Archives de catégorie : Manifestations

Quelle coupure entre histoire contemporaine et histoire immédiate ?

 

L. Jalabert, professeur d’histoire contemporaine à l’UPPA (ITEM EA3002) participera à l’occasion de l’AG de l’Association des Historiens Contemporanéistes de l’Enseignement supérieur et de la recherche à la Table ronde sur le thème : « Quelle coupure entre histoire contemporaine et histoire immédiate ? »   qui aura lieu vendredi 10 novembre 2017, de 14h à 17h30, à la Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris, salle D040 (rez-de-chaussée à gauche en entrant).

1/ 14h-15h30 – Rencontre de l’AHCESR sur le thème : « Quelle coupure entre histoire contemporaine et histoire immédiate ? »

Avec les interventions de :

Anne Boitel, Aix-Marseille Université, TELEMME, auteure d’une thèse, soutenue en 2016, intitulée « Des camps de réfugiés aux centres de rétention administrative: la Cimade, analyse d’une action dans les lieux d’enfermement et de relégation (de la fin des années 1930 au début du XXIe siècle) ».

Françoise Daucé, EHESS, CERCEC, qui abordera le sujet à partir de ses travaux sur l’histoire immédiate de la Russie post-soviétique.

Armelle Enders, Université Paris 8, IHTP, qui relatera son expérience de rédaction d’une histoire du Brésil « jusqu’à nos jours » au cours d’une crise politique majeure.

Laurent Jalabert, Université de Pau, ITEM, qui évoquera son expérience à la rédaction de Cahier d’histoire immédiate.

La discussion sera animée par Julie d’Andurain et Clément Thibaud, pour le bureau de l’AHCESR.

https://ahcesr.hypotheses.org/777

20èmes Rendez vous de l’Histoire

EURÊKA
Inventer, découvrir, innover
Blois du 04 au 08 octobre 2017
2017-10-07, 18H – 19H30 École du Paysage, Grand Amphi

L’innovation est-elle nécessaire dans la viticulture? Regards croisés

L’objectif de cette table-ronde est de questionner nos représentations sur le monde vitivinicole et son histoire. Ainsi, autour de chercheurs dont les travaux portent sur l’histoire de vignobles à des périodes différentes, ainsi que grâce à la présence d’une professionnelle, il sera question de débattre autour de la notion d’innovation dans la viticulture. Celle-ci est particulièrement intéressante car elle remet en cause les stéréotypes entourant bien souvent dans le grand public la viticulture, régulièrement associée à des idées de tradition, de permanences et de fixité (cf. la notion de « terroir »).

En effet, habituellement, le vin et sa production sont présentés comme des objets assez immuables, issus d’une tradition se perpétuant depuis des générations. Si cette image est en partie portée par les acteurs eux-mêmes de la filière, elle l’est aussi par les communicants qui n’hésitent pas à jouer sur les ressorts de la patrimonialisation et de l’héritage. Surtout, elle a été pendant longtemps défendue par certains chercheurs qui, autour de la construction intellectuelle qu’est le terroir, ont eu tendance à confirmer ce biais de lecture, tandis que les évolutions étudiées étaient surtout appréhendées par un angle dépréciatif (les grandes crises, les maladies, etc.).

Or depuis plusieurs années, de nombreux travaux ont montré que, contrairement aux idées reçues, les vignobles sont soumis à de multiples évolutions positives, portées par des innovations aux natures très diverses.

Ce sont ces deux aspects (la présence d’innovations et leur nature) qui seront plus particulièrement étudiés dans cette table-ronde, organisée sous l’égide de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (laboratoire ITEM- Chaire HCP), qui s’adresse à la fois au grand public intéressé par l’histoire et aux chercheurs spécialistes ou non.

