Tous les articles par Joëlle Saucès

Appel à communications « Les arts et la diaspora basque (XIXe-XXIe s)

Appel à com Les arts et la diaspora basquelogo ezmugak    logo musee basquelogo stm

Appel à communications

 Colloque international

Les arts et la diaspora basque (XIXe-XXIe siècles)

25-26 février 2016, Bayonne/San Sebastián

Ce colloque international est organisé par la Société d’Etudes Basques (Eusko Ikaskuntza, Bayonne) et la plateforme de projets culturels Ezmugak basée à Irun, dans le cadre des célébrations de Donostia-San Sebastián 2016, Capitale Européenne de la Culture, et de l’Eurorégion Aquitaine-Euskadi. Il bénéficie du soutien de diverses institutions et mécènes privés, parmi lesquelles l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Il constitue l’axe scientifique du projet culturel « Les arts et la diaspora basque » qui se compose en outre d’une exposition-concours de création d’art actuel, présentée dans les sept provinces du Pays basque (à Bayonne, Saint-Jean-Pied-de-Port, Mauléon, San Sebastián, Vitoria, Pampelune, Bilbao), ainsi que d’un cycle de projection de films et documentaires.

 La diaspora basque

Outre la force de leur identité et l’exception de leur langue, les Basques sont connus pour être d’infatigables voyageurs. Leur activité de pêche à la baleine les mena vers les côtes du continent nord-américain dès le Moyen Age, bien avant les expéditions de Christophe Colomb et après les navigateurs vikings. Malgré leur tradition maritime séculaire, la fin du XVIIIe siècle inaugura une importante ère d’exode en raison d’une forte instabilité politique en France et en Espagne, souvent défavorable à leur condition, leur culture et leur identité singulière. Les guerres napoléoniennes, les conflits carlistes, l’industrialisation, le chômage, la guerre franco-prussienne furent autant de motifs de départ au XIXe siècle.

index« Bakardade », Monument aux Bergers Basques, par Nestor Basterretxea, Reno (Nevada) Crédit : Institut Culturel Basque

Dans les décennies suivantes, ce sont les conscriptions et les deux guerres mondiales, ainsi que la dictature franquiste, qui les motivèrent à se réfugier et rechercher un avenir meilleur aux quatre coins du monde. D’autant que certains états développaient alors une politique d’attractivité afin de peupler leurs terres, comme ce fut le cas, par exemple, de l’Argentine ou des Etats-Unis avec leurs appels aux bergers. Aujourd’hui encore, pour des raisons socioéconomiques ou par goût du voyage, nombre de natifs du Pays basque émigrent en quête d’un El Dorado.

 Ainsi en deux siècles, s’est constitué ce qui a été baptisé la « huitième province », « la diaspora basque », composée d’une pluralité d’individus, aussi hétérogène que la diversité de leurs terres de refuge, mais réunies sous l’égide de leurs racines communes plus vieilles que l’Europe. Huitième province, car le Pays basque se compose de sept provinces ; trois sur le territoire français – le Labourd, la Basse-Navarre et la Soule -, que l’on nomme Iparralde (côté nord), et quatre sur le territoire espagnol – la Biscaye, le Guipúzcoa, l’Alava et la Navarre -, que l’on appelle Hegoalde (côté sud). Malgré l’éloignement de leurs terres d’origine, les Basques d’ailleurs ont su faire perdurer leur culture, fortement ancrée dans les traditions et le patrimoine immatériel par le biais d’innombrables festivals folkloriques ou du réseau des Maisons Basques (Euskal Etxea).

Les arts et la diaspora basque

 D’un point de vue anthropologique, linguistique et historique, la diaspora basque est au cœur des préoccupations scientifiques depuis de nombreuses années, que ce soit avec les travaux, entre autres, des laboratoires IKER et ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, de l’Université du Pays basque, de l’Université publique de Navarre ou bien, aux Etats-Unis, avec le Center for Basque Studies de l’Université de Reno dans le Nevada. Le folklore, les problématiques identitaires, la transmission ou encore la littérature, entre autres thèmes, font l’objet de nombreuses études.

Sans titre-1Peinture murale représentant des bergers basques, par Enrique Lezada, réalisée lors d’une résidence d’artiste à Getschell, conservée à la bibliothèque du Center for Basque Studies de l’Université de Reno (Nevada)

Pour autant, il faut constater que l’histoire de l’art semble délaissée par les chercheurs bascophiles dans le contexte de la diaspora basque. Du moins n’a-t-elle pas encore fait l’objet d’une réflexion globale et problématisée, malgré des études ponctuelles. Les arts plastiques et visuels ne sont cependant pas en reste dans cette histoire culturelle, faisant écho au mouvement régionaliste largement répandu en Europe à partir de la seconde moitié du XIXe siècle et dont le Pays basque ne fait évidemment pas exception. D’où la nécessité pressante, désormais, d’une étude fondamentale sur le patrimoine matériel, artistique et culturel, basque « délocalisé » ou lié aux mouvements migratoires, qui soit inscrite dans l’histoire des deux derniers siècles.

Appel à com Les arts et la diaspora basqueRoberto Matta Echaurren, dit Roberto Matta, Naissance des Amériques, huile sur toile, 1953. Crédit : Taller de encuentros.

Car, en effet, la présence basque se lit dans tous les domaines de la production artistique liée à son émigration. Un recensement encore superficiel laisse présager d’un patrimoine aussi vaste que le monde que le peuple basque s’est approprié. Depuis les émouvants arboglyphes des forêts du Nevada, la sculpture, avec notamment l’emblématique Monument aux Bergers basques érigé par Nestor Basterretxea dans le Nevada, à la peinture, avec le succès de nombreux artistes d’origine basque tels que le surréaliste Roberto Matta ou l’argentin Sergio de Castro, il s’agit d’une réalité factuelle encore méconnue.

