Archives de catégorie : Appel à communication

Cahier d’Histoire Immédiate

Les Cahiers d’Histoire Immédiate est une revue semestrielle consacrée à l’histoire la plus contemporaine.
Après deux ans d’interruption, la publication de la revue reprend
aux éditions Cairn sous la direction scientifique de l’UPPA et du laboratoire ITEM EA 3002.

Le numéro 49 composé d’un dossier thématique intitulé « Lectures de la Révolution cubaine dans l’espace atlantique » et  de varias vient de paraître :

« La fascination pour Cuba est ancienne. Le dossier invite à réfléchir aux lectures, aux résonances et aux réceptions de la Révolution, dans la Caraïbe et, au-delà, dans l’espace atlantique. En d’autres termes, il s’agit de voir de quelle façon la Révolution cubaine, notamment à ses débuts, a engendré, tout un cortège de représentations, romantiques ou pragmatiques, et de montrer que celle-ci s’ est diffusée à la fois comme une source d’inspiration
théorique féconde et un modèle d’action auprès d’une génération de
militants et d’activistes anti-impérialistes. De plus, il s’agit d’examiner comment, par l’intermédiaire d’organismes paragouvernementaux tels que l’Organisation de solidarité des peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine (OSPAAL), plus connue sous le nom de Tricontinentale, le régime révolutionnaire cubain a ouvertement pratiqué une politique anti-impérialiste de soutien à des mouvements révolutionnaires, surtout jusqu’en 1968, date à partir de laquelle il avait tempéré son activisme internationaliste au profit d’un alignement croissant sur la politique prudente pratiquée par l’URSS à destination du tiers-monde. En conséquence, différents types d’impacts de cet activisme cubain au plan géopolitique, notamment sur les relations bilatérales franco-cubaines dans les Caraïbes, au Mexique, en Afrique de l’Ouest, sont ici analysés. »

Plus d’informations

Le numéro 50 qui sera publié à l’automne 2017 comportera un Dossier intitulé « Une histoire en chantier: l’histoire de la Vème République » et des varias.

Les chercheurs, notamment de jeunes chercheurs, peuvent soumettre des articles au comité de rédaction.  Ceux-ci sont à expédier pour le prochain numéro (50) qui paraitra à l’automne 2017 avant le 15 août sous un format word (30 000 signes espaces compris) à laurent.jalabert@univ-pau.fr  ou Joëlle Saucès joelle.sauces@univ-pau.fr

Les articles sont soumis et expertisé à un membre du comité de lecture avant d’être discuté en comité de rédaction.

Pour les numéros suivants (51 et 52) qui paraitront fin 2017 et au printemps 2018, les propositions d’articles sont à expédier avant le 15 octobre 2017 ou le 15 janvier 2018.

Circulations montagnardes, circulations européennes

Le congrès du Cths – Pau 2017

Le congrès des sociétés historiques et scientifiques se réunit chaque année dans une ville universitaire francophone. Interdisciplinaire, il a pour mission de favoriser les échanges entre la recherche associative, les études doctorales et la recherche universitaire.
Il rassemble plus de 700 participants et entend chaque année plus de 400 communications.
Les actes sont publiés par les éditions du Cths.

 

Président scientifique : Mme Nicole LEMAITRE
présidente de la section « Histoire du monde moderne, de la Révolution française et des révolutions » du CTHS professeur émérite d’histoire moderne de l’université Panthéon-Sorbonne membre de la Société d’histoire religieuse de la France, de la Société de l’histoire de France, de la Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron, de la Société historique et archéologique de l’Essonne et du Hurepoix, de la Société scientifique, historique et archéologique de la Corrèze, et trésorière de la Société des archives historiques et du musée d’Ussel

Président du comité d’organisation : M. Philippe CHAREYRE
professeur d’histoire moderne à l’université de Pau et des Pays de l’Adour membre correspondant de l’Académie de Nîmes, président des Amis des archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, du Centre d’étude du protestantisme béarnais et secrétaire général de la Société Henri IV


Circulations montagnardes, circulations européennes
Université de Pau et des Pays de l’Adour
24-29 avril 2017

Obstacle, frontière « naturelle », opposant nettement, sous ces latitudes moyennes, les versants d’ubac et d’adret (soulane et ombrée), marquée par l’alternance saisonnière de la fermeture et de l’ouverture de ses estives, et – longtemps – de plusieurs de ses cols et ports, la montagne représente depuis toujours le paradoxe d’un espace qui peut être refuge, mais qui est pourtant constamment traversé et parcouru. Elle a souvent donné lieu à des interprétations déterministes. On a pensé la montagne comme un espace immuable, résistant au changement au même titre qu’à l’érosion, un lieu d’élection de l’archaïsme. On l’a pensée enclavée et effacée plus souvent que traversée ou desservie. Fernand Braudel participait encore de cette approche lorsqu’il la présentait de manière statique, essentiellement pourvoyeuse d’hommes et de richesses tirées de ses sols et sous-sols, alors que les plaines et les rivages seuls étaient mus par les échanges, le changement, la modernité.
Il s’agit, ici, de s’interroger sur la montagne comme un espace animé par de multiples mouvements, même s’il faut tenir compte de la grande variété des espaces montagnards. En travaillant sur les genres de vie, et les sociétés montagnardes autochtones, allochtones, les métiers, les conflits, les régulations, les « écoles »  géographiques ont porté une grande attention à la circulation intra ou trans-montagnarde. Il y a non seulement les circulations des montagnards eux-mêmes, de leurs bêtes et productions mais aussi celles induites par les populations des contrées, proches et lointaines, qui les bordent, autant matérielles qu’immatérielles : hommes, bestiaux, produits divers et idées. Leur observation, au-delà de la perception de l’obstacle, nous engagera alors à réenvisager la mutabilité de ces espaces montagnards, en France, Corse et départements d’Outremer et en Europe, sans s’interdire des comparaisons dans d’autres espaces.
Bien sûr, qu’elle soit « haute » ou « moyenne », périphérique (et alors souvent frontière) ou « centrale », la définition que nous envisageons du mot « montagne » ne se réduit pas aux espaces situés au-dessus d’une certaine altitude, ni à la toponymie, mais elle correspond à leur perception culturelle large, tant autochtone, qu’allogène, perception historique aussi, liée aux variations climatiques. La montagne est d’abord un milieu géographique spécifique, qui associe une certaine dynamique naturelle à une autre, sociale. Tout en s’affirmant comme « montagnarde », leur conjonction entraîne des situations variées.

Les « montagnards » révèlent une identité souvent forte, circonscrite, dans certain cas, à une vallée, ou à un regroupement de vallées. Celle-ci entretient des us communautaires et une économie spécifiques. Contraintes par les conditions naturelles, son habitabilité et son anthropisation sont autant d’adaptations à celles-ci. La longueur des jachères, la résistance des céréales privilégiées, les cultures en terrasses, le pastoralisme, les transhumances caractérisent l’agriculture. L’usage du saltus (friche) et de la forêt est régi par des pratiques codifiées de défrichement et de culture temporaire, de cueillettes, de charbonnières et d’affouagement sur le communal et de mise en défens de certaines de leurs portions. L’utilisation des minerais, des bois et de l’eau des sources thermales, des rivières par l’artisanat puis l’industrie modifient l’espace montagnard. Nombre d’usines modernes s’enracinent d’ailleurs dans une industrie domestique d’hiver, dans les Carpates Occidentales, les Alpes ou encore le Jura : tissage, petite métallurgie, horlogerie, tournage etc. Si l’autarcie et la survie ont longtemps guidé la vie des plus humbles, elles n’ont pas exclu la pénétration tardive de l’agronomie et celle, précoce, de l’économie marchande : foires et marchés (aux bestiaux, aux produits de la cueillette et de l’artisanat, aux spécialités locales, et en particulier aux fromages et à la charcuterie) tissent des liens recherchés avec de plus plats pays.
Bien des vallées ont su développer des technologies propres à la montagne, comme l’hydroélectricité, l’aluminium, l’informatique…
Des villes de piémont assurent souvent les échanges entre ces économies complémentaires. C’est particulièrement le cas dans les Pyrénées, qui ne bénéficient pas des cluses alpines, pénétrantes mais aussi sur les plateaux inhospitaliers du Massif central. L’urbanité demeure alors périphérique. Ailleurs, les rares villes implantées en montagne sont souvent spécialisées dans le tourisme d’hiver. En effet, ce n’est que récemment que des innovations logistiques, en venant à bout de nombre de difficultés topographiques (tunnels, viaducs, voies ferrées, routes et autoroutes, altiports, supports de télécommunications, etc.), ont permis d’accompagner le fort développement de circulations liées au tourisme d’été et d’hiver. Autre action sur le paysage : la rectification des torrents et le reboisement depuis le XIXe siècle.
L’accessibilité et la mobilité croissantes des personnes et des biens en montagne, au cours des deux derniers siècles, ont produit de grandes mutations. La première a été l’exode vers des milieux considérés comme plus cléments et générateurs de profits, entraînant une déprise rurale qui, à son tour, s’offre à diverses emprises spéculatives. Plus récemment, le souci de valorisation et de protection des espaces montagnards conduit à y aménager des réserves naturelles, qui peuvent même devenir des espaces artificiels. Les parcs naturels et reconquêtes d’espaces naturels modifient tout aussi profondément les rapports à la montagne.
La nécessité de la pluriactivité est générale et ancienne en montagne ; elle s’accompagne de migrations saisonnières. Poussés par la nécessité et doués de spécialités (charbonniers, scieurs de long, chaudronniers, ramoneurs, etc.), les migrants allégeaient ainsi leurs familles, particulièrement en période hivernale, et rapportaient les témoignages de leurs périples au long cours ; le colportage créait et assouvissait quelques besoins matériels et intellectuels. Ces derniers relèvent majoritairement d’une culture largement dominée par l’oralité, aux déclinaisons aussi diverses que les nuances dialectales, variant d’une vallée à l’autre au sein d’une même province. Pour le cas français, l’enquête Maggiolo (1877-1879) en dit long sur les limites d’une alphabétisation que l’éloignement des petites écoles et l’utilisation soutenue d’une main-d’œuvre enfantine ne favorisent guère. Mais, à l’inverse, le cas des « enfants prêtres » du Massif Central, du Haut-Dauphiné ou du Comminges, puis des maîtres d’écoles du Queyras, du Briançonnais et de l’Ubaye, ou des colporteurs de librairie des Pyrénées centrales témoignent de l’ingéniosité d’une maîtrise des rudiments mise au service des migrants. Souvent cadets, les candidats au départ sont exclus de la dévolution du patrimoine et ils nous montrent que les logiques migratoires doivent être analysées, non seulement en relation avec les systèmes économiques, mais aussi en prenant en compte les systèmes coutumiers qui régissent les familles. Le maître livre d’Alain Collomp, La maison du père, a montré à partir de l’exemple de la vallée du Verdon, comme en Gévaudan ou Haut-Dauphiné (Michel Prost) l’organisation très contraignante de la famille souche autoritaire, qui organise l’émigration saisonnière ou lointaine des cadets pour survivre.
Milieu fragile ouvert vers des espaces plus riches, les montagnes sont des lieux de départ ou de refuge depuis toujours. Les migrations temporaires sont le lot des montagnards qui transportent leur identité quand leur déplacement se fait plus long, ainsi les gavots de basse-Provence et les < i>gavachs du Sud-ouest, les deux variantes occitanes du terme signifiant les migrants montagnards, reconnaissables en particulier à leur accent. Les migrations montagnardes peuvent être lointaines : les Haut-Dauphinois au Portugal au XVIIIe siècle, les « Barcelonnette(s) » faisant fortune au Mexique au XIXe et début XXe ou les Rouergats en Espagne puis en Argentine. Les refuges sont celui des minorités persécutées qui modifient à leur tour les espaces montagnards, leurs traditions et leurs représentations. Les livres circulent avec eux, dans les ballots de marchandises. Toutes les vallées ont ainsi leurs étrangers installés pour des causes religieuses (juifs, vaudois, anabaptistes…) ou politiques (bandits, maquisards, communautés alternatives…) et repoussés par des institutions et des pouvoirs centraux.
Demeurent alors les figures centrales d’une oligarchie villageoise limitée (le prêtre, le notaire), ceux qui accompagnent dans les moments cruciaux de la vie personnelle ou collective, et qui parfois la déterminent. La puissance de la communauté d’habitants produit des élites villageoises particulières et, dans certains cas, peut contraindre, voire freiner, le développement seigneurial, monastique, et étatique. Le poids des structures familiales, telles les communautés taisibles de la montagne thiernoise observées par les Encyclopédistes, influe inévitablement sur les canaux de la politisation et les formes de la citoyenneté.

