Archives de catégorie : Colloque, journée d’étude, séminaire

Être manouche, une histoire de famille

Séminaire EHESS

Anthropologie historique Identités tsiganes

Sous la responsabilité de Jean-Pierre Cavaillé

 

Université Toulouse 2 Jean Jaurès, Olympe de Gouges, salle GH 134, 16h – 18h

prochaine séance :

jeudi 18 janvier 2018 : Jean Luc Poueyto : Être manouche, une histoire de famille

lecture conseillée:

« Un patrimoine culturel très discret : le cas des Manouches », Terrain [En ligne], 58 | mars 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014.

http://journals.openedition.org/terrain/14707

La mort des Princes au Moyen Âge

COLLOQUE INTERNATIONAL
La mort des Princes au Moyen Âge
Bilan et perspectives historiographiques


Projet MIGRAVIT-SEPULTUS

 

Coordination:
Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des Pays de l’Adour),

María Teresa LÓPEZ DE GUEREÑO (Universidad Autónoma de Madrid),

Fermín MIRANDA (Universidad Autónoma de Madrid)

Organisation:
École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid),
Universidad Autónoma de Madrid

 

Analyser la mort des élites dirigeantes de la société médiévale demande comme point de départ méthodologique de mettre à jour nos connaissances tant sur le plan historiographique que sur celui des sources disponibles.

Postulant de son utilisation en tant qu’instrument de pouvoir et de représentation pour la monarchie et la haute aristocratie laïque et ecclésiastique, on s’attachera à démontrer la valeur de la mort dans l’articulation des idéaux collectifs politiques et culturels. La mise en commun d’approches pluridisciplinaires permettra de renouveler les perspectives de recherche et d’analyser, dans le temps et dans
l’espace, différentes facettes telles que la mémoire, la liturgie, la légitimité, les discours de représentation et de propagande, sans oublier les espaces privilégiés de sépulture. Il sera ainsi possible de comparer les questions posées dans les différents domaines d’étude (histoire, histoire de l’art, compositions musicales, récits littéraires et moraux, inscriptions funéraires ou anthropologie) et les divers
territoires qui composent la réalité sociopolitique de la France et de la péninsule Ibérique, al-Andalus compris, entre le XIe et le XVe siècle.

Télécharger le programme

 

Les alter egos des souverains

Vice-rois et lieutenants généraux en Navarre, Espagne et France à la Renaissance

Rencontre scientifique soutenue par l’Agence Nationale de la Recherche dans le cadre du projet Actes royaux de Navarre (ACRONAVARRE) porté par l’UPPA.

Journée d’étude sous la direction de Philippe CHAREYRE, en collaboration avec Dénes HARAI et Álvaro ADOT.

Présentation

Les souverains de la période médiévale et de la Renaissance sont amenés à de fréquents déplacements pour défendre par la diplomatie ou les armes leurs possessions et pour s’assurer de leur fidélité. Dans un temps où les déplacements sont longs et aléatoires, pour assurer la permanence du gouvernement de leurs États et la défense de leurs intérêts ils sont amenés à désigner des représentants de confiance pouvant les représenter en toute confiance, des alter ego dont le titre peut varier, vice-roi, lieutenant-général, selon les pratiques locales et les circonstances. Dans certains cas, en raison d’un trop grand éloignement prolongé ou de l’exercice de multiples souverainetés, cette fonction peut même devenir pérenne. D’où les spécificités du choix de ces représentants de la personne même du souverain, dont l’origine et l’autorité ne peuvent être que distinctes de celles des officiers des chancelleries et des conseils sur lesquels ils ont autorité. À travers les actes émis et les correspondances entretenues par les vice-rois et les lieutenants généraux, cette journée d’étude s’attache à l’analyse des pratiques gouvernementales et administratives des représentants des souverains. Quelle est la nature des personnes désignées pour exercer la charge de vice-roi et celle de lieutenant général ? Quelles sont les modalités de désignation, de prise et de sortie de fonction ? Avec quel entourage gouvernent-ils ? Quelles sont leurs attributions et domaines d’interventions en tant qu’alter ego des rois et reines ? Comment exercent-ils leur fonction sur un espace donné et comment les évènements qui se déroulent dans cet espace ou dans des espaces voisins influent-ils sur les modalités d’exercice de leur fonction ? Qu’est-ce que leur gouvernement nous apprend sur leurs liens avec les souverains, avec les conseils et cours royaux ainsi qu’avec les assemblées d’états ? Comment apparaissent-ils dans les cérémoniaux ? Dans un premier temps, ces problématiques seront explorées dans le cadre des possessions des souverains de Navarre tout en tenant compte des autres pratiques ibériques et françaises, afin de permettre par la même occasion de mieux situer l’expérience navarraise du gouvernement par délégation dans l’Europe médiévale et moderne.