Il en va de même en architecture où nombre de maîtres d’œuvre latino-américains, tels que Ordorika, Tomás et Legoreta au Mexique ou Noel en Argentine, sont issus de l’émigration basque. Outre l’architecture vernaculaire basque présente de manière insolite dans le delta argentin du Paraná, par exemple, la diaspora basque fut en outre commanditaire de demeures remarquables comme la villa Curutchet édifiée par Le Corbusier à La Plata et classée « monumento nacional » ou le palais Estrugamou à Buenos Aires. La relation entre l’art et la diaspora basque s’exprime également à travers la mobilité des artistes d’Europe vers la scène américaine, notamment au cours de leur exil franquiste, ce qu’illustrent les parcours de Zumeta, Chillida, Oteiza, Arrue, Nagel, Tillac et tant d’autres. Le cinéma n’est pas en reste, comme le démontrent la carrière du réalisateur mexicain Iñarritu ou le festival de cinéma basque de Montevideo.

lecorbusierCasa Curutchet, par Le Corbusier, La Plata, Argentine, 1955. Crédit : Technohaus

 En tant qu’objet de représentation, le peuple basque est par ailleurs valorisé de manière muséographique au sein d’institutions patrimoniales comme le Parc de l’Aventure Basque en Amérique, au Canada, ou bien The Bask Block, situé dans la ville de Boise (Idaho). Mais il fait également l’objet de productions   photographiques et   cinématographiques,   parfois anthropologiques, avec les clichés de Ojanguren en Argentine, ou, au contraire, stéréotypées voire pittoresques, comme l’illustre la drôle et caricaturale Caravane vers le Soleil, western réalisé en 1959 par Russel Rouse. Il est même figuré dans les très contemporaines et populaires peintures murales du street art qui parsèment l’Ouest américain, de l’Oregon à la Californie. Enfin, pour certains, la réussite engendra le retour aux sources ; après avoir fait fortune, ils s’en retournèrent au pays, comme les Légasse, les Lesca, les Signoret, les Beistegui, en Iparralde, véhiculant avec plus ou moins de force le souvenir de l’ancienne terre promise.

 Axes de réflexion

Ainsi, à l’instar de tant de peuples minoritaires en situation d’exil, les Basques ont-ils contribué à la pluralité culturelle de leurs terres d’émigration, en particulier aux Amériques mais également aux quatre coins du monde. De nombreuses problématiques sont impliquées par le patrimoine bâti et artistique matériel de la diaspora basque :

  • Parcours des maîtres d’œuvres et artistes basques issus de l’émigration: Qui sont les maîtres d’œuvres et les artistes de la diaspora basque ? Quel est leur parcours ? Quelles sont les motivations de leur exil ? Comment vivent-ils cette émigration ?
  • La survivance ou l’absence de l’identité basque : comment s’y exprime ou non l’identité basque ? Les artistes émigrés clament-ils leur identité basque dans leurs œuvres ou au contraire s’assimilent-ils à leur terre d’accueil au point de délaisser leurs racines ?
  • Les représentations de l’identité et de la diaspora basques : Comment l’identité basque est-elle représentée par les artistes basques ou leurs homologues d’ailleurs à travers les arts visuels et l’architecture ? Mais aussi, comment l’iconographie figure-t-elle les thèmes du départ des Basques et de leur vie loin de leur terre d’origine ?
  • L’influence de l’autre sur la création basque de la diaspora : Quelle influence exerce le contact de l’autre et de ces terres promises sur l’art ?
  • La forme et le discours des œuvres : Quels types d’œuvres artistiques et architecturales produisent ces Basques d’origine ? Quel est leur rôle, en tant qu’artiste ou maître d’œuvre, dans la société nouvelle qu’ils construisent ?
  • Les productions artistiques et architecturales dues aux émigrés rentrés au pays : Qu’en est-il de ceux qui reviennent ? Quels édifices ou quelles œuvres produisent-ils ? Comment l’impact de leur voyage ou de leurs origines se traduit-il dans l’art ?

Compte tenu de l’ampleur du sujet, ces questions ne constituent pas une liste exhaustive. Ce colloque entend enrichir la réflexion sur la diaspora basque, sur l’art contemporain et sur les peuples minoritaires en exil, en s’intéressant aussi bien aux arts plastiques traditionnels tels que la peinture, la sculpture et l’architecture, mais aussi aux arts visuels modernes, comme la photographie et le cinéma, et ce, depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours.

 Coordination et direction scientifique 
Viviane Delpech, chercheur associée à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et membre de la Société d’Etudes Basques
Comité scientifique 
Oscar Álvarez Gila, professeur d’histoire des Amériques, Universidad del País vasco
Zoe Bray, professeur d’anthropologie et artiste, University of Nevada Reno/Hebrew University of Jerusalem
Viviane Delpech, chercheur associée, Université de Pau et des Pays de l’Adour
Dominique Dussol, professeur d’histoire de l’art contemporain, Université de Pau et des Pays de l’Adour
Ismael Manterola, professeur d’histoire de l’art contemporain, Universidad del País vasco
Olivier Ribeton, conservateur en chef du musée Basque et d’Histoire de Bayonne
Comité d’organisation 
Viviane Delpech, UPPA/ Société d’Etudes Basques
Agurtzane Garay Ibarlucea, musée San Telmo (Donostia-San Sebastián)
Maité Ithurbide, Société d’Etudes Basques
Jean-Michel Larrasquet, professeur émérite des universités, président de la Société d’Etudes Basques
Jean-Claude Larronde, président du musée Basque et d’Histoire de Bayonne, trésorier de la Société d’Etudes Basques
Nausica Sánchez, présidente de la plateforme de projets culturels Ezmugak (Irun)
Susana Soto, directrice du musée San Telmo (Donostia-San Sebastián)
Maialen Zamponi, chef de projet Eusko Diaspora, Société d’Etudes Basque
MODALITES

