Archives de catégorie : Colloque, journée d’étude, séminaire

Les institutions culturelles sont-elles misogynes ?

Université de Pau et des Pays de l’Adour
Fédération Espaces – Frontières – Métissages
Laboratoires ITEM et LLCAA
 
Les institutions culturelles sont-elles misogynes ?
 France-Espagne, regards croisés
Journée d’étude II
1er décembre 2017 – UPPA
Salle du Conseil – UFR LLSHS
9h/17h

Voir le programme

Cette journée d’étude fait partie du programme de recherche « Pouvoir(s) et misogynie » mené par les laboratoires ITEM et LLCAA de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour,  dans le cadre de la fédération EFM.

En partenariat avec l’Institut Cervantes de Bordeaux, la Mutuelle Générale de l’Éducation nationale (MGEN), et la Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) des Pyrénées-Atlantiques, ce programme a pour objet d’étude la misogynie dans ses rapports avec le(s) pouvoir(s) notamment au travers des institutions culturelles. Elle fait suite à une première journée d’étude sur la même thématique.

L’objectif de la rencontre sera d’aborder le fonctionnement des institutions culturelles actuelles en tenant compte des rapports de genre. Ce faisant, il s’agira également de croiser les constats, les réflexions et les conclusions à propos de deux situations différentes, mais comparables : celles de l’Espagne et de la France.

Les « institutions culturelles » désignent toute structure collective publique ou privée promouvant la culture populaire ou savante, ses traditions et ses créations. Peuvent être englobés les services culturels tels que musées, patrimoines, spectacles vivants, les filières de l’écrit, du son, de l’image, les arts du spectacle, les arts audiovisuels, etc. Sachant que les institutions jouent par définition un rôle contraignant et normatif, dans quelles mesures exercent-elles une action réformatrice voire novatrice sur la question des relations de pouvoir(s) femmes/hommes dans ces deux pays ? En quoi les évolutions comportementales récentes, les politiques menées, les discours tenus et les mesures prises en matière d’égalité femmes/hommes dans ces deux pays impactent-ils les institutions culturelles et rénovent-ils les relations de pouvoirs femmes / hommes qui s’y nouent ? Ou, à rebours, ces mêmes institutions parviennent-elles à jouer un rôle moteur dans ce domaine, innovant une répartition plus homogène de l’exercice des pouvoirs, mais aussi des savoirs, entre les sexes ?

Il convient également d’accorder toute son importance à l’émergence de la figure de la femme artiste (auteure, sculptrice, cinéaste, peintre, etc.). De permanentes négociations avec les assignations sexuées leur permettent d’occuper les espaces institutionnels culturels. Quelle est la reconnaissance de leurs pairs (essentiellement masculins) ? Quels sont leur statut et la reconnaissance sociale dont elles bénéficient ? Quelle place occupe-t-elle dans les espaces institutionnalisés de la création et de la production culturelles ? Comment sont considérées leurs actions, leurs innovations et leurs créations en matière culturelle ?

Nous proposons 3 axes d’étude principaux :

  1. les « études de genre » et le concept de genre ont-ils permis une évolution des institutions culturelles ? Constituent-ils des contre-pouvoirs efficaces à la « domination masculine » et au sexisme ?
  2. Ces institutions et les créations (littéraires et artistiques) qu’elles « autorisent » contribuent-elles à faire évoluer les stéréotypes de genre ? Ou les reconduisent-elles ?
  3. Les relations de pouvoir(s) entre les femmes et les hommes, les inégalités femmes/hommes longtemps patentes dans les domaines de la production et de la gestion culturelles évoluent. Mais dans quel sens ? À quelles conditions ? Et pour quels effets dans les sociétés espagnoles et françaises ?

Lors de la journée d’étude seront également abordés quelques éléments de l’enquête « Egalité femmes-hommes à l’UPPA » menée au cours de l’année 2017 et en collaboration avec la charge de mission « Parité – Égalité – Laïcité » de l’UPPA.

Plus d’informations : http://frontieres-metissages.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/misogynie/pouvoir-et-misogynie.html

Contacts :

 

 

Patrimoine d’encre – Archives d’écrivains

2ème séminaire transpyrénéen

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Bâtiment d’Alembert – 2ème étage – Salle 208

Les 15 et 16 novembre prochains se tiendra le deuxième séminaire transpyrénéen du programme Patrimoine d’encre transpyrénéen.

