Archives de catégorie : Tous les billets

Table-ronde des sociétés savantes, 11/12/17

Table-ronde des sociétés savantes et associations

Lundi 11 décembre 2017, de 9h à 12h
Salle du conseil de l’UFR LLSHS, UPPA, Pau.

 

Cette table-ronde vise à présenter le rôle des sociétés savantes et des associations dans la diffusion de la recherche (à travers une revue, des publications, des conférences, expositions…), voire dans l’animation de la recherche.

Seront présentes :

– la Société des Sciences Lettres et Arts de Pau et du Béarn, représentée par Ricardo Saez son Président, V. Lamazou-Duplan, l’une des vice-présidentes, Francis Théau, trésorier adjoint mais aussi doctorant à l’UPPA,

– l’Office National des Anciens Combattants (ONAC), représenté par Jean-François Vergez, son Directeur, Maxime Saint-Germes, ancien étudiant à l’UPPA.

– la Société des Etudes Basques (Eusko Ikaskuntza),représentée par Viviane Delpech, membre du CA et post-doc à l’UPPA.

– le Groupe Archéologique des Pyrénées Occidentales (GAPO), représenté par Alain Campo (doctorant à l’UPPA) et la revue APOL, présentée par Jean-Claude Merlet

 

 

Joseph Peyré (1892-1968)

La SSLA de Pau et du Béarn a le plaisir de vous inviter à la conférence de Pierre Peyré et Christain Manso

« Joseph Peyré (1892-1968).
Le Béarn pour racines, l’horizon pour destin »
 Mercredi 13 décembre 2017 à 16 h
Médiathèque André-Labarrère, Pau

 

 

Derrière la formule qui traduit la fidélité à son village et évoque autant de voyages romanesques, c’est tout un écrivain qu’il est agréable de découvrir ou de retrouver : « Il est l’homme de ses livres », disait de lui Francis Carco.

Béarn, Pays Basque, Espagne, Maghreb, Sahara, Provence, Amériques, Alpes, Himalaya… Peyré dans sa soif de l’ailleurs, c’est tout le paradoxe de l’émigrant qui ne quitte sa terre que pour mieux y revenir : « Le Béarnais d’Aydie comme les hommes et les femmes de sa race  a horreur de se laisser enfermer. Aussi bien dans les conventions que dans les limites par définition étroites d’un seul paysage, d’une seule émotion. Il lui faut l’espace, le rêve, l’évasion. » (André Labarrère, Catalogue de l’exposition du Centenaire, Bibliothèque Municipale de Pau, 1992).

C’est à la rencontre de cet écrivain voyageur et témoin de son temps, Prix Goncourt 1935, que deux conférenciers nous conduisent aujourd’hui. Tous deux universitaires et membres de l’Académie de Béarn, ils vont, complémentairement et chacun à leur manière, nous mener d’Aydie à Aydie :

Pierre Peyré, présentera un film sur la vie et l’œuvre de son oncle Joseph Peyré (film de 20 minutes réalisé par Dominique Gauthier, texte dit par Jacques Dufilho) ;

Christian Manso s’inspirera, lui, de la toute première œuvre de l’écrivain, une plaquette de poésie en prose intitulée « Sur la Terrasse », pour attribuer à Pau et à son célèbre boulevard des Pyrénées une influence inspiratrice dans les élans exotiques de l’enfant du pays, tels qu’ils se répercutent d’un bout à l’autre d’une œuvre où dominent l’action et l’émotion.

Soutenance de thèse : Laure Nonat, 15/12/17

MONDE FUNÉRAIRE DE L’ÂGE DU BRONZE ANCIEN ET MOYEN DE LA FAÇADE NORD DE L’ESPAGNE JUSQU’AU SUD-OUEST DE LA FRANCE : IDENTITÉS ET ESPACES

Vendredi 15 décembre 2017, à 14 h, à l’université de Pau et des Pays de l’Adour

Ce travail de doctorat vise à valoriser la pertinence du concept du – complexe culturel atlantique -, pour les périodes du Bronze ancien et du Bronze moyen, à partir de l’analyse des  manifestations funéraires documentées de la façade nord de l’Espagne jusqu’au sud-ouest de la  France. Nous avons effectivement choisi pour cette réflexion d’étudier les réglons les moins visibles  de la documentation du domaine atlantique afin, d’une part, de les valoriser individuellement, et d’autre part, de comprendre les relations qu’elles ont entretenues entre elles, mais aussi avec celles du domaine continental Ibérique. Sur cet espace méridional atlantique, les données ont été considérablement renouvelées ces trente dernières années, grâce au développement de l’activité archéologique préventive, et permettent ainsi de contextualiser celles issues des anciennes explorations. Notre objectif consiste à caractériser les solutions funéraires ainsi que les mobiliers qui ont été adoptés sur cet espace afin de définir et de délimiter les groupes culturels en présence. Pour cela, nous avons mis en place une double échelle d’analyse :- une micro-échelle centrée sur la Galice et le bassin de l’Adour, et- une macro-échelle, sur les réglons centres et orientales de la façade atlantique Ibérique. La première échelle nous permet d’analyser la documentation de façon exhaustive, en intégrant des données inédites, tandis qu’avec la seconde, globale et synthétique, nous  dressons un panorama général et critique sur celle des réglons cantabriques et du Pays Basque espagnol. La conjugaison de ces deux approches nous permet d’effectuer des comparaisons variées sur la documentation de ces espaces et d’identifier de nombreuses convergences, en particulier à partir d’aspects de la culture matérielle qui n’avaient pas été abordés lorsque le concept du Bronze Atlantique a été bâti. Elles concernent, notamment, des mobiliers céramiques, mais aussi la réponse  unanime de ces régions atlantiques face aux cultures de la Meseta : celle de l’immobilisme. Ces éléments ainsi que les changements funéraires qui se sont opérés entre le Bronze ancien et le  Bronze moyen nous permettent de caractériser ce qu’il convient de considérer comme des dynamiques atlantiques communes. Enfin, notre base documentaire, constituée de plus de 260 sites, nous amène, également, à aborder la question des facteurs qui ont été à l’origine de la constitution des groupes culturels, multiples, de cet espace, en valorisant la place des influences extérieures, des substrats locaux ainsi que des obstacles topographiques dominants du paysage.