Date et lieux :        
25 février 2016 : Musée Basque et d’Histoire de Bayonne
26 février 2016 : Museo San Telmo, Donostia-San Sebastián
Langues : Français, basque, espagnol, anglais

Disciplines concernées : Peinture, sculpture, architecture, arts décoratifs, cinéma, photographie.

Périodes concernées : fin du XVIIIe siècle au XXIe siècle

Envoi des propositions de communication

Les propositions de communication, de 1500 signes (notes et espaces compris) ou 300 mots maximum, accompagnées d’un bref curriculum et d’une liste de publications, sont à envoyer avant le 15 septembre 2015 à l’adresse suivante : viviane_delpech@yahoo.fr

Les communications auront un format de 20-25 minutes.
Les actes du colloque feront l’objet d’une publication.
Renseignements : viviane_delpech@yahoo.fr
arbre copie

Journées Nationales de l’Archéologie 2015

indexLes Journées nationales de l’Archéologie, organisées par le ministère de la Culture et de la Communication et coordonnées par l’Inrap, ont pour ambition de sensibiliser les publics les plus divers à l’archéologie, à ses enjeux, à ses métiers, à ses méthodes et à ses lieux.

L’Université de Pau et des Pays de l’Adour, par le biais des laboratoires ITEM et IRAA, participe à cette 6e édition des JNA, qui se déroulera les 19, 20 et 21 juin 2015. Toutes les manifestations proposées sont gratuites et ouvertes au grand public.

PAU

MEDIATHEQUE ANDRE LABARRERE, PLACE MARGUERITE LABORDE

Du 15 au 20 juin – Journée continue
2ème étage

Exposition
– « Vous avez dit archéologie préventive ? »
– « A 65 : Archéologie sur l’autoroute de Gascogne »
– Travaux archéologiques menés par les étudiants et doctorants des laboratoires ITEM et IRAA de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Projection de films

« Les experts de l’archéologie »
Réalisation : Joris Clerté; Marc Chevalier; Pierre-Emmanuel Lyet. Durée : 16 min.
Les Experts de l’archéologie : 10 métiers de l’archéologie expliqués avec humour, dans ces films d’animation au style alerte et percutant : l’archéologue, le topographe, le céramologue (étude des tessons de céramique permettant la caractérisation et la datation des sites), l’anthropologue (étude des restes humains permettant la détermination du sexe, de l’âge et des maladies affectant le squelette), le palynologue (étude des pollens fossiles permettant de reconstituer le couvert végétal et le paysage), le géomorphologue (appréhension de l’évolution du paysage par l’étude géologique du site), le tracéologue (étude des traces laissées sur les outils pour en déterminer la fonction), l’anthracologue (étude des charbons de bois permettant l’identification des essences, du couvert forestier et des pratiques artisanales).

« L’archéologie préventive en questions »

Réalisation : Raphaël Licandro Durée : 13 min.

Qu’est-ce que l’archéologie préventive? Pourquoi fouiller? Comment fouiller? Que se passe-t-il après les fouilles? Autant de questions parmi d’autres, suscitées par ces chantiers rencontrés en centre ville ou en pleine campagne, au gré des projets liés à l’aménagement du territoire. Les réponses apportées par Isabelle Catteddu, archéologue à l’Inrap, sont illustrées par plusieurs années de tournage sur une grande variété de sites archéologiques.

 Vendredi 19 juin – 12h30 / 13h30
2ème étage

Café Archéo : « Archéologie programmée et archéologie préventive: une archéologie à deux vitesses ? » (Benoît Pace et Giuseppe Indino, doctorants du laboratoire ITEM).
Rendue nécessaire par le développement inexorable de notre société, l’archéologie dite « préventive » est apparue en 2001 avec la création de l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP).
Elle se distingue aujourd’hui de l’archéologie dite « programmée » dont les objectifs répondent à des préoccupations différentes. En effet, l’archéologie « programmée » n’est pas soumise à l’urgence et peut donc être pratiquée sur le long terme.
Toutes deux participent cependant à un même objectif : celui d’une meilleure connaissance de notre passé, de son étude à la diffusion des résultats.
Quelles sont alors les différences qui les opposent et qu’ont-elles en commun ? Comment fonctionne cette archéologie à deux vitesses ?

Samedi 20 juin – 16h30
Salle Interludes

Conférence : « L’Archéologie préventive et le développement du territoire » (Nadine Béague, archéologue, Inrap).
L’archéologie préventive découle de la destruction du patrimoine par l’aménagement du territoire. Les deux sont donc intimement liés, d’où la nécessité de préserver l’équilibre entre le développement économique d’une part et la sauvegarde du patrimoine archéologique d’autre part. A partir d’une analyse rétrospective de l’activité de l’Inrap – depuis 2008 environ, on peut aborder les effets de la crise sur le développement des territoires et par contrecoup sur la recherche archéologique en termes d’activité de fouille, de types de sites abordés, d’accroissement des connaissances et de valorisation du patrimoine. La crise économique a-t-elle eu un effet sur notre activité archéologique ?
L’archéologie en France est un service public structuré qui fonctionne sur un maillage territorial associant les acteurs de la culture des collectivités, des universités et de la recherche programmée et préventive.