L’équipe interdisciplinaire internationale Patrimoines d’encre transpyrénéenne (28 chercheurs transfrontaliers, internationaux et professionnels extérieurs) s’est fédérée pour accomplir une mission de sauvegarde, d’étude et de valorisation de manuscrits et de textes tombés dans l’oubli et ainsi valoriser tout un patrimoine riche en contenus linguistiques, culturels et artistiques.

Voir le programme

Ouvert au grand public

Modern Classicisms, London, 10/11/2017

Modern Classicisms: Classical Art and Contemporary Artists in Dialogue

Location
King’s College London – Great Hall King’s Building Strand Campus
When
10/11/2017 (09:00-17:00)
What is it about Greek and Roman art that still captivates the modern imagination? 
How can contemporary art help us to see the classical legacy with new eyes?
 And what can such modern-day responses – situated against the backdrop of others over the last two millennia – reveal about our own cultural preoccupations in the twenty-first century?The art of ancient Greece and Rome is not just a thing
 of the past, it also exists in the present day – whether 
as ideal, antitype or point of departure. During the 2017–2018 academic year, King’s College London is hosting a range of events exploring contemporary responses to classical visual traditions: these will include an exhibition at Bush House 
in in March/April 2018, organised in collaboration with the Musée d’Art Classique de Mougins, and designed to coincide with our co-hosting of the AAH Annual Conference.Our opening Modern Classicisms workshop on 10th November sets out to explore the contemporary relevance of classical visual traditions: by bringing together art historians, collectors, critics and artists, we aim to examine what the classical artistic legacy means from the vantage-point of contemporary artistic practice.
Confirmed artists, speakers and respondents include: Tiphaine Besnard, Bruce Boucher, Matthew Darbyshire, Brooke Holmes, Nick Hornby, Polina Kosmadaki, Lisa Le Feuvre, Christian Levett, Simon Martin, Minna Moore-Ede, Verity Platt, Elizabeth Prettejohn, Marc Quinn, Mary Reid Kelley and Caroline Vout.
For more information, please visit here.

The full programme – complete with biographies of speakers – can be downloaded here

Contact:

Registration for this event will open in August. Places will be limited, and early booking is advised; there will be a small charge for tickets (which will contribute to the costs of the provided refreshments, lunch and evening reception).

Timings are provisional and more detailed information will also be released on this website in August 2017. Alternatively, please get in touch with Dr Michael Squire directly (michael.squire@kcl.ac.uk).

Multiculturalité et plurilinguisme

Les manifestations scientifiques « Multiculturalité et plurilinguisme » (2017) prennent place dans les recherches de l’axe 2 « Les frontières en question(s) » de la Fédération Espaces, Frontières, Métissages, et elles s’inscrivent plus spécifiquement dans le programme « La déterritorialisation : vers une politique des frontières ».

Journée d’étude « Multiculturalité et plurilinguisme »
9 novembre 2017
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Salle du Conseil de l’UFR LLSHS

Programme

9h30 : Accueil
9h50 : Ouverture de la journée d’études (Nadia Mekouar, Directrice de la Fédération EFM)

Présidente de séance :
Tanella Boni (Université Félix-Houphouët-Boigny, Abidjan, Côte d’Ivoire)
10h10 Hédia Abdelkéfi (Université Tunis El Manar, I2L, Tunisie), « La perception de la différence dans l’espace multiculturel »
10h40 Abel Kouvouama (Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM, France), « Les techniques du récit romanesque dans Le commencement des douleurs de Sony Labou Tansi »
11h10 Hayet Ben Charrada (Université Tunis El Manar, I2L, Tunisie), « Affleurements biculturels dans le roman francophone tunisien de notre époque »

Présidente de séance :
Isabelle Chol (Université de Pau et des Pays de l’Adour, CRPHLL, France)
14h15 Jean Khalfa (Trinity College, Université de Cambridge, Royaume-Uni), « Comment cartographier un art sans territoire: les avant-gardes roumaines »
14h45 Galia Yanoshevsky (Bar-Ilan University, ADARR, Israël), « Les imaginaires du pays dans les guides touristiques »

 

