Tous les articles par Joëlle Saucès

Journée d’étude « Terrains de recherche territorialisés, déterritorialisés : pratiques et représentations » 20/02/14

La Fédération de recherche EFM propose le jeudi 20 février, une journée d’étude intitulée « Terrains de recherche territorialisés, déterritorialisés : pratiques et représentations » (Coordination scientifique : Abel KOUVOUAMA, Isabelle CHOL). Elle aura lieu de 9h15 à 16h15 en salle du Conseil à l’UFR LLSHS.

S’inscrivant dans l’une des thématiques du projet scientifique de la Fédération de recherche « Espaces, frontières métissages » consacré au thème « territorialisation, déterritorialisation », cette journée entend aborder la question du ou des terrains du chercheur en lettres, langues, sciences humaines et sociales comme une question en retour de sens sur l’épistémè et les paradigmes auxquels il recourt pour produire du savoir scientifique nécessitant le plus souvent des ruptures épistémologiques.

L’expérience du terrain du chercheur met en relation trois ordres de rapports : son rapport avec le lieu de recherche qu’il soit physique, matériel, immatériel ou textuel, son rapport avec les outils de la recherche ; et son rapport avec la temporalité de la recherche. Ces rapports révèlent des pratiques spécifiques dans la production des données, des logiques d’action, des contraintes et des représentations variées qui se singularisent par un discours territorialisé et/ou déterritorialisé, donnent à lire les dynamiques d’échanges, de confrontations, d’enchevêtrement à travers des parcours de connaissance, de reconnaissance et d’interconnaissance subjectives.

Cette journée d’étude permettra aux chercheurs issus des lettres, sciences humaines et sociales, en s’appuyant aussi sur ces trois rapports non exhaustifs identifiés, de croiser leurs expériences de terrain et de décrire chacun :

-les modes particuliers de production des données dans un va-et-vient entre terrain-théorie-terrain ;

-l’activité immersive (observation participante) et le recueil du corpus (archives, documents divers, textes, etc.) ;

– les procédés dialogiques (rapport du chercheur aux autres interlocuteurs) ;

-l’analyse interprétative des données recueillies, les codes intellectuels, culturels et affectifs, ainsi que la réflexivité qui s’y trouve induite.

Voir le programme.

Centenaire de la Première Guerre mondiale : cycle de conférences et projections cinématographiques

Dans le cadre des manifestations du centenaire de la Première Guerre  mondiale, l’Université de Pau et des pays de l’Adour et le laboratoire de recherche ITEM coordonnent une série de manifestations scientifiques et culturelles tout au long de l’année 2014, avec le soutien du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques, de l’ONAC-VG64, de la Préfecture et de la mission nationale du Centenaire de la Guerre.
Vous trouverez le descriptif et le programme de ces manifestations ainsi que les vidéos des conférences à l’adresse suivante :

Plus d’informations

Journées d’études Archives de Famille, 4-5 avril 2014, Vitoria (ESP)

Ces journées d’étude, organisées les 4-5 avril 2014 à l’Université du Pays Basque, abordent la question des archives de famille dans leur dimension sociale. La pratique de l’écrit, au-delà du monopole ecclésiastique durant le Moyen Âge, est à mettre en relation avec la nécessité d’organiser et de conserver ce type de mémoire. Mémoire institutionnelle, comme dans les archives monastiques, royales ou municipales. Mais aussi mémoire familiale, lorsque des lignages nobles ou des familles marchandes créent leurs propres archives.
Dans tous les cas, le phénomène va au-delà des pratiques purement techniques concernant le document écrit et l’archive, pour s’identifier à un outil de pouvoir, à un signe d’identité et à un élément fondamental pour construire la mémoire familiale.
En centrant l’intérêt sur la péninsule Ibérique, avec la volonté d’approfondir aussi l’étude de ces matériaux de façon théorique, cette rencontre offrira une mise en perspective en prenant en compte une ample chronologie, grâce à divers spécialistes et à des membres du programme qui s’appuieront sur des recherches en cours.

Télécharger le programme : DIPTICO VITORIA BD V5

Penser la frontière, penser sans frontières – 17 janvier 2014, UPPA.

Les doctorant(e)s de l’École doctorale Sciences Sociales et Humanité (ED. 481), en collaboration avec la Fédération de recherche « Espaces, Frontières, Métissages », organisent le 17 janvier 2014 le séminaire interdisciplinaire « Penser la frontière, penser sans frontières » à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, de 9h à 17h, en Salle Chadefaud, à l’Institut Claude Laugénie.

Si le concept de frontière a déjà été largement étudié ces dernières années, notre approche se distingue par des réflexions engagées par des communications transdisciplinaires à deux voix, elles-mêmes complétées par des interventions individuelles dans une logique d’interdisciplinarité. La pertinence du concept de frontière, comme outil disciplinaire, sera non seulement interrogée à partir d’études de cas, mais également « éprouvée » par les doctorant(e)s ayant choisi de confronter leurs approches disciplinaires à travers des groupes de travail.

Programme_Séminaire frontières17-01-14

Les liens vers les vidéos de la journée:

Accueil par M. Michael Parsons et ouverture du séminaire par M. Abel Kouvouama
– Caroline Dunesme (doctorante en géographie) : « La frontière, une notion géographique ? »
– Louis de Fontenelle (doctorant en droit public) : « Peut-on juridiquement s’aimer de deux côtés opposés d’une frontière ? »
– Arnaud Dupin (docteur en histoire) : « L’élection présidentielle de 1965 : la gauche et ses frontières face au général de Gaulle »
– Caroline Dunesme (doctorante en géographie) et Vanessa Rodrigues (doctorante en histoire de l’art et archéologie) : « Comment l’outil cartographique conditionne-t-il notre approche de la notion géographique en archéologie et géographie ? »
Mathilde Lamothe (doctorante en anthropologie) et Thomas Contamine (doctorant en histoire ancienne) : « Quand l’histoire et l’anthropologie parlent d’agropastoralisme en milieu montagnard : lecture croisée d’un même objet d’étude »
Valérie Steunou (doctorante en histoire de l’art médiéval) et Benjamin Caparroy (doctorant en histoire ancienne) : « Recherches sur l’architecture religieuse antique et médiévale : méthodes et problématiques, la frontière en question »
– Idrissa Mané (doctorant en anthropologie) : « La frontière de la Oumma islamique : entre représentations et réalités »
– Laurence Espinosa (docteur en anthropologie) : « Penser sans frontière, une ”mondianité” en projet »
– Céline Guitou (doctorante en anthropologie) : « Les pratiques de l’alcool du normal au pathologique, pour une étude anthropologique comparative des représentations en Europe »
– Kildine Leichnig (doctorante en géographie) et Françoise Saliou-Pedegert (doctorante en anthropologie) : « Percevoir et se représenter la frontière dans les discours »