Modérateurs

Stephane LE BRAS

Maître de conférences
université Clermont-Auvergne

Intervenants

Sandrine LAVAUD

Maître de conférences
université Bordeaux-Montaigne

Laurence GUERIN

Directrice
VinOpôle Centre-Val de Loire

Benoît MUSSET

Maître de conférences
Université Le Mans

Inauguration de PCILab au ministère de la Culture

Porté par l’ethnopôle InOc Aquitaine en partenariat avec le laboratoire ITEM de l’UPPA, sous maîtrise d’ouvrage de la Direction générale des patrimoines du Ministère de la culture et de la communication, le projet PciLab a pour objectif la valorisation publique de l’Inventaire français du Patrimoine culturel immatériel, en explorant les possibilités aujourd’hui offertes par le web sémantique (web 3.0).

Il a été officiellement mis en ligne le 03 octobre 2017 au Ministère de la culture : https://www.pci-lab.fr/

Le site web PCILab valorise les 385 pratiques et savoir-faire inscrits à l’Inventaire français dont 15 inscrits sur les listes de l’Unesco. Dans un contexte de diversité culturelle et linguistique, il propose une nouvelle forme de navigation afin de restituer au mieux toute la richesse des pratiques et des savoir-faire. Il expérimente en outre la collaborativité à travers le Projet PCI de l’encyclopédie libre et collaborative Wikipédia.

À l’occasion de cette présentation, une journée de sensibilisation et de contribution à Wikipédia, en français et dans diverses langues de France (occitan, basque, breton, créole, kanak…) est organisée au ministère de la Culture en direction des acteurs du PCI et des wikimédiens, en partenariat avec le Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique et Wikimédia France.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet:Edit-a-thon_PciLab

Commons, environmental resources and cultural heritage

Commons, environmental resources and cultural heritage
Historical and archeological perspectives
I International Workshop on the Archaeology of Commons

Scuola di Scienze Umanistche
via Balbi 2, Aula Magna
Università di Genova

Commons are a cross-road theme. This is a topic of interest to social historians, historical geographers, archaeologists, anthropologists, lawyers and environmental scientists. At the workshop we aim at provide scholars and research groups from different countries with the opportunity to explore and debate various aspects and issues pertinent to the study of ‘commons’. These areas will be examined from different perspectives and in the context of more general themes relating to archaeology and social history. The objective of the papers and discussions is to highlight and examine how the investigation of a ‘commons’, as a specific theme, can “force” the modification of questions concerning the sources and, as a consequence, modify the diverse methodologies adopted in their employment.
The workshop is the conclusive event of the ARCHIMEDE project (“Archaeology of Commons: cultural Heritage and Material Evidence of a Disappearing Europe” Marie Curie IEF based at the University of the Basque Country UPV-EHU) and will be the occasion for the launch of the “European Network for the Archaeology
of Commons”.

A noter, le 25 septembre:

Melanie Le Couedic (Université de Pau), Marc Conesa (Université de Montpellier): Histoire et archéologie des communs : jeux d’échelles et étude de cas

Voir le programme complet

Rencontre au Sommet, 22 septembre 2017

La Maison de la Montagne, la Médiathèque de la Montagne Henri Barrio, le Salon du Livre Pyrénéen de Bagnères-de-Bigorre, le Parc National des Pyrénées et Le Pas d’Oiseau Editions ont le plaisir de vous inviter à une nouvelle Rencontre au Sommet :

Estives d’Ossau 7 000 ans de pastoralisme dans les Pyrénées
Rencontre avec Mélanie Le Couédic et Patrice Dumontier

Vendredi 22 septembre à 18 heures
Médiathèque de la Montagne Henri Barrio (Cité des Pyrénées, 29 bis rue Berlioz à Pau)

Voir le programme

Febus 2.0 : présentation, 19 octobre 2017

Le laboratoire de l’université de Pau et des pays de l’Adour ITEM (EA 3002) est partenaire du projet Febus 2.0, porté par l’Atelier In8 installé à Serres-Morlaàs, lauréat de l’appel à projets régional Aquitaine Cultures connectées 2015.