La montagne se confronte aussi, à la naissance d’entités politiques, soit en devenant limites d’États, soit en se transformant en États autonomes. Longtemps des communautés montagnardes ont voulu jouer le rôle de portiers, de gardiens de frontières incertaines et disputées. La volonté de maintenir leurs avantages pastoraux et commerciaux ont pu également engager à la mise en réseau de vallées, comme les lies et passeries des Pyrénées ou les escartons des Alpes. Les constructions étatiques modernes, modifient cette tendance sans l’inverser. Des vallées peuvent encore justifier par cette charge de garde des frontières leurs exemptions ou avantages fiscaux, et les défendre dans le cadre de petits états provinciaux. L’étude de l’évolution des entités à cheval sur les versants, de la Transylvanie au Val d’Aoste ou à la Valteline, au Val d’Aran et à l’Andorre…, permettraient de voir comment ces problèmes ont été résolus en Europe. Certaines vallées et groupements de vallées se sont aussi érigés en États particuliers, comme les cantons suisses ou l’Andorre, alors que la Savoie allait constituer le cœur d’un plus vaste État. Dans ces constructions, les confrontations, migrations et refuges religieux jouent un rôle important : valdéisme, calvinisme, catholicisme, judaïsme, plus loin : orthodoxie et islam, y compris les migrations des conversos et des morisques. La montagne est aussi le lieu d’expériences spirituelles radicales : les ermites, les ordres religieux de la Chartreuse et de Chalais, pour qui la montagne est le « désert » de l’Occident tout autant que les Réformés cévenols.
Les travaux d’Yves Castan nous en ont beaucoup appris sur les limites de la justice royale, les affrontements communautaires sur les hautes terres pyrénéennes. En chacun de ces lieux s’affirment des identités fortes, dont rendent compte le droit seigneurial, les habitus religieux ou culturels ainsi des mystères, du théâtre rural … Tardivement rattachés à la Couronne de France, le Dauphiné, la Provence, la Bretagne, la Franche-Comté… ne lui ont jamais marqué une totale allégeance : les révoltes sont légion, et la République ne les endigue pas, bien au contraire. Il est cependant des provinces plus anciennement rentrées dans l’apanage royal qui ne sont guère plus dociles. Les Grand jours d’Auvergne viennent, au besoin, l’illustrer. L’arasement des châteaux, qui en résulte, nous rappelle combien les éminences ont été propices aux fortifications et aux symboles bâtis des différents pouvoirs qui ont suivi l’évolution de l’architecture militaire jusqu’au XXe siècle, sur les frontières du moins.
Le procès des prêtres simoniaques ou libertins, qui accompagne les reprises en mains, en dit assez sur les libertés individuelles autorisées par l’éloignement des centres de pouvoir, fussent-ils religieux. Transformant la géographie administrative, le droit civil, les libertés civiques, la Révolution française n’éradique pas toutes les résistances à la centralité, toute la méfiance des petits bourgs, des hameaux, déjà peu ouverts à la sociabilité des Lumières (la cartographie de la franc-maçonnerie le prouve), par rapport aux chefs-lieux des districts, et a fortiori des départements. Les instituteurs jacobins, envoyés des principales sociétés populaires, l’apprendront souvent à leurs dépens en l’an II. L’anti- et la contre-Révolution vont trouver dans la montagne des caches pour les prêtres réfractaires et pour les soldats insoumis ou les conscrits déserteurs. Pour l’époque contemporaine les deux révoltes alpestres majeures sont la résistance républicaine au coup d’État de décembre 1851, magistralement étudiée par Philippe Vigier et Maurice Agulhon, et la Résistance, avec les maquis. Indifférent aux soubresauts nationaux ou les surmontant, le notable local y entretiendra toujours des réseaux plus resserrés et plus efficaces que les mailles imparfaites d’administrations en gésine ou trop dispersées sur de vastes territoires.

Propice à l’isolement et au refuge, la montagne est également un lieu de franchissement et de passage. Elle l’est assurément pour les stratèges, d’Hannibal passant les Pyrénées puis les Alpes à Bonaparte au col du Grand-Saint-Bernard, de la Montagne blanche à Monte Cassino. Jalonnées par les clans puis les seigneurs guerriers, les vallées ont été structurées par les Étapes des Habsbourgs dans les Alpes. Mais, longtemps, le déplacement, malgré de rares « guides » ou « indicateurs », est gêné par une connaissance très approximative des montagnes. La cartographie militaire, dans un premier temps, ne s’intéresse qu’aux passages, et elle reste relativement secrète, avant que les ingénieurs géographes ne réalisent de sensibles progrès au cours du XVIIe siècle. Pierre-Joseph de Bourcet hésitait encore entre la projection verticale et la perspective cavalière pour sa carte du Dauphiné (1749-1754) avant que la première technique triomphe à la fin du XVIIIe siècle. On a cartographié la circulation : les équipements, les flux, les réseaux. Pour représenter la troisième dimension et mesurer les montagnes (on a eu recours aux alpinistes du début du XXe siècle au club alpin). La montagne est reconfigurée par l’architecture militaire – et l’on songe entre autres aux prouesses de Vauban, parfois dubitatif de sa propre œuvre, dont s’enorgueillissent pourtant les municipalités (ainsi, à Seyne-les-Alpes). Quand ils ne datent pas de la conquête romaine des Gaules, les routes et les relais sont souvent les héritages du passage des troupes. Les nombreux mercenaires suisses qui allaient, des siècles durant, vendre leurs services aux souverains de France, d’Italie ou d’Allemagne, les empruntaient. Ces routes et relais, d’abord sécurisés par des monastères (chanoines de Saint-Maurice ou d’Aubrac…) viennent compléter l’entrelacs des chemins, qui ne sont pas tous contrôlés par les douanes ou les postes. Ils sont aussi les voies de fuite des proscrits : les cathares, les vaudois du Lubéron, les protestants du Refuge en route vers la Suisse, les émigrés fuyant le Révolution, etc.
Les ingénieurs géographes ne distinguaient habituellement que trois catégories de chemins : « ceux qui sont accessibles à l’artillerie et aux convois, ceux qui sont praticables à la cavalerie, et ceux qui ne livrent passage qu’aux piétons » (Numa Broc). Durant les derniers siècles, les notables progrès qui sont réalisés pour rendre les chemins carrossables entraînent des mutations profondes dans les procédés de transport des charges et les hommes qui les animent. Du colporteur, du muletier, du traînage, du flottage du bois sur les torrents, on passe aux chemins de la mâture avec la réformation des Eaux et forêts, aux chemins pour les canons qui permettent de détruire les derniers forts inexpugnables, aux routes thermales et autres voies carrossables, aux traversées ferrées… Les communications ferroviaires ont modifié la montagne par la construction de tunnels qui restent un problème encore au XXIe siècle. Plus récemment, la houille blanche permet d’inventer le lacis du transport de l’énergie électrique. L’accueil des voyageurs dans les hospices de montagne en est changé, alors qu’éclot une nouvelle corporation : celle des guides de haute montagne.
Bien souvent, comme les unités politiques intérieures à la montagne enjambent les cols, il en est de même des groupes linguistiques. C’est notamment le cas de la langue allemande qui s’étend, au Tyrol, de part et d’autre du col du Brenner, du français et du franco-provençal en Val d’Aoste, du basque ou du catalan aux deux extrémités de la chaîne des Pyrénées. Ces données ont une influence non négligeable sur les relations de voisinage, particulièrement dans une Europe contemporaine qui voit s’abaisser ses frontières internes… jusque sur le haut de ses montagnes.