Présidente de séance :
Hédia Abdelkéfi (Université de Tunis El Manar, I2L, Tunisie)
15h45 Françoise Hapel (Université de Pau et des Pays de l’Adour, CRPHLL, France), « La prise en compte du plurilinguisme dans l’enseignement du FLE à l’université : de la théorie à la pratique »
16h15 Michèle Haensel (Université de Pau et des Pays de l’Adour, EXPERICE, France), « Le langage sifflé, une ritournelle reterritorialisante »
Contacts :
Abel Kouvouama (ITEM) : abel.kouvouama@univ-pau.fr
Isabelle Chol (CRPHLL) : isabelle.chol@univ-pau.fr
CRPHLL – EA3003 Centre de Recherche en Poétique,
Histoire Littéraire et Linguistique

Dialogues France-Brésil

Représentations de l’ailleurs. Espaces, imaginaires, circulations

Du 15 novembre 2017 au 17 novembre 2017

Colloque organisé par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (Fédération de Recherche « Espaces, Frontières, Métissages », laboratoires Arc Atlantique, CRPHLL, ITEM & UMR PASSAGES), en partenariat avec l’Université Fédérale Fluminense (Niterói, Brésil), et le Groupe de recherche H-57 T3 AXEL « Textes, Territoires, Technologies. Analyses Croisées Entre Langages » (UNIZAR, Espagne).

Argumentaire :

Centré autour des représentations de l’ici et de l’ailleurs, ce colloque interdisciplinaire, transculturel et international souhaite interroger la question des territoires, des sociétés, des imaginaires et des circulations entre la France et le Brésil, de l’Indépendance à nos jours.

Thématiques privilégiées :
– Territoires : espaces, limites, frontières, imaginaires géographiques.
Pourquoi et comment l’histoire et la géographie respectives du Brésil et de la France interrogent-elles la question des imaginaires géographiques, et notamment celle des frontières ? Comment ces imaginaires géographiques dialoguent-ils entre eux ?

– Circulations : récits de voyageurs, explorations, migrations, diasporas, diffusion des textes et des idées, traduction, communication.
Comment la littérature inscrit-elle et traduit-elle l’ici et l’ailleurs dans ce dialogue France-Brésil ? Quelles interactions, quels croisements, quelles oppositions peut-on observer et analyser dans les représentations romanesques et poétiques de ces notions ? Comment les idées et les textes circulent-ils dans ces paysages géographique, textuel et linguistique ? Quels moyens et supports emploient-ils ? – Quelles traductions en découlent, peuvent les porter ?

– Sociétés : histoires, métissages, identités, mémoires, représentations.
Ici seront favorisées les approches interdisciplinaires autour des identités et mémoires (locales, régionales, nationales et transnationales). Quelles identités se sont construites, au fil du temps, dans les territoires de ces pays ? Quelles mémoires portent ces identités ?

Télécharger le programme (851.9 KB)

 

1914 – 1918, la société française en guerre

Colloque « 1914 – 1918, la société française en guerre »
Nouveaux regards, nouvelles approches
Musée d’Aquitaine – Bordeaux

 

Ce colloque s’inscrit dans le cadre des manifestations scientifiques organisées à l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale et accompagnant l’exposition « 1917. Voilà les Américains ! », que consacrent le Centre national Jean Moulin et la ville de Bordeaux à l’arrivée des troupes américaines à Bordeaux et dans les communes limitrophes.

Si les mobilisations militaires, et leurs implications économiques et politiques en France ont été largement étudiées, les perceptions mentales qu’ont les français des changements, sociétaux, culturels, politiques et économiques qu’induit le conflit au sein d’une société encore traditionnelle, ainsi que les modifications de paradigmes qu’elle entraîne, le sont encore peu ou de manière dispersée.
Moment d’ouverture à tous les publics et discussion, ce colloque ainsi que les manifestations qui l’accompagnent, se proposent d’étudier cette question au regard des plus récents travaux.

Programme

Jeudi 16 novembre :

8 h 30 – 9 h – Accueil des conférenciers et du public

9 h – 9 h 30 – Ouverture du colloque par :- Laurent Védrine, Directeur du musée d’Aquitaine- Daniel Hall, Consul des États-Unis à Bordeaux- Stéphane Barry, Docteur en histoire. Commissaire adjoint de l’exposition «1917 Voilà les Américains»- Christian Block, Directeur du Centre national Jean Moulin. Commissaire de l’exposition « 1917 Voilà les Américains »- Laurent Dornel, Maître de conférences en histoire contemporaine. Université de Pau et des pays de l’Adour

9 h 30 – 10 hConférence inaugurale « Grande Guerre, guerre totale ? » par – Rémy Cazals, Professeur émérite d’histoire contemporaine. Université Toulouse Jean Jaurès « Interculturalités »

10 h – 10 h 20 – « Le regard des Français sur les Américains en 1917/1918 » par :- Rémy Porte, Lieutenant-colonel. Docteur en histoire habilité

10 h 20 – 10 h 40 – « Regards des Bordelais sur les Américains » par :- Christian Block, Directeur du Centre national Jean Moulin, et Éric Le Blay, Historien et historien de l’art.