Cette création transmédia vise à présenter le patrimoine intellectuel et territorial du Béarn de Fébus à travers trois bandes dessinées (format 16 x 24cm, 32 pages, couleur), une application gratuite pour téléphone mobile ou tablette, permettant un jeu géolocalisé articulé à la lecture et à des visites des sites dits fébusiens.

Les trois bandes dessinées (Zénith, Soleil noir, Eclipse) ont été scénarisées par Lucie Braud, alias Catmalou (adaptatrice du roman Le dernier des Mohicans) : elles retraçent les grands moments de la vie de Fébus entre roman d’espionnage et policier. Les dessins, inspirés de l’esthétique des comics, sont signés Joseph Lacroix, dessinateur toulousain qui a travaillé pour les éditeurs américains de Diablo 3 et World of Warcraft. Véronique Lamazou-Duplan et Dominique Bidot-Germa, maîtres de conférences en histoire du Moyen Âge à l’UPPA, ont apporté leur conseil scientifique à ces bandes-dessinées, créations qui ciblent les élèves de collège.

Depuis le 1er juin 2017, le site www.febusaban.fr est ouvert, les comics ont été distribués à 8000 collégiens béarnais et sont disponibles sur le site web, dans les Espaces Culturels Leclerc du sud-ouest, l’application mobile est téléchargeable…

Après des présentations et signatures organisées en Béarn, aux châteaux de Moncade en juin, de Montaner, en juillet,

Prochain rendez-vous, le jeudi 19 octobre, à Pau, Espace culturel Leclerc Parvis 3,

en présence de Lucie Braud, Joseph Lacroix, Véronique Lamazou-Duplan, Dominique Bidot-Germa et de toute l’équipe de l’Atelier In8.

Séminaire international de formation avancée CPIM

LES CULTURES POLITIQUES DANS LA PÉNINSULE IBÉRIQUE ET AU MAGHREB  (VIIIe-XVe siècle)

Séminaire international de formation avancée – Bielle en Ossau,  2 au 5 octobre 2017

Session 2017 : le recours aux armes

Organisé par les universités de Bordeaux-Montaigne, Pau et Pays de l’Adour, Toulouse-Jean Jaurès, et leurs laboratoires respectifs, en partenariat avec l’École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), ce séminaire vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb au Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.

Cette première édition 2017 (celles de 2018 et 2019 sont déjà programmées) portera sur la place occupée par le recours aux armes dans les cultures politiques en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle. Le choix du terrain exclut la prise en compte des violences crapuleuses (banditisme, agressions, rixes, etc.), même si la distinction n’est pas toujours facile à établir avec certaines situations qui seront étudiées. Par ailleurs, conformément à l’orientation générale de l’atelier, l’étude des pratiques et de l’imaginaire politiques sera privilégiée sur celle, plus habituelle s’agissant de ces questions, des discours et des représentations. La réflexion s’articulera autour de trois grands types d’événements : la contestation violente de l’autorité ; les affrontements armés dans le champ politique ; la guerre.

Le séminaire réunira à Bielle en vallée d’Ossau, du 2 au 5 octobre 2017,

  • six formateurs, spécialistes de la thématique : Yassir Benhima (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) ; Arsenio Dacosta (Universidad de Salamanca) ; Sophie Gilotte (UMR 5648 CIHAM, Lyon) ; Fabienne Guillén (Université de Pau et des pays de l’Adour) ; Juan José Larrea (Universidad del País Vasco / Euskal Herriko Unibertsitatea).
  • douze doctorants ou jeunes docteurs, sélectionnés sur dossier via la plate-forme de la Casa de Velázquez. Après l’appel à candidatures, 27 dossiers ont été examinés, 12 candidats ont été retenus, majoritairement issus d’universités ibériques.
  • des étudiants de Master issus des universités organisatrices.