Mots-dés : âge du Bronze, complexe culturel atlantique, identités culturelles, groupes culturels, préhistoire récente, funéraire, territoires.

Plus d’informations

Modélisation conceptuelle et bases de données

Modélisation conceptuelle et élaboration de bases de données à référence spatiale en archéologie et en histoire

 

Argumentaire

Suite à l’ANF Mosaïque à Bibracte[1], plusieurs personnes ont évoqué l’idée de reconduire un séminaire ou atelier de travail sur la modélisation des données en amont des analyses spatiales. En effet, nous travaillons avec les SIG (Systèmes d’Information Géographique) et réalisons des analyses spatiales mais rarement nous accédons aux modèles des données sous-jacents ainsi qu’à la réflexion conceptuelle et théorique derrière toute base de données spatiale.

Traditionnellement, les chercheurs se sont fondés exclusivement sur une description thématique des objets étudiés pour décrire les phénomènes étudiés. Les chercheurs en sciences humaines utilisent désormais couramment les SIG pour modéliser les différentes problématiques (réseaux de transports, peuplement, ressources, etc.), mais malgré cela, peu sont ceux qui montrent les processus à l’œuvre derrière les modèles finaux, c’est-à-dire les modèles conceptuels des données.

Ainsi, à la suite de deux séminaires ISA[2] (Dijon 2006, Tours 2008) et de la formation de Bibracte, nous proposons une manifestation centrée sur la modélisation conceptuelle et la mise en œuvre des bases de données. L’objectif est non seulement de présenter et discuter des modèles créés par les chercheurs et jeunes chercheurs mais aussi de promouvoir les échanges entre chercheurs et étudiants.

Afin de rendre cette manifestation la plus complète possible, nous proposons une journée de présentation couplée à une matinée d’atelier pratique. L’un de point fort de cette manifestation est son caractère transfrontalier (Espagne-France) et la participation de différents niveaux de formation (étudiants de master, doctorants, chercheurs) ce qui permettra d’enrichir encore plus les échanges. Plutôt focalisée sur l’archéologie et l’histoire, elle est aussi ouverte autres disciplines (anthropologie, géographie, histoire de l’art) car ces méthodologies novatrices peuvent leur permettre un meilleur traitement de leurs données. Cette rencontre permettra autant aux chercheurs qu’aux étudiants échanger des méthodologies, des idées et d’approfondir sur un sujet d’actualité : la mise en œuvre de modèles conceptuels et de bases des données pour la recherche dans les humanités.

[1] Réalisée en octobre 2016. Voir: https://anf2016mosaique.sciencesconf.org/

[2] Notamment, sur le même thème, Dijon 2006 (http://isa.univ-tours.fr/spip.php?article146&from=69) et Tours 2008 (http://isa.univ-tours.fr/spip.php?article150&from=68)


Journée d’étude – atelier du réseau ISA, Information Spatiale et Archéologie

8 h 30 Accueil
9 h Présentation : Mélanie Le Couédic et Leticia Tobalina
9 h 30 Dynamiques de peuplement dans l’Antiquité Tardive entre l’Èbre moyen et les Pyrénées : une proposition de base de données spatiale dans un contexte d’hétérogénéité des données, Leticia Tobalina Pulido (Doctorante ITEM, Université de Pau et des pays de l’Adour/ UNAV)
10 h Organisation et usages des espaces dans les Pyrénées occidentales durant la période gallo-romaines : construction d’une modélisation des sociétés antiques dans la province d’Aquitaine méridionale, Benoît Pace (Doctorant ITEM, Université de Pau et des pays de l’Adour),
10 h 30 Pause-café
11 h Peuplement et terroirs du haut Moyen Âge de part et d’autre des Pyrénées : présentation d’une base de données comparative en construction, Noémie Luault (Doctorante TRACES, UMR 5608, Université de Toulouse – Jean Jaurès),
11 h 30 Modéliser les dynamiques d’occupation du sol dans la vallée supérieure de la Seille (57), Bastien Gouhier (Doctorant, LAT-CITERES, UMR 7324, Université François Rabelais de Tours)
12 h Discussion
12 h 30 buffet offert par le programme EXTRA/ITEM
14 h Du modèle conceptuel ethnoarchéologique de l’estive Anéou à la base « DEPART » (Dynamiques des Espaces Pyrénéens d’Altitude), Mélanie Le Couédic (ingénieur, ITEM, Université de Pau et des pays de l’Adour)
14 h 30 Modelización de los datos arqueológicos de superficie: La Base de datos espacial d’Aigüestortes – Ordino, Joan Nunes, Guillem Salvador, Ermengol Gassiot et David Garcia (Université autonome de Barcelone)
15 h Propositions méthodologiques pour contribuer à la détermination de la fonction des structures pastorales archéologiques de montagne, Roxanne Cesarini (Master 2, Université de Franche-Comté), Laure Nuninger (chercheur, chrono-environnement, UMR 6249, Université de Franche-Comté)
15 h 30 Constitution d’un SIG pour l’étude du patrimoine archéologique en milieu forestier (Loir-et-Cher), Aude Crozet (Doctorante, LAT-CITERES, UMR 7324, Université François Rabelais de Tours)
16 h Discussion
16 h 30 Pause-Café
17 h Modélisation de données descriptives et spatiales sur les silex pour des projets de recherche collectifs en préhistoire. L’expérience en cours de plusieurs réseaux de lithothèques, Christophe Tuffery (INRAP), Paul Fernandes, Vincent Delvigne, André Morala, Geneviève Pinçon, Stéphane Konik
17 h 30 Aplicaciones del Modelo de Referencia Abstracto del Patrimonio Cultural (CHARM) en Arqueología, César Gonzalez (INCIPIT-CSIC)
18 h Discussion et Conclusions
Vendredi 1er décembre – Salle de séminaire du Restaurant Inter-administratif, Pau
8 h 30 accueil des participants
9 h-12 h 30 atelier CHARM/ travail en petits groupes sur les modèles conceptuels
12 h 30 repas offert par le programme EXTRA/ITEM