La montagne est un objet d’étude et de représentations. On a pu l’ériger en un relief mythique qui a longtemps alimenté des croyances, des tabous, des peurs, et donc engagé à des parcours cérémoniels apotropaïques, des processions saisonnières d’ouverture des estives d’altitude, des pèlerinages vers différents ermitages. Parmi les grandes migrations temporaires de population face au malheur, on doit ajouter les sites montagneux de pèlerinage, dont beaucoup sont anciens (Saint-Maurice d’Agaune, le Mont-Saint-Michel, le Puy, la Sainte-Baume, le Laus) et d’autres nés à l’époque contemporaine : Lourdes, la Salette. Dans ces circulations, comme l’a démontré Marcel Durliat le long des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, ce sont aussi des styles, des modèles, qui sont véhiculés. L’art, d’abord religieux, chemine par les montagnes. Mais sa diffusion peut être entravée lorsque l’Europe chrétienne se fractionne, comme le long des Pyrénées qui, sous le règne de Philippe II et de l’Inquisition, se dressent désormais comme une frontière autant politique que religieuse. La circulation des livres, et donc des idées, en reste affectée.
À l’avènement des Lumières, la montagne, d’abord sous l’influence des Anglais, devient la surface de projection d’une nouvelle sensibilité, d’une nouvelle perception de la nature, générant des voyages récréatifs et initiatiques, qui conduisent de la soif de compréhension et de connaissances au dépassement de soi avec « l’invention du Mont Blanc » (Philippe Joutard) et la naissance de l’alpinisme. C’est « le temps des voyageurs » (Serge Briffaud). Les Suisses jouent un rôle prédominant dans cette transformation et Jean-Jacques Rousseau (La Nouvelle Héloïse, 1761) est l’artisan de cette révolution qui, en portant une révélation esthétique ou sentimentale, influence la plupart des vocations de naturalistes au XVIIIe siècle. Elle est décrite dans les guides et la littérature, esquissée dans les gravures, magnifiée par la peinture (comme celle de Caspar David Friedrich), parfois avec une exagération qui la rend effrayante comme celle des voïvodes valaques qui inspirent la figure de Dracula. L’approche littéraire permet de construire un modèle esthétique qui va consacrer jusqu’à nos jours la gloire de maîtres du roman français : inépuisable décor des œuvres de Sénancour, George Sand ou Giono, Henri Pourrat ou Frison-Roche, elle sert à la fois de cadre mythique et de sujet imaginaire.
Elle devient un laboratoire de courses scientifiques pour les savants du XVIIIe siècle, férus de minéralogie, de botanique, ou intrigués par le volcanisme, dont les éruptions de l’Etna et du Vésuve ne cessent de rappeler la présence. Les populations à leur tour font l’objet d’études qui fondent la biologie humaines (des « crétins » des Alpes aux travaux sur l’ADN…) L’observation, qui mobilise tout le réseau savant européen, se veut aussi anthropologique ou ethnologique, à la recherche des origines de l’homme, de la mentalité des ruraux – recherche que revivifient les inattendues révoltes paysannes durant la Révolution, au bénéfice du celtisme cher à Le Coz ou à Cambry. On peut alors considérer que « l’étude des montagnes a constitué une voie d’accès privilégiée à la connaissance du monde » (Bernard Debarbieux).
Enfin les montagnes sont devenues à l’époque « le terrain de jeu de l’Europe », avec le développement d’un tourisme avide de voir des phénomènes naturels grandioses (mer de glace, cirque de Gavarnie), la conquête des sommets par l’alpinisme. Les sports d’hiver et la notion de « domaine skiable » ont transformé l’économie montagnarde et l’image de la montagne entre les Temps modernes et l’époque contemporaine : pour ne citer qu’un exemple, les départements des Hautes-Alpes et Alpes de Haute-Provence ont eu une image longtemps répulsive qui est devenue attractive au cours du XXe siècle. Leur démographie a été marquée par un effondrement entre 1850 et 1950 suivi d’une remontée qui peut être localement spectaculaire. Et le prestige des produits alimentaires connotés ou étiquetés « de montagne » donc « naturels » se renforce en même temps que certaines vallées se repeuplent de citadins.

THÈMES

I. Des montagnards, leurs activités économiques et celles des autres : un espace d’échanges et de migrations
I.1 L’exploitation et la transformation des ressources naturelles
I.2 Le contrôle des ressources : ententes, coutumes, pouvoirs…
I.3 Les villes et villages de montagne, leurs fonctions et leurs mutations
I.4 Familles et migrations
I.5 Les mutations technologiques et économiques contemporaines
Atelier  : Contrebande et contrebandiers. Une économie montagnarde ?

II. Compositions et recompositions politiques et militaires : la montagne entre centre et périphérie
II.1 Montagnes et frontières : protéger et défendre
II.2 Éloignement des pouvoirs et négociations de l’autonomie
II.3 Révoltés, bandits, proscrits et maquisards
II.4 Anti- et Contre-Révolutions
Atelier : La correspondance active d’Henri IV

III. Des passages : contraintes, organisations, dynamiques
III.1 Chemins de terre et chemins d’eau
III.2 Passer et cartographier. Géographes, cartographes, stratèges et militaires
III.3 Construire le chemin : chemins de fer, tunnels et réseaux divers
III.3 Faire passer : ingénieurs et guides
III.4 Voisiner. Les témoins linguistiques du passage

IV. Des montagnes parcourues et représentées : de la circulation des idées, des formes et des jeux
IV.1 Montagnes et montagnards comme objets d’explorations et d’études savantes et de typologies variées
IV.2 Tabous et croyances en montagne
IV.3 Rituels et sanctuaires de montagne
IV.4 La montagne, espace touristique, un « retour à la nature » ?
IV.5 La montagne, cadre et source d’inspiration littéraire et cinématographique

Colloque 1 Protestants d’un versant à l’autre (1517-1848)

Dès l’An Mil, une relation privilégiée s’est établie entre des maisons de prière et la montagne : La Chaise-Dieu, la Grande Chartreuse, Saint-Michel de Cuxa, parmi de très nombreux monastères, mais aussi des commanderies templières et hospitalières, des maisons de chanoines réguliers, puis de prédicateurs de missions ont choisi de s’implanter en altitude. Il n’est pas exagéré d’affirmer que toutes les chaînes de montagnes de la Chrétienté ont été touchées par la vie monastique, sous quelque forme que ce soit, à commencer par la vie érémitique.
Par ailleurs bien des monastères montagnards se sont élevés au bord des routes, près des cols que franchissaient pèlerins, marchands et voyageurs, leur servant de gîte d’étape et cela dès le haut Moyen Âge : comme par exemple Saint-Maurice d’Agaune, dans le Valais suisse, l’abbaye de la Novalaise, en Piémont, fondée au VIIIe siècle sur la route du Mont Cenis, Saint-Chaffre du Monastier en Velay, Saint-Oyend, qui devient Saint-Claude au VIIe siècle, dans le Jura, ou encore l’abbaye de Hohenbourg sur le Mont-Sainte-Odile dans les Vosges, fondée à la fin du VIIe siècle.
Saint-Victor de Marseille, Cluny ou encore de la congrégation canoniale de Saint-Ruf, en attendant les Capucins, Jésuites, Recollets… et communautés nouvelles ont possédé de nombreuses dépendances et des maisons de retraite dans les Alpes, les Pyrénées ou le Massif Central, ont évangélisé mais aussi se sont vues confier par les évêques la desserte de paroisses nouvelles ou anciennes. De tout temps, ces établissements ont accueilli des pèlerins dans les hôtelleries.
Ils génèrent aujourd’hui un nouveau commerce de produits « naturels ». À l’âge des bêtes de somme comme des camions, il ne faut pas oublier également les circulations des animaux, des bois et des pierres, des livres, des touristes et des artistes enfin.
Une équipe grenobloise travaille depuis plusieurs années à l’étude des peintures murales, des chapelles de montagne dans les pays de l’arc alpin. D’autres routes, romanes, baroques ou « populaires » peuvent être étudiées dans leur fondation, leur établissement et leur renaissance…

Colloque 2 Monastères de montagne, des origines à nos jours
Session proposée par l’Association internationale pour l’histoire des Alpes et par le Labex ITEM (Innovation et Territoires de Montagne) de Grenoble
Les circulations induisent des bouleversements profonds des identités, qui résultent de la rencontre entre des facteurs exogènes et endogènes. Les départs, les passages ou les arrivées constituent des temps ou les individus comme les communautés se façonnent et se reconfigurent, par réaction, acceptation ou assimilation. La montagne, loin d’être un lieu fermé et figé, comme on l’a souvent dit et on le dit encore, est à la fois un territoire de mobilités de ses habitants et de passages ou d’arrivée de populations venues de l’extérieur. Elle a nourri des identités propres et fortes, qui ont commencé à s’affirmer à l’époque moderne, en relation avec des ethnotypes alors en pleine résurgence et la découverte des montagnes en tant qu’espace de savoirs, comme territoire politique voire comme territoire de jeu, puis comme territoire « préservé » à usage d’autrui (J-F Bergier, F. Walter, B. Debarbieux, G. Rudaz, Tissot). Quelles formes ces identités montagnardes ont-elles prises ?
Quelle fut la place de la réalité de la montagne, en tant que terre spécifique, faite de pentes et de sommets, de rocs et de glaces, dans leur affirmation ou leur disqualification? Quelles influences, susceptibles de transformer la montagne et ses habitants, se sont-elles fait sentir ? Quelles stratégies, quelles résistances matérielles et symboliques, ont été développées pour assurer la pérennité des territoires dans une complémentarité toujours renouvelée entre les terres « hautes » et les terres « basses ».
Cette approche pose au final la question de savoir dans quelle mesure les circulations humaines ont-elles donné une place spécifique à la montagne, au point de la faire exister ou
disparaître, entre le stéréotype de l’archaïsme et la terre d’innovations.
C.2.1 Identités revendiquées, abandonnées, reniées
C.2.2 La terre, valeur réelle et symbolique
C.2.3 La montagne transformée : lieu d’expérimentation ou de tradition ? (accepter,adhérer ou refuser les modèles : aménagement, tourisme…)
C.2.4 Les nouvelles circulations : voyageurs et touristes : des migrants comme les
autres ?

 

Rédacteurs de ce programme, accepté le 10 mars 2016 par la section d’histoire moderne et de la Révolution française
Philippe Bourdin, Serge Brunet, Nicole Lemaitre, Philippe Chareyre, Daniel Le Blevec, Roger Nougaret, Jean-Louis Bergès.

Sociétés partenaires:
Société française d’étude du XVIe siècle
Société Henri IV
Société des Sciences lettres et Arts de Pau
Centre d’Étude du protestantisme béarnais
Académie de Béarn
Société des Amis du château de Pau

Avec le concours :
Archives départementales
Archives de l’agglomération Pau-Pyrénées
Musée national du château de Pau
Musée Jeanne d’Albret, Orthez

Télécharger l’appel à communications

Ah bé tè ! Deuxièmes rencontres anthro-Pau-logiques, février 2016

Ah bé tè ! Deuxièmes rencontres anthro-Pau-logiques

 11-12 février 2016 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Regarder – écouter – s’engager !

Appel à communication

 Cette deuxième édition1  des rencontres « anthro-Pau-logiques » poursuit l’analyse du regard que portent des anthropologues, des collègues des autres sciences humaines et sociales ainsi que la société civile sur les problèmes du monde contemporain. Ainsi, nous souhaitons associer dans nos réflexions la vision de l’historien, du sociologue, du géographe, du juriste, du plasticien, mais aussi de l’ouvrier, du militant syndical, ou du politique… En effet, au-delà des différences disciplinaires ou des divergences politiques, chacun porte un certain regard sur la façon dont les cultures se (re)dessinent, les stratégies sociales se (re)déploient ; en résumé, sur les mutations sociétales.