Chaque journée de travail sera partagée entre la présentation des travaux des jeunes chercheurs et les interventions de deux formateurs qui prononceront une conférence et animeront un atelier pratique (sur les sources, la bibliographie, les notions…etc.). Les langues de travail seront le français, l’espagnol, le portugais et l’anglais. Dans l’année suivant le séminaire, un ouvrage regroupant les contributions des formateurs, des doctorants et des jeunes docteurs sera publié.

Programme :

Télécharger le programme

Coordinateurs :
Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne) et Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Comité d’organisation :
Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès), David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent Callegarin (Casa de Velázquez), Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne), Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne), Fabienne Guillén (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

À l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ce projet est porté par le laboratoire ITEM (EA 3002 Identités, Territoires, Expressions, Mobilités), en partenariat avec l’École doctorale SSH, le soutien de la Fédération de recherche Espace Frontière Métissage, le laboratoire Langues Littératures Civilisations de l’Arc Atlantique, le Conseil de la Recherche LLSHS.

Pour plus d’informations, site CPIM : http://ausonius.u-bordeaux3.fr/cpim

Classical Antiquity & Memory

Intergenerational. Interdisciplinary. International Conference
28-29-30 September 2017 @ Bonn, Germany
what, why & how
we do re-member
Classical Antiquity
Come then, and let us pass a leisure hour in storytelling,
and our story shall be the education of our heroes.
Plato, Republic, Book II
I enquire now as to the genesis of a philologist and assert the following:
1. A young man cannot possibly know what Greeks and Romans are.
2. He does not know whether he is suited for finding out about them.
Nietzsche, Unzeitgemässe Betrachtungen

 

To remember is to deviate from the retrospective quest for any possible beginning, and critically focus on the remediated artefact within its new context. Apart from re-membering classical antiquity though, we aim at the establishment of a hub for students, researchers, artists, and anyone interested in the fascinating world of classical antiquities that keeps haunting our post-modernities in the most stunning ways.

Let this conference inaugurate a hub of people, networks, projects, ideas, who love to… remember and/or forget our most mythical pasts (sic)!

Best Wishes!

Penelope Kolovou & Efstathia Athanasopoulou

http://memory.strikingly.com/

CONF Memory Final Programme 15.09.017

Intervention de Tiphaine Besnard :
The odyssey of the Ancient references: When contemporary artists are inspired by Homeric and Ovidian poems

Solidarités à l’épreuve du politique et du religieux

Table-ronde : CESSMA UMR 245-INALCO/ RIAM-FMSH/ ITEM-UPPA
Les nouvelles solidarités à l’épreuve du politique et du religieux (Europe, Afrique, Amériques, Asie)
 12 et 13 octobre 2017 – INALCO,  Salle 3-26
75013 Paris. Métro Bibliothèque François Mitterrand

 

Bref argumentaire

L’analyse de la formation des subjectivités dans les mondes européens, africains, asiatiques, américains et dans les mondes arabes et musulmans, interroge le rapport entre les solidarités verticales et horizontales, interroge la dimension du genre. Ce rapport se décline de différentes manières selon les différents « régimes d’historicité ».  On partira de lectures croisées de chercheurs et des terrains étudiés ou à étudier pour identifier l’existence ou non de nouvelles solidarités. Sous les termes « nouvelles solidarités », on entend appréhender les types d’entraide sociale, les systèmes normatifs de référence, les formes solidaires et leurs métamorphoses dans les sociétés, notamment dans les groupes restreints d’appartenance et leurs réseaux communicationnels.

Au cours de la table-ronde, on s’emploiera à analyser :
– les modes de recompositions politiques, religieuses et la question des solidarités à l’épreuve de crises dont il conviendra de caractériser les formes. Quel rapport établir alors entre crises politiques, socio-économiques et recherche de nouvelles solidarités ?
– les questions de l’affirmation des subjectivités politiques et religieuses dans le contexte des sociétés contemporaines en mouvement. On tentera aussi de répondre à la question de savoir, si les solidarités actuelles (verticales et horizontales) sont encore pertinentes pour analyser les subjectivités politiques, religieuses et diasporiques.