CIRQUE D’ANEOU, LARUNS

Samedi 20 juin

Circuit découverte :
Cette visite consistera à découvrir quelques uns des nombreux sites pastoraux d’altitude retrouvés sur l’estive d’Anéou (cabanes et enclos), datés de la Protohistoire aux époques récentes grâce à plusieurs campagnes de prospections et de sondages.
Elle est proposée par Mélanie Le Couédic (Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM).
Prévoir des chaussures de randonnée et un pique-nique pour la fin de la visite si vous le souhaitez.
Rendez-vous au parking en épi avant le col du Pourtalet à 10h.
Maximum 20 personnes, Réservation souhaitée au 05 40 17 52 21 ou par mail à l’adresse joelle.sauces@univ-pau.fr

370_1404_vignette_Presentation2SALIES-DE-BEARN

Vendredi 19 juin

Journée dédiée aux scolaires : ateliers, visites et explication sur site d’un four de saunier, le four de Mosqueros.

Samedi 20 juin – 18h00
Salon bleu de la Salle Jean Monet, Rue Du Maréchal Leclerc.

Conférence : «  Archéologie du sel dans les Pyrénées. Les sites d’exploitation de Salies-du Salat (31) et Salies-de-Béarn (64) ». (Jean-François Chopin et Marina Morlaas).

L’archéologie du sel dans les Pyrénées est principalement connue au travers des sites de Salies-de-Béarn dans les Pyrénées-Atlantiques et Salies-du-Salat en Haute-Garonne.

A Salies-du-Salat, la fouille archéologique du Collège des Trois Vallées, menée par l’AFAN sous la direction de J-F. Chopin en 2000, permet d’aborder l’histoire de La Fontaine Salée dont l’exploitation a été dévolue tour à tour à la production du sel et au thermalisme.

La source salée de Salies-du-Salat a fixé l’occupation humaine dès le début de la Protohistoire. Cette période est représentée par un vaste dépôt de récipients céramiques brisés, une structure de combustion (de type fourneau) et des fosses étanchéifiées à l’aide d’argile crue (réceptacles de la saumure). Le sel a été fabriqué selon une technique de production ignifère qui a duré jusqu’au Premier âge du Fer, voire jusqu’à la romanisation. Le Haut Empire semble en effet marquer un arrêt de la production salicole au profit d’une exploitation à vocation thermale, particulièrement prisée par les romains. La fabrication du sel reprend au haut Moyen Âge et se poursuit jusqu’au XIIe. Des structures de chauffe auxquelles sont associées des coulées de métal plombifère tendent à accréditer l’hypothèse d’une évaporation de la saumure à l’aide de poêles, comme c’était alors l’usage en milieu continental, notamment à Salies-de-Béarn. Les textes attestent de la production du sel à l’emplacement de La Fontaine Salée de Salies-du-Salat jusque dans le courant de l’Epoque moderne. Faute de rentabilité, la production tombe progressivement en désuétude. Au début du XIXe siècle, la fontaine est toujours exploitée mais uniquement dans le cadre d’activités thermales sous la forme d’un petit établissement qui sera désaffecté dans le courant de la seconde moitié du XXe siècle. Depuis la fin du XIXe siècle, l’Hôpital de la Fontaine Salée, centre de rééducation fonctionnelle des Hôpitaux de Toulouse situé à 100 m de l’antique site de La Fontaine Salée, ainsi que des thermes monumentaux aménagés au début du XXe siècle continuent d’exploiter le sel gemme au moyen de forages mécaniques.

Dimanche 21 juin – 19h00

Visite des rues médiévales de Salies-de-Béarn : 19h départ du musée du sel, rue des Puits-Salants.
Clôture par un apéritif place de la Mude.

ABBAYE CISTERCIENNE DE L’ ESCALADIEU

65130 BONNEMAZON

Dimanche 21 juin – 14h30-18h00

Conférence : le vin gallo-romain dans le piémont occidental des Pyrénées (François Réchin, professeur des universités)

Présentation et dégustation de vin vinifié d’après les recettes antiques d’Apicius

Vidéos sur l’épopée du vin, en partenariat avec l’INRAP.

 

 

LOGO INRAP GRAND   LogoUPPAcouleurRVB

 

      logoITEMbold_tailleminiRVB                 index

 

En partenariat avec :identité réseau simle

 Musée du Sel de Salies de Béarn

Association des Amis du Vieux Salies

Conférence « La saga des peintres verriers Mauméjean » 06 juin 2015

La SSLA de Pau et du Béarn
et les Amis des églises anciennes du Béarn

ont le plaisir de vous inviter à la conférence publique qui sera donnée par

Benoît MANAUTE
La saga des peintres verriers Mauméjean

le samedi 6 juin à 14 h 30
à l’auditorium de la médiathèque A. Labarrère (Pau)
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

Plébiscitée par les commanditaires français, espagnols et américains, récompensée lors des grandes expositions internationales de l’entre-deux-guerres, la manufacture Mauméjean travailla à l’ornementation de plus de cinq mille cathédrales, basiliques ou chapelles disséminées dans plus de trente-quatre pays. Ayant accueilli les premiers pas de cette dynastie au destin hors du commun, le Béarn, le Pays basque, et les Landes restent les témoins privilégiés d’une production originale qui, après avoir été sous-estimée en raison de sa monumentalité et de son éclectisme, apparaît aujourd’hui comme un indispensable jalon conduisant de l’historicisme de la fin du XIXe siècle aux plus drastiques recherches menées par les verriers d’après-guerre.
Les souscripteurs pourront retirer le livre de B. Manauté : « Flambe ! Illumine ! Embrase ! La manufacture de vitrail et mosaïque d’art Mauméjean » auprès des Editions « Le Festin » qui seront présentes à cette occasion.