En savoir plus :

http://www.charminfo.org/

Par delà les « archives essentielles »

Chers collègues,

 
Les fuites sur les textes soumis par le Ministère de la Culture aux organisations syndicales concernant la partie archives ont ému nombre d’entre vous. Les courriers se partagent entre propositions pour relayer l’information, demandes légitimes d’informations supplémentaires, interrogations sur comment en est-on arrivé à cette situation et à ces projets, et propositions d’engagement, enfin demandes d’actions.
 
La phase information est indispensable. Je vais essayer d’y contribuer dans le texte ci-dessous, en permettant in fine à chacun de consulter les textes de référence. 
 
L’information ne sera pas suffisante néanmoins. Dans un premier temps des éclaircissements vont être demandés au ministre, à travers une demande de rendez-vous d’une délégation. Il faut aussi discuter avec les archivistes, autre corporation concernée au premier chef. L’expérience de l’association « Pour une Cité de Archives » où un combat commun à été mené ne doit pas être oubliée. 
 
Ensuite, il faudra probablement lancer une pétition, voire organiser une réunion publique. Vous trouverez dans le texte ci-dessous des propositions de revendications communes. Contre les injonctions au silence du ministère, les échanges sont nécessaires

 

Gilles Morin
12, rue André Theuriet, bt B1, 92340, Bourg-la-Reine

Pour éviter une crise patrimoniale : les dangers d’une gestion à court terme des Archives nationales et départementales


 

Le projet du ministère de la culture, intitulé « Cap 2022 », soumis aux syndicats contient une série de propositions qui dessinent l’avenir des Archives Nationales, mais aussi départementales. L’une d’entre elles a légitimement inquiété nombre d’historiens sur l’avenir de la recherche : l’État limiterait désormais la collecte aux « Archives essentielles pour les générations futures ». Ce choix s’appuie sur une réflexion scientifique fondée sur le modèle canadien – d’ailleurs discutable (rapport de Christine Nougaret). Son adoption dans l’urgence et sans concertation répond à une nouvelle impasse née de la saturation rapide du site de Pierrefitte-sur-Seine.

C’est pourquoi d’autres mesures radicales devraient être mises en œuvre : des documents déjà archivés sont d’ores réévalués et pilonnés (par exemple le dépôt légal des éditeurs). Des « réévaluations en stock de 15 Km d’archives » sont annoncées. D’autres documents, qui n’ont jamais été produits sous format numérique, ne seraient sauvegardés que sous cette forme ; les originaux étant également éliminés pour limiter les frais de gestion. Ces propositions sont intolérables en elles-mêmes. Qui définit ce qui doit être éliminé, ce qui doit être éliminé, et selon quels critères ? C’est un plan technocratique qui ne se situe que dans l’objectif de la réduction des coûts. Un débat scientifique et démocratique serait nécessaire, mais ici tout est fait pour dissimuler les questions qui gênent et tout  gérer en interne. Des responsables et personnels sélectionnés décident de tous les choix seuls – même en dehors de leurs collègues. Vont-ils décider de la recherche du futur, détruire des fonds sans contrôle externes avec un objectif premier fort peu scientifique : limiter les métrages linéaires ?

Ces propositions constituent un exemple de gestion à court terme qui peut préparer une catastrophe à venir plus grande. De récentes fermetures non programmées de la salle de consultation révèlent aussi une situation immédiate non contrôlée, une gestion sans boussole qui rappelle les pires heures des Archives nationales à l’orée de ce siècle.

Comment en est-on arrivé à cette situation critique, moins de quatre ans après l’ouverture du site de Pierrefitte-sur-Seine ? Créé à la suite d’une mobilisation exemplaire d’archivistes et d’historiens réunis dans l’association « Une cité pour les Archives nationales » ce centre a fonctionné durant trois années à la satisfaction quasi-générale, avec une augmentation lente mais régulière de sa fréquentation. Le nouveau site était prévu, rappelons-le, pour répondre aux besoins durant un quart de siècle. Il dispose, de plus, d’une réserve foncière permettant de construire un deuxième bâtiment de stockage.