Cependant, si le regard suffit pour voir, il ne permet pas à lui seul de comprendre ces sociétés puisque les mobiles qui les transportent en les transformant échappent parfois au regard et appellent l’écoute. Les sociétés sont discursives et mélodiques ; elles sont dans la mise en scène, il faut donc les écouter au-delà du regard.

En outre, l’intérêt accordé aux mutations de nos sociétés conduit, en sciences sociales et humaines, à des rencontres avec « le terrain ». C’est ainsi que, par exemple, l’engagement ethnographique demeure une question omniprésente puisque l’ethnographe est personnellement et fortement impliqué dans l’enquête (Favret-Saada 1977). Cette implication peut se traduire sous la forme d’un engagement, que Jean-Pierre Olivier de Sardan (2000) classifie sous trois idéal-types : l’engagement ambigu (intégration forte au milieu), la conversion et le dédoublement statutaire (implication directe sur la scène sociale). Didier Fassin relève également l’ambiguïté épistémologique de la position du chercheur sur la scène sociale, entre engagement et distanciation puisque « le chercheur est engagé par rapport au monde qu’il étudie à la fois comme sujet connaissant et comme sujet citoyen » (Fassin, 1999 : 43). Au-delà de ces modèles scientifiques, nous retrouvons un panel de positionnements dans la société civile : cette dernière s’empare de la notion d’« engagement » à différents niveaux, allant du domaine artistique au champ politique ou écologique. Mais que signifie ce terme « engagement » et en quoi « l’engagement » de l’artiste, du politique, du chercheur en sciences humaines et/ou sociales, etc., renseigne-t-il, par exemple, sur les crises des sociétés actuelles ?

Ces journées s’articuleront autour de ces pistes de réflexion et questions en soulignant dans un premier temps l’engagement, notamment à travers l’image comme média subjectif et la musique engagée. La deuxième journée sera consacrée à la question de la gouvernance en évoquant d’une part le militantisme syndical, politique ou culturel et, d’autre part, les dissidences économiques et alternatives à la mondialisation.

 Jeudi 11 février : Le pouvoir dans les arts

1.1) L’image : un média comme un autre ?

La multiplication des caméras de surveillance en ville, des panneaux publicitaires à

l’entrée des villes marquant le passage d’un monde (rural) à un autre (r-urbain), ou bien l’image du corps de la femme exposée dans les publicités interrogent la société actuelle à travers ses photographies, vidéos ou iconographies (Le Breton 2008). Se pose alors la question de la représentation de l’individu et de la société à travers ces images – parfois numériques, qui sont de plus en plus véhiculées par les réseaux sociaux : miroir artificiel ou reflet d’un monde dont les codes sociaux (éthique, moral, pudeur, etc.) ont évolué ? Ce regard, déjà porté par les historiens de l’art et les plasticiens, réinterroge le rôle de l’image comme action de communication ou comme lecture de transformations sociétales. L’image crée alors de « nouvelles façons de voir » pourrait-on dire, puisant son inspiration entre un imaginaire collectif et une réelle subjectivé.

L’étude critique des médias ou dans les médias (Bourdieu, 1996) analyse ainsi le champ de la production culturelle, les oeuvres produites et leur réception auprès du public ; mais elle met également en lumière les formes de domination symbolique véhiculées par les médias et, en premier lieu, l’image. Pour autant celle-ci s’adresse-t-elle à un récepteur passif et aliéné ? Quel(s) pouvoir(s) et quel(s) statut(s) possède-t-elle, entre fabrication de l’image (Belting 2004), sélection de l’information et symboles utilisés pour faire passer un « message » à travers une photographie, un portrait, un film, ou bien de nombreux autres supports iconographiques.

1.2) La musique engagée

Qu’est-ce qu’une musique engagée ? Quel discours est véhiculé par cette musique ?

Ou autrement, en quoi consiste un engagement en musique ? Ces questions se (re)posent à nous lorsque l’on considère les liens tissés entre des musiques actuelles et des identités territoriales, à l’image de groupes de rock basques (Bidart 2001 et 2003), du rap occitan ou d’autres musiques considérées « à la marge ». Des groupes tels les Fabulous Trobadors ou Les Motivés illustrent ces métissages musico-politiques dits engagés dans la société actuelle. Ils peuvent aussi dénoncer par ailleurs : un groupe de métal basque. « Su Ta Gar », a ainsi intitulé une de ses chansons Jo Ta Ke (littéralement « coup et fumée »), slogan qui fut repris par la suite dans des manifestations de la gauche patriote basque.

Nous invitons ici, au-delà de l’exemple du rap, à interroger propriétés et formes d’engagement au travers des cultures musicales des sociétés actuelles ; qu’elles relèvent du seul registre de la chanson, de l’instrument musical ou de l’expression du corps dansant …

 Vendredi 12 février : Qui gouverne ?

2.1) Du militantisme à la politique

La question des marges et des frontières, déjà en partie débattue lors des premières

rencontres anthro-Pau-logiques, invite à poursuivre l’investigation heuristique sur les lieux et acteurs du pouvoir et ceux qui en sont exclus. En effet, des communautés ou associations culturelles côtoient un système politique mais sont en constantes interactions avec lui. De multiples engagements militants sont ainsi devenus des engagements en politique, à l’image de certains présidents ou animateurs du Festival de Siros dans les Pyrénées Atlantiques (Festival de la chanson et de la culture béarnaise qui, à son apogée, a regroupé en 1977 plus de 14 000 personnes en deux jours. Il repose sur quatre piliers culturels que sont le chant, le théâtre, la danse et le conte béarnais) qui se sont engagés en politique tel le député Jean Lasalle (Castéret 2012), du militantisme politico-culturel du conseiller régional d’Aquitaine David Grosclaude pour obtenir la création de l’office public de la langue occitane, illustrant ainsi cette « société archipel » (Viard 2013), ou encore du syndicalisme agricole de José Bové devenu depuis député européen. Comment expliquer, dans un contexte où les formes d’engagements politiques évoluent (Nicourd 2007), ce passage de la revendication syndicale, associative ou culturelle à une action politique, quels en sont les processus et modes d’action ?

2.2) Dissidences économiques, démondialisation et alternatives au mondialisme

Face à l’agressivité du néolibéralisme économique et des processus d’intégration dans le marché mondial, des voix dissidentes s’élèvent et s’organisent en divers mouvements et pôles de résistance mais aussi comme forces de propositions. Le mouvement altermondialiste concrétise « le passage d’une posture de simple refus de la mondialisation libérale à la mise en avant de politiques alternatives. Une façon de démentir le fameux TINA (There is no alternative) de Margaret Thatcher » (Cassen 2015) et donne toute sa place aux anticapitalistes et libertaires. C’est aussi dans ce contexte d’effervescence humaniste que s’affirment les oppositions au « tout économique » du credo ultralibéral. Du point de vue de l’environnement, l’ouverture du « marché carbone » qui s’appuie sur la vente de quotas ou permis d’émissions polluantes connaît une forte opposition de part son caractère spéculatif et son manque d’éthique, « il n’échappe pas à la spéculation, par le truchement des achats et vente de permis par les intermédiaires financiers qui n’éprouvent pas eux-mêmes la nécessité de réduire leurs émissions mais cherchent une profitabilité rapide » (Jacquemot 2015). À la nécessité de s’opposer se juxtaposent les initiatives pour ré-inventer des économies localisées (Moatti 2006) comme facteur d’innovation sociale (Colibris 2015 – Agir avec le mouvement : créer une monnaie locale. [en ligne] Colibris faire sa part. www.colibrislemouvement. org/agir/guide-tnt/creer-une-monnaie-locale [consulté le 08/09/2015]) alliant écologie et justice sociale.

Proposant une vision critique de « la globalisation » l’économiste Jacques Sapir argumente sur la « démondialisation » qu’il définit « comme la conjugaison d’un retour à de fortes réglementations financières, pénalisant en particulier les mouvements de capitaux à court et très court terme, et de règles assurant que la concurrence se produise non entre systèmes sociaux différents mais entre systèmes sociaux comparables » (Sapir 2012). Dans ce va-et-vient du global au local, Elinor Ostrom constatait l’inefficacité de la gestion des ressources communes par l’État et les firmes et envisageait l’action durable collective (Ostrom 2010). Concernées au plus près par les questions environnementales qui se posent aux territoires, des communautés d’intérêts – qu’elles soient paysannes ou autres – entendent reprendre en main la gestion de ce qu’elles considèrent comme étant leurs territoires.

Assisterons-nous alors à une dilution des pouvoirs des États ? Ou encore à l’émergence d’une autre proposition citoyenne de gouvernance des territoires ?

Appel à communication :

 Nous attendons les propositions de communication (comprenant un titre et un résumé de 10 lignes) avant le 15 novembre 2015, à envoyer à Mathilde Lamothe ou Dominique Cunchinabe (ITEM, UPPA) aux adresses ci-dessous :
mathilde.lamothe@univ-pau.fr
dominique.cunchinabe@univ-pau.fr
Plus d’informations sur le site :
http://item.univ-pau.fr/live/colloques/101+Colloques+2016/+rencontres+anthropologiques+2

Bibliographie :
– BELTING Hans, Pour une anthropologie des images [trad. Jean Torrent], Paris, Gallimard, 2004.
– BIDART Pierre, La singularité basque : généalogie et usage, Paris, PUF, 2001.
– « Rock, basquité, ruralité et post-modernité » , Ruralia revue de l’Association des ruralistes français [en ligne], 1998. URL : http://ruralia.revues.org/35
– BOURDIEU Pierre, Sur la télévision. suivi de L’emprise du journalisme, Paris, Éditions Raisons d’agir, 1996 [2008].
– CASSEN Bernard, « Le moment altermondialiste », actes du colloque Rencontres Anthro-Pau-Logique. Regard sur les sociétés actuelles, Pau, Presses Universitaires de Pau, à paraître (décembre 2015).
– CASTÉRET Jean-Jacques, La polyphonie dans les Pyrénées gasconnes : tradition, évolution, résilience, Paris, L’Harmattan, 2012, 367 p.
– FASSIN Didier, « L’anthropologie entre engagement et distanciation. Essai de sociologie des recherches en sciences sociales sur le sida en Afrique », dans BECKER Charles, DOZON Jean Pierre, OBBO Christian et TOURE Moriba, Vivre et penser le Sida en Afrique, Paris, Karthala, 1999, pp.42-66.
– FAVRET SAADA Jeanne, Les Mots, la mort, les sorts. La sorcellerie dans le bocage, Paris, Gallimard, 1977.
– JACQUEMOT Pierre, Le dictionnaire du développement durable, Auxerre, Éd. Sciences Humaines, 2015, 499 p.
– LE BRETON David, Anthropologie du corps et modernité, Presses universitaires de France, coll. Quadrige Essais Débats, 2008, 330 p.
– MOATTI Sandra, « Monnaies sociales », dans Alternatives économiques, n°247, mai 2006.
– NICOURD Sandrine, « Les engagements ont-ils vraiment changé ? », Sociologies pratiques, n° 15, 2007, p. 1-5.
– OLIVIER DE SARDAN Jean-Pierre, a) Anthropologie et développement : essai en socio-anthropologie du changement social, Paris, Karthala, 1995.
– Le  »je » méthodologique. Implication et explicitation dans l’enquête de terrain », Revue francaise de sociologie, 2000, pp. 417-445.
– OSTROM Elinor, Gouvernance des bien communs. Pour une nouvelle approche des ressources naturelles, Éd. de Boeck, coll. Planète enjeu, 2010, 304 p.
– PERRINEAU Pascal, « Les renouveaux de l’action politique », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n°60, octobre-décembre 1998, pp. 112-117.
– SAPIR Jacques, Qu’est ce que la démondialisation ? [en ligne] RussEurope, 2012. http://russeurope.hypotheses.org/569 [consulté le 08/09/2015

  1. voir le programme de la première édition ici []

Université d’été du RéDoc, 21-25 mars 2016

La sociologie au défi des transformations du lien social : questions de méthode

Appel et dépôt des candidatures : 14 septembre au 2 novembre 2015

Pour s’inscrire

Le RéDoc tiendra du 21 au 25 mars 2016 à Marrakech sa septième séance de formation doctorale internationale, organisée par la Faculté de Gouvernance, des Sciences économiques et Sociales de l’Université Mohamed VI Polytechnique.

