessité de réduire leurs émissions mais cherchent une profitabilité rapide » (Jacquemot 2015). À la nécessité de s’opposer se juxtaposent les initiatives pour ré-inventer des économies localisées (Moatti 2006) comme facteur d’innovation sociale (Colibris 2015 – Agir avec le mouvement : créer une monnaie locale. [en ligne] Colibris faire sa part. www.colibrislemouvement. org/agir/guide-tnt/creer-une-monnaie-locale [consulté le 08/09/2015]) alliant écologie et justice sociale.

Proposant une vision critique de « la globalisation » l’économiste Jacques Sapir argumente sur la « démondialisation » qu’il définit « comme la conjugaison d’un retour à de fortes réglementations financières, pénalisant en particulier les mouvements de capitaux à court et très court terme, et de règles assurant que la concurrence se produise non entre systèmes sociaux différents mais entre systèmes sociaux comparables » (Sapir 2012). Dans ce va-et-vient du global au local, Elinor Ostrom constatait l’inefficacité de la gestion des ressources communes par l’État et les firmes et envisageait l’action durable collective (Ostrom 2010). Concernées au plus près par les questions environnementales qui se posent aux territoires, des communautés d’intérêts – qu’elles soient paysannes ou autres – entendent reprendre en main la gestion de ce qu’elles considèrent comme étant leurs territoires.

Assisterons-nous alors à une dilution des pouvoirs des États ? Ou encore à l’émergence d’une autre proposition citoyenne de gouvernance des territoires ?

Appel à communication :

 Nous attendons les propositions de communication (comprenant un titre et un résumé de 10 lignes) avant le 15 novembre 2015, à envoyer à Mathilde Lamothe ou Dominique Cunchinabe (ITEM, UPPA) aux adresses ci-dessous :
mathilde.lamothe@univ-pau.fr
dominique.cunchinabe@univ-pau.fr
Plus d’informations sur le site :
http://item.univ-pau.fr/live/colloques/101+Colloques+2016/+rencontres+anthropologiques+2

Bibliographie :
– BELTING Hans, Pour une anthropologie des images [trad. Jean Torrent], Paris, Gallimard, 2004.
– BIDART Pierre, La singularité basque : généalogie et usage, Paris, PUF, 2001.
– « Rock, basquité, ruralité et post-modernité » , Ruralia revue de l’Association des ruralistes français [en ligne], 1998. URL : http://ruralia.revues.org/35
– BOURDIEU Pierre, Sur la télévision. suivi de L’emprise du journalisme, Paris, Éditions Raisons d’agir, 1996 [2008].
– CASSEN Bernard, « Le moment altermondialiste », actes du colloque Rencontres Anthro-Pau-Logique. Regard sur les sociétés actuelles, Pau, Presses Universitaires de Pau, à paraître (décembre 2015).
– CASTÉRET Jean-Jacques, La polyphonie dans les Pyrénées gasconnes : tradition, évolution, résilience, Paris, L’Harmattan, 2012, 367 p.
– FASSIN Didier, « L’anthropologie entre engagement et distanciation. Essai de sociologie des recherches en sciences sociales sur le sida en Afrique », dans BECKER Charles, DOZON Jean Pierre, OBBO Christian et TOURE Moriba, Vivre et penser le Sida en Afrique, Paris, Karthala, 1999, pp.42-66.
– FAVRET SAADA Jeanne, Les Mots, la mort, les sorts. La sorcellerie dans le bocage, Paris, Gallimard, 1977.
– JACQUEMOT Pierre, Le dictionnaire du développement durable, Auxerre, Éd. Sciences Humaines, 2015, 499 p.
– LE BRETON David, Anthropologie du corps et modernité, Presses universitaires de France, coll. Quadrige Essais Débats, 2008, 330 p.
– MOATTI Sandra, « Monnaies sociales », dans Alternatives économiques, n°247, mai 2006.
– NICOURD Sandrine, « Les engagements ont-ils vraiment changé ? », Sociologies pratiques, n° 15, 2007, p. 1-5.
– OLIVIER DE SARDAN Jean-Pierre, a) Anthropologie et développement : essai en socio-anthropologie du changement social, Paris, Karthala, 1995.
– Le  »je » méthodologique. Implication et explicitation dans l’enquête de terrain », Revue francaise de sociologie, 2000, pp. 417-445.
– OSTROM Elinor, Gouvernance des bien communs. Pour une nouvelle approche des ressources naturelles, Éd. de Boeck, coll. Planète enjeu, 2010, 304 p.
– PERRINEAU Pascal, « Les renouveaux de l’action politique », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n°60, octobre-décembre 1998, pp. 112-117.
– SAPIR Jacques, Qu’est ce que la démondialisation ? [en ligne] RussEurope, 2012. http://russeurope.hypotheses.org/569 [consulté le 08/09/2015

  1. voir le programme de la première édition ici []