 

PROGRAMME

Jeudi 12 octobre 2017 : 14h00- 17h30

14h 00 : Accueil des participants

14h10 – 14h30 : Robert ZIAVOULA, (CESSMA/RIAM-FMSH) Les solidarités socio-spatiales de l’idéologie participative et glocal

14h 40– 15h 00 : Michèle LECLERC-OLIVE (IRIS-EHESS/ RIAM-FMSH) Solidarités « traversantes » et  lien d’acteurs

15h10 – 15h30 : Sonia DAYAN-HERZBRUN, (LCSP -Paris Diderot/ RIAM-FMSH) Mobilisations collectives et religions: nouvelles géographies du politique »

15h40 –15h55 : Pause

16h00 -16h20 : Kae AMO (Fondation France-Japon- EHESS/RIAM-FMSH) Une nouvelle solidarité politique et/ou religieuse d’en haut et d’en bas: expériences entre le Sénégal et le Japon

16h30- 17h30 : débat général et suspension des travaux


Vendredi 13 octobre 2017 : 9h30-12h00

9h30 – 9h40 : Idrissa MANE (ITEM-UPPA/RIAM-FMSH) Sénégal : la da’wa salafiyya à l’épreuve des nouvelles solidarités soufies

9h50 – 10h00   : Abel KOUVOUAMA (ITEM-UPPA/RIAM-FMSH) Nouvelles solidarités et formation des subjectivités à l’épreuve du politique et du religieux : questions théoriques et épistémologiques (suite)

10h10 – 10h20 : Pause

10h20 – 11h30 : débat général

11h 30- 12h 00 : conclusions de la table-ronde : R. ZIAVOULA et A. KOUVOUAMA

 

Le « petit » dans le monde vitivinicole

Colloque international
Le « petit » dans le monde vitivinicole
Université de Pau et des Pays de l’Adour – 27-29 septembre
Amphithéâtre de la Présidence

Ce colloque interdisciplinaire et international a pour objectif d’interroger la notion de « petit » dans le monde vitivinicole. Il s’agira de réfléchir à la définition et aux contours de ce concept, ainsi qu’aux différentes opportunités qu’il ouvre pour appréhender et étudier la filière vitivinicole. Il vient conclure une première étape dans un programme de recherche décennal sur « La vigne et le vin dans le Midi aquitain à la lumière d’autres territoires : histoire, cultures et patrimoines de petits vignobles » porté par le laboratoire de recherche ITEM. Ainsi, cette manifestation s’inscrit dans la continuité des séminaires tenus entre 2014 et 2016 ayant abouti à la publication des Petits vignobles : des territoires en question sous la direction de Stéphane Le Bras, paru aux PUR en 2017.

Dans une conjoncture agro-alimentaire actuelle où la mise en valeur du naturel, du sain, des circuits directs, associée à la dénonciation du gigantisme et de l’industrialisation des processus de production offrent un terrain favorable à des travaux sur ces thématiques, la problématique du « petit », recoupant ces préoccupations-là, trouve tout son sens.En réunissant ainsi plus d’une trentaine de chercheurs français et internationaux, l’intention des organisateurs de ce colloque (Laurent Jalabert, Stéphane Le Bras et Guilhem Ferrand) est de mettre en perspective la notion de « petit », de réfléchir à ses significations dans le cadre vitivinicole et de chercher à appréhender cette filière par un biais nouveau, en décentrant le regard des entrées classiques (les « grands » vignobles, les « grands » crus, les « grandes » propriétés, etc.).  Au croisement des études en sciences sociales sur les marchés, les questions de représentations, la construction des identités ou la valorisation des produits et des territoires, il sera dès lors question d’une remise à plat et d’une réinterprétation des schémas classiques d’analyses d’un secteur en constante transformation. Enfin, comme cela fut le cas lors des séminaires depuis 2014, de nombreux professionnels de la filière locale et nationale viendront éclairer les débats de leur expérience et de leurs retours. Dans ce cadre, les participants au colloque seront par ailleurs invités dans une propriété viticole en Jurançon (domaine Camin Larredya de Jean-Marc Grussaute (http://www.caminlarredya.fr/) où seront offertes une visite et une dégustation, permettant de mettre en relief les enjeux et les aboutissements d’une production dans un « petit » vignoble.