 

Programme

9.00 – Accueil 9.15 – Introduction : Philippe Chareyre (UPPA) : Réflexions sur la notion de lieutenant général dans les traités politiques du xvie siècle

Substituts du roi et vice-rois en Navarre

Modératrice : Véronique Lamazou-Duplan (UPPA)
9.45 – Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) : Les substituts du roi de Navarre au Moyen Âge : sénéchaux, gouverneurs, lieutenants
10.15 – Álvaro Adot (Casa de Velázquez) : Les premiers vice-rois en Navarre (1479-1486) : attributions de gouvernement et modèles d’émission documentaire
10.45 – Pause 11.00 – Joaquín Salcedo Izu (Universidad de Navarra) : Administración civil y militar a cargo de los virreyes de Navarra del siglo xvi
11.30 – Discussion

Lieutenants généraux en Basse-Navarre, Béarn et France

Modérateur : Philippe Chareyre (UPPA)
14.00 – Dénes Harai (UPPA) : Les nominations et les attributions des lieutenants généraux de Jeanne d’Albret et d’Henri de Navarre (1563-1576)
14.30Marie-Hélène Grintchenko (Collège des Bernardins, Faculté Notre-Dame) : « Regente et loctenante generale » : modalités et variations de l’exercice du pouvoir de Catherine de Bourbon-Navarre (1577-1592)
15.00 – Pause 15.15 – Thierry Rentet (Université Paris XIII) et Mark Greengrass (University of Sheffield) : Un merum imperium à l’épreuve des temps. Bertrand Simiane de Gordes, lieutenant du roi en Dauphiné (1565-1578)
15.45 – Discussion

 

Télécharger la présentation et le programme

L’exploitation du sel de Salies-de-Béarn

L’exploitation du sel de Salies-de-Béarn de la Protohistoire à l’époque médiévale

Approches croisées de la Géologie, de l’Histoire et de l’Archéologie

Séminaire
(Contextes d’émergence des eaux salifères sur l’anticlinal de Léren,
et leurs modalités d’exploitation).

 

18 et 19 janvier 2018,
Salon Bleu et salle de la Rotonde,
centre des Congrès de Salies de Béarn

 

Un programme collectif de recherches a été mené entre 2013 et 2015 (dir. P. Marticorena, TRACES UMR 5608), avec pour objectif l’identification d’indices d’exploitations saunières les plus anciens possibles sur la commune de Salies-de-Béarn. Le postulat initial supposait, par la concentration remarquable d’outils lithiques socialement valorisées (haches allochtones en fibrolite notamment), les prémisses d’exploitations des eaux salées dès le Néolithique final et la mise en place de circuits d’échanges de biens à fortes valeurs ajoutées. Des sondages manuels, ponctués de sondages mécanisés plus profonds, ont surtout concerné les sites archéologiques déjà identifiés et leurs abords, en recherchant des restes d’activités saunières par horizons sédimentaires distincts.

Un second programme collectif de recherches se concentre désormais sur les conditions d’émergences des eaux salifères et sur les modalités techniques de leur exploitation.

La zone d’étude est cette fois élargie, concernant l’ensemble des communes recouvrant l’anticlinal de Léren (Auterrive, Carresse-Cassaber, Leren, Saint-Dos, Saint-Pé-de-Léren, Salies-de-Béarn). C’est en effet sur toute la surface de cet ancien diapir perçant que les différentes composantes de l’horizon triasique (ophites, gypses, argiles, sels…) sont faiblement enfouies, en fonction de la topographie et des épaisseurs des dépôts fluviatiles qui les recouvrent. Cette histoire géologique complexe concourt à des remontées d’eaux parfois fortement chargées en chlorures de sodium sur toute la superficie de 45 km² environ sur lesquels s’étend cet anticlinal. Seuls les taux de salinités peuvent varier.

Or un rapide état des lieux archéologique traduit une forte densité d’activités saunières protohistoriques et antiques à l’est de la zone d’étude, en contradiction avec l’étendue potentielle des ressources salifères réparties sur tout l’anticlinal.