Texte d’orientation

La sociologie se définit en tant que science dont l’objet d’étude est les phénomènes sociaux, elle s’intéresse aux comportements des individus en tant que membres d’un corps social (famille, Etat, tribus, …) et tente d’en expliquer les fondements. Cette définition générale ne permet plus de décrire l’activité sociologique dans sa diversité.  La discipline bien installée dans le champ scientifique depuis le 19ème siècle, partage ses questions, ses objets et une partie de ses réponses avec d’autres disciplines : l’anthropologie, l’histoire, l’économie, la psychologie, la science politique… Aujourd’hui, les sociologues se trouvent à interroger leurs méthodes et leurs approches d’investigation compte tenu des transformations du lien social.

Par ailleurs, la sociologie est confrontée aux changements qui concernent les nouvelles formes d’organisations sociales, les nouveaux rapports sociaux, suscités par l’avènement du virtuel et du numérique, et les méthodes de collectes et d’analyse qui en dépendent. Il est par conséquent salutaire dans cette période de mutations rapides et intenses, d’interroger les anciennes méthodes et ces nouveaux objets et de renouveler les modes de questionnement par-delà les partis pris holistes ou individualistes, quantitativistes ou qualitatifs.

La distance qui sépare Durkheim de Thomas et Znaniecki est la même qui nous sépare aujourd’hui des premiers travaux de Bourdieu sur la division du travail en Kabylie. Durkheim insistait notamment sur le fait que les phénomènes d’anomie sont surtout caractéristiques des périodes de développement économique intense, de crise politique ou de crise économique et il pointait les mécanismes générateurs de désorganisation et de démoralisation en période de changement social à partir d’un point de vue normatif. Alors que les travaux de Thomas et Znaniecki introduisent la subjectivité et l’interaction, ils analysent les mécanismes générateurs de l’anomie et les situations créées par ces mutations tant au point de vue de l’individu que de la société. La même observation peut être faite à propos du paradigme de la sociologie de l’action ou du pouvoir quand Bourdieu privilégie la concurrence et le conflit, tandis que d’autres sociologues insistent sur la coproduction, la coalition.

Si des débats autour de la stratification, l’intégration et l’anomie ont toujours intéressé les sociologues, il n’en demeure pas moins que les analyses autour du lien social constituent l’épine dorsale de la discipline. Or, cet objet privilégié est, de loin, le plus perturbé par les mutations en cours. La diversification des liens constitutifs des sociabilités qui se trouvent au fondement du « corps social » ne peut plus s’appréhender uniquement à travers des indicateurs morphologiques tels que l’habitat, la famille, etc. Des mutations profondes aussi bien technologiques, médicales que philosophiques ont boulversé les unités primaires telles que la famille, le lignage, la tribu, construites autour de principes biologiques, ethniques voire spatiaux.

Les débats actuels autour de réseaux sociaux et du réseau virtuel laissent entrevoir toute la complexité du problème de la nature du lien, ses manifestations empiriques, sa temporalité et son rapport à l’action, la mobilisation ou la production de l’identité. Ils nous interpellent au fur et à mesure que ces réseaux se développent à une vitesse extraordinaire. Dans quelle mesure ces réseaux créent-ils véritablement du lien social ? Les constats actuels autour de la relation entre les mouvements de revendication et de contestation et le développement des réseaux sociaux posent également la question du passage du « virtuel » au « réel » et de la nature du lien qui en découle.

Ces objets nouveaux -structurés autour de liens éphémères- ne peuvent pas être appréhendés uniquement par une réinvention de la tradition en imaginant le tribalisme là où il ne peut exister, en transférant sans crainte l’anachronisme et en forçant l’analogie entre des formes de ritualisation et de sociabilité actuelle avec celles du passé.

L’enjeu est épistémologique, il concerne les questions possibles à un moment donné de l’histoire mais il est aussi méthodologique dans la mesure où nos boites à outils peuvent s’avérer caduques. Notre installation dans le confort d’une discipline institutionnalisée aux méthodes canonisées nous prive de « l’imagination sociologique » (C.W Mills) et annihile nos capacités d’innovation. On peut multiplier les exemples qui illustrent l’importance des réseaux sociaux pour décrire et expliquer les nouveaux objets sociologiques. Si on prend l’exemple du rapport entre lien virtuel/réel et notre approche de ses formes de sociabilité, on ne peut pas ignorer les enjeux de méthodes que le phénomène pose. Certes, quelques modèles existent et ont été mobilisés bien avant la nouvelle vague des réseaux sociaux et des sources d’information sur internet. Le modèle d’Herbert Simon (1954) a été popularisé sur l’influence de la publication des résultats de sondage sur le vote final mais surtout par Schelling (1972) dans ses différentes simulations de la ségrégation spatiale et ses conséquences inattendues et non voulues ainsi que sur de nombreux comportements collectifs. Ce modèle s’applique aussi bien à la diffusion de l’innovation, des rumeurs, des maladies que des grèves, des émeutes, des migrations, du vote. Ou encore la théorie de l’importance des liens faibles développée par Granovetter (1982), pour qui, paradoxalement. un individu profiterait plus, des liens faibles (réseau secondaire des connaissances) que des liens forts (réseau primaire de la famille et des amis proches), pour la circulation de l’information.

Les nouveaux objets posent un autre problème lié à la nature des ressources documentaires utilisées, dont principalement l’internet mais aussi les nouveaux usages qui affectent d’autres sources d’information classiques telles que les enquêtes d’opinions et les sondages.

Afin de réfléchir à cette vaste question des « changements de paradigme et des objets sociologiques » nous suggérons à titre indicatif, d’aborder ce thème par l’intermédiaire d’axes qui constituent des portes d’entrée vers des thématiques spécifiques :

Quels  nouveaux objets sociologiques ?

  • Les nouveaux liens sociaux ;
  • La socialisation aujourd’hui ;
  • Les réseaux sociaux et processus de réseautage
  • La dynamique de la société virtuelle ;
  • La dynamique de groupes ;
  • Le passage du virtuel au réel et la nature du lien ;
  • Le transnationalisme

Quelles nouvelles méthodes ?

  • La nature des ressources documentaires ;
  • Les sources d’informations ;
  • Les indicateurs du lien social ;
  • L’enquête dans le monde virtuel ou l’ethnographie digitale ;
  • L’enquête sociologique des réseaux ;
  • L’enquête auprès des réseaux transnationaux.

Références
Granovetter, M. (1982) « The Strength of Weak Ties: A Network Theroy Revisited », dans P.V. Marsden et N.Lin (dir.), Social Structure and Network Analysis, London, Sage.
Mills, (2006), L’imagination sociologique, [traduction de Pierre Clinquart], Paris, La Découverte.
Bourdieu, et A. Sayad (1964), Le déracinement, la crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Éditions de Minuit.
Lévi-Strauss, C. (1983), Le regard éloigné, Paris, Plon.
Schelling, T. C. (1971), «Dynamic Models of Segregation», Journal of Mathematical Sociology, 1: 143-186.
Simon, H. (1954) «Bandwagon and Underdog Effects of Election Predictions», Public Opinion Quarterly, 18 (3), p. 245-253

Kouvouama Abel, membre du Laboratoire ITEM, Coordonnateur du CR 37 « Afrique en mutation » de l’AISLF

Appel à communications « Les arts et la diaspora basque (XIXe-XXIe s)

Appel à com Les arts et la diaspora basquelogo ezmugak    logo musee basquelogo stm

Appel à communications

 Colloque international

Les arts et la diaspora basque (XIXe-XXIe siècles)

25-26 février 2016, Bayonne/San Sebastián

Ce colloque international est organisé par la Société d’Etudes Basques (Eusko Ikaskuntza, Bayonne) et la plateforme de projets culturels Ezmugak basée à Irun, dans le cadre des célébrations de Donostia-San Sebastián 2016, Capitale Européenne de la Culture, et de l’Eurorégion Aquitaine-Euskadi. Il bénéficie du soutien de diverses institutions et mécènes privés, parmi lesquelles l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Il constitue l’axe scientifique du projet culturel « Les arts et la diaspora basque » qui se compose en outre d’une exposition-concours de création d’art actuel, présentée dans les sept provinces du Pays basque (à Bayonne, Saint-Jean-Pied-de-Port, Mauléon, San Sebastián, Vitoria, Pampelune, Bilbao), ainsi que d’un cycle de projection de films et documentaires.

 La diaspora basque

Outre la force de leur identité et l’exception de leur langue, les Basques sont connus pour être d’infatigables voyageurs. Leur activité de pêche à la baleine les mena vers les côtes du continent nord-américain dès le Moyen Age, bien avant les expéditions de Christophe Colomb et après les navigateurs vikings. Malgré leur tradition maritime séculaire, la fin du XVIIIe siècle inaugura une importante ère d’exode en raison d’une forte instabilité politique en France et en Espagne, souvent défavorable à leur condition, leur culture et leur identité singulière. Les guerres napoléoniennes, les conflits carlistes, l’industrialisation, le chômage, la guerre franco-prussienne furent autant de motifs de départ au XIXe siècle.

index« Bakardade », Monument aux Bergers Basques, par Nestor Basterretxea, Reno (Nevada) Crédit : Institut Culturel Basque

Dans les décennies suivantes, ce sont les conscriptions et les deux guerres mondiales, ainsi que la dictature franquiste, qui les motivèrent à se réfugier et rechercher un avenir meilleur aux quatre coins du monde. D’autant que certains états développaient alors une politique d’attractivité afin de peupler leurs terres, comme ce fut le cas, par exemple, de l’Argentine ou des Etats-Unis avec leurs appels aux bergers. Aujourd’hui encore, pour des raisons socioéconomiques ou par goût du voyage, nombre de natifs du Pays basque émigrent en quête d’un El Dorado.