10 h 40 – 11 h – « La philanthropie américaine en France » par :- Chloé Pastourel, Master 2, Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand

11 h – 11 h 20 – Discussion 11 h 40 – 12 h – « La brigade marocaine en France, 1914 – 1918 » par :- Pierre Vermeren, Professeur d’histoire contemporaine. Université Paris I Panthéon Sorbonne

12 h – 12 h 20 – « Quand les Français ont découvert les travailleurs coloniaux et chinois… » par :- Laurent Dornel, Maître de conférences en histoire contemporaine. Université de Pau et des pays de l’Adour

12 h 20 – 12 h 40 – Discussion « Portraits »

14 h 30 – 14 h 50 – « Le docker français pendant la guerre » par :- John Barzman, Professeur en histoire contemporaine. Université du Havre

14 h 50 – 15 h 10 – « Le commerçant » par :- Stéphane Le Bras, Maître de conférences en histoire contemporaine. Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand

15 h 10 – 15 h 30 – « L’industriel » par :- Hubert Bonin, Professeur émérite et chercheur en histoire économique à l’IEP de Bordeaux et à l’UMR Gretha-Université de Bordeaux

15 h 30 – 15 h 50 – Discussion

16 h – 16 h 20 – « L’aumônier protestant » par :- Nicolas Champ, Maître de conférences en histoire contemporaine. Université Bordeaux Montaigne

16 h 20 – 16 h 40 – « La tranchée ou l’estrade : être enseignant pendant la Première Guerre mondiale » par :- Jean-François Condette, Professeur en histoire contemporaine – ESP Nord-Pas-de-Calais – Université d’Artois

16 h 40 – 17 h – « À La recherche d’un modèle de l’écrivain français mobilisé : premier bilan » par :- Louis Bergès, Archiviste paléographe. Docteur en histoire. Conservateur général du patrimoine

17 h – 17 h 20 – « L’artiste » par :- Marie ClaracHistorienne de l’art. Attachée de conservation du Patrimoine au musée Bonnat-Helleu à Bayonne

17 h 20 – 17 h 40 – Discussion

18 h 30 – 20 h Café historique – Conférence musicale « 1917 Le jazz débarque à Bordeaux » à la Brasserie Le Plana

 

Vendredi 17 novembre:

« Les Français face aux institutions »

9 h 30 – 9 h 50 – « Le militaire et le politique : des institutions en conflit ? » par :- Jean-Pascal Soudagne, Historien – Rédacteur en chef de la revue 14/18

9 h 50 – 10 h 10 – « Albert Thomas un socialiste dans la grande guerre » par –  Adeline Blaszkiewicz-Maison, Agrégée d’histoire et doctorante en histoire contemporaine. Université Paris – Panthéon Sorbonne

10 h 10 – 10 h 30 – Discussion 10 h 50 – 11 h 10 – « Les maires face aux Français » par – Stéphane Calvet, Docteur en histoire. Chargé de cours Science Po Poitiers

11 h 10 – 11 h 30 – « Dialoguer avec les Français : censure et propagande » par :- Olivier Forcade, Professeur en histoire contemporaine. Université de Paris IV-Sorbonne

11 h 30 – 11 h 50 – discussion

14 h 30 – 15 h – 30 « 1917. L’année qui a changé le monde » par : – Jean-Christophe Buisson, Directeur adjoint du Figaro Magazine et présentateur de « Historiquement show » sur la chaîne Histoire

15 h 30 – 16 h – Discussion et conclusion générale

16 h 30 – 18 h – Visite commentée de l’exposition « 1917. Voilà les Américains »

 

Responsables scientifiques
Stéphane Barry : stephane.barry @ gmail.com
Laurent Dornel : laurent.dornel @ univ-pau.fr

 

En partenariat avec Le Café HistoriqueCentre national Jean Moulin, Consulat des États-Unis, Revue L’HistoireRevue 14/18, Fondation Jean Jaurès, Mission du Centenaire, Librairie Mollat, The conversation France, Agence de communication Citron PresséÉditions Memoring, Brasserie Le Plana

Plus d’informations sur l’exposition

 

                       

Séminaire international de formation avancée CPIM

La première session du séminaire international sur Les Cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIème au XVème siècle (CPIM) a réuni 46 participants, à Bielle, en vallée d’Ossau (séjour et séances de travail au VVF Arriumage).