Il est donc fondamental d’évaluer les possibilités passées d’accès à l’eau salée. Ce n’est qu’à cette condition que nous interpréterons les interactions entre les ressources directes (émergences naturelles de surface), les zones favorables à la mise en place de systèmes plus élaborés (puits, adductions etc…) et les implantations archéologiques réellement avérées à ce jour.

C’est donc un projet ambitieux fondé sur des approches géologiques, géophysiques, pédologiques, hydrogéologiques qui se met en place. Une meilleure connaissance des couvertures sédimentaires, de la géométrie des dépôts et ses évolutions, des circulations hydrographiques permettra de tenter un zonage des secteurs les plus propices.

Enfin, la réalisation récente d’opérations d’archéologie préventive (INRAP), a permis d’exploiter une partie des données mises au jour anciennement mais restées inédites. Les connaissances acquises nous orientent vers deux problématiques :

–                      Une clarification des chaines opératoires et de leur évolution sur plus d’un millénaire (âge du Bronze/Epoque Antique)

–                      Une recherche sur les débouchés possibles de la production de sel. Des liens étroits avec l’élevage et la fabrique de salaisons sont ainsi supposés.

Ces travaux permettront d’inscrire le site de Salies-de-Béarn dans une dynamique globale reliée au nord de la péninsule Ibérique avec laquelle des liens semblent pouvoir être établis.

Télécharger le programme

Chantier d’histoire

Chantier d’histoire. Un projet d’innovation pédagogique

 

Présentation du projet

Sur le principe des chantiers archéologiques, qui font participer des étudiants à la vie d’une équipe de recherche, le chantier d’histoire est un stage d’une huitaine de jours qui permettra

–          une formation en paléographie de l’époque médiévale au XIXe siècle
–          la formation par la pratique à la confection de bases de données, à la mise en application des SIG
–          un travail collectif de dépouillement qui s’intègre à une recherche pluridisciplinaire alliant le travail des textes, une pratique du terrain, des visites de sites ou de fonds remarquables
–          Initiation aux humanités numériques

Lancé en 2017-2018, ce mode de formation par la recherche, expérimenté ici dès la Licence, en lien avec le Master, pourra être pérennisé si l’évaluation est concluante.

 

Public visé

 L3 Licence Histoire / M1 et M2 de deux Master (HCP et Patrimoine et Musée)

Cette formation est proposée aux étudiants de L3 inscrits à l’Atelier de l’historien (L3 Parcours Enseignement et Recherche, aux étudiants de M1 et M2 du Master HCP, parcours Histoire-Anthropologie, sur la base du volontariat (en fonction de leur sujet), aux étudiants de M1 et M2 Master Patrimoine et Musée, sur la base du volontariat (en fonction de leur projet).

 

Cadre pratique

Le stage est organisé et encadré par les enseignants-chercheurs et les chercheurs du département d’Histoire, du laboratoire ITEM, en collaboration avec des fonds d’archives et des collectivités, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques et de l’Ariège. Celles-ci accueillent matériellement les stagiaires.

L’un des intérêts majeurs du chantier d’histoire sera donc de faire découvrir ce qu’est la recherche en L3, de former par la recherche en L3 et en Master (ici une recherche collective, active, intensive, pratique et encadrée).

D’autre part, alors que la nouvelle organisation de l’établissement vise à séparer administrativement les niveaux undergraduate et graduate, ce projet vise à établir des passerelles, par un projet pédagogique et innovant, pour permettre la cohésion disciplinaire et humaine, en rapprochant les étudiants de 3e année de Licence, souhaitant se tourner vers la recherche, des étudiants de Master déjà engagés dans cette voie, ou engagés dans la formation aux métiers du patrimoine. Au-delà du côtoiement, les étudiants apprendront à travailler sur un projet en équipe, au contact de professionnels.

 

Le projet, validé, est porté par Véronique Lamazou-Duplan, Maître de conférences en histoire du Moyen Âge. Tel. (secrétariat du département Histoire, Licence) : 05 59 40 73 14

Figures et frontières de l’intime à l’époque contemporaine

Figures et frontières de l’intime à l’époque contemporaine

Conférence et 2ème journée d’étude

 

Les 14 et 15 décembre 2017, le programme de recherche Figures et frontières de l’intime à l’époque contemporaine de la fédération EFM (Espaces, frontières,métissages), laboratoires CRPHLL, ITEM et LLCAA, donnera lieu à une conférence et à une deuxième journée d’étude franco-espagnole. Ce programme repose sur un partenariat avec le laboratoire Lenguajes (HUM 224) de l’université de Cordoue (Espagne) et le laboratoire “Arts Plastiques” (EA 7472) de l’université de Rennes 2 (France).