Journée d’étude « Leçon d’éducation physique, lendits et sport scolaire en images dans les Basses Pyrénées autour des années 1950 »

MERCREDI 20 MAI 2015
ESPE d’Aquitaine site de Pau – Amphithéâtre
14 h – 18 h

A partir de films récemment numérisés, nous vous invitons à retrouver le temps où les écoliers du département troquaient galoches et pèlerines pour shorts et espadrilles afin de comprendre comment l’éducation physique et le sport scolaire ont pu se développer dans le département des Basses-Pyrénées au sortir de la deuxième guerre mondiale.

Cette demi-journée d’étude proposera donc des regards croisés d’historiens autour de plusieurs questions : quels sont les hommes qui ont porté ce projet du développement de l’éducation physique dans le département des Basses-Pyrénées dans les années 1950 ? Sur quelles structures se sont-ils appuyés ? Comment l’héritage de Philippe Tissié, inventeur des lendits, a-t’il joué ? Quelle(s) gymnastique(s) et quelles « techniques du corps » ont été privilégiées ? Comment le sport a-t’il été introduit à l’école ?

A l’initiative de Michel Syndique, passionné d’histoire et d’éducation, les archives de Pierre Barets, professeur d’éducation physique à l’Ecole Normale d’Instituteurs de Lescar, ont été sauvegardées, classées et numérisées. Ce « fonds Barets », dont la partie pédagogique est en cours de versement au centre Félix Pécaut de l’ESPE, est composé d’archives papier, mais aussi de reportages réalisés par René Pérony, cinéaste palois. Celui-ci a filmé des leçons d’éducation physique, des séances de sport organisées par l’USEP les jeudis après-midi et les fameux lendits, grands rassemblements sportifs scolaires qui se déroulaient dans tout le département.

Télécharger le programme de la journée

J.-J. Castéret invité des Carnets de Voyage de France Musique

Jean-Jacques Castéret, directeur de l’Ethnopôle InOc Aquitaine et chercheur associé au Laboratoire ITEM de l’UPPA fut l’invité de France Musique, le dimanche 24 mai de 19h à 20h30, dans l’émission Carnet de Voyage d’Edouard Fouré Caul-Futy consacrée à ses travaux sur la polyphonie de tradition orale dans les Pyrénées gasconnes. Entre ethnomusicologie et histoire, l’émission a mis à l’honneur quelques unes des grandes figures du chant en Béarn bien connues des cantèras et des grandes heures du Festival de Siros.

Le podcast

Journées d’étude « Exposer le PCI : état des lieux », 18-19 mai 2015

Le laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, l’Ethnopôle InOc Aquitaine et le Ministère de la Culture organisent au Musée d’Ethnographie de l’Université de Bordeaux deux journées d’étude consacrées à la mise en exposition du Patrimoine Culturel Immatériel, les 18 et 19 mai (Musée d’Ethnographie, Bordeaux).

Des intervenants de tous horizons viendront témoigner de leur expérience patrimoniale et de différents projets d’exposition en France et en Europe : Christian Hottin (DPRPS – Ministère de la Culture ; Olivier Schinz (Musée d’ethnographie de Neuchâtel) ; Charles Quimbert (Directeur de Bretagne Culture Diversité) ; Lucia Bienvenu-Spodniakova (MEB) ; Marc Casteigneau (Directeur de l’Écomusée de Marquèze) ; François Hubert (Musée d’Aquitaine) ; Jean-Jacques Castéret (InOc Aquitaine)…

Une visite de l’exposition (Extra)ordinaire quotidien sera à cette occasion organisée, commentée par Patricia Heiniger-Castéret (Laboratoire ITEM – Université de Pau) commissaire de l’exposition.

Programme journées d’études _Exposer le PCI_

Benoît Manauté « La manufacture de vitrail et mosaïque d’art Mauméjean – Flambe ! Illumine ! Embrase ! », 2015, Le Festin.

Livre d’art et livre d’histoire, Flambe ! Illumine ! Embrase ! réunit une somme considérable de commentaires, d’interprétations et de documents qui proposent une véritable redécouverte de la dynastie Mauméjean dont l’immense production, présente dans de nombreux édifices publics et demeures privées, demeure méconnue du grand public.

couv-maumejean-web

Plébiscitée par les commanditaires français, espagnols et américains, récompensée lors des grandes expositions internationales de l’entre-deux-guerres, la manufacture Mauméjean travailla à l’ornementation de plus de 5000 cathédrales, basiliques ou chapelles disséminées dans plus de vingt-cinq pays.
Ayant accueilli les premiers pas de cette dynastie au destin hors du commun, le Béarn, le Pays basque, les Pyrénées et les Landes restent les témoins privilégiés de cette production : des verrières historicistes d’Artix, Nay, Lestelle-Bétharram,Bayonne ou Biarritz, aux plus audacieux décors de la chapelle du Sacré-Coeur d’Hasparren, des églises Notre-Dame et Saint-Joseph de Pau, Saint-Barthélemy de Gan, Saint-Julien de Lons, et Sainte-Marie d’Anglet, cette publication entend illustrer toute la richesse et la diversité du patrimoine religieux basco-béarnais et du Sud-Ouest.
Pour la première fois, l’historien de l’art Benoît Manauté retrace le formidable destin de cette famille de peintres verriers qui, après vingt ans d’activité en France, s’exila en Espagne où elle réussit à développer une firme internationale aux multiples ramifications. S’appuyant sur un nombre considérable d’oeuvres inventoriées, au cours de longues campagnes de prospection menées de chaque côté des Pyrénées, mais également sur l’étude d’un vaste et inédit corpus d’esquisses, de maquettes et de cartons issus du fonds de l’ancienne antenne madrilène de la manufacture, l’auteur réhabilite les frères Mauméjean qui surent optimiser des modes de fabrication traditionnels pour développer une oeuvre somptuaire, originale et éclectique.