Trois raisons principales expliquent l’impasse actuelle.

Pour faire accepter le projet de Pierrefitte, coûteux, il a été sous-dimensionné : alors qu’une partie des locaux n’ont pas été aménagés, le stock d’archives en attente dans les missions des archives des ministères a été grandement sous-estimé.

Les réformes administratives décidées par Nicolas Sarkozy, comme la RGPP, ou la suppression des Renseignements généraux et de nombreux tribunaux, ont été suivis de versements massifs à Paris comme en régions.

Préoccupante à terme, la situation est devenue ingérable avec la fermeture du site sinistré de Fontainebleau, dont les archives doivent être transférées à Pierrefitte dans l’urgence. Elles vont occuper pratiquement toute la place de réserve dont dispose Pierrefitte, à condition que la partie vide soit aménagée.

Cette situation était connue, et deux rapports officiels – de la Cour des comptes (novembre 2016) et de la commission des Finances du Sénat (février 2017) – ont affirmé la nécessité d’aménager la zone vide de Pierrefitte, et d’entamer sans attendre la construction du nouveau bâtiment. Seul le premier point semble acquis. Faute de voir programmer la construction du deuxième bâtiment, la direction des Archives de France cherche à gagner du temps et propose les solutions évoquées, attendant le « miracle » futur des archives numériques. Les services d’Hervé Lemoine ont donné depuis plusieurs années aux missions ministérielles des instructions chiffrées, afin de limiter les nouvelles entrées à 5 km linéaires d’archives par an. Avec, en priorité, les papiers présidentiels, ministériels et ceux des cabinets. Quels autres fonds sont conservés ? Il n’est pas possible de le savoir. Quelle part, par exemple, des archives policières, si précieuses à nombre d’historiens, est-elle conservée ? Les documents administratifs nécessaires à l’établissement des droits des personnes seront-ils sacrifiés ? On sait qu’il a été envisagé un temps de détruire les dossiers de naturalisation qui, effectivement, occupent un kilométrage considérable. On aimerait être sûr que les Archives ont totalement renoncé à cette ineptie.

Maurice Vaïsse observe avec raison :

« En soi, la destruction d’archives ne m’apparait pas comme condamnable. Chacun de nous sait qu’on ne peut tout garder. Le principe de destruction est admis ; et il existe même un plan de destruction très organisé.

Le tout est de s’entendre sur ce que l’on appelle « archives essentielles ». Et c’est là qu’en partisan inconditionnel de l’entente la plus étroite entre archivistes et historiens, j’estime que les décisions de destruction devraient être prises, non pas par les seuls archivistes et dans le secret des Compactus, mais en concertation ».

 

Résumons. Historiens, chercheurs et archivistes devraient pouvoir s’entendre pour demander :

–           L’engagement de la construction de l’annexe de Pierrefitte pour éviter une catastrophe patrimoniale dans moins de cinq ans. Avec le temps des études préalables, ce sera déjà extrêmement juste,

–           Un état de la situation actuelle et des besoins à venir (à moyen et long terme) des Archives nationales, mais aussi des archives départementales. Plusieurs d’entre elles sont obligées désormais de fermer un ou plusieurs jours par semaine, sans réaction, semble-t-il, des Archives de France, chargées de coordonner le réseau,

–           La création d’une instance collégiale des choix, comprenant des historiens en nombre suffisant, avant les décisions définitives d’élimination. Les modalités de la désignation de ceux-ci devraient être transparentes.

–           La transparence dans les décisions prises d’élimination ; clarifier, dans la concertation, ce qui est entendu par archives essentielles

–           La prise en charge de la question du personnel. En supprimant notamment, comme le proposait la Cour des Comptes, les écarts de primes avec les autres secteurs du ministère, qui conduisent régulièrement à des mutations internes. Et en cessant de gérer la pénurie par l’emploi de vacataires dont le recrutement ne suit pas les besoins réels. Cette absence de gestion a conduit depuis le printemps dernier à limiter les communications de documents et à décréter quasiment du jour au lendemain des fermetures de plusieurs jours. Les nombreux départs à la retraite à venir et les mutations déjà décidées ne pourront que renouveler ces dérives d’un service public mal en en péril.

 

Liens de référence (à coller dans la barre supérieure de votre navigateur) :

  • Article du Mondedu 14 novembre 2017

http://www.lemonde.fr/culture/article/2017/11/14/les-pistes-de-reformes-envisagees-pour-la-culture_5214495_3246.html

  • Communiqués par la CFDT-Archives

[1] https://wp.me/p8C2qJ-G7

[2] http://www.cfdt-culture.org/wp/wp-content/uploads/2017/11/20171103_Contribution_MInistereCulture_CAP2022.pdf

[3] http://www.cfdt-culture.org/wp/wp-content/uploads/2017/11/20171114_-AP22_CTAC_CHSCTAC_CTM_2017.pdf

[4] https://wp.me/p8C2qJ-EX

[5] http://www.cfdt-culture.org/wp/wp-content/uploads/2017/11/20171114_CFDTCULTURE_CAP22_DepecageMinistereCulture.pdf

  • Rapport de Christine Nougaret à la ministre de la Culture : « Une stratégie nationale pour la collecte et l’accès aux archives publiques à l’ère numérique »

https://francearchives.fr/article/28204701

  • Rapport de la Cour des comptes sur les Archives

http://www.senat.fr/fileadmin/Fichiers/Images/commission/finances/Auditions/Les_archives_nationales_-_CF_Senat.pdf

  • Rapport du Sénat sur les Archives :

https://www.senat.fr/notice-rapport/2016/r16-358-notice.html

  • Audition au Sénat du 1er février 2017 :

http://videos.senat.fr/video.312543_588fcb376a3f2.archives-nationales—audition-pour-suite-a-donner-a-enquete-cour-des-comptesL’ensemble de l’audition est bien sûr intéressante. Le passage sur nos pratiques est à partir de 12’29.