Les figures de l’intime sont variables d’une époque à l’autre, car les frontières entre l’intérieur et l’extérieur sont mouvantes et sujettes à de constants déplacements. En brouillant la distinction du public et du privé, notre temps multiplie ces redistributions dans des proportions inédites, ce qui pose avec une acuité particulière la question de la possibilité du retrait et du secret, face à une exigence de transparence jugée parfois tyrannique et à la réalité d’une surexposition susceptible de prendre des allures pornographiques et obscènes. Bien des artistes contemporains s’emparent du thème en repoussant, non sans provocation, les limites de l’exposable et en jouant à inverser les rapports du dedans et du dehors. Serions-nous les victimes autant que les acteurs d’une « privation de l’intime » (Michaël Foessel) par un excès d’exhibition même ? Le développement des talk shows et de la téléréalité, de même que le succès et expansion des réseaux sociaux semblent aller dans ce sens. Mais que montre-t-on de soi quand on prétend tout montrer ? Et que peut-on encore réserver quand on est sommé de tout dévoiler ?

Foncièrement pluridisciplinaire, ce programme s’intéresse à la redistribution des espaces privé et commun dans des pratiques sociales profondément transformées par l’évolution de l’environnement médiatique et, plus particulièrement, par l’usage des outils numériques. Il est ouvert aux spécialistes des champs littéraire, artistique, psychologique et psychanalytique, sociologique, anthropologique et philosophique, qui s’interrogent sur les formes et enjeux actuels de la représentation de l’intime, autrement dit sur les manières de penser, de vivre, de figurer le soi et la relation à l’autre. Il privilégie une étude croisée Espagne/France des problématiques liées à l’intime, à ses représentations, ses évolutions et ses frontières.

La journée d’étude du 15 décembre sera précédée d’une conférence prononcée à la médiathèque André Labarrère de Pau, le jeudi 14 décembre à 18h15 par José Morel Cinq Mars Éloge de la pudeur. José Morel Cinq Mars est psychanalyste et psychologue auteure, entre autres, des deux essais Du côté de chez soi. Défendre l’intime, défier la transparence (Le Seuil, 2013) et Quand la pudeur prend corps (PUF, 2002).

Programme

Contacts :

Joseph Peyré (1892-1968)

La SSLA de Pau et du Béarn a le plaisir de vous inviter à la conférence de Pierre Peyré et Christain Manso

« Joseph Peyré (1892-1968).
Le Béarn pour racines, l’horizon pour destin »
 Mercredi 13 décembre 2017 à 16 h
Médiathèque André-Labarrère, Pau

 

 

Derrière la formule qui traduit la fidélité à son village et évoque autant de voyages romanesques, c’est tout un écrivain qu’il est agréable de découvrir ou de retrouver : « Il est l’homme de ses livres », disait de lui Francis Carco.

Béarn, Pays Basque, Espagne, Maghreb, Sahara, Provence, Amériques, Alpes, Himalaya… Peyré dans sa soif de l’ailleurs, c’est tout le paradoxe de l’émigrant qui ne quitte sa terre que pour mieux y revenir : « Le Béarnais d’Aydie comme les hommes et les femmes de sa race  a horreur de se laisser enfermer. Aussi bien dans les conventions que dans les limites par définition étroites d’un seul paysage, d’une seule émotion. Il lui faut l’espace, le rêve, l’évasion. » (André Labarrère, Catalogue de l’exposition du Centenaire, Bibliothèque Municipale de Pau, 1992).

C’est à la rencontre de cet écrivain voyageur et témoin de son temps, Prix Goncourt 1935, que deux conférenciers nous conduisent aujourd’hui. Tous deux universitaires et membres de l’Académie de Béarn, ils vont, complémentairement et chacun à leur manière, nous mener d’Aydie à Aydie :

Pierre Peyré, présentera un film sur la vie et l’œuvre de son oncle Joseph Peyré (film de 20 minutes réalisé par Dominique Gauthier, texte dit par Jacques Dufilho) ;

Christian Manso s’inspirera, lui, de la toute première œuvre de l’écrivain, une plaquette de poésie en prose intitulée « Sur la Terrasse », pour attribuer à Pau et à son célèbre boulevard des Pyrénées une influence inspiratrice dans les élans exotiques de l’enfant du pays, tels qu’ils se répercutent d’un bout à l’autre d’une œuvre où dominent l’action et l’émotion.