http://www.lefestin.net/la-manufacture-de-vitrail-et-mosaique-dart-maumejean-flambe-illumine-embrase

Conférence: « L’abstraction ou La dé-figuration des images « , Bordeaux, 21 mai 2015

Dans le cadre du cycle « Les jeudis de l’art », Dominique Dussol animera une conférence intitulée « L’abstraction ou La dé-figuration des images » à la Bibliothèque Mériadeck de Bordeaux, le jeudi 21 mai 2015 à 18h30.

L’abstraction désigne l’une des principales tendances de l’art du 20e siècle. On situe son origine vers 1910, lorsque Kandinsky peint une aquarelle où toute référence aux apparences visibles du monde extérieur est délibérément supprimée. Par la suite, des générations d’artistes se sont engagées dans une foultitude de tendances (« géométriques », « lyriques », « gestuelles », « informelles »…) afin d’explorer un monde sensible, fait uniquement de formes et de couleurs.

Dominique Dussol est professeur en histoire de l’art contemporain à l’université de Pau et des Pays de l’Adour. Longtemps critique d’art pour le quotidien Sud Ouest, il collabore depuis de nombreuses années à la revue Le Festin, dont il est le président du comité scientifique. Il assure également des commissariats d’expositions.

image: Wassily Kandinshy, Jaune-Rouge-Bleu, h/t, 1925, Paris, Centre Georges Pompidou (© DR)

« L’ Autochtonie. Figures et perspectives », PUPPA, 2015

L’ Autochtonie. Figures et perspectives. Espaces, Frontières, Métissages, N° 4

Sous la direction de Maurice DAUMAS

21-couverture Partage Espace

Dans le champ des sciences humaines et sociales, le concept d’autochtonie est soit utilisé dans des contextes très particuliers, soit totalement ignoré. L’expression « peuple autochtone » est universellement connue, mais une notion aussi précieuse que le « capital d’autochtonie » demeure confinée dans le domaine de la sociologie.

La définition de l’autochtonie est simple : le mot désigne le fait d’être originaire de la terre où l’on vit. Mais il concerne moins le devenir de l’individu que la dynamique des groupes. « Être originaire » peut recouvrir plusieurs interprétations, qui renvoient à une multitude de critères, donc de débats, de conflits. Car on ne revendique son autochtonie que par opposition à ceux que l’on désigne comme des étrangers ou des allogènes, autrement dit des inférieurs. L’autochtonie est censée ouvrir des droits, légitimer des clivages. Elle est manipulée à l’intérieur même des groupes comme une machine de guerre à fabriquer de la hiérarchie, des inégalités.

Les études rassemblées ici viennent d’horizons divers : anthropologie, histoire, art contemporain, droit, science politique… À travers la variété des questionnements, elles témoignent de la richesse et du potentiel du concept d’autochtonie : Olfa Ben Achour, Pierre Berté, Bernard Cherubini, Maurice Daumas, Laurent Dornel, Patricia Heiniger-Casteret, Abel Kouvouama, Cendrine Lagoueyte, Idrissa Mané, François Michel, Michael Parsons, Thomas Pierre, François Quantin, Évelyne Toussaint.

Sommaire

Maurice Daumas, Introduction

1. Aux fondements
François Quantin (U. de Pau), Le mythe de l’autochtonie et ses apories contemporaines
François Michel (U. de Bordeaux-Montaigne), L’autochtonie dans le monde romain occidental
Patricia Heiniger-Casteret, Le conte populaire : dire l’universel par l’autochtonie

2. Débats français
Pierre Berté (U. de Bordeaux-Montesquieu), Du présumé étranger à l’originaire français : forces et faiblesses du droit français de la nationalité dans son appréhension de l’autochtone au XIXe siècle
Laurent Dornel (U. de Pau), L’autochtone et l’étranger, France, XIXe s.
Bernard Cherubini (U. de Bordeaux-Segalen), Autochtonie et accès à la citoyenneté : le multiculturalisme réunionnais à l’épreuve de la Francité

3. Interrogations africaines
Idrissa Mané (U. de Pau), Construction de l’autochtonie par la pensée symbolique : le cas du mythe baynounk de Ngana Sira Banna Niaye de Casamance (Sénégal)
Abel Kouvouama (U. de Pau), Guerres civiles et construction de l’autochtonie dans les sociétés ivoiriennes et congolaises contemporaines : regard anthropologique
Evelyne Toussaint (Aix-Marseille U.), L’art des artistes contemporains peut-il être autochtone ? Traditions, hybridations et inventions dans un contexte de mondialisation

4. Questionnements basques
Cendrine Lagoueyte (UMR 5185 ADES), Etre basque sans être autochtone : légitimer son sentiment identitaire ?
Thomas Pierre (IIAC-UMR 8177), La citoyenneté contre l’autochtonie : le cas basque en France