 Ainsi en deux siècles, s’est constitué ce qui a été baptisé la « huitième province », « la diaspora basque », composée d’une pluralité d’individus, aussi hétérogène que la diversité de leurs terres de refuge, mais réunies sous l’égide de leurs racines communes plus vieilles que l’Europe. Huitième province, car le Pays basque se compose de sept provinces ; trois sur le territoire français – le Labourd, la Basse-Navarre et la Soule -, que l’on nomme Iparralde (côté nord), et quatre sur le territoire espagnol – la Biscaye, le Guipúzcoa, l’Alava et la Navarre -, que l’on appelle Hegoalde (côté sud). Malgré l’éloignement de leurs terres d’origine, les Basques d’ailleurs ont su faire perdurer leur culture, fortement ancrée dans les traditions et le patrimoine immatériel par le biais d’innombrables festivals folkloriques ou du réseau des Maisons Basques (Euskal Etxea).

Les arts et la diaspora basque

 D’un point de vue anthropologique, linguistique et historique, la diaspora basque est au cœur des préoccupations scientifiques depuis de nombreuses années, que ce soit avec les travaux, entre autres, des laboratoires IKER et ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, de l’Université du Pays basque, de l’Université publique de Navarre ou bien, aux Etats-Unis, avec le Center for Basque Studies de l’Université de Reno dans le Nevada. Le folklore, les problématiques identitaires, la transmission ou encore la littérature, entre autres thèmes, font l’objet de nombreuses études.

Sans titre-1Peinture murale représentant des bergers basques, par Enrique Lezada, réalisée lors d’une résidence d’artiste à Getschell, conservée à la bibliothèque du Center for Basque Studies de l’Université de Reno (Nevada)

Pour autant, il faut constater que l’histoire de l’art semble délaissée par les chercheurs bascophiles dans le contexte de la diaspora basque. Du moins n’a-t-elle pas encore fait l’objet d’une réflexion globale et problématisée, malgré des études ponctuelles. Les arts plastiques et visuels ne sont cependant pas en reste dans cette histoire culturelle, faisant écho au mouvement régionaliste largement répandu en Europe à partir de la seconde moitié du XIXe siècle et dont le Pays basque ne fait évidemment pas exception. D’où la nécessité pressante, désormais, d’une étude fondamentale sur le patrimoine matériel, artistique et culturel, basque « délocalisé » ou lié aux mouvements migratoires, qui soit inscrite dans l’histoire des deux derniers siècles.

Appel à com Les arts et la diaspora basqueRoberto Matta Echaurren, dit Roberto Matta, Naissance des Amériques, huile sur toile, 1953. Crédit : Taller de encuentros.

Car, en effet, la présence basque se lit dans tous les domaines de la production artistique liée à son émigration. Un recensement encore superficiel laisse présager d’un patrimoine aussi vaste que le monde que le peuple basque s’est approprié. Depuis les émouvants arboglyphes des forêts du Nevada, la sculpture, avec notamment l’emblématique Monument aux Bergers basques érigé par Nestor Basterretxea dans le Nevada, à la peinture, avec le succès de nombreux artistes d’origine basque tels que le surréaliste Roberto Matta ou l’argentin Sergio de Castro, il s’agit d’une réalité factuelle encore méconnue.

Il en va de même en architecture où nombre de maîtres d’œuvre latino-américains, tels que Ordorika, Tomás et Legoreta au Mexique ou Noel en Argentine, sont issus de l’émigration basque. Outre l’architecture vernaculaire basque présente de manière insolite dans le delta argentin du Paraná, par exemple, la diaspora basque fut en outre commanditaire de demeures remarquables comme la villa Curutchet édifiée par Le Corbusier à La Plata et classée « monumento nacional » ou le palais Estrugamou à Buenos Aires. La relation entre l’art et la diaspora basque s’exprime également à travers la mobilité des artistes d’Europe vers la scène américaine, notamment au cours de leur exil franquiste, ce qu’illustrent les parcours de Zumeta, Chillida, Oteiza, Arrue, Nagel, Tillac et tant d’autres. Le cinéma n’est pas en reste, comme le démontrent la carrière du réalisateur mexicain Iñarritu ou le festival de cinéma basque de Montevideo.

lecorbusierCasa Curutchet, par Le Corbusier, La Plata, Argentine, 1955. Crédit : Technohaus

 En tant qu’objet de représentation, le peuple basque est par ailleurs valorisé de manière muséographique au sein d’institutions patrimoniales comme le Parc de l’Aventure Basque en Amérique, au Canada, ou bien The Bask Block, situé dans la ville de Boise (Idaho). Mais il fait également l’objet de productions   photographiques et   cinématographiques,   parfois anthropologiques, avec les clichés de Ojanguren en Argentine, ou, au contraire, stéréotypées voire pittoresques, comme l’illustre la drôle et caricaturale Caravane vers le Soleil, western réalisé en 1959 par Russel Rouse. Il est même figuré dans les très contemporaines et populaires peintures murales du street art qui parsèment l’Ouest américain, de l’Oregon à la Californie. Enfin, pour certains, la réussite engendra le retour aux sources ; après avoir fait fortune, ils s’en retournèrent au pays, comme les Légasse, les Lesca, les Signoret, les Beistegui, en Iparralde, véhiculant avec plus ou moins de force le souvenir de l’ancienne terre promise.

 Axes de réflexion

Ainsi, à l’instar de tant de peuples minoritaires en situation d’exil, les Basques ont-ils contribué à la pluralité culturelle de leurs terres d’émigration, en particulier aux Amériques mais également aux quatre coins du monde. De nombreuses problématiques sont impliquées par le patrimoine bâti et artistique matériel de la diaspora basque :

  • Parcours des maîtres d’œuvres et artistes basques issus de l’émigration: Qui sont les maîtres d’œuvres et les artistes de la diaspora basque ? Quel est leur parcours ? Quelles sont les motivations de leur exil ? Comment vivent-ils cette émigration ?
  • La survivance ou l’absence de l’identité basque : comment s’y exprime ou non l’identité basque ? Les artistes émigrés clament-ils leur identité basque dans leurs œuvres ou au contraire s’assimilent-ils à leur terre d’accueil au point de délaisser leurs racines ?
  • Les représentations de l’identité et de la diaspora basques : Comment l’identité basque est-elle représentée par les artistes basques ou leurs homologues d’ailleurs à travers les arts visuels et l’architecture ? Mais aussi, comment l’iconographie figure-t-elle les thèmes du départ des Basques et de leur vie loin de leur terre d’origine ?
  • L’influence de l’autre sur la création basque de la diaspora : Quelle influence exerce le contact de l’autre et de ces terres promises sur l’art ?
  • La forme et le discours des œuvres : Quels types d’œuvres artistiques et architecturales produisent ces Basques d’origine ? Quel est leur rôle, en tant qu’artiste ou maître d’œuvre, dans la société nouvelle qu’ils construisent ?
  • Les productions artistiques et architecturales dues aux émigrés rentrés au pays : Qu’en est-il de ceux qui reviennent ? Quels édifices ou quelles œuvres produisent-ils ? Comment l’impact de leur voyage ou de leurs origines se traduit-il dans l’art ?

Compte tenu de l’ampleur du sujet, ces questions ne constituent pas une liste exhaustive. Ce colloque entend enrichir la réflexion sur la diaspora basque, sur l’art contemporain et sur les peuples minoritaires en exil, en s’intéressant aussi bien aux arts plastiques traditionnels tels que la peinture, la sculpture et l’architecture, mais aussi aux arts visuels modernes, comme la photographie et le cinéma, et ce, depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours.

 Coordination et direction scientifique 
Viviane Delpech, chercheur associée à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et membre de la Société d’Etudes Basques
Comité scientifique 
Oscar Álvarez Gila, professeur d’histoire des Amériques, Universidad del País vasco
Zoe Bray, professeur d’anthropologie et artiste, University of Nevada Reno/Hebrew University of Jerusalem
Viviane Delpech, chercheur associée, Université de Pau et des Pays de l’Adour
Dominique Dussol, professeur d’histoire de l’art contemporain, Université de Pau et des Pays de l’Adour
Ismael Manterola, professeur d’histoire de l’art contemporain, Universidad del País vasco
Olivier Ribeton, conservateur en chef du musée Basque et d’Histoire de Bayonne
Comité d’organisation 
Viviane Delpech, UPPA/ Société d’Etudes Basques
Agurtzane Garay Ibarlucea, musée San Telmo (Donostia-San Sebastián)
Maité Ithurbide, Société d’Etudes Basques
Jean-Michel Larrasquet, professeur émérite des universités, président de la Société d’Etudes Basques
Jean-Claude Larronde, président du musée Basque et d’Histoire de Bayonne, trésorier de la Société d’Etudes Basques
Nausica Sánchez, présidente de la plateforme de projets culturels Ezmugak (Irun)
Susana Soto, directrice du musée San Telmo (Donostia-San Sebastián)
Maialen Zamponi, chef de projet Eusko Diaspora, Société d’Etudes Basque
MODALITES

Date et lieux :        
25 février 2016 : Musée Basque et d’Histoire de Bayonne
26 février 2016 : Museo San Telmo, Donostia-San Sebastián
Langues : Français, basque, espagnol, anglais

Disciplines concernées : Peinture, sculpture, architecture, arts décoratifs, cinéma, photographie.

Périodes concernées : fin du XVIIIe siècle au XXIe siècle

Envoi des propositions de communication

Les propositions de communication, de 1500 signes (notes et espaces compris) ou 300 mots maximum, accompagnées d’un bref curriculum et d’une liste de publications, sont à envoyer avant le 15 septembre 2015 à l’adresse suivante : viviane_delpech@yahoo.fr

Les communications auront un format de 20-25 minutes.
Les actes du colloque feront l’objet d’une publication.
Renseignements : viviane_delpech@yahoo.fr
arbre copie

Appel à communication : Troisième rencontre des jeunes chercheur.e.s en études africaines, Paris, 14, 15 et 16 janvier 2016

Les 14, 15 et 16 janvier 2016 se tiendra à Paris la troisième rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines (JCEA).