Modélisation conceptuelle et bases de données

Modélisation conceptuelle et élaboration de bases de données à référence spatiale en archéologie et en histoire

 

Argumentaire

Suite à l’ANF Mosaïque à Bibracte[1], plusieurs personnes ont évoqué l’idée de reconduire un séminaire ou atelier de travail sur la modélisation des données en amont des analyses spatiales. En effet, nous travaillons avec les SIG (Systèmes d’Information Géographique) et réalisons des analyses spatiales mais rarement nous accédons aux modèles des données sous-jacents ainsi qu’à la réflexion conceptuelle et théorique derrière toute base de données spatiale.

Traditionnellement, les chercheurs se sont fondés exclusivement sur une description thématique des objets étudiés pour décrire les phénomènes étudiés. Les chercheurs en sciences humaines utilisent désormais couramment les SIG pour modéliser les différentes problématiques (réseaux de transports, peuplement, ressources, etc.), mais malgré cela, peu sont ceux qui montrent les processus à l’œuvre derrière les modèles finaux, c’est-à-dire les modèles conceptuels des données.

Ainsi, à la suite de deux séminaires ISA[2] (Dijon 2006, Tours 2008) et de la formation de Bibracte, nous proposons une manifestation centrée sur la modélisation conceptuelle et la mise en œuvre des bases de données. L’objectif est non seulement de présenter et discuter des modèles créés par les chercheurs et jeunes chercheurs mais aussi de promouvoir les échanges entre chercheurs et étudiants.

Afin de rendre cette manifestation la plus complète possible, nous proposons une journée de présentation couplée à une matinée d’atelier pratique. L’un de point fort de cette manifestation est son caractère transfrontalier (Espagne-France) et la participation de différents niveaux de formation (étudiants de master, doctorants, chercheurs) ce qui permettra d’enrichir encore plus les échanges. Plutôt focalisée sur l’archéologie et l’histoire, elle est aussi ouverte autres disciplines (anthropologie, géographie, histoire de l’art) car ces méthodologies novatrices peuvent leur permettre un meilleur traitement de leurs données. Cette rencontre permettra autant aux chercheurs qu’aux étudiants échanger des méthodologies, des idées et d’approfondir sur un sujet d’actualité : la mise en œuvre de modèles conceptuels et de bases des données pour la recherche dans les humanités.

[1] Réalisée en octobre 2016. Voir: https://anf2016mosaique.sciencesconf.org/

[2] Notamment, sur le même thème, Dijon 2006 (http://isa.univ-tours.fr/spip.php?article146&from=69) et Tours 2008 (http://isa.univ-tours.fr/spip.php?article150&from=68)