Les participants au séminaire CPIM -oct 2017

Co-organisé par les universités de Bordeaux-Montaigne, Pau et Pays de l’Adour, Toulouse-Jean Jaurès et leurs laboratoires respectifs, en partenariat avec l’École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), ce séminaire vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans les aires géographiques envisagées et connectées, en particulier au Moyen Âge. Sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’approche est fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art, linguistes et littéraires.

Pour la première édition 2017 (celles de 2018 et 2019 sont déjà programmées), la thématique retenue était celle du recours aux armes en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIème au XVème siècle (coordinateur scientifique D. Baloup, université Toulouse Jean Jaurès). La réflexion s’est articulée autour de trois grands types d’événements : la contestation violente de l’autorité, les affrontements armés dans le champ politique, la guerre.

Cet atelier doctoral international offre pour l’heure douze places pour des doctorants, post-doctorants et jeunes chercheurs, recrutés sur appel à candidature et sur sélection des dossiers présentés sur la plate-forme numérique de la Casa de Velázquez. Vingt-six candidatures ont été jugées recevables, douze ont été retenues (six Espagnols, cinq Français, un Italien). Ces jeunes chercheurs ont pu exposer leurs recherches (30 mn). Un doctorant palois, spécialiste d’histoire militaire médiévale, est intervenu, de même qu’un étudiant inscrit en doctorat à l’UPNA, autre université du réseau Iberus. Les autres doctorants et jeunes chercheurs représentaient les universités de Cantabria, d’Oviedo, Autonoma de Barcelona, Autonoma de Madrid, de Valencia, de Lyon 2, de Paris IV Sorbonne, de Paris I Panthéon-Sorbonne.

Ce séminaire est également ouvert aux étudiants de master recherche des trois universités organisatrices. Au cours de ces quatre jours consécutifs de formation et de cohabitation, ils ont ainsi eu l’opportunité d’entrer en contact direct et intensif avec une recherche internationale et spécialisée. Aux côtés des quatorze étudiants bordelais et de deux toulousains, six étudiants palois ont participé à cette session (quatre en master HCP Histoire médiévale – dir. V. Lamazou-Duplan, un en master HCP, Archéologie médiévale – dir. A. Champagne et un en Master LLCE – dir. F. Guillén).

Six enseignants-chercheurs français et espagnols, dont les travaux portent sur la thématique, ont été sollicités pour prononcer des conférences plénières et animer des ateliers dirigés en groupes plus restreints : Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yassir Benhima (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Arsenio Dacosta (Universidad de Salamanca), Sophie Gilotte (UMR 5648 CIHAM, Lyon), Fabienne Guillén (Université de Pau et des pays de l’Adour) et Juan José Larrea (Universidad del País Vasco / Euskal Herriko Unibertsitatea). (programme)

Un ouvrage regroupant les contributions des formateurs, des doctorants et des jeunes docteurs sera publié. L’objectif est qu’il soit disponible pour le prochain séminaire 2018. Rendez-vous est déjà pris la première semaine d’octobre 2018… à Bielle, en vallée d’Ossau, qui continue ainsi à faire vivre les traditions de passage et d’échanges entre les deux versants pyrénéens.

Coordinateurs CPIM :

  • Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès),
  • Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne),
  • Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Comité d’organisation :

  • Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès),
  • David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès),
  • Laurent Callegarin (Casa de Velázquez),
  • Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des Pays de l’Adour),
  • Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne),
  • Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne),
  • Fabienne Guillén (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

À l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ce projet est porté par le laboratoire ITEM (EA 3002 Identités, territoires, expressions, mobilités), en partenariat avec l’école doctorale en Sciences sociales et humanités, avec le soutien de la fédération de recherche Espace, frontière, métissage, du laboratoire de recherche Langues Littératures Civilisations de l’Arc Atlantique et du Conseil de la recherche de l’UFR lettres, langues, sciences humaines et sport.

Pour plus d’informations, site CPIM : http://ausonius.u-bordeaux3.fr/cpim

Appel à communication: Modélisation des données

Dans le cadre du réseau ISA (Information Spatiale et Archéologie),  un séminaire-atelier intitulé

« Modélisation et élaboration conceptuelle de bases de données spatiales en archéologie et en histoire »

aura lieu les 30 novembre et 1er décembre 2017 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, avec une journée de présentations et débats le 30 et un atelier pratique le 1er.