Appel à communication 3ème rencontre des Jeunes Chercheurs en Etudes Africaines 2016

Ces journées visent à stimuler et renforcer les échanges entre jeunes chercheur.e.s (doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s, post-doctorant.e.s), au-delà des écoles et courants intellectuels ou des clivages géographiques et institutionnels. Elles se positionnent également à la charnière de nombreuses disciplines (histoire, géographie, sociologie, économie, démographie, sciences politiques, anthropologie, littérature, sociolinguistique, démographie, musique, histoire des arts, sciences du vivant), afin de susciter des dialogues entre questionnements et pratiques de recherche. Dans la continuité des rencontres précédentes, il s’agira de favoriser le croisement des problématiques abordées par les jeunes chercheur.e.s travaillant sur les Afriques sans exclusive, Caraïbes et Afrique du Nord comprises.

Cet événement scientifique permettra de réfléchir à la place des études académiques sur les mondes africains dans le champ de la recherche, en s’ouvrant à diverses approches et en valorisant leurs apports empiriques et théoriques. Il permettra également d’interroger les conditions de réalisation de la recherche (accès au terrain, place de l’observateur, etc.), ou encore les paradigmes et apports théoriques postcoloniaux dans l’analyse de réalités africaines plurielles. Aussi, parallèlement aux sessions de communications, des tables-rondes privilégiant des réflexions d’ordre méthodologique et épistémologique seront organisées afin d’inviter chercheurs confirmés et jeunes chercheur.e.s à échanger sur leurs pratiques et questionnements scientifiques.

Les réflexions proposées pour cette troisième édition des JCEA permettront d’analyser l’Afrique dans sa pluralité et son hétérogénéité, en tant qu’imaginaire, espace, objet ou concept à géométrie variable, au regard de la diversité des approches linguistiques, géographiques, culturelles, historiques ou disciplinaires dont elle fait l’objet dans la production des savoirs. Cette ligne directrice dessine un vaste panorama et appelle un large état des lieux des travaux de jeunes chercheur.e.s en cours.

Aussi, les propositions de communication (en français ou en anglais) s’inscriront dans l’un des vingt-deux panels proposés. Chaque panel fait l’objet d’une présentation détaillée sur le site des JCEA 2016.

Axe A : Un continent au cœur des mondialisations

Panel 1 : Mobilités et migrations
Panel 2 : Dynamiques circulatoires des arts et des artistes
Panel 3 : Le religieux et ses réseaux
Panel 4: Musique(s) d’Afrique(s) ?
Panel 5 : Les arènes de la santé, du local au transnational
Panel 6 : Géopolitiques globalisées

Axe B : Gouvernance et jeux de pouvoir

Panel 7 : Intervenir en Afrique
Panel 8 : Sociétés et environnement
Panel 9 : Les espaces de citoyenneté critique
Panel 10 : Gestion foncière : modes d’accès et d’appropriation du sol en milieux ruraux et urbains
Panel 11 : Enfermer, contrôler, marginaliser

Axe C : Identités et modes de socialisation

Panel 12 : Corps, genre(s) et sexualité(s)
Panel 13 : Espaces du rire et formes de la dérision politique
Panel 14 : Economie : jeux d’échelles
Panel 15 : Lieux de sociabilité et « jeux de société » dans l’espace urbain
Panel 16 : Identités et constructions diasporiques

Axe D : Entre passés et présents

Panel 17 : États, nations et frontières
Panel 18 : Imaginaires, pratiques et connexions linguistiques
Panel 19 : Fabriques mémorielles
Panel 20 : Diversifier et articuler les sources
Panel 21 : Patrimoine, patrimonialisation, tourisme
Panel 22 : Mutations des discours panafricains

Modalités de soumission

Les postulants sont invités à prendre connaissance des présentations et thématiques des panels, afin de pouvoir soumettre une proposition.

Les propositions de communication (en français ou en anglais) d’un maximum de 500 mots doivent être déposées sur la plateforme suivante :http://jcea2016.sciencesconf.org/
avant le 15 juillet 2015.

L’acceptation sera notifiée le 15 septembre 2015 au plus tard.

Les textes définitifs des communications devront parvenir au comité d’organisation le 15 décembre 2015.

Appel à documentaires

Nous lançons également un appel à documentaires. Les thématiques sont ouvertes, mais sont attendus des documentaires (ou extraits) d’un maximum de 26 mn, permettant d’interroger la pratique scientifique de jeunes chercheurs. La projection sera suivie d’un débat autour des films et de leurs liens avec les travaux d’étude des réalisateurs. Les propositions de films ou d’extraits peuvent être soumises selon le support choisi par les réalisateurs (numérique, CD, etc.) et accompagnées d’une description du projet d’environ 500 mots.

Les propositions de films ou d’extraits peuvent être soumises selon le support choisi par les réalisateurs/trices (numérique, CD, etc.)
accompagnées d’une description du projet d’environ 500 mots envoyée à l’adresse suivante : jcea2016@gmail.com
avant le 15 juillet 2015.

Appel à communication Colloque international « Misogynie et discriminations sexuelles »

Colloque international « Misogynie et discriminations sexuelles »

24-25-26 septembre 2015

Comité scientifique : Anne Emmanuelle BERGER (Paris 8), Christian BOIX (UPPA), Philippe CHAREYRE (UPPA), Maurice DAUMAS (UPPA), Abel KOUVOUAMA (UPPA), Nadia MEKOUAR-HERTZBERG (UPPA), Marta SEGARRA (Université de Barcelone), Sylvie MOUYSSET (Toulouse-Le Mirail), Mercedes YUSTA (Paris 8).

Les disciplines concernées sont l’anthropologie, la création artistique, le droit, la géographie, l’histoire, la linguistique, la littérature, la philosophie, la psychanalyse, la psychologie et la sociologie.

Les propositions, accompagnées d’une page de présentation, doivent être adressées à Maurice Daumas, PR Histoire moderne (laboratoire ITEM) ou à Nadia Mekouar-Hertzberg, PR Espagnol (laboratoire LLCAA) : mau.daumas@wanadoo.fr et nadia.mekouar-hertzberg@univ-pau.fr

Télécharger l’appel à communication sur le site de la fédération de recherche « Espaces, Frontières, Métissages » (FR 4153)

Appel à communication. Les « anthro-Pau-logiques »

Ah bé té ! Les « anthro-Pau-logiques ». Regards sur les sociétés actuelles

Rencontres du 15 au 17 avril 2015 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour Organisées par des doctorants de l’ED SSH 481, Laboratoire ITEM EA 3002 (Rémi Berdou, Dominique Cunchinabe, Marie-Josée Kandou, Mathilde Lamothe, Idrissa Mané)

Genèse et objectifs du projet

L’idée des « Anthro-Pau-logiques » a été lancée au cours d’une discussion entre doctorants en anthropologie. Elle est sous-tendue par une volonté de donner aux doctorants un espace d’échange sur des concepts, pratiques et expériences anthropologiques sans se soustraire à la dynamique de trans/pluridisciplinarité. L’ouverture aux autres disciplines consisterait par exemple à questionner le regard anthropologique de l’économiste, du sociologue, du géographe, de l’historien, du juriste, du littéraire… Tous ces acteurs interrogent la société à leur manière, avec leurs propres réflexions ou concepts, mais également avec des pratiques anthropologiques variables selon la nature du terrain ou l’échelle de l’objet étudié. Nonobstant les particularités intrinsèques (qu’elles soient de nature disciplinaires, professionnelles, théoriques, etc.) ces pratiques anthropologiques portent toutes une interrogation sur la société et amènent à une réflexion sur le genre humain, appréhendé dans sa diversité culturelle. Ce qui, dans le cas présent, se traduit par trois axes traversant ces réflexions à travers les thèmes du film à caractère anthropologique, des expressions musicales, dansées et chantées ou encore de la gouvernance. La « semaine anthro-Pau-logique » est donc pensée comme un espace de questionnements, d’échange d’expériences, de transmission de savoirs et de pratiques des sciences de l’Homme. Il s’agit d’un questionnement, puisque nous invitons à réinterroger, par l’exemple de terrains précis, la gouvernance au travers de ses acteurs et de types et logiques de pouvoirs. Par la rencontre de chercheurs et d’acteurs, nous voulons favoriser un échange scientifique permettant de vivre une expérience inédite – à travers les regards anthropologiques que chacun porte en soi – qui se rencontre dans les pratiques sociales du quotidien.

Axes de réflexion
Axe 1 : Anthropo-film (mercredi, 15 avril 2015)

Axe 2 : Anthropo’zicales (musique, chant et danse) (Jeudi, 16 avril 2015)

Axe 3: Anthro-politique (Vendredi, 17 avril 2015)

plus de renseignements ici

Appel à communication: Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre 1914-1920

Colloque international:  « Les fronts intérieurs européens : l’arrière en guerre 1914-1920 »

Université de Pau et des Pays de l’Adour

19-20 novembre 2015

On les aura !
« On les aura ! », carte postale pour le deuxième emprunt de la défense nationale en 1916 (affiche originelle d’Abel Faivre)