Télécharger le programme

Pour toute information : stephane.lebras@yahoo.fr

D’une femme à l’autre, Catherine Deneuve à travers les décennies

Université de Pau et des Pau de l’Adour
Programme de recherche Pouvoir(s) et Misogynie
Fédération de recherche EFM, Laboratoires ITEM et LLCAA
Conférence de Gwenaëlle Le Gras
9 septembre 2017 – 16 h

Médiathèque A. Labarrère, Pau 

D’une femme à l’autre, Catherine Deneuve à travers les décennies

Catherine Deneuve est une star toute indiquée pour mettre à jour les changements des représentations du statut des femmes et des rapports de sexe dans le cinéma français depuis la fin des années 50. Car si cette star a maintenu son statut sur cette longue période, en incarnant plusieurs types d’identités culturelles souvent contradictoires, la logique de l’image Deneuve n’est peut-être pas à chercher dans des personnages filmiques types, afférents à une époque ou un courant filmique, mais dans l’évolution de la représentation des femmes.

Gwenaëlle Le Gras est maîtresse de conférences en études cinématographiques à l’Université Bordeaux Montaigne. Elle travaille principalement sur les star studies et les approches culturelles du cinéma français classique et contemporain (représentation et réception). Elle a publié Catherine Deneuve, une « star » française entre classicisme et modernité (2010), Michel Simon, l’art de la disgrâce (2010). Elle a créé et co-dirige la revue en ligne Genre en séries : cinéma, télévision, médias depuis 2015.

Cette conférence fait partie du programme de recherche de la fédération EFM « Pouvoir(s) et misogynie – Les cas de l’Espagne et de la France » mené par les laboratoires ITEM et LLCAA, sous la direction de Maurice Daumas (ITEM, EA 3002) et Nadia Mékouar-Hertzberg (LLCAA, EA 1925) en partenariat avec l’Institut Cervantes de Bordeaux, la Mutuelle Générale de l’Éducation Nationale (MGEN) et laDirection départementale de la Cohésion Sociale (DDCS) des Pyrénées-Atlantiques. Elle s’insère dans le deuxième cycle de conférences du programme intitulé : « Misogynie, violences et institutions ». Plus d’informations : http://frontieres-metissages.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/misogynie/pouvoir-et-misogynie.html

 

Conférence ouverte à toutes et à tous

Contacts :

Maurice Daumas – UPPA : mau.daumas@wanadoo.fr

Nadia Mékouar-Hertzberg : nadia.Mekouar-Hertzberg@univ-pau.fr

Cahier d’Histoire Immédiate

Les Cahiers d’Histoire Immédiate est une revue semestrielle consacrée à l’histoire la plus contemporaine.
Après deux ans d’interruption, la publication de la revue reprend
aux éditions Cairn sous la direction scientifique de l’UPPA et du laboratoire ITEM EA 3002.

Le numéro 49 composé d’un dossier thématique intitulé « Lectures de la Révolution cubaine dans l’espace atlantique » et  de varias vient de paraître :