Raphaëlle Branche vient de lancer notre pétition sur les archives.
Merci de la signer!

http://chn.ge/2zVYTeJ

In Situ : PCI et institutions patrimoniales

In Situ. Revue des patrimoines offre à l’ensemble des professionnels du patrimoine un organe de diffusion des résultats de leurs travaux portant sur la connaissance, la conservation et la valorisation du patrimoine. Elle favorise les échanges entre les différents acteurs et les différentes disciplines de la recherche appliquée au patrimoine et met à disposition du public les nouvelles connaissances sur le patrimoine.

Le dernier numéro  (https://insitu.revues.org/) est consacré au Patrimoine culturel immatériel et aux institutions patrimoniales.


L’ introduction présente le champ de la recherche au niveau national où s’inscrit le laboratoire ITEM.

Deux articles de deux chercheurs du laboratoire présentent les outils de valorisation de la recherche mis en place pour cette nouvelle catégorie patrimoniale:

– Jean-Jacques Castéret
Le numérique comme « lieu » de la sauvegarde du Patrimoine culturel immatériel


– Lucia Bienvenu et Patricia Heiniger-Casteret
« (Extra)ordinaire quotidien » : exposer le patrimoine culturel immatériel

Les institutions culturelles sont-elles misogynes ?

Université de Pau et des Pays de l’Adour
Fédération Espaces – Frontières – Métissages
Laboratoires ITEM et LLCAA
 
Les institutions culturelles sont-elles misogynes ?
 France-Espagne, regards croisés
Journée d’étude II
1er décembre 2017 – UPPA
Salle du Conseil – UFR LLSHS
9h/17h

Voir le programme

Cette journée d’étude fait partie du programme de recherche « Pouvoir(s) et misogynie » mené par les laboratoires ITEM et LLCAA de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour,  dans le cadre de la fédération EFM.

En partenariat avec l’Institut Cervantes de Bordeaux, la Mutuelle Générale de l’Éducation nationale (MGEN), et la Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) des Pyrénées-Atlantiques, ce programme a pour objet d’étude la misogynie dans ses rapports avec le(s) pouvoir(s) notamment au travers des institutions culturelles. Elle fait suite à une première journée d’étude sur la même thématique.

L’objectif de la rencontre sera d’aborder le fonctionnement des institutions culturelles actuelles en tenant compte des rapports de genre. Ce faisant, il s’agira également de croiser les constats, les réflexions et les conclusions à propos de deux situations différentes, mais comparables : celles de l’Espagne et de la France.

Les « institutions culturelles » désignent toute structure collective publique ou privée promouvant la culture populaire ou savante, ses traditions et ses créations. Peuvent être englobés les services culturels tels que musées, patrimoines, spectacles vivants, les filières de l’écrit, du son, de l’image, les arts du spectacle, les arts audiovisuels, etc. Sachant que les institutions jouent par définition un rôle contraignant et normatif, dans quelles mesures exercent-elles une action réformatrice voire novatrice sur la question des relations de pouvoir(s) femmes/hommes dans ces deux pays ? En quoi les évolutions comportementales récentes, les politiques menées, les discours tenus et les mesures prises en matière d’égalité femmes/hommes dans ces deux pays impactent-ils les institutions culturelles et rénovent-ils les relations de pouvoirs femmes / hommes qui s’y nouent ? Ou, à rebours, ces mêmes institutions parviennent-elles à jouer un rôle moteur dans ce domaine, innovant une répartition plus homogène de l’exercice des pouvoirs, mais aussi des savoirs, entre les sexes ?

Il convient également d’accorder toute son importance à l’émergence de la figure de la femme artiste (auteure, sculptrice, cinéaste, peintre, etc.). De permanentes négociations avec les assignations sexuées leur permettent d’occuper les espaces institutionnels culturels. Quelle est la reconnaissance de leurs pairs (essentiellement masculins) ? Quels sont leur statut et la reconnaissance sociale dont elles bénéficient ? Quelle place occupe-t-elle dans les espaces institutionnalisés de la création et de la production culturelles ? Comment sont considérées leurs actions, leurs innovations et leurs créations en matière culturelle ?

Nous proposons 3 axes d’étude principaux :

  1. les « études de genre » et le concept de genre ont-ils permis une évolution des institutions culturelles ? Constituent-ils des contre-pouvoirs efficaces à la « domination masculine » et au sexisme ?
  2. Ces institutions et les créations (littéraires et artistiques) qu’elles « autorisent » contribuent-elles à faire évoluer les stéréotypes de genre ? Ou les reconduisent-elles ?
  3. Les relations de pouvoir(s) entre les femmes et les hommes, les inégalités femmes/hommes longtemps patentes dans les domaines de la production et de la gestion culturelles évoluent. Mais dans quel sens ? À quelles conditions ? Et pour quels effets dans les sociétés espagnoles et françaises ?