5. Conflits d’autochtonie
Maurice Daumas (U. de Pau), Conquérir le banc et la sépulture : un conflit d’autochtonie au XVIIIe s.
Olfa Ben Achour (Fac. des SHS de Tunis, U. Toulouse Jean Jaurès), Les juifs de Tunisie entre enracinement immémorial, sentiment d’autochtonie et aliénation (XIXe-XXe s.)
Michael Parsons (U. de Pau), Etre autochtone aux îles Falkland (Malvinas)

ISBN : 2-35311-066-5
ISSN : 2269-0778
Prix : 17 €

http://www.presses-univ-pau.fr/cart/Details/140/20/espaces-frontieres-metissages/lrsquoautochtonie.html

Conférence de Vivianne Delpech, Maison Basque de Bordeaux, 06 mai 2015

indexVivianne Delpech, auteure de Abbadia. Le monument idéal d’Antoine d’Abbadie, participera à la conférence « Abbadia, le temple universel d’Antoine d’Abbadie » mercredi 6 mai 2015, à 18h00, à la Maison Basque de Bordeaux (7, rue du Palais de l’Ombrière, 33000 Bordeaux ).

Modèle éloquent de la vogue éclectique du Second Empire, le château d’Abbadia à Hendaye surprend par l’association de sources d’inspiration tantôt conformistes tantôt singulières, où s’entremêlent les charmes de l’Orient, la rêverie du Moyen Âge, l’esprit scientifique, une pratique austère du catholicisme et une passion intense pour l’Ethiopie.

Cette œuvre d’art est due à l’implication quasiment viscérale de ses commanditaires, le savant basque Antoine d’Abbadie et son épouse Virginie. Elle doit également beaucoup aux architectes Eugène Viollet-le-Duc, Edmond Duthoit et au paysagiste Eugène Bühler.

Plus d’informations : http://www.eskualetxea.org/

Appel à communication : Troisième rencontre des jeunes chercheur.e.s en études africaines, Paris, 14, 15 et 16 janvier 2016

Les 14, 15 et 16 janvier 2016 se tiendra à Paris la troisième rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines (JCEA).

Appel à communication 3ème rencontre des Jeunes Chercheurs en Etudes Africaines 2016

Ces journées visent à stimuler et renforcer les échanges entre jeunes chercheur.e.s (doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s, post-doctorant.e.s), au-delà des écoles et courants intellectuels ou des clivages géographiques et institutionnels. Elles se positionnent également à la charnière de nombreuses disciplines (histoire, géographie, sociologie, économie, démographie, sciences politiques, anthropologie, littérature, sociolinguistique, démographie, musique, histoire des arts, sciences du vivant), afin de susciter des dialogues entre questionnements et pratiques de recherche. Dans la continuité des rencontres précédentes, il s’agira de favoriser le croisement des problématiques abordées par les jeunes chercheur.e.s travaillant sur les Afriques sans exclusive, Caraïbes et Afrique du Nord comprises.

Cet événement scientifique permettra de réfléchir à la place des études académiques sur les mondes africains dans le champ de la recherche, en s’ouvrant à diverses approches et en valorisant leurs apports empiriques et théoriques. Il permettra également d’interroger les conditions de réalisation de la recherche (accès au terrain, place de l’observateur, etc.), ou encore les paradigmes et apports théoriques postcoloniaux dans l’analyse de réalités africaines plurielles. Aussi, parallèlement aux sessions de communications, des tables-rondes privilégiant des réflexions d’ordre méthodologique et épistémologique seront organisées afin d’inviter chercheurs confirmés et jeunes chercheur.e.s à échanger sur leurs pratiques et questionnements scientifiques.

Les réflexions proposées pour cette troisième édition des JCEA permettront d’analyser l’Afrique dans sa pluralité et son hétérogénéité, en tant qu’imaginaire, espace, objet ou concept à géométrie variable, au regard de la diversité des approches linguistiques, géographiques, culturelles, historiques ou disciplinaires dont elle fait l’objet dans la production des savoirs. Cette ligne directrice dessine un vaste panorama et appelle un large état des lieux des travaux de jeunes chercheur.e.s en cours.

Aussi, les propositions de communication (en français ou en anglais) s’inscriront dans l’un des vingt-deux panels proposés. Chaque panel fait l’objet d’une présentation détaillée sur le site des JCEA 2016.

Axe A : Un continent au cœur des mondialisations

Panel 1 : Mobilités et migrations
Panel 2 : Dynamiques circulatoires des arts et des artistes
Panel 3 : Le religieux et ses réseaux
Panel 4: Musique(s) d’Afrique(s) ?
Panel 5 : Les arènes de la santé, du local au transnational
Panel 6 : Géopolitiques globalisées

Axe B : Gouvernance et jeux de pouvoir

Panel 7 : Intervenir en Afrique
Panel 8 : Sociétés et environnement
Panel 9 : Les espaces de citoyenneté critique
Panel 10 : Gestion foncière : modes d’accès et d’appropriation du sol en milieux ruraux et urbains
Panel 11 : Enfermer, contrôler, marginaliser

Axe C : Identités et modes de socialisation

Panel 12 : Corps, genre(s) et sexualité(s)
Panel 13 : Espaces du rire et formes de la dérision politique
Panel 14 : Economie : jeux d’échelles
Panel 15 : Lieux de sociabilité et « jeux de société » dans l’espace urbain
Panel 16 : Identités et constructions diasporiques

Axe D : Entre passés et présents

Panel 17 : États, nations et frontières
Panel 18 : Imaginaires, pratiques et connexions linguistiques
Panel 19 : Fabriques mémorielles
Panel 20 : Diversifier et articuler les sources
Panel 21 : Patrimoine, patrimonialisation, tourisme
Panel 22 : Mutations des discours panafricains

Modalités de soumission

Les postulants sont invités à prendre connaissance des présentations et thématiques des panels, afin de pouvoir soumettre une proposition.