« La fascination pour Cuba est ancienne. Le dossier invite à réfléchir aux lectures, aux résonances et aux réceptions de la Révolution, dans la Caraïbe et, au-delà, dans l’espace atlantique. En d’autres termes, il s’agit de voir de quelle façon la Révolution cubaine, notamment à ses débuts, a engendré, tout un cortège de représentations, romantiques ou pragmatiques, et de montrer que celle-ci s’ est diffusée à la fois comme une source d’inspiration
théorique féconde et un modèle d’action auprès d’une génération de
militants et d’activistes anti-impérialistes. De plus, il s’agit d’examiner comment, par l’intermédiaire d’organismes paragouvernementaux tels que l’Organisation de solidarité des peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine (OSPAAL), plus connue sous le nom de Tricontinentale, le régime révolutionnaire cubain a ouvertement pratiqué une politique anti-impérialiste de soutien à des mouvements révolutionnaires, surtout jusqu’en 1968, date à partir de laquelle il avait tempéré son activisme internationaliste au profit d’un alignement croissant sur la politique prudente pratiquée par l’URSS à destination du tiers-monde. En conséquence, différents types d’impacts de cet activisme cubain au plan géopolitique, notamment sur les relations bilatérales franco-cubaines dans les Caraïbes, au Mexique, en Afrique de l’Ouest, sont ici analysés. »

Plus d’informations

Le numéro 50 qui sera publié à l’automne 2017 comportera un Dossier intitulé « Une histoire en chantier: l’histoire de la Vème République » et des varias.

Les chercheurs, notamment de jeunes chercheurs, peuvent soumettre des articles au comité de rédaction.  Ceux-ci sont à expédier pour le prochain numéro (50) qui paraitra à l’automne 2017 avant le 15 août sous un format word (30 000 signes espaces compris) à laurent.jalabert@univ-pau.fr  ou Joëlle Saucès joelle.sauces@univ-pau.fr

Les articles sont soumis et expertisé à un membre du comité de lecture avant d’être discuté en comité de rédaction.

Pour les numéros suivants (51 et 52) qui paraitront fin 2017 et au printemps 2018, les propositions d’articles sont à expédier avant le 15 octobre 2017 ou le 15 janvier 2018.

Journées Nationales de l’Archéologie 2017

La 8e édition des Journées nationales de l’archéologie (JNA) se déroulera  du vendredi 16 au dimanche 18 juin 2017.

Pilotées par l’Inrap sous l’égide du ministère de la Culture, ces journées mobilisent l’ensemble de la communauté archéologique en France métropolitaine et en outre-mer.

Les JNA sont un rendez-vous incontournable pour découvrir les différentes facettes de l’archéologie.

Ces journées sensibilisent le public à la diversité du patrimoine archéologique et présentent les dernières avancées de la recherche.

Tous les acteurs de l’archéologie s’associent pour faire découvrir au plus grand nombre les richesses et les coulisses de la discipline.

Musées et sites archéologiques, laboratoires, centres d’archives, organismes de recherche, universités, associations, collectivités territoriales, offices de tourisme et bibliothèques organisent des activités originales et familiales qui contribuent au rayonnement de l’archéologie.

Nadine Béague, François Réchin, Benoît Pacé , chercheurs et archéologues au laboratoire ITEM -UPPA, participent à cette 8ème édition :

Le musée de Borda, musée municipal de la ville de Dax, organise deux journées de découverte de l’histoire de Dax et son territoire, de la préhistoire à l’époque moderne, en partenariat avec le SRA Nouvelle-Aquitaine, l’Inrap, la société HADES, les universités de Bordeaux-Montaigne et de Pau Pays de l’Adour, le CRAL.

Conférence – Casino de Dax

samedi 17 juin

Aux origines de Dax : de la préhistoire aux Eaux des Tarbelles

10h-10h20 Accueil des participants et introduction par F. Réchin (UPPA)
10h20-10h40 Exploiter les ressources naturelles de la préhistoire à l’Antiquité
N. Béague (INRAP), avec la collaboration de C. Normand (TRACES)
14h20-14h40 Dax et son territoire dans l’Antiquité. Un exemple d’approche spatiale utilisant les Systèmes d’Information Géographique
B. Pace (doctorant UPPA), avec la collaboration de S. Cabes (chargé de cours à l’UPPA)

Retrouvez le programme complet : http://journees-archeologie.fr/c-2017/fiche-initiative/3851/Salon-du-Casino-de-Dax