Lors de la journée d’étude seront également abordés quelques éléments de l’enquête « Egalité femmes-hommes à l’UPPA » menée au cours de l’année 2017 et en collaboration avec la charge de mission « Parité – Égalité – Laïcité » de l’UPPA.

Plus d’informations : http://frontieres-metissages.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/misogynie/pouvoir-et-misogynie.html

Contacts :

 

 

Patrimoine d’encre – Archives d’écrivains

2ème séminaire transpyrénéen

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Bâtiment d’Alembert – 2ème étage – Salle 208

Les 15 et 16 novembre prochains se tiendra le deuxième séminaire transpyrénéen du programme Patrimoine d’encre transpyrénéen.

L’équipe interdisciplinaire internationale Patrimoines d’encre transpyrénéenne (28 chercheurs transfrontaliers, internationaux et professionnels extérieurs) s’est fédérée pour accomplir une mission de sauvegarde, d’étude et de valorisation de manuscrits et de textes tombés dans l’oubli et ainsi valoriser tout un patrimoine riche en contenus linguistiques, culturels et artistiques.

Voir le programme

Ouvert au grand public

Modern Classicisms, London, 10/11/2017

Modern Classicisms: Classical Art and Contemporary Artists in Dialogue

Location
King’s College London – Great Hall King’s Building Strand Campus
When
10/11/2017 (09:00-17:00)
What is it about Greek and Roman art that still captivates the modern imagination? 
How can contemporary art help us to see the classical legacy with new eyes?
 And what can such modern-day responses – situated against the backdrop of others over the last two millennia – reveal about our own cultural preoccupations in the twenty-first century?The art of ancient Greece and Rome is not just a thing
 of the past, it also exists in the present day – whether 
as ideal, antitype or point of departure. During the 2017–2018 academic year, King’s College London is hosting a range of events exploring contemporary responses to classical visual traditions: these will include an exhibition at Bush House 
in in March/April 2018, organised in collaboration with the Musée d’Art Classique de Mougins, and designed to coincide with our co-hosting of the AAH Annual Conference.Our opening Modern Classicisms workshop on 10th November sets out to explore the contemporary relevance of classical visual traditions: by bringing together art historians, collectors, critics and artists, we aim to examine what the classical artistic legacy means from the vantage-point of contemporary artistic practice.
Confirmed artists, speakers and respondents include: Tiphaine Besnard, Bruce Boucher, Matthew Darbyshire, Brooke Holmes, Nick Hornby, Polina Kosmadaki, Lisa Le Feuvre, Christian Levett, Simon Martin, Minna Moore-Ede, Verity Platt, Elizabeth Prettejohn, Marc Quinn, Mary Reid Kelley and Caroline Vout.
For more information, please visit here.

The full programme – complete with biographies of speakers – can be downloaded here

Contact:

Registration for this event will open in August. Places will be limited, and early booking is advised; there will be a small charge for tickets (which will contribute to the costs of the provided refreshments, lunch and evening reception).

Timings are provisional and more detailed information will also be released on this website in August 2017. Alternatively, please get in touch with Dr Michael Squire directly (michael.squire@kcl.ac.uk).

Multiculturalité et plurilinguisme

Les manifestations scientifiques « Multiculturalité et plurilinguisme » (2017) prennent place dans les recherches de l’axe 2 « Les frontières en question(s) » de la Fédération Espaces, Frontières, Métissages, et elles s’inscrivent plus spécifiquement dans le programme « La déterritorialisation : vers une politique des frontières ».

Journée d’étude « Multiculturalité et plurilinguisme »
9 novembre 2017
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Salle du Conseil de l’UFR LLSHS

Programme

9h30 : Accueil
9h50 : Ouverture de la journée d’études (Nadia Mekouar, Directrice de la Fédération EFM)

Présidente de séance :
Tanella Boni (Université Félix-Houphouët-Boigny, Abidjan, Côte d’Ivoire)
10h10 Hédia Abdelkéfi (Université Tunis El Manar, I2L, Tunisie), « La perception de la différence dans l’espace multiculturel »
10h40 Abel Kouvouama (Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM, France), « Les techniques du récit romanesque dans Le commencement des douleurs de Sony Labou Tansi »
11h10 Hayet Ben Charrada (Université Tunis El Manar, I2L, Tunisie), « Affleurements biculturels dans le roman francophone tunisien de notre époque »

Présidente de séance :
Isabelle Chol (Université de Pau et des Pays de l’Adour, CRPHLL, France)
14h15 Jean Khalfa (Trinity College, Université de Cambridge, Royaume-Uni), « Comment cartographier un art sans territoire: les avant-gardes roumaines »
14h45 Galia Yanoshevsky (Bar-Ilan University, ADARR, Israël), « Les imaginaires du pays dans les guides touristiques »

 

Présidente de séance :
Hédia Abdelkéfi (Université de Tunis El Manar, I2L, Tunisie)
15h45 Françoise Hapel (Université de Pau et des Pays de l’Adour, CRPHLL, France), « La prise en compte du plurilinguisme dans l’enseignement du FLE à l’université : de la théorie à la pratique »
16h15 Michèle Haensel (Université de Pau et des Pays de l’Adour, EXPERICE, France), « Le langage sifflé, une ritournelle reterritorialisante »
Contacts :
Abel Kouvouama (ITEM) : abel.kouvouama@univ-pau.fr
Isabelle Chol (CRPHLL) : isabelle.chol@univ-pau.fr
CRPHLL – EA3003 Centre de Recherche en Poétique,
Histoire Littéraire et Linguistique