L’inscription est gratuite mais obligatoire. Les jeunes chercheurs sont bienvenus ainsi que les chercheurs confirmés. Les repas de midi seront pris en charge.

Argumentaire:

Suite à l’ANF Mosaïque à Bibracte[1], plusieurs personnes ont évoqué l’idée de reconduire un séminaire ou atelier de travail sur la modélisation des données en amont des analyses spatiales. En effet, nous travaillons avec les SIG (Systèmes d’Information Géographique) et réalisons des analyses spatiales mais rarement nous accédons aux modèles des données sous-jacents ainsi qu’à la réflexion conceptuelle et théorique derrière toute base de données spatiale.

Traditionnellement, les chercheurs se sont fondés exclusivement sur une description thématique des objets étudiés pour décrire les phénomènes étudiés. Les chercheurs en sciences humaines utilisent désormais couramment les SIG pour modéliser les différentes problématiques (réseaux de transports, peuplement, ressources, etc.), mais malgré cela, peu sont ceux qui montrent les processus à l’œuvre derrière les modèles finaux, c’est-à-dire les modèles conceptuels des données.

Ainsi, à la suite de deux séminaires ISA[2] (Dijon 2006, Tours 2008) et de la formation de Bibracte, nous proposons une manifestation centrée sur la modélisation conceptuelle et la mise en œuvre des bases de données. L’objectif est non seulement de présenter et discuter des modèles créés par les chercheurs et jeunes chercheurs mais aussi de promouvoir les échanges entre chercheurs et étudiants.

Afin de rendre cette manifestation la plus complète possible, nous proposons une journée de présentation couplée à une matinée d’atelier pratique. L’un de point fort de cette manifestation est son caractère transfrontalier (Espagne-France) et la participation de différents niveaux de formation (étudiants de master, doctorants, chercheurs) ce qui permettra d’enrichir encore plus les échanges. Plutôt focalisée sur l’archéologie et l’histoire, elle est aussi ouverte autres disciplines (anthropologie, géographie, histoire de l’art) car ces méthodologies novatrices peuvent leur permettre un meilleur traitement de leurs données. Cette rencontre permettra autant aux chercheurs qu’aux étudiants échanger des méthodologies, des idées et d’approfondir sur un sujet d’actualité : la mise en œuvre de modèles conceptuels et de bases des données pour la recherche dans les humanités.

[1] Réalisée en octobre 2016. Voir: https://anf2016mosaique.sciencesconf.org/

[2] Notamment, sur le même thème, Dijon 2006 (http://isa.univ-tours.fr/spip.php?article146&from=69) et Tours 2008 (http://isa.univ-tours.fr/spip.php?article150&from=68)

Téléchargez le Résumé et le formulaire d’inscription à renvoyer le 31 octobre au plus tard à: leticia.tobalina-pulido@univ-pau.fr ou melanie.lecouedic@univ-pau.fr

Zones humides et archéologie

Colloque international « Zones humides et archéologie »
9, 10 et 11 novembre 2017 – Saint-Léger-sous-Beuvray

Le colloque international « Zones humides et archéologie », organisé par le Groupe d’Histoire des Zones Humides (GHZH), avec le concours du Centre archéologique européen du Mont-Beuvray et du Parc naturel régional du Morvan, les 9, 10 et 11 novembre 2017, a pour objectif d’appréhender les zones humides au prisme de l’archéologie. Si les recherches sur les zones humides se sont développées ces dernières décennies, ce fut le fait des historiens, des sociologues, des juristes et surtout des géographes dans le cadre de grandes monographies régionales (Bresse, Dombes, etc.) ; l’archéologie n’est pourtant pas en reste. En effet, le développement spectaculaire de l’archéologie préventive en France à partir du début des années 1980 a multiplié les zones étudiées en nombre et en surface tout comme les données brutes et les informations « hors sites » de nouvelle nature : structures en creux naturelles (paléomarais, paléoméandres) ou anthropiques (mares, etc.). Cela a impliqué l’élaboration de marqueurs spécifiques – bio-indicateurs végétaux et animaux, sédiments – par les disciplines des archéosciences (palynologie, dendrologie, macro-restes végétaux).