Journée d’étude – atelier du réseau ISA, Information Spatiale et Archéologie

8 h 30 Accueil
9 h Présentation : Mélanie Le Couédic et Leticia Tobalina
9 h 30 Dynamiques de peuplement dans l’Antiquité Tardive entre l’Èbre moyen et les Pyrénées : une proposition de base de données spatiale dans un contexte d’hétérogénéité des données, Leticia Tobalina Pulido (Doctorante ITEM, Université de Pau et des pays de l’Adour/ UNAV)
10 h Organisation et usages des espaces dans les Pyrénées occidentales durant la période gallo-romaines : construction d’une modélisation des sociétés antiques dans la province d’Aquitaine méridionale, Benoît Pace (Doctorant ITEM, Université de Pau et des pays de l’Adour),
10 h 30 Pause-café
11 h Peuplement et terroirs du haut Moyen Âge de part et d’autre des Pyrénées : présentation d’une base de données comparative en construction, Noémie Luault (Doctorante TRACES, UMR 5608, Université de Toulouse – Jean Jaurès),
11 h 30 Modéliser les dynamiques d’occupation du sol dans la vallée supérieure de la Seille (57), Bastien Gouhier (Doctorant, LAT-CITERES, UMR 7324, Université François Rabelais de Tours)
12 h Discussion
12 h 30 buffet offert par le programme EXTRA/ITEM
14 h Du modèle conceptuel ethnoarchéologique de l’estive Anéou à la base « DEPART » (Dynamiques des Espaces Pyrénéens d’Altitude), Mélanie Le Couédic (ingénieur, ITEM, Université de Pau et des pays de l’Adour)
14 h 30 Modelización de los datos arqueológicos de superficie: La Base de datos espacial d’Aigüestortes – Ordino, Joan Nunes, Guillem Salvador, Ermengol Gassiot et David Garcia (Université autonome de Barcelone)
15 h Propositions méthodologiques pour contribuer à la détermination de la fonction des structures pastorales archéologiques de montagne, Roxanne Cesarini (Master 2, Université de Franche-Comté), Laure Nuninger (chercheur, chrono-environnement, UMR 6249, Université de Franche-Comté)
15 h 30 Constitution d’un SIG pour l’étude du patrimoine archéologique en milieu forestier (Loir-et-Cher), Aude Crozet (Doctorante, LAT-CITERES, UMR 7324, Université François Rabelais de Tours)
16 h Discussion
16 h 30 Pause-Café
17 h Modélisation de données descriptives et spatiales sur les silex pour des projets de recherche collectifs en préhistoire. L’expérience en cours de plusieurs réseaux de lithothèques, Christophe Tuffery (INRAP), Paul Fernandes, Vincent Delvigne, André Morala, Geneviève Pinçon, Stéphane Konik
17 h 30 Aplicaciones del Modelo de Referencia Abstracto del Patrimonio Cultural (CHARM) en Arqueología, César Gonzalez (INCIPIT-CSIC)
18 h Discussion et Conclusions
Vendredi 1er décembre – Salle de séminaire du Restaurant Inter-administratif, Pau
8 h 30 accueil des participants
9 h-12 h 30 atelier CHARM/ travail en petits groupes sur les modèles conceptuels
12 h 30 repas offert par le programme EXTRA/ITEM

 

En savoir plus :

http://www.charminfo.org/

Les institutions culturelles sont-elles misogynes ?

Université de Pau et des Pays de l’Adour
Fédération Espaces – Frontières – Métissages
Laboratoires ITEM et LLCAA
 
Les institutions culturelles sont-elles misogynes ?
 France-Espagne, regards croisés
Journée d’étude II
1er décembre 2017 – UPPA
Salle du Conseil – UFR LLSHS
9h/17h

Voir le programme

Cette journée d’étude fait partie du programme de recherche « Pouvoir(s) et misogynie » mené par les laboratoires ITEM et LLCAA de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour,  dans le cadre de la fédération EFM.

En partenariat avec l’Institut Cervantes de Bordeaux, la Mutuelle Générale de l’Éducation nationale (MGEN), et la Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) des Pyrénées-Atlantiques, ce programme a pour objet d’étude la misogynie dans ses rapports avec le(s) pouvoir(s) notamment au travers des institutions culturelles. Elle fait suite à une première journée d’étude sur la même thématique.

L’objectif de la rencontre sera d’aborder le fonctionnement des institutions culturelles actuelles en tenant compte des rapports de genre. Ce faisant, il s’agira également de croiser les constats, les réflexions et les conclusions à propos de deux situations différentes, mais comparables : celles de l’Espagne et de la France.

Les « institutions culturelles » désignent toute structure collective publique ou privée promouvant la culture populaire ou savante, ses traditions et ses créations. Peuvent être englobés les services culturels tels que musées, patrimoines, spectacles vivants, les filières de l’écrit, du son, de l’image, les arts du spectacle, les arts audiovisuels, etc. Sachant que les institutions jouent par définition un rôle contraignant et normatif, dans quelles mesures exercent-elles une action réformatrice voire novatrice sur la question des relations de pouvoir(s) femmes/hommes dans ces deux pays ? En quoi les évolutions comportementales récentes, les politiques menées, les discours tenus et les mesures prises en matière d’égalité femmes/hommes dans ces deux pays impactent-ils les institutions culturelles et rénovent-ils les relations de pouvoirs femmes / hommes qui s’y nouent ? Ou, à rebours, ces mêmes institutions parviennent-elles à jouer un rôle moteur dans ce domaine, innovant une répartition plus homogène de l’exercice des pouvoirs, mais aussi des savoirs, entre les sexes ?