Enfants exposés aux violences conjugales

La fédération EFM et les laboratoires ITEM et LLCAA vous convient à la deuxième conférence du cycle « Misogynie, violence et institution »

« Enfants exposés aux violences conjugales : pourquoi un tel silence ? »
Chantal Zaouche-Gaudron
Jeudi 9 novembre, 17 h, Médiathèque A. Labarrère de Pau

La conférence sera précédée d’une intervention de Madame Christine Lavie, directrice de l’association « Du côté des femmes » (Pau), qui viendra témoigner sur l’action de son association. »

Selon La Fédération Nationale Solidarité Femmes (FNSF), en France, en 2014, 4 millions d’enfants seraient concernés par les violences conjugales. Les plus touchés sont les jeunes enfants de moins de 5 ans. L’objectif de cette intervention est d’accorder une attention particulière aux enfants exposés aux violences conjugales. Les conséquences désastreuses repérées dans la littérature scientifique sont nombreuses, et les effets délétères que l’on rencontre sont comparables à ceux mieux connus de la maltraitance.

Chantal Zaouche-Gaudron est professeure de psychologie de l’enfant à Toulouse 2 Jean Jaurès. Elle est responsable du Programme fédératif de recherche « Bébé, petite Enfance en COntextes » (BECO), UMR LISST-Cers.

Cette conférence fait partie du programme de recherche de la fédération EFM « Pouvoir(s) et misogynie – Les cas de l’Espagne et de la France » mené par les laboratoires ITEM et LLCAA, sous la direction de Maurice Daumas (ITEM, EA 3002) et Nadia Mékouar-Hertzberg (LLCAA, EA 1925) en partenariat avec l’Institut Cervantes de Bordeaux, la Mutuelle Générale de l’Éducation Nationale (MGEN) et la Direction départementale de la Cohésion Sociale (DDCS) des Pyrénées-Atlantiques. Elle s’insère dans le deuxième cycle de conférences du programme intitulé : « Misogynie, violences et institutions ».

 

Plus d’informations : http://frontieres-metissages.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/misogynie/pouvoir-et-misogynie.html

 

Dialogues France-Brésil

Représentations de l’ailleurs. Espaces, imaginaires, circulations

Du 15 novembre 2017 au 17 novembre 2017

Colloque organisé par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (Fédération de Recherche « Espaces, Frontières, Métissages », laboratoires Arc Atlantique, CRPHLL, ITEM & UMR PASSAGES), en partenariat avec l’Université Fédérale Fluminense (Niterói, Brésil), et le Groupe de recherche H-57 T3 AXEL « Textes, Territoires, Technologies. Analyses Croisées Entre Langages » (UNIZAR, Espagne).

Argumentaire :

Centré autour des représentations de l’ici et de l’ailleurs, ce colloque interdisciplinaire, transculturel et international souhaite interroger la question des territoires, des sociétés, des imaginaires et des circulations entre la France et le Brésil, de l’Indépendance à nos jours.

Thématiques privilégiées :
– Territoires : espaces, limites, frontières, imaginaires géographiques.
Pourquoi et comment l’histoire et la géographie respectives du Brésil et de la France interrogent-elles la question des imaginaires géographiques, et notamment celle des frontières ? Comment ces imaginaires géographiques dialoguent-ils entre eux ?

– Circulations : récits de voyageurs, explorations, migrations, diasporas, diffusion des textes et des idées, traduction, communication.
Comment la littérature inscrit-elle et traduit-elle l’ici et l’ailleurs dans ce dialogue France-Brésil ? Quelles interactions, quels croisements, quelles oppositions peut-on observer et analyser dans les représentations romanesques et poétiques de ces notions ? Comment les idées et les textes circulent-ils dans ces paysages géographique, textuel et linguistique ? Quels moyens et supports emploient-ils ? – Quelles traductions en découlent, peuvent les porter ?

– Sociétés : histoires, métissages, identités, mémoires, représentations.
Ici seront favorisées les approches interdisciplinaires autour des identités et mémoires (locales, régionales, nationales et transnationales). Quelles identités se sont construites, au fil du temps, dans les territoires de ces pays ? Quelles mémoires portent ces identités ?

Télécharger le programme (851.9 KB)

 

1914 – 1918, la société française en guerre

Colloque « 1914 – 1918, la société française en guerre »
Nouveaux regards, nouvelles approches
Musée d’Aquitaine – Bordeaux

 

Ce colloque s’inscrit dans le cadre des manifestations scientifiques organisées à l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale et accompagnant l’exposition « 1917. Voilà les Américains ! », que consacrent le Centre national Jean Moulin et la ville de Bordeaux à l’arrivée des troupes américaines à Bordeaux et dans les communes limitrophes.

Si les mobilisations militaires, et leurs implications économiques et politiques en France ont été largement étudiées, les perceptions mentales qu’ont les français des changements, sociétaux, culturels, politiques et économiques qu’induit le conflit au sein d’une société encore traditionnelle, ainsi que les modifications de paradigmes qu’elle entraîne, le sont encore peu ou de manière dispersée.
Moment d’ouverture à tous les publics et discussion, ce colloque ainsi que les manifestations qui l’accompagnent, se proposent d’étudier cette question au regard des plus récents travaux.