Ces « productions du sol », ces nouveaux objets qui n’étaient pas support de questionnement pour l’archéologie « classique » deviennent alors des vecteurs de reconstitutions paysagères et paléoécologiques de reconnaissance de milieux humides. Et loin de les considérer comme des milieux uniformément répulsifs qui n’auraient d’intérêt que drainés et aménagés, les exemples archéologiques qui se sont multipliés un peu partout pointent au contraire la diversité de leurs modes de valorisation et, ce, de façon diachronique, mettent l’accent en somme sur la complexité de ces espaces qu’il s’agisse de tourbières, de zones humides littorales, de vallées alluviales ou encore de plaines.

Ce colloque souhaite également développer une approche comparatiste en portant une attention particulière aux expériences archéologiques menées ailleurs dans les pays européens – Pays-Bas, îles britanniques (« Wetland Archaeology Research Project » mené depuis plus de 30 ans par l’université de Bradford), Italie… – et extra-européens.

Le colloque a choisi de mettre l’accent sur les thématiques suivantes:
1° Méthodologie : une approche résolument interdisciplinaire
2° Apparition/disparition, extension/rétraction des zones humides
3° Habiter en zones humides
4° Exploitation des produits issus des zones humides
5° Les enjeux de la gestion contemporaine en prenant en compte la longue durée

A noter : 10 NOVEMBRE

15h00-15h30 E. Normand (SRA-DRAC de Poitou-Charentes, UMR CESCM), A. Champagne (Université de Pau et des Pays de l’Adour, EA ITEM), B. Clavel (Muséum national d’histoire naturelle), C. Dupont (Université de Rennes 1, UMR CREAAH), L. Le Goff (Université de Rennes 2, LHAM), O. Robin (INRAP, CRAVO) : Le projet Collectif de Recherche « les marais charentais au Moyen Âge et à l’époque moderne : peuplement, environnement, économie.

Télécharger le programme

Renseignements :

Centre archéologique européen du Mont-Beuvray
Mont Beuvray – Saint-Léger-sous-Beuvray (71) – France

Contacts

Corinne Beck

20èmes Rendez vous de l’Histoire

EURÊKA
Inventer, découvrir, innover
Blois du 04 au 08 octobre 2017
2017-10-07, 18H – 19H30 École du Paysage, Grand Amphi

L’innovation est-elle nécessaire dans la viticulture? Regards croisés

L’objectif de cette table-ronde est de questionner nos représentations sur le monde vitivinicole et son histoire. Ainsi, autour de chercheurs dont les travaux portent sur l’histoire de vignobles à des périodes différentes, ainsi que grâce à la présence d’une professionnelle, il sera question de débattre autour de la notion d’innovation dans la viticulture. Celle-ci est particulièrement intéressante car elle remet en cause les stéréotypes entourant bien souvent dans le grand public la viticulture, régulièrement associée à des idées de tradition, de permanences et de fixité (cf. la notion de « terroir »).

En effet, habituellement, le vin et sa production sont présentés comme des objets assez immuables, issus d’une tradition se perpétuant depuis des générations. Si cette image est en partie portée par les acteurs eux-mêmes de la filière, elle l’est aussi par les communicants qui n’hésitent pas à jouer sur les ressorts de la patrimonialisation et de l’héritage. Surtout, elle a été pendant longtemps défendue par certains chercheurs qui, autour de la construction intellectuelle qu’est le terroir, ont eu tendance à confirmer ce biais de lecture, tandis que les évolutions étudiées étaient surtout appréhendées par un angle dépréciatif (les grandes crises, les maladies, etc.).

Or depuis plusieurs années, de nombreux travaux ont montré que, contrairement aux idées reçues, les vignobles sont soumis à de multiples évolutions positives, portées par des innovations aux natures très diverses.

Ce sont ces deux aspects (la présence d’innovations et leur nature) qui seront plus particulièrement étudiés dans cette table-ronde, organisée sous l’égide de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (laboratoire ITEM- Chaire HCP), qui s’adresse à la fois au grand public intéressé par l’histoire et aux chercheurs spécialistes ou non.