Les propositions de communication (en français ou en anglais) d’un maximum de 500 mots doivent être déposées sur la plateforme suivante :http://jcea2016.sciencesconf.org/
avant le 15 juillet 2015.

L’acceptation sera notifiée le 15 septembre 2015 au plus tard.

Les textes définitifs des communications devront parvenir au comité d’organisation le 15 décembre 2015.

Appel à documentaires

Nous lançons également un appel à documentaires. Les thématiques sont ouvertes, mais sont attendus des documentaires (ou extraits) d’un maximum de 26 mn, permettant d’interroger la pratique scientifique de jeunes chercheurs. La projection sera suivie d’un débat autour des films et de leurs liens avec les travaux d’étude des réalisateurs. Les propositions de films ou d’extraits peuvent être soumises selon le support choisi par les réalisateurs (numérique, CD, etc.) et accompagnées d’une description du projet d’environ 500 mots.

Les propositions de films ou d’extraits peuvent être soumises selon le support choisi par les réalisateurs/trices (numérique, CD, etc.)
accompagnées d’une description du projet d’environ 500 mots envoyée à l’adresse suivante : jcea2016@gmail.com
avant le 15 juillet 2015.

Atelier d’archéologie, Los Bañales, mars 2015

La ville hispano-romaine de Los Bañales (Aragon), site charnière de la vallée de l’Èbre, est actuellement l’objet d’un programme de recherche porté par J. Andreu Pintado (université de Navarre). L’étude de cet important établissement urbain romain offre un excellent potentiel de coopération scientifique et pédagogique transfrontalière entre la Fondation Uncastillo et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, engageant les archéologues de l’équipe d’accueil ITEM EA 3002 et du laboratoire IRAA.

Depuis 2011, les financements obtenus dans le cadre d’un projet de coopération Aquitaine-Aragon ont contribué au recueil d’informations importantes concernant la romanisation des espaces  pré-pyrénéens. Le projet 2013-2015 a pour objectif d’élargir les actions de formation et de recherche à l’Archéologie préventive; l’idée est de favoriser l’émergence d’un réseau transfrontalier ouvert aux entreprises d’archéologie préventive, sur la base de la convention passée avec l’INRAP et des coopérations en cours avec le secteur privé (essentiellement les sociétés HADES, IKER, EVEHA).

Dans ce cadre, plusieurs ateliers franco-espagnols, de niveau master et doctorat, ont eu lieu sur le site archéologique de Los Bañales et dans les locaux de la fondation Uncastillo, dans le village du même nom. Le dernier s’est déroulé du 23 au 28 mars 2015. La semaine a consisté pour les étudiants en conférences, ateliers photographie, céramiques et monnaies, visite guidée du site de Los Bañales, et s’est achevée par une journée d’étude sur la romanisation dans les Pyrénées dans le campus de l’université de Navarre, à Pampelune.

(photographies: Pauline Salanave-Pehe et Mélanie le Couédic)

Télécharger le programme du IVème atelier franco-espagnol d’archéologie

Ma thèse en 180s – Edition 2015

141877_Affiche2

Le concours « Ma thèse en 180 secondes » permet aux doctorants de présenter leur sujet de recherche, en français et en termes simples, à un auditoire profane et diversifié. Chaque étudiant ou étudiante doit faire, en trois minutes, un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur son projet de recherche. Le tout avec l’appui d’une seule diapositive !

Le concours « Ma thèse en 180 secondes » est inspiré du concours « Three minute thesis (3MT®) », conçu à l’Université du Queensland (Australie).

Le concept a été repris en 2012 au Québec par l’ACFAS (association francophone pour le savoir) qui a souhaité étendre le projet à l’ensemble des pays francophones.

Sélection des candidats de l’UPPA pour la finale régionale :

Mercredi 22 avril 2015 à 14h sur la scène de la Maison de l’étudiant à Pau.

  • Mylène GHISLAIN, doctorante en chimie analytique et environnement,
  • Marlène DEZEST, doctorante sur aspects moléculaires et cellulaires de la biologie,
  • Vanessa ROUAUD, doctorante en physiologie et biologie des organismes, populations, interactions,
  • Dimitri DEL PIANTA, doctorant en chimie,
  • Yann BRUNA, doctorant en sociologie,
  • Gil GALASSO, doctorant en histoire de l’art.

Venez encourager nos candidats et participer au vote du public !

Nous apportons un soutien particulier à Gil Galasso qui représentera le laboratoire ITEM lors de cette manifestation.

son intervention en vidéo: « l’art de la découpe, histoire et enjeu »

 

Fête de la science à Pau / 18-19 octobre 2014

Les archéologues et étudiants des laboratoires ITEM et IRAA de l’UPPA en partenariat avec l’Inrap et Cap’ Archéo ont participé cette année à la 23ème édition de la Fête de la Science. Notre “Mission Archéo ». A la recherche des traces du passé”, proposée au Village des Sciences situé Place Clemenceau à Pau, a été une vraie réussite! Les visiteurs étaient nombreux et enthousiastes pour participer aux ateliers de fouille et de céramologie proposés par nos archéologues.
Un beau moment de partage!
Photos : N. Béague, N. Chevalier, M. Le Couédic (Inrap, Cap’Archéo, ITEM-UPPA).