Il convient également d’accorder toute son importance à l’émergence de la figure de la femme artiste (auteure, sculptrice, cinéaste, peintre, etc.). De permanentes négociations avec les assignations sexuées leur permettent d’occuper les espaces institutionnels culturels. Quelle est la reconnaissance de leurs pairs (essentiellement masculins) ? Quels sont leur statut et la reconnaissance sociale dont elles bénéficient ? Quelle place occupe-t-elle dans les espaces institutionnalisés de la création et de la production culturelles ? Comment sont considérées leurs actions, leurs innovations et leurs créations en matière culturelle ?

Nous proposons 3 axes d’étude principaux :

  1. les « études de genre » et le concept de genre ont-ils permis une évolution des institutions culturelles ? Constituent-ils des contre-pouvoirs efficaces à la « domination masculine » et au sexisme ?
  2. Ces institutions et les créations (littéraires et artistiques) qu’elles « autorisent » contribuent-elles à faire évoluer les stéréotypes de genre ? Ou les reconduisent-elles ?
  3. Les relations de pouvoir(s) entre les femmes et les hommes, les inégalités femmes/hommes longtemps patentes dans les domaines de la production et de la gestion culturelles évoluent. Mais dans quel sens ? À quelles conditions ? Et pour quels effets dans les sociétés espagnoles et françaises ?

Lors de la journée d’étude seront également abordés quelques éléments de l’enquête « Egalité femmes-hommes à l’UPPA » menée au cours de l’année 2017 et en collaboration avec la charge de mission « Parité – Égalité – Laïcité » de l’UPPA.

Plus d’informations : http://frontieres-metissages.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/misogynie/pouvoir-et-misogynie.html

Contacts :

 

 

Patrimoine d’encre – Archives d’écrivains

2ème séminaire transpyrénéen

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Bâtiment d’Alembert – 2ème étage – Salle 208

Les 15 et 16 novembre prochains se tiendra le deuxième séminaire transpyrénéen du programme Patrimoine d’encre transpyrénéen.

L’équipe interdisciplinaire internationale Patrimoines d’encre transpyrénéenne (28 chercheurs transfrontaliers, internationaux et professionnels extérieurs) s’est fédérée pour accomplir une mission de sauvegarde, d’étude et de valorisation de manuscrits et de textes tombés dans l’oubli et ainsi valoriser tout un patrimoine riche en contenus linguistiques, culturels et artistiques.

Voir le programme

Ouvert au grand public

Modern Classicisms, London, 10/11/2017

Modern Classicisms: Classical Art and Contemporary Artists in Dialogue

Location
King’s College London – Great Hall King’s Building Strand Campus
When
10/11/2017 (09:00-17:00)
What is it about Greek and Roman art that still captivates the modern imagination? 
How can contemporary art help us to see the classical legacy with new eyes?
 And what can such modern-day responses – situated against the backdrop of others over the last two millennia – reveal about our own cultural preoccupations in the twenty-first century?The art of ancient Greece and Rome is not just a thing
 of the past, it also exists in the present day – whether 
as ideal, antitype or point of departure. During the 2017–2018 academic year, King’s College London is hosting a range of events exploring contemporary responses to classical visual traditions: these will include an exhibition at Bush House 
in in March/April 2018, organised in collaboration with the Musée d’Art Classique de Mougins, and designed to coincide with our co-hosting of the AAH Annual Conference.Our opening Modern Classicisms workshop on 10th November sets out to explore the contemporary relevance of classical visual traditions: by bringing together art historians, collectors, critics and artists, we aim to examine what the classical artistic legacy means from the vantage-point of contemporary artistic practice.
Confirmed artists, speakers and respondents include: Tiphaine Besnard, Bruce Boucher, Matthew Darbyshire, Brooke Holmes, Nick Hornby, Polina Kosmadaki, Lisa Le Feuvre, Christian Levett, Simon Martin, Minna Moore-Ede, Verity Platt, Elizabeth Prettejohn, Marc Quinn, Mary Reid Kelley and Caroline Vout.
For more information, please visit here.

The full programme – complete with biographies of speakers – can be downloaded here

Contact:

Registration for this event will open in August. Places will be limited, and early booking is advised; there will be a small charge for tickets (which will contribute to the costs of the provided refreshments, lunch and evening reception).

Timings are provisional and more detailed information will also be released on this website in August 2017. Alternatively, please get in touch with Dr Michael Squire directly (michael.squire@kcl.ac.uk).