À quelques exceptions près, la question de l’arrière a été relativement peu mobilisée par une historiographie de la Grande Guerre longtemps assez indifférente à cet « autre front » en dépit de quelques études fondatrices. Pour la France où se concentrent la majorité des combats sur le front occidental, l’arrière correspond à la « zone de l’Intérieur » : un espace hors de la « zone des Armées », dans lequel il n’y a pas d’opérations militaires contre l’ennemi mais toutefois pris dans la logique totalisatrice de la guerre. L’arrière est donc un vaste espace relié symboliquement, politiquement, affectivement ou économiquement aux territoires, parfois occupés par l’ennemi, où se déroulent les combats. Lieu de refuge et de réparation, de deuil et de ressourcement, l’arrière participe ainsi pleinement à la guerre mais sous des modalités et des temporalités spécifiques. De fait, si la période du conflit focalise l’essentiel des interrogations selon des évolutions propres aux différents belligérants, celle de l’immédiat après-guerre est elle aussi incluse en ce qu’elle bouleverse à nouveau l’arrière par le retour des combattants, des prisonniers ou encore les nécessaires et multiples formes de reconversion à la paix.
À cet égard, si les mobilisations militaires ont été largement étudiées, les mobilisations propres aux sociétés civiles européennes traversées par la guerre constituent en revanche encore un champ à la fois très vaste et partiellement défriché. Plusieurs questionnements peuvent être envisagés, et d’abord sur la notion même « d’arrière ». Quels sont les points communs en effet entre le « front intérieur » – terme qui aurait en France progressivement remplacé celui d’arrière – le home front britannique, le fronte interno italien, voire le Heimatfront allemand ? Dans le cadre des États-empires coloniaux belligérants, comment s’articulaient l’arrière métropolitain et l’arrière colonial ? Par ailleurs, quels furent, sur ces fronts intérieurs, les formes et les espaces de mobilisations ? Dans quelle mesure le conflit redéfinit-il, par exemple, la dialectique entre identités locales et identités nationales ? Si l’arrière fait corps avec le front et se mobilise pour participer à la guerre (on a pu ainsi parler d’un « investissement martial » des sociétés civiles en guerre), n’est-il pas aussi le refuge des « embusqués » ? N’est-il pour autant touché par des formes de résistance voire d’opposition à cette guerre ? Enfin, les échanges entre avant et arrière participent-ils à la construction de cultures de guerre partagées par le plus grand nombre ?
Au-delà des représentations, il s’agira plus globalement d’analyser les pratiques et les transformations sociales ainsi que la place et le rôle de l’arrière pendant le conflit mais aussi au cours des mois suivants (démobilisations, reconstruction, etc.). Les questionnements suscités pourront dès lors s’articuler autour des trois axes suivants (qui ne sont pas exclusifs les uns des autres ni exhaustifs) :
• Circulations entre le front et l’arrière et à l’intérieur même de l’arrière (innovations, approvisionnement, capitaux, lettres, migrations de travail, place des réfugiés, etc.) ;
• Mobilisations des populations, des esprits, des économies, des territoires lointains ; « non-mobilisation »/résistance/refus de la mobilisation également. Les communications sur l’administration du quotidien de la guerre seront privilégiées : réquisitions, restrictions et pénuries, organisation du ravitaillement, marché noir, rôle des administrations locales (par ex. les maires en France), sociétés philanthropiques, etc. ;
• Transformations des paysages, des sociétés, des relations sociales (entre populations locales et allogènes, entre patrons et ouvriers, entre générations, etc.), des identités (locales, régionales, nationales voire impériales), des pratiques culturelles et religieuses, de l’intime, des relations centres/périphéries, etc. Seront plus particulièrement bienvenues les propositions sur les expériences rurales de la guerre

Modalités de soumission
Ce colloque, qui donnera lieu à une publication, se veut résolument interdisciplinaire, comparatif et ouvert sur l’espace européen. L’appel à communication s’adresse aux chercheurs confirmés comme aux doctorants et les langues de travail seront le français et l’anglais. Les propositions de communication (2500 signes max., accompagnées d’un bref CV incluant une sélection des publications) seront à envoyer jusqu’au 4 mai 2015 à l’adresse suivante : colloque-fronts-interieurs@univ-pau.fr
Le Comité scientifique rendra son avis début juillet 2015.

plus d’informations:

http://calenda.org/317920

http://1418.hypotheses.org

Appel à communication « Pays pyrénéens et environnement », Bagnères-de-Bigorre, 12-14 juin 2015

A l’occasion du cent cinquantenaire de la fondation de la Société Ramond, le 62e congrès de la Fédération historique Midi-Pyrénées se tiendra à Bagnères-de-Bigorre du 12 au 14 juin 2015.
Le sujet est Pays pyrénéens et environnement. Le congrès vise à réunir, dans une perspective largement interdisciplinaire, tous les chercheurs sur l’histoire de l’environnement de la chaîne pyrénéenne et son piedmont. Sont particulièrement attendues les contributions qui s’attacheront à l’étude des jeux d’échelles temporels et spatiaux, des interactions homme/nature, longue durée/événement, montagne/piedmont, voire des relations ou comparaisons entre Pyrénées et régions de montagne plus lointaines.

Les thèmes d’études, largement ouverts à tous les chercheurs (naturalistes, géographes, archéologues, historiens, anthropologues, juristes, historiens de l’art, etc.) sont les suivants:
1. Les données naturelles. Géologie et géomorphologie ; climat ; risques naturels (séismes, inondations…) ; évolution des paysages ; biodiversité : faune et flore.
2. L’occupation de l’espace. Peuplement et mouvements de population ; villes et villages ; axes et moyens de communication.
3. L’exploitation des ressources naturelles. Pastoralisme, forêts, mines et carrières, énergie, notamment hydraulique ; tourisme, thermalisme…
4. Les politiques de l’environnement : actions et réactions. Des communautés d’habitants à l’État ou à l’Europe, l’on s’attachera à étudier l’histoire de l’action des pouvoirs en matière d’aménagement et de protection de la nature, et les réactions qui en ont découlé.
5. Découvertes et représentations. Découverte de la montagne et des paysages, représentation de la nature sauvage ou domestiquée dans les lettres, les sciences ou les arts (photographie, peinture, littérature…).
Lien vers la fiche pour proposer une communication à envoyer avant le 25 janvier 2015
Résumé en 15-20 lignes (1500 signes) de la communication : à joindre à cette fiche sous le nom de l’auteur.
Les résumés des communications retenues par le comité scientifique seront édités en un fascicule qui sera distribué aux congressistes au début du congrès. Les communications se feront en français et ne devront pas dépasser 25 minutes. Alternativement on pourra afficher des « posters » dont les présentations orales ne devront pas dépasser 5 minutes.
À l’issue du congrès, un comité de lecture sera mis en place afin de prévoir dans les meilleurs délais la publication de ses actes. Le texte de votre communication devra parvenir à la Fédération, sous forme numérique (pas plus de 30 000 signes + les illustrations), avant le 30 septembre 2015.

 

Appel à communication – Colloque international « Les échos internationaux de la Révolution des Œillets ». Paris, 23-24 octobre 2014

 

 Les échos internationaux de la Révolution des Œillets 

Colloque international, Paris, 23-24 octobre 2014

Organisation scientifique : Maria-Benedita Basto (Université de Paris Sorbonne), Yves Léonard (Sciences Po-Paris), Caroline Moine (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) et Victor Pereira (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

 

Rarement évoqué jusque-là dans les médias occidentaux et puissance jugée mineure sur la scène internationale, le Portugal a soudain attiré tous les regards à la suite du coup d’Etat militaire du 25 avril 1974. L’événement a eu de fait de nombreuses répercussions dans différents pays et dans plusieurs domaines (politique, artistique, intellectuel, etc.). A l’occasion du quarantième anniversaire de la Révolution des Oeillets, ce colloque se propose de revenir plus particulièrement sur la dimension mondiale du « Processus Révolutionnaire en Cours » (PREC).

Grâce à l’ouverture ces dernières années des archives diplomatiques de nombreux pays, la dimension internationale de la Révolution des Œillets a déjà été en partie bien analysée : plusieurs travaux ont ainsi pu restituer avec précision l’attitude notamment des gouvernements occidentaux, européens ou non, face aux événements instables qui agitaient alors le Portugal. Ce colloque désire cependant déplacer le regard porté jusqu’ici sur les échos internationaux de la Révolution en s’intéressant non pas tant aux acteurs diplomatiques et étatiques mais plutôt aux autres acteurs et médiateurs européens en jeu, institutionnels ou non, collectifs ou individuels, nationaux et internationaux voire transnationaux, comme les partis et mouvements politiques, les journalistes, les intellectuels, les artistes, etc.

Inscrite dans la lignée des « années 1968 » tout en succédant de quelques mois au coup d’Etat de Pinochet au Chili qui avait mis fin le 11 septembre 1973 au gouvernement d’Unité populaire de S. Allende, la Révolution des Œillets s’est produite en pleine “coexistence pacifique” entre les deux Grandes Superpuissances, dans un contexte bien particulier traversé de dynamiques parfois opposées – et dont il est important d’analyser les multiples imbrications et enjeux. Parmi ses différentes lectures possibles, elle a été perçue par beaucoup comme l’aboutissement d’un processus révolutionnaire mondial et a ainsi suscité un grand espoir dans de nombreux partis de gauche et d’extrême gauche ou, au contraire, des inquiétudes au sein des droites et extrêmes-droites. Signe de l’émotion et de la mobilisation suscitée, intellectuels, artistes, militants politiques se sont déplacés en nombre au Portugal durant les mois qui ont suivi le 25 avril 1974 pour y vivre au jour le jour une révolution en cours voire jouer un rôle dans ce processus qui annonçait un autre configuration possible des relations sociales et l’utopie rêvée d’un autre ordre mondial. Le Portugal a ainsi accueilli dans cette période des milliers d’Européens et d’autres continents, pour beaucoup de l’Amérique latine et du Nord, qui y recherchaient souvent des réponses à des discussions et des débats inscrits pourtant dans d’autres contextes nationaux. Quelle fut la portée mondiale d’une telle mobilisation?

 

Parmi les axes de réflexion qui seront abordés au cours de ce colloque, trois peuvent être dégagés, s’inscrivant chacun dans une perspective comparatiste :

la médiation et la perception de la Révolution des Oeillets en Europe. Comment ont été diffusés hors du pays les différents moments de la Révolution? Quels sont ceux qui ont joué le rôle de médiateurs et de passeurs, en se rendant notamment au Portugal (journalistes, militants de partis politiques ou d’association, documentaristes, etc.) ? Quel fut le rôle des médias (presse écrite, audiovisuelle, films…) dans la reprise ou la création d’un imaginaire révolutionnaire ? En quoi d’autres moments de rupture, de transition et de révolution (1917, 1968, le coup d’Etat au Chili…) ont-ils été mobilisés ici pour tenter de comprendre ce qui se déroulait ?

les formes de mobilisations et d’actions de solidarité internationale mises en oeuvre – aussi bien pour soutenir la Révolution que pour aider la droite et l’extrême-droite portugaises. Comment ce moment de l’histoire portugaise s’est-il inscrit dans d’autres luttes politiques, nationales et transnationales ? Se pose bien sûr ici la question de l’héritage des mouvements de solidarité lancés du temps de la dictature. Quels furent les discours mais aussi les formes d’action privilégiées (rédaction de journaux, de tracts, de textes théoriques…) et les appropriations militantes de la Révolution? Quels effets eurent de telles pratiques, tant au Portugal que dans le reste du monde ? En quoi peuvent-elle révéler l’existence de réseaux de soutien, à gauche comme à droite, à l’échelle mondiale?

– Plus spécifiquement, quel rôle ont joué la culture et la production artistique dans une telle mobilisation et médiation de la Révolution des Œillets? Les événements de cette période ont été abondamment filmés, décrits, dépeints, chantés – le plus souvent dans une approche militante. Quelles traces artistiques reste-t-il de la Révolution au moment du « désenchantement des clercs » ? Et que nous disent-elles à nous historien/nes?

 

Calendrier :

Envoi des propositions (résumé d’une page et un court Curriculum Vitae) jusqu’au 25 avril 2014

Réponse des organisateurs : 10 mai 2014

 

Lieu du colloque:

Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, 39, Boulevard de la Tour-Maubourg (7ème arrondissement)

Dates:

23 et 24 Octobre 2014

Langues:

Français, portugais et anglais

 

 

Contact :

victor.pereira@univ-pau.fr