Programme

Jeudi 16 novembre :

8 h 30 – 9 h – Accueil des conférenciers et du public

9 h – 9 h 30 – Ouverture du colloque par :- Laurent Védrine, Directeur du musée d’Aquitaine- Daniel Hall, Consul des États-Unis à Bordeaux- Stéphane Barry, Docteur en histoire. Commissaire adjoint de l’exposition «1917 Voilà les Américains»- Christian Block, Directeur du Centre national Jean Moulin. Commissaire de l’exposition « 1917 Voilà les Américains »- Laurent Dornel, Maître de conférences en histoire contemporaine. Université de Pau et des pays de l’Adour

9 h 30 – 10 hConférence inaugurale « Grande Guerre, guerre totale ? » par – Rémy Cazals, Professeur émérite d’histoire contemporaine. Université Toulouse Jean Jaurès « Interculturalités »

10 h – 10 h 20 – « Le regard des Français sur les Américains en 1917/1918 » par :- Rémy Porte, Lieutenant-colonel. Docteur en histoire habilité

10 h 20 – 10 h 40 – « Regards des Bordelais sur les Américains » par :- Christian Block, Directeur du Centre national Jean Moulin, et Éric Le Blay, Historien et historien de l’art.

10 h 40 – 11 h – « La philanthropie américaine en France » par :- Chloé Pastourel, Master 2, Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand

11 h – 11 h 20 – Discussion 11 h 40 – 12 h – « La brigade marocaine en France, 1914 – 1918 » par :- Pierre Vermeren, Professeur d’histoire contemporaine. Université Paris I Panthéon Sorbonne

12 h – 12 h 20 – « Quand les Français ont découvert les travailleurs coloniaux et chinois… » par :- Laurent Dornel, Maître de conférences en histoire contemporaine. Université de Pau et des pays de l’Adour

12 h 20 – 12 h 40 – Discussion « Portraits »

14 h 30 – 14 h 50 – « Le docker français pendant la guerre » par :- John Barzman, Professeur en histoire contemporaine. Université du Havre

14 h 50 – 15 h 10 – « Le commerçant » par :- Stéphane Le Bras, Maître de conférences en histoire contemporaine. Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand

15 h 10 – 15 h 30 – « L’industriel » par :- Hubert Bonin, Professeur émérite et chercheur en histoire économique à l’IEP de Bordeaux et à l’UMR Gretha-Université de Bordeaux

15 h 30 – 15 h 50 – Discussion

16 h – 16 h 20 – « L’aumônier protestant » par :- Nicolas Champ, Maître de conférences en histoire contemporaine. Université Bordeaux Montaigne

16 h 20 – 16 h 40 – « La tranchée ou l’estrade : être enseignant pendant la Première Guerre mondiale » par :- Jean-François Condette, Professeur en histoire contemporaine – ESP Nord-Pas-de-Calais – Université d’Artois

16 h 40 – 17 h – « À La recherche d’un modèle de l’écrivain français mobilisé : premier bilan » par :- Louis Bergès, Archiviste paléographe. Docteur en histoire. Conservateur général du patrimoine

17 h – 17 h 20 – « L’artiste » par :- Marie ClaracHistorienne de l’art. Attachée de conservation du Patrimoine au musée Bonnat-Helleu à Bayonne

17 h 20 – 17 h 40 – Discussion

18 h 30 – 20 h Café historique – Conférence musicale « 1917 Le jazz débarque à Bordeaux » à la Brasserie Le Plana

 

Vendredi 17 novembre:

« Les Français face aux institutions »

9 h 30 – 9 h 50 – « Le militaire et le politique : des institutions en conflit ? » par :- Jean-Pascal Soudagne, Historien – Rédacteur en chef de la revue 14/18

9 h 50 – 10 h 10 – « Albert Thomas un socialiste dans la grande guerre » par –  Adeline Blaszkiewicz-Maison, Agrégée d’histoire et doctorante en histoire contemporaine. Université Paris – Panthéon Sorbonne

10 h 10 – 10 h 30 – Discussion 10 h 50 – 11 h 10 – « Les maires face aux Français » par – Stéphane Calvet, Docteur en histoire. Chargé de cours Science Po Poitiers

11 h 10 – 11 h 30 – « Dialoguer avec les Français : censure et propagande » par :- Olivier Forcade, Professeur en histoire contemporaine. Université de Paris IV-Sorbonne

11 h 30 – 11 h 50 – discussion

14 h 30 – 15 h – 30 « 1917. L’année qui a changé le monde » par : – Jean-Christophe Buisson, Directeur adjoint du Figaro Magazine et présentateur de « Historiquement show » sur la chaîne Histoire

15 h 30 – 16 h – Discussion et conclusion générale

16 h 30 – 18 h – Visite commentée de l’exposition « 1917. Voilà les Américains »

 

Responsables scientifiques
Stéphane Barry : stephane.barry @ gmail.com
Laurent Dornel : laurent.dornel @ univ-pau.fr

 

En partenariat avec Le Café HistoriqueCentre national Jean Moulin, Consulat des États-Unis, Revue L’HistoireRevue 14/18, Fondation Jean Jaurès, Mission du Centenaire, Librairie Mollat, The conversation France, Agence de communication Citron PresséÉditions Memoring, Brasserie Le Plana

Plus d’informations sur l’exposition