Multiculturalité et plurilinguisme

Les manifestations scientifiques « Multiculturalité et plurilinguisme » (2017) prennent place dans les recherches de l’axe 2 « Les frontières en question(s) » de la Fédération Espaces, Frontières, Métissages, et elles s’inscrivent plus spécifiquement dans le programme « La déterritorialisation : vers une politique des frontières ».

Journée d’étude « Multiculturalité et plurilinguisme »
9 novembre 2017
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Salle du Conseil de l’UFR LLSHS

Programme

9h30 : Accueil
9h50 : Ouverture de la journée d’études (Nadia Mekouar, Directrice de la Fédération EFM)

Présidente de séance :
Tanella Boni (Université Félix-Houphouët-Boigny, Abidjan, Côte d’Ivoire)
10h10 Hédia Abdelkéfi (Université Tunis El Manar, I2L, Tunisie), « La perception de la différence dans l’espace multiculturel »
10h40 Abel Kouvouama (Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM, France), « Les techniques du récit romanesque dans Le commencement des douleurs de Sony Labou Tansi »
11h10 Hayet Ben Charrada (Université Tunis El Manar, I2L, Tunisie), « Affleurements biculturels dans le roman francophone tunisien de notre époque »

Présidente de séance :
Isabelle Chol (Université de Pau et des Pays de l’Adour, CRPHLL, France)
14h15 Jean Khalfa (Trinity College, Université de Cambridge, Royaume-Uni), « Comment cartographier un art sans territoire: les avant-gardes roumaines »
14h45 Galia Yanoshevsky (Bar-Ilan University, ADARR, Israël), « Les imaginaires du pays dans les guides touristiques »

 

Présidente de séance :
Hédia Abdelkéfi (Université de Tunis El Manar, I2L, Tunisie)
15h45 Françoise Hapel (Université de Pau et des Pays de l’Adour, CRPHLL, France), « La prise en compte du plurilinguisme dans l’enseignement du FLE à l’université : de la théorie à la pratique »
16h15 Michèle Haensel (Université de Pau et des Pays de l’Adour, EXPERICE, France), « Le langage sifflé, une ritournelle reterritorialisante »
Contacts :
Abel Kouvouama (ITEM) : abel.kouvouama@univ-pau.fr
Isabelle Chol (CRPHLL) : isabelle.chol@univ-pau.fr
CRPHLL – EA3003 Centre de Recherche en Poétique,
Histoire Littéraire et Linguistique

Dialogues France-Brésil

Représentations de l’ailleurs. Espaces, imaginaires, circulations

Du 15 novembre 2017 au 17 novembre 2017

Colloque organisé par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (Fédération de Recherche « Espaces, Frontières, Métissages », laboratoires Arc Atlantique, CRPHLL, ITEM & UMR PASSAGES), en partenariat avec l’Université Fédérale Fluminense (Niterói, Brésil), et le Groupe de recherche H-57 T3 AXEL « Textes, Territoires, Technologies. Analyses Croisées Entre Langages » (UNIZAR, Espagne).

Argumentaire :

Centré autour des représentations de l’ici et de l’ailleurs, ce colloque interdisciplinaire, transculturel et international souhaite interroger la question des territoires, des sociétés, des imaginaires et des circulations entre la France et le Brésil, de l’Indépendance à nos jours.

Thématiques privilégiées :
– Territoires : espaces, limites, frontières, imaginaires géographiques.
Pourquoi et comment l’histoire et la géographie respectives du Brésil et de la France interrogent-elles la question des imaginaires géographiques, et notamment celle des frontières ? Comment ces imaginaires géographiques dialoguent-ils entre eux ?

– Circulations : récits de voyageurs, explorations, migrations, diasporas, diffusion des textes et des idées, traduction, communication.
Comment la littérature inscrit-elle et traduit-elle l’ici et l’ailleurs dans ce dialogue France-Brésil ? Quelles interactions, quels croisements, quelles oppositions peut-on observer et analyser dans les représentations romanesques et poétiques de ces notions ? Comment les idées et les textes circulent-ils dans ces paysages géographique, textuel et linguistique ? Quels moyens et supports emploient-ils ? – Quelles traductions en découlent, peuvent les porter ?

– Sociétés : histoires, métissages, identités, mémoires, représentations.
Ici seront favorisées les approches interdisciplinaires autour des identités et mémoires (locales, régionales, nationales et transnationales). Quelles identités se sont construites, au fil du temps, dans les territoires de ces pays ? Quelles mémoires portent ces identités ?

Télécharger le programme (851.9 KB)