Modérateurs

Stephane LE BRAS

Maître de conférences
université Clermont-Auvergne

Intervenants

Sandrine LAVAUD

Maître de conférences
université Bordeaux-Montaigne

Laurence GUERIN

Directrice
VinOpôle Centre-Val de Loire

Benoît MUSSET

Maître de conférences
Université Le Mans

Commons, environmental resources and cultural heritage

Commons, environmental resources and cultural heritage
Historical and archeological perspectives
I International Workshop on the Archaeology of Commons

Scuola di Scienze Umanistche
via Balbi 2, Aula Magna
Università di Genova

Commons are a cross-road theme. This is a topic of interest to social historians, historical geographers, archaeologists, anthropologists, lawyers and environmental scientists. At the workshop we aim at provide scholars and research groups from different countries with the opportunity to explore and debate various aspects and issues pertinent to the study of ‘commons’. These areas will be examined from different perspectives and in the context of more general themes relating to archaeology and social history. The objective of the papers and discussions is to highlight and examine how the investigation of a ‘commons’, as a specific theme, can “force” the modification of questions concerning the sources and, as a consequence, modify the diverse methodologies adopted in their employment.
The workshop is the conclusive event of the ARCHIMEDE project (“Archaeology of Commons: cultural Heritage and Material Evidence of a Disappearing Europe” Marie Curie IEF based at the University of the Basque Country UPV-EHU) and will be the occasion for the launch of the “European Network for the Archaeology
of Commons”.

A noter, le 25 septembre:

Melanie Le Couedic (Université de Pau), Marc Conesa (Université de Montpellier): Histoire et archéologie des communs : jeux d’échelles et étude de cas

Voir le programme complet

Séminaire international de formation avancée CPIM

LES CULTURES POLITIQUES DANS LA PÉNINSULE IBÉRIQUE ET AU MAGHREB  (VIIIe-XVe siècle)

Séminaire international de formation avancée – Bielle en Ossau,  2 au 5 octobre 2017

Session 2017 : le recours aux armes

Organisé par les universités de Bordeaux-Montaigne, Pau et Pays de l’Adour, Toulouse-Jean Jaurès, et leurs laboratoires respectifs, en partenariat avec l’École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), ce séminaire vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb au Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.

Cette première édition 2017 (celles de 2018 et 2019 sont déjà programmées) portera sur la place occupée par le recours aux armes dans les cultures politiques en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle. Le choix du terrain exclut la prise en compte des violences crapuleuses (banditisme, agressions, rixes, etc.), même si la distinction n’est pas toujours facile à établir avec certaines situations qui seront étudiées. Par ailleurs, conformément à l’orientation générale de l’atelier, l’étude des pratiques et de l’imaginaire politiques sera privilégiée sur celle, plus habituelle s’agissant de ces questions, des discours et des représentations. La réflexion s’articulera autour de trois grands types d’événements : la contestation violente de l’autorité ; les affrontements armés dans le champ politique ; la guerre.

Le séminaire réunira à Bielle en vallée d’Ossau, du 2 au 5 octobre 2017,

  • six formateurs, spécialistes de la thématique : Yassir Benhima (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) ; Arsenio Dacosta (Universidad de Salamanca) ; Sophie Gilotte (UMR 5648 CIHAM, Lyon) ; Fabienne Guillén (Université de Pau et des pays de l’Adour) ; Juan José Larrea (Universidad del País Vasco / Euskal Herriko Unibertsitatea).
  • douze doctorants ou jeunes docteurs, sélectionnés sur dossier via la plate-forme de la Casa de Velázquez. Après l’appel à candidatures, 27 dossiers ont été examinés, 12 candidats ont été retenus, majoritairement issus d’universités ibériques.
  • des étudiants de Master issus des universités organisatrices.

Chaque journée de travail sera partagée entre la présentation des travaux des jeunes chercheurs et les interventions de deux formateurs qui prononceront une conférence et animeront un atelier pratique (sur les sources, la bibliographie, les notions…etc.). Les langues de travail seront le français, l’espagnol, le portugais et l’anglais. Dans l’année suivant le séminaire, un ouvrage regroupant les contributions des formateurs, des doctorants et des jeunes docteurs sera publié.

Programme :

Télécharger le programme

Coordinateurs :
Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne) et Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Comité d’organisation :
Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès), David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent Callegarin (Casa de Velázquez), Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne), Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne), Fabienne Guillén (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

À l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ce projet est porté par le laboratoire ITEM (EA 3002 Identités, Territoires, Expressions, Mobilités), en partenariat avec l’École doctorale SSH, le soutien de la Fédération de recherche Espace Frontière Métissage, le laboratoire Langues Littératures Civilisations de l’Arc Atlantique, le Conseil de la Recherche LLSHS.

Pour plus d’informations, site CPIM : http://ausonius.u-bordeaux3